Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 Et maintenant.... [Eve]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
~ Mathilda
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 20/10/2012
• Messages : 29
MessageSujet: Et maintenant.... [Eve]   Sam 26 Avr - 14:57

Selenna



Elle voulue se passer la main dans ses cheveux. Un soupir l’arrêta. Elle allait encore détruire le chignon que la bonne tentait de faire depuis une heure. Pendant qu’elle finissait, elle mit ses lentilles vertes. Elle regarda sa chevelure, désormais noire. On ne se promène pas sur la 5ème avenue avec les cheveux bleu. Une larme coula en repensant à sa véritable couleur. Tant d’effort depuis deux ans, pour aucun résultat. Elle essaya de se souvenir comment elle avait pu arriver dans cet appartement de luxe new-yorkais.
Quand les soldats avaient pris l’école, elle s’était fait capturé, plus ou moins volontairement. Elle connaissait le général qui dirigeait les opérations, il était sur sa liste. Mais durant sa séquestration, elle n’avait pu lui parler. Alors elle s’était enfuie, dans le but de les retrouver, lui et les autres, les personnes responsables de ce massacre qui avait couté la vie a tout ce qu’elle chérissait. Alors elle s’était renseigner, car malgré son activité de surveillante, elle avait réussis à se créer un réseau. Elle apprit alors que le « petit chef » habitait à New-York. Qu’il n’était plus tout jeune, seul et surveillé vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Son plan était simple : arriver là-bas d’une manière ou d’une autre, s’introduire dans les soirées huppées, le séduire. Et le tuer. Le torturer. Le massacrer. Elle avait teint ses cheveux bleu si décalé, acheté une paire de lentilles vertes, avait volé quelques belles tenues et était partie. Au fur et à mesure, elle avait séduit des hommes, de plus en plus riches, de plus en plus influent. Mais elle n’avait à aucun moment réussit à approcher celui qui comptait.
Aujourd’hui, aujourd’hui pile, cela ferait deux ans qu’elle avait abandonné Vrlila, Tomaka et Vrrir. Aujourd’hui, l’Homme l’avait invité à diner. Son « fiancé » du moment était à l’étranger, alors elle pouvait s’y rendre. Mais la haine l’empêcherait de réfléchir. Il était responsable de son calvaire. Comment séduire un homme qu’on haïssait au plus haut point ? Les larmes qui coulaient étaient celles de la frustration, de la colère.  La bonne annonça la fin de la préparation : elle était maquillée, coiffée, habillée, chaussée comme les femmes de ce milieu. Mais sa pâleur faisait ressortir la rougeur de la robe, des reflets bleutés apparaissaient çà et là dans ses cheveux. Une aura de fraicheur et de mystère l’entourait. Elle était impossible à rater. Sa démarche féline, son port de guerrière la rendait hypnotique. Elle en riait. La fascination des terriens pour ce qui leur était dangereux était… Fascinante. Elle remercia la bonne, appela les portiers, descendit dans le hall marbré en faisant claquer ses talons. Les hommes accompagnés de leur femmes, vieilles et barbantes, se retournait a son passage. Et ces mégères allaient passer la soirée à leur reprocher. Elles ne comprenaient définitivement rien aux hommes. Selenna monta dans la limousine qui l’attendait, le sac qu’elle avait descendre y était. Dedans se trouvait ses bijoux, ses robes, ses sacs, tout ce qu’elle pourrait revendre à prix d’or. Elle n’allait garder que deux tenues, celle de maintenant et une autre, qui lui allait si bien. Le reste allait lui servir à payer son billet retour. Elle indiqua au chauffeur l’adresse et lui annonça qu’elle lui téléphonera dans la soirée pour le retour. Elle n’avait pas pris gout au luxe, mais il fallait avouer que d’avoir des gens qui lui été totalement dévoués allait lui manquer. Elle fit une entrée remarquée dans le restaurant. La salle était immaculé, lumineuse, remplie les lustres majestueux… Dans ce panel de femmes habillées en blanc ou crème, elle détonait. C’était parfaitement l’effet voulu. Elle se dirigea directement vers la bonne table, alors qu’elle n’avait jamais vue son hôte. C’était le seul à ne pas avoir levé la tête de son portable. Il se leva au dernier moment, lui fit un baisemain pendant qu’un serveur tirait la chaise. Elle fit son effarouchée, la fille pas intéressée. Il la couvrit de compliment, se délecta la beauté qu’on lui avait tant vantée. Elle sourit à peine, ne débutant aucune conversation. Juste avant la fin du repas, durant le dessert, elle lui offrit son plus beau sourire, charmeur et chaleureux. Ces hommes aimaient les femmes froides et distantes, qui leur résistaient, mais s’ils voyaient qu’elles n’étaient pas intéressées, ils n’allaient pas perdre leur temps. Il fallait attiser doucement le désir. Il commença seulement à se dérider.
« Ce n’est pas dans mes habitudes ma chère Selenna, mon hypnotisante beautée, mais voudriez-vous continuer la soirée dans un lieu plus… Moins bruyant dirions-nous ? »
Selenna sut que c’était dans la poche. Elle entama la phase deux. Elle gloussa.
« Ooooh mais ce n’est pas dans mes habitudes non plus. Vous êtes charmant, mais cela me paraitrais tellement déplacé ! D’ailleurs, il est tant que j’y aille, merci pour ce merveilleux diner. Je serai enchantée de réitérer ce repas ! »
Elle se leva, aussitôt suivi de son hôte. Durant le trajet de la table jusqu’à la porte du restaurant, il la complimenta mille fois, essaya de la convaincre. Elle rit une nouvelle fois.
« Soit, vous avez gagné, mais juste un verre ! »
Il rit grassement, une voiture s’arrêta. Il lui ouvrit la porte et la poussa gentiment dedans. Dans la voiture, il lui prit les deux mains, les lui embrassa, remonta jusqu’aux épaules. Selenna l’arrêtait en gloussant. Cela la répugnait mais c’était nécessaire ! Il arriva devant son immeuble, dont les deux derniers étages lui appartenaient. Il lui fit faire le tour du propriétaire.
Quand il arriva à la cuisine, Selenna remarqua le jeu de couteaux. « Parfait » Dans le salon, il l’installa au bar et lui servi un cocktail. Ce petit jeu de compliments, de baisers volés aromatisé à l’alcool dura une petite heure. Lorsqu’elle fit mine de partir, il lui prit le bras, l’adossa contre le mur et l’embrassa goulument. Elle se prit au jeu, jusqu’à ce qu’il remonta ses mains le long de sa cuisse, la passant sous la robe. Elle s’extirpa alors, allant vers la chambre. Il la suivit. Elle fit alors volte-face, la poussa contre un mur, sorti un petit poignard de son porte-jarretelle et l’enfonça dans sa cuisse. Il hurla
« Aucune dignité »
Elle le laissa s’écrouler au sol et se dirigea vers la cuisine. Elle prit un couteau de boucher de taille moyenne et retourna le voir. Elle lui souffla a l’oreille.
« Tu te souviens ? Il y a 4 ans ? L’opération Außerirdisches Monstrum ?
Il gémit de douleur. Selenna éclata de rire. Elle fit passer le fil du couteau sous sa gorge
« J’aurai du te torturer, mais vu comment tu as braillé, tes gorilles ne vont pas tarder à arriver alors, juste : Adschied. »
Elle lui trancha la gorge. Elle regarda sa robe avec satisfaction. Elle n’avait aucun giclement de sang. Elle avait parfaitement gérer son affaire, en pro qu’elle était. Elle appela son chauffeur, sorti de l’appartement et assomma rapidement les deux gardes du corps. Elle descendit et monta rapidement dans sa voiture. Elle donna une adresse. Qui était loin, très loin. C’était un vieux squat où elle pourrait s’habiller puis réserver un billet d’avion. Après quarante-cinq minutes de route, elle arriva devant le vieil immeuble défraîchi. Le chauffeur s’étonna mais la laissa partir. Elle lui confia une lettre, à remettre à son employeur, le « fiancé » de Selenna. Elle prit son sac et monta rapidement les quatre étages. Elle se changea avec sa tenue habituel, une espèce de combinaison en tissus encore inconnu des terriens. Elle se lava plusieurs fois les cheveux au lavabo. Elle y passa presque deux heures, pour que sa teinture parte. Elle leva un visage satisfait vers le miroir crasseux. Sa vengeance ne faisait que commencer. Mais pour l'instant, il lui fallait disparaitre. Elle sorti du squat avec le sac et chercha où vendre toutes ses affaires. Elle trouva rapidement. Les revendeurs pullulaient dans ce petit quartier mal famé de New York.  Elle vendit ses robes, ses bijoux, mais au dernier moment, décida de garder les chaussures. Elle prit rapidement l’argent et sorti de ce coupe gorge. Elle retourna rapidement chez elle et sorti son ordinateur du dessous du plancher. Elle réserva un billet d’avion pour le Canada pour le lendemain soir, qu’elle pourrait retirer à l’aéroport. Elle s’allongea sur le matelas défoncé et s’endormit aussitôt.  Elle réveilla vers 8h le lendemain. Six heures de sommeil, il faudrait qu’elle récupère dans l’avion. Elle mit toutes ses affaires dans son sac, remit ses lentilles et prit son faux passeport. Elle sorti du squat, et descendit toute la rue. Elle trouva un refuge pour les SDF. Elle demanda au vigile si elle pouvait juste prendre une douche. Son air fatigué et ses vêtements sales rassura le vigile. Elle entra, contourna les femmes encore endormies et entra dans la salle de douche. Elle se lava rapidement puis dépoussiéra ses affaires. Elle sortit rapidement, remercia le vigile et parti a la recherche d’un magasin ouvert. Elle en trouva un petit où elle essaya un jean et un tee-shirt noir.  Elle mit son ancienne tenue dans son sac et, utilisant son pouvoir, sorti du magasin tellement rapidement que rien ne sonna. Elle retira ses bottines et enfila des chaussures à talon. Elle trouva un arrêt de bus. Elle entendit qu’il arriva, monta, prit toutes les correspondances et arriva à l’aéroport. Elle retira son billet à un comptoir et s’assit en attendant l’enregistrement puis l’embarquement. Elle senti son cœur battre plus vite lorsqu’elle montra son passeport. Elle passa.
Il était 20h, elle devrait arriver tôt le lendemain. Elle monta dans l’avion, ne prit pas de repas et s’endormit tout de suite. Selenna se réveilla lorsqu’elle entendit la voix douce et chaleureuse de l’hôtesse de l’air qui annonçait l’arrivée imminente. Elle se frotta les yeux, remit de l’ordre dans ses cheveux et attendit impatiemment que l’avion atterrisse. Elle réfléchit a la manière de retourner à Eternal Time. A part le taxi, elle ne voyait d’autre solution, mais payer la faisait suer. Quand elle put enfin sortir de l’avion, elle se détendit. Elle partira sans payer et puis voilà. Son sac arriva dans les derniers sur les tapis. Quand elle l’eut pris, elle sorti et appela un taxi. Elle donna l’adresse et demanda pour combien de temps ils en auraient. Presque 1h30. Elle enleva ses chaussures, posa son sac sous sa tête et décida de dormir à nouveau. Elle sentait que les prochaines nuits serait courte ! Lorsqu’elle arriva à Eternal Time City, elle demanda au chauffeur de s’arrêter là finalement. Elle le remercia, pris ses chaussures à la main et sorti du taxi. L’homme annonça une somme, qu’elle n’entendit pas. Elle était partie. Il ne l’avait pas vue, il ne saura jamais ce qu’il c’était passé. Une femme avait disparue. Mais elle avait juste courue. Trèèèèès vite. Selenna courut quelques minutes encore et arriva devant le bâtiment.
Eternal Time. Après presque deux ans d’absence, elle était revenue. Elle remit ses chaussures à talon, passa une main dans ses cheveux et enleva ses lentilles. Elles tombèrent par terre. Selenna les écrasa avec la pointe du talon. Elle sorti son passeport, un briquet et le brula. Des morceaux de papier et de plastique tombèrent à ses pieds. La fumée sombre s’enroula autour d’elle. Elle serrait les dents si forts qu’on aurait pu les entendre crisser. Ses mains diaphanes devenaient rouges et les morceaux brulants qui arrivaient sur son jean le trouait. Elle entendit quelqu’un. Selenna releva la tête, le passeport enflammé a la main. Elle remit le briquet dans sa poche et laissa tomber le passeport. Il brulait à ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Liam & Lula
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 16/12/2012
• Messages : 70

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Sam 26 Avr - 16:16

    Généralement, quand le réveil sonne, son propriétaire dort encore. Chez Liam Blade, cela fonctionne différemment : la normalité n'est pas de mise dans son appartement, bien au contraire. Le réveil sonne, certes, mais le professeur n'est pas là pour l'entendre et encore moins pour l'arrêté ! Alors ou est-il ? Un jeudi matin à 7h, qui n'est pas au fond de son lit ? Apparemment, Liam. Et pourquoi ? Et bien c'est ce que nous allons voir.

    Le trentenaire n'avait, dans sa vie, pas grand chose. Plus de famille, peu d'amis et aucune relation amoureuse. À part son travail, Mr Blade ne possédait strictement rien. Ses élèves étaient la seule raison qui le faisait se lever le matin et se coucher très tard le soir. Oui, son existence était ennuyante et pathétique. Complètement pathétique en fait. La plupart l'aurait traité de raté, il n'était qu'un prof de théâtre parmi tant d'autres qui n'avait jamais vu ses rêves se réaliser. D'ailleurs, il avait toujours l'espoir de devenir un grand comédien et d'écrire une pièce de théâtre qu'il pourrait jouer mais il se gardait bien d'en parler : on lui aurait rit au nez. Non, il était bien loin d'une vie sur les planches où il aurait été admiré pour son talent, car il en avait du talent, là n'était pas le problème. Ses journées se résumaient à des classes qui s'enchaînaient, à des élèves plus ou moins passionnés et plus ou moins doués et à des devoirs qu'ils corrigeaient jusqu'à tard le soir.

    Le mercredi soir était peut être le pire. Un monceau de copies s'élevait sur son bureau et il n'était pas question que Liam quitte son amphithéâtre tant qu'il n'avait pas tout corriger. Soit disant qu'il n'avait pas besoin de beaucoup d'heure de sommeille, il se permettait donc de se coucher à des heures peu recommandées. On disait de lui qu'il était un bourreau du travail, il en était un, aucun doute là-dessus : le fait est que personne ne cherchait à savoir pourquoi. Les autres n'avaient pas besoin de raison, peu importait ce qui poussait le dramaturge à s'esquinter la santé ; pour eux il n'était qu'un amoureux de son travail et rien n'avait jamais été aussi faux.

    Bien sur, Mr Blade aimait ses élèves et sa matière, ça ne le gênait pas non plus de corriger ces tas de feuilles souvent remplies de fautes aberrantes mais tout ça n'était qu'un prétexte. Un prétexte pour ne pas aller se coucher. Pour ne pas s'endormir et faire des cauchemars, ou des semblants de cauchemars. Il était plus facile pour l'adulte de se consacrer à son travail que d'affronter ses peurs, et quelles peurs ! Il n'était pourtant pas homme à trembler de terreur bien au contraire. Liam était confiant, rempli de bonté et de gentillesse, très drôle, très détaché aussi : il mettait de la distance entre lui et tout ce qui l'entourait. Les évènements les plus traumatisants auraient du être pour lui un simple spectacle qu'il aurait du oublier au fil du temps. Même durant le feu de l'action, il n'avait pas tremblé. Par ailleurs, ce n'était pas tant le génocide qui avait rendu Liam si paranoïaque mais la folie d'un jeune mutant. Un jeune homme qui s'était suicidé sous ses yeux après avoir jouer avec lui et Iris. Et c'était ça qui hantait les nuits du professeur : le corps sans vie qui se balançait au bout d'une corde.

    Il était maintenant près d'1 heure du matin. Et le tas de feuilles avait bien diminuer mais la main du professeur s'était arrêtée. Depuis maintenant quelques heures il avait sombré dans un sommeil plus que réparateur. Son ewig, Nana, une jolie petite colibri, était aussi au pays des songes : elle était lovée contre sa joue. Ce petit couple semblait pourtant sans problème et bien calme. C'était même adorable de voir l'oiselet chatouiller de ses plumes Liam. Par contre, ces chatouilles eurent le don de réveiller le trentenaire qui grogna légèrement en rouvrant les yeux. Un instant il se demanda ou il était et ce qu'il faisait là puis la brume qui pesait sur son esprit se leva et il se rappela qu'il corrigeait « joyeusement » des copies. Il soupira longuement, à son tour Nana se réveilla, elle vola pour se poser un peu plus loin et laisser Liam se redresser. Il passa sa main dans ses cheveux en bataille, s'étira longuement en baillant et n'eut pas la force de se remettre à son travail. À la place il trainassa paresseusement puis se mit en tête de rentrer chez lui. Il sortir de son bureau, l'académie de nuit était un peu triste et pas très rassurante. Son colibri voletait à côté de lui et, finalement revigorer par l'air frais, il se décida à faire un tour du côté de l'internat. Sans se presser il marcha, profitant de la légère brise, de la luminosité, des étoiles, de cette nuit en somme.

    Au bout de quelques minutes de marches il arriva au parking, qui était aussi l'entrée, il fronça les sourcils d'incompréhension en voyant du feu. Il y avait là une jeune femme qui était familière à Liam mais sans plus, elle tenait dans ses mains quelque chose qui semblait être du papier et elle le faisait brûler. Elle l'entendit approcher et releva la tête vers lui. À la lueur de la flamme, le trentenaire découvrit une étrange personne à la peau très pâle, aux cheveux bleus et aux yeux rouges. Cette fille ne le choqua pas, son physique atypique ne le surprenait pas ; à vrai dire la seule question qu'il avait en tête était en rapport avec sa présence sur le campus à une heure si avancée dans la nuit :

    « vous avez besoin d'aide ? »

    Il lui offrit un sourire sympathique car il était comme ça Liam : trop gentil.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
~ Mathilda
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 20/10/2012
• Messages : 29
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Sam 26 Avr - 21:53

    « Vous avez besoin d’aide ? »
    L’homme en face devait avoir la trentaine, elle ne le connaissait pas. Il n’était pas étonné ni par son physique, ni par sa présence de si bon matin. Elle écrasa le passeport. Les flammes léchèrent quelques secondes son talon puis s’éteignirent. Elle devait être aimable. Même si elle haïssait les terriens. Mais comme d’habitude, sa « bonne » volonté disparu sous la colère. Elle cracha :
    « J’ai l’air d’avoir besoin d’aide sale terrien ?! »
    Elle reprit son sac et le balança sur son épaule. Son téléphone sonna. James. Son ancien fiancé avait gardé son numéro ? Etonnant. Elle ne décrocha pas, se contentant de jeter un regard dédaigneux sur le nom qui s’affichait. Quand la sonnerie cessa, elle regarda l’homme de nouveau. Il avait l’air triste, torturé de l’intérieur. Et elle savait de quoi elle parlait. Elle allait s’en aller vers les dortoirs des surveillants mais elle pensa à Tomaka. Et à Vrlila.
    « Tu es qui ? Prof, surveillant ? Je ne te connais pas. Je cherche quelqu’un. En fait, je chercher deux personnes. Une petite fille. Elle a huit ans. Non ! Dix ans ! Et mon ewig. Mais bon, il arrivera tout seul lui je pense. »
    Elle avait débité rapidement cette phrase. Ses pensées se bousculaient dans sa tête. Elle fit vole face. Leva la tête. Et se retourna à nouveau vers l’homme. Elle cria :
    « Me répondras-tu ? »
    Elle avait trop de souvenirs ici. Pendant deux ans, elle avait tout enfuie. Tout. Mais là, devant ce bâtiment tant hais que chéris, ses nerfs allaient céder. Vrlila lui manquait, cela l’insupportais de ne pas savoir où elle était, comment elle allait. Elle s’approcha de l’homme. Il tardait à répondre.
    « Où est-elle ? Dis le moi ! Est-ce qu’elle va bien ? Est-ce qu’elle est en vie ? Dis-moi qui lui a fait du mal, je les tuerais ! Jusqu’au dernier ! »
    Elle sorti une dague de son sac. Peut-être que c’est homme lui avait fait du mal. Peut-être qu’il l’avait torturé. Selenna était malade. Elle avait réussis à mettre sa psychose de côté pendant deux ans mais désormais, sans but, elle étant hantée de nouveau. Sans son ewig et sans la seule personne qui comptait à ses yeux, son coté psychotique reprenait le dessus. C’était le chaos dans sa tête. Il fallait qu’elle se calme, elle le savait mais voir cet homme, si semblable à Wyzam, l’avait fait resombrer. Wyzam, l’homme numéro 1 de sa liste. Le grand manitou. Celui qui avait exterminé son peuple, qui l’avait torturé, qui avait tué sa sœur devant ses yeux. L’homme en face avait juste quelques traits en commun avec ce démon mais c’était suffisant. Elle revoyait le tueur. Et Vrlila avait pris la place de sa sœur. Qu’elle devait protéger, a tout prix. Elle hurla, du cri rauque d’un animal incapable de protéger son enfant. Elle mit la dague sous la gorge de l’homme.
    « Et toi ? Tu lui as fait du mal ? Que lui a tu fais ? Que lui as-tu fais ?!! »
    Son téléphone sonna à nouveau, elle le sorti de sa poche, regarda le nom et le broya littéralement entre ses doigts. En deux ans, Selenna avait réussis à se calmer, à modérer ses sentiments. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle était victime de violentes hallucinations durant des périodes bien définies. Ces périodes se finissaient souvent sur la mort de plusieurs innocents, qui n’avaient juste pas été au bon endroit au bon moment. Ces hallucinations étaient dues à un poison ingérer il y a quelques années. Son organisme hors norme n’avait pas réussis à le purger mais néanmoins à en modérer les effets. Vrlila était vital, car elle l'aimait profondément, mais aussi parce que son pouvoir de guérison la remettait dans un état normal. Selenna s'éloigna de l'homme. Sa respiration était saccadée, ses yeux si mobiles qu'on aurait dit fous. Elle posa son sac.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Liam & Lula
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 16/12/2012
• Messages : 70

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Jeu 1 Mai - 17:59

    La violence faisait partie intégrante de la vie de bien des gens mais pas de celle de Liam. Il n'avait jamais été un homme qui utilisait ses poings. Il fuyait le conflit plutôt habillement mais cette nuit là, bien qu'il voulait juste se montrer courtois, il se retrouva pris au dépourvu face à cette jeune femme en colère. Elle se montra de suite agressive et le trentenaire ne sut ou se placer lorsqu'elle lui demanda :

    « J’ai l’air d’avoir besoin d’aide sale terrien ?! » 

    A ses pieds brulait encore le bout de papier qu'elle écrasa d'un geste rageur. Le professeur la regarda d'un œil curieux reprendre son sac et le jeter sur son épaule mais il resta silencieux. Il ne voulait pas plus indisposer la nouvelle venue. Bien au contraire, il aurait été heureux de la planter là pour rentrer chez lui et ainsi s'éviter d'éventuels problèmes : il était certain que cette inconnue pouvait lui en apporter un paquet.
    À sa question, il se contenta de hausser les épaules : la réponse importait peu. Par ailleurs, Liam n'était pas sur qu'elle attendait de lui une quelconque réaction. Elle paraissait dans tous ses états, à fleure de peau et prête à sauter à la gorge du premier venu, il était judicieux de ne pas en rajouter.
    Toujours pleine de rancœur, la jeune femme reposa son regard sur le dramaturge qui ne cilla pas. Elle avait un côté très autoritaire, si bien que lorsqu'elle reprit la parole, il eut l'impression qu'elle le commandait plus qu'autre chose :

    «  Tu es qui ? Prof, surveillant ? Je ne te connais pas. Je cherche quelqu’un. En fait, je chercher deux personnes. Une petite fille. Elle a huit ans. Non ! Dix ans ! Et mon ewig. Mais bon, il arrivera tout seul lui je pense. »

    Plutôt que les épaules, ce furent les sourcils que Liam haussa. Un peu perdu, l'homme ne savait pas trop quoi faire. S'adressait-elle à lui ? Ou peut être était-ce plus pour elle même. Plus sur de rien, le professeur se contente à nouveau de rester immobile. Il était complètement passif avec l'espoir vain que cette femme le laisse tranquille. Non pas qu'il soit effrayé, plutôt ennuyé :

    « Me répondras-tu ? »

    Il fut interloqué par son cri. Il ressentait dans sa voix une certaine colère et de la haine et son côté bon samaritain ressortit aussi vite ; après tout il était professeur, c'était son devoir d'aider ceux qui en avait besoin et d'être à l'écoute. Décidé à enfin répondre, il ouvrit la bouche mais n'eut le temps de ne rien dire, son interlocutrice reprit de plus belle :

    « Où est-elle ? Dis le moi ! Est-ce qu’elle va bien ? Est-ce qu’elle est en vie ? Dis-moi qui lui a fait du mal, je les tuerais ! Jusqu’au dernier ! »

    Liam ne connaissait pas la petite fille dont elle parlait. N'ayant pas jugé bon de lui donner son nom, il lui était difficile de savoir de qui elle parlait et de toute façon, il n'enseignait pas au plus jeune. Le théâtre était un art qui s'apprenait aux plus grands. Il donnait bien des cours particulier à Elea, qui avait onze ans, mais elle n'était certainement pas une connaissance de cette femme.
    Celle-ci sortit d'ailleurs une arme de son sac, un couteau effilé, une dague. C'était plutôt mauvais signe et le trentenaire fit la grimace, mais plutôt résigné il ne tenta rien. Ce n'était peut être pas très intelligent mais Liam était tellement détaché qu'il n'avait pas l'impression de craindre quoi que ce soit. Ce n'était pas le cas de Nana qui faillit tourner de l'œil en voyant la lame se collet à la gorge du professeur. Elle piailla et se posa sur la tête de sa moitié d'âme en gazouillant de mécontentement. Si le trentenaire n'avait pas été dans une si mauvaise posture, il se serait autorité un sourire car le chant de son ewig était réellement beau même lorsqu'elle était en colère : on aurait dit une sérénade et pas des cris d'angoisse :

    « Et toi ? Tu lui as fait du mal ? Que lui a tu fais ? Que lui as-tu fais ?!! »

    Un téléphone sonna encore, comme quoi, le monde se liguait contre le pauvre homme qui n'avait pas encore eut l'occasion d'ouvrir la bouche. Il attendit donc que sa ravisseuse ait réduit en bouillie le portable et se soit calmée. Elle était comme possédée et, semblant se rendre compte de sa folie, elle s'écarta enfin du professeur qui se laissa respirer.
    Il réfléchissait, cherchant à comprendre ce qui se passait et ce qu'il pouvait faire mais rien ne lui venait. Cette étrange personne était dangereuse, pour lui et ses élèves mais lui ne pouvait pas l'empêcher de sévir, son don n'était pas offensif ni même défensif et il n'avais aucune notion en combat. Il se décida finalement à utiliser sa seule arme : les mots. Il se racla la gorge pour attirer l'attention de l'extra-terrestre et lui adressa un sourire sans chaleur :

    « Je crois ne pas avoir eut le temps ni de me présenter ni de répondre à vos interrogations, commença-t-il d'une voix veloutée. Je suis Liam Blade, professeur de théâtre à l'académie d'Eternal Time et je ne vous veux aucun mal. »

    Nana, de son côté, désespérait. Qu'espérait-il ce fou ? Se faire transpercer de toute part par cette folle à lier ? Elle aurait bien voulu rouspéter après Liam mais apeurée elle n'osait rien faire. La colibri était plus sage et plus froussarde que son humain mais il y avait en elle beaucoup de courage, il fallait juste le chercher.
    Le trentenaire se mit alors à marcher : d'un côté il y avait l'inconnue avec son sac à ses pieds et de l'autre, Liam faisait les cent pas, les bras dans le dos :

    « Je n'enseigne pas aux primaires, j'ignore si la petite que vous cherchez va bien mais, il n'y a aucune raison pour qu'il lui soit arrivé quelque chose. »

    Il s'approcha sans la moindre peur de la drôle de femme, témérité ou pure folie ? Nana hésitait et prit son envol pour se réfugier un peu plus loin sur la voiture du professeur :

    « J'ai cependant des questions moi aussi. Qui êtes vous, d'où venez-vous et, la plus importante, votre présence ici pourrait elle être dangereuse pour les étudiants ? La sécurité des élèves est, voyez-vous, quelque chose qui me préoccupe beaucoup et il semblerait que vous soyez un peu... Comment dire ? Perturbée. Je n'aimerais pas que cela pose problème et que vous vous en preniez aux gamins. »

    Le self contrôle de Liam était admirable, son calme poussait au respect, certes mais il était loin d'être tiré d'affaires. Lui même en avait conscience. Assez près de son interlocutrice il trouva cela judicieux et intelligent de pousser du pied le sac qui contenait peut être d'autres armes. Bien sur, dans le pire des cas, il pourrait toujours faire appel à ses « amis », les jouets qui trainaient toujours dans son coffre. Une armée de petit soldat et d'ours en peluche pouvait faire des dégâts ou en tout cas, le protéger.
    Ne ressentant pas encore la peur, peut être parce qu'il était poussé par l'adrénaline, Liam fixait la dangereuse femme d'un regard franc sans la moindre animosité : il pouvait concevoir qu'elle ait des problèmes d'ordre mentaux, après tout n'était-il pas l'homme le plus ouvert d'esprit de cette académie ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
~ Mathilda
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 20/10/2012
• Messages : 29
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Mer 7 Mai - 18:26

L’homme se racla la gorge, souris et parla enfin.

« Je crois ne pas avoir eu le temps ni de me présenter ni de répondre à vos interrogations, commença-t-il d'une voix veloutée. Je suis Liam Blade, professeur de théâtre à l'académie d'Eternal Time et je ne vous veux aucun mal. »

Selenna eut un sourire à peine perceptible. Le théâtre ? Et on payait des gens pour apprendre sa a des enfants ? Elle étouffa un rire, tellement cela lui parut ridicule. Comme si les adolescents avaient besoin du théâtre. Le seul enseignement qu’ils pouvaient espérer en tirer était de savoir mentir à n’importe qui avec conviction et crédibilité. Utile. Mais pas donné à tout le monde. Et comme s’il pouvait lui faire du mal ! Liam marchait de long en large, les mains dans le dos.

« Je n'enseigne pas aux primaires, j'ignore si la petite que vous cherchez va bien mais, il n'y a aucune raison pour qu'il lui soit arrivé quelque chose. »

Là, elle faillit s’étouffer. Aucune raison ? Il était donc fou ? Cette école avait été attaquée ! Ils n’étaient plus en sécurité nulle part ! Comment pouvait-il croire qu’ils étaient en sécurité ? Elle voulut rétorquer mais il enchaîna.

« J'ai cependant des questions moi aussi. Qui êtes-vous, d'où venez-vous et, la plus importante, votre présence ici pourrait-elle être dangereuse pour les étudiants ? La sécurité des élèves est, voyez-vous, quelque chose qui me préoccupe beaucoup et il semblerait que vous soyez un peu... Comment dire ? Perturbée. Je n'aimerais pas que cela pose problème est que vous vous en preniez aux gamins. »

Il poussa son sac du pied. Il devait penser à des armes. Or, à part des toilettes, il n’y avait rien. Selenna avait laissé ses katanas à Tomaka après tout. Et puis elle ne pouvait pas être dangereuse, elle avait été surveillante quand même ! Son rôle était de veiller sur ces gamins à la base. Elle répondit sur le même ton, calme et posé.

« Je me nomme Selenna. D’où je viens, la réponse ne vous regarde pas. Et je ne suis absolument pas dangereuse. J’ai été surveillante ici, jusqu’à l’attaque. J’ai dû m’en aller mais je suis revenu. Il ne me reste qu’ici. Et la seule personne qui compte pour moi doit encore y être, mais je ne suis pas sûr. Elle s’appelle Vrlila. Voyez-vous, je m’inquiète pour elle. Je n’ai eu de nouvelles depuis l’attaque. »

Elle sourit, un peu calmé. La mention de son côté perturbé ne l’avait pas énervé outre mesure. Elle en était parfaitement consciente. Comme pour rassurer Liam, elle se prit son sac et l’ouvrit, découvrant les étoffes chatoyantes, les sachets de soie qui contenaient des chaussures et une boite à bijoux.

« Ne vous inquiétez pas, rien de dangereux ne se trouve là-dedans. »

Elle voulut partir du côté réservé au surveillant, elle comptait voir le directeur plus tard. Mais elle n’avait plus aucune idée de où il se trouvait. Elle soupira. Comment avait-elle pu oublier ? Elle se résigna à demander de l’aide.

« Pouvez-vous m’indiquez le bâtiment où je suis censé aller ? »

Selenna s’aperçut seulement maintenant qu’elle était passée du tutoiement au vouvoiement. En fait, son langage était un parfait indicateur de son état psychique. Elle se promit d’y faire plus attention la fois prochaine. Elle avait peu de mal à dissimuler sa colère. Et le moindre détail comptait parfois. Elle entendit un petit grésillement dans sa tête. Le lien qui s’était brisé avec sn ewig venait de refaire surface. Il devait être dans les parages. Elle eut un sourire éblouissant, dévoilant une dentition plus… pointue que la moyenne terrestre. Elle se laissa aller jusqu’à rire doucement. Elle en expliqua à Liam la raison.

« Désolé, le lien que j’avais perdu avec mon ewig vient de se reconnecté disons nous. Et deux ans, absolument seule, jusqu’au plus profond de soi, c’est… Long. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Liam & Lula
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 16/12/2012
• Messages : 70

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Jeu 22 Mai - 21:52

    Il était difficile de savoir si Liam était courageux ou inconscient. Ça dépendait du point de vu. Lui de son côté ne se posait même pas la question : qu'advienne que pourra et tant pis si ça le menait à la mort. Après tout pourquoi la craindre ? Chaque seconde qui passait l'en rapprochait et cela faisait longtemps qu'il avait accepté l'idée de nourrir les vers et de manger les pissenlits par la racine. Sachant cela il était difficile de comprendre pourquoi la mort d'un jeune l'avait tant marqué ; lui même avait du mal à tout saisir. Mais justement ! Il savait qu'un jour ou l'autre il mourrait, en conséquence il profitait de la vie comme il se devait et voir un jeune homme se suicider car il était un mutant le travaillait puisqu'inconcevable à ses yeux...
    Et cette femme inconnue pouvait s'avérer dangereuse. Pourtant il lui parlait comme s'il était hors de danger et peut être que c'est cela qui fit que la jeune femme retrouva un comportement normal, ou peut être pas, Liam ne s'était pas posé la question :

    « Je me nomme Selenna. D’où je viens, la réponse ne vous regarde pas. Et je ne suis absolument pas dangereuse. J’ai été surveillante ici, jusqu’à l’attaque. J’ai dû m’en aller mais je suis revenu. Il ne me reste qu’ici. Et la seule personne qui compte pour moi doit encore y être, mais je ne suis pas sûr. Elle s’appelle Vrlila. Voyez-vous, je m’inquiète pour elle. Je n’ai eu de nouvelles depuis l’attaque. »

    Et pour montrer qu'elle était bel et bien inoffensive, elle ouvrit et son sac et le trentenaire pu apercevoir des tissus scintillants dont il ne fit pas vraiment cas. Liam n'était pas connu pour être un amateur de vêtements, c'était à peine s'il reconnaissait le coton de la soie. Cependant il avait conscience que ce qui se trouvait là était de qualité et cher :

    « Ne vous inquiétez pas, rien de dangereux ne se trouve là-dedans. »

    Il acquiesça, rassuré, notant par la même occasion qu'il était maintenant vouvoyé. Il n'aimait pas forcément ça mais il comprit que Selenna s'était calmée. Il était même prêt à la laisser là et à retourner chez lui pour finir sa nuit déjà bien entamé. Seulement, elle sembla un peu perdue et comme il était une âme charitable (du moins un peu), il se résigna à l'aider, quoiqu'elle demande. Ou du moins il attendit qu'elle décide de bouger ou de requérir son aide :

    « Pouvez-vous m’indiquez le bâtiment où je suis censé aller ? »

    Un instant il se demanda ou est-ce qu'elle était censée aller... Chez le directeur ? À cette heure, c'était peu probable. Chez elle ? Non, elle devait vivre à l'internat. Mais bien vite ses réflexions furent interrompu par un léger rire que la jeune femme laissa échappé. Le professeur n'était pas sur d'avoir bien entendu : elle avait ri ? Il fut un peu interloqué mais Selenna eut la gentillesse d'expliquer à Liam ce qu'il se passait :

    « Désolé, le lien que j’avais perdu avec mon ewig vient de se reconnecté disons nous. Et deux ans, absolument seule, jusqu’au plus profond de soi, c’est… Long. »

    Il esquissa un sourire triste imaginant vivre deux longues années sans Nana, sa moitié. Tout serait bien différent et pas très joyeux... Bien sur il était solitaire mais son ewig était son pilier et son réconfort constant. D'ailleurs, la petite colibri capta ses pensées et gazouilla de bonheur :

    « Alors je n'interfèrerai pas plus longtemps... Je suppose que vous avez besoin d'intimité. »

    Il lui adressa un sourire qu'il voulu rassurant et ajouta :

    « J'ai bien compris que vous n'étiez pas une menace donc si vous voulez bien me suivre... »

    Et d'un pas décidé Liam engagea la marche. Il tentait de guider Selenna dans cette académie, dans ce foyer qui était le leur. Pourtant détruit, l'internat avait été reconstruit mais le professeur ne se sentait pas aussi à l'aise qu'avant... Peut être parce qu'il restait des traces de l'attaques. Il n'avait pas été touché personnellement mais l'insécurité qui régnait parfois le rendait presque nostalgique. Il soupira et décida de faire la discussion tandis qu'ils marchaient tout deux vers les locaux réservé aux surveillants :

    « J'espère que vous n'êtes pas trop chamboulée par les changements et que vous retrouverez vite vos marques... Ainsi que la jeune fille que vous cherchez. »

    La nuit s'étendait sur eux, vaste et claire et Liam eut l'impression que rien de ce qu'il avait pu prévoir plus jeune ne se réaliserait. L'air frais lui fit un grand bien, il se sentit presque grandit car finalement, l'idée que tout change constamment était rassurante. Lui même n'avait pas fini de découvrir des choses.


HRP : désolée pour le retard, les éventuelles fautes et incohérence, je l'ai écrit en plusieurs fois ^^'
Revenir en haut Aller en bas


avatar
~ Mathilda
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 20/10/2012
• Messages : 29
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Sam 2 Aoû - 17:40

Le sourire qui s'étendit sur son visage sembla montrer a quel point il n'arrivait pas a concevoir un séparation avec son ewig. Elle aussi avait eu du mal au début. Quand le lien s'était rompu, elle avait juste entendu un dernier cri de détresse de Tomaka. Elle n'avait pas paniqué, elle avait voulu le retrouver. Mais dans l'anarchie qu'était devenue l'académie, elle s'était résolue a fuir sans lui. Et chacun de ses actes, de ses pensées depuis deux était guidés par le souvenir du phœnix. A quelques reprises, elle avait cru entendre son espèce de ricanement grinçant mais elle savait que ce n'était que le résultat de quelques verres et des divagations de son esprit. Cela se déroulait souvent lors des soirées importantes, des événements somptueux. Lorsqu'elle s'ennuyait a mourir en compagnie des bonnes familles américaine. Liam la coupa dans ses pensées virevoltante.

«Alors je n’interférerai pas plus longtemps... Je suppose que vous avez besoin d'intimité.»

Non pas réellement, les retrouvailles se feraient quand enfin il se verrai. Elle n'arrivais pas a communiquer encore avec, elle sentait juste ses sentiments. Mais c'était déjà tellement !

«J'ai bien compris que vous n'étiez pas une menace donc si vous voulez bien me suivre...»

Il marchait assez rapidement et regardait les bâtiments avec une mélancolie non-dissimulé, qu'elle arrivait à comprendre. Les murs avaient beau étaient reconstruit, les événements qui se cachait derrière les bâtiments mis à neuf restaient présent. Ils avaient déjà  détruit, tués... Qu'est ce qui les empêcheraient de recommencer. DE détruire cet équilibre précaire et nécessaire a beaucoup a nouveau ? Elle sentait le danger, l'insécurité qui rongeait les eternaliens. Elle comprenait.

«J'espère que vous n'êtes pas trop chamboulée par les changements et que vous retrouverez vite vos marques... Ainsi que la jeune fille que vous cherchez.»

Il souris après cet déclarations amicale. Selenna hocha la tête. Les changements ne la perturbait pas plus que sa.

« L'enfant que je cherche, elle s'appelle Vrlila et son ewig est un quetzal qui se nomme Vrrir. Il est agaçant comme oiseau, et toujours perché sur son épaule. Elle esquissa un sourire un peu perdu. Son pouvoir est la régénération cellulaire mais il me semble qu'elle avait réussis a soigner une autre personne un jour, rien de très grave, une petite griffure, mais je pense qu'en deux ans son pouvoir a du se développer. Si elle s'est entraîné évidemment... »

Elle parlait autant pour elle que pour lui. Elle essayait de se remémorer des éléments sur la petite mais le seul qui revenait a sa mémoire quand elle pensait à Vrlila était son cri de détresse quand Selenna avait été emmené. La surveillante lui avait hurlé de se cacher avant de se faire violemment assommé, perdant le fil de la réalité. Elle ne savait pas si la fille avait pu se cacher, partir. Elle se doutait qu'elle ai voulu se battre, mais contre des armes à feu, les poignards de Vrlila ne pouvait pas grand chose... Elle sortit soudain de ses pensées et apostropha Liam.

«Excusez-moi, mais tout à été refait n'est-ce-pas ? Or j'avais toutes mes affaires dans ma chambre quand j'ai... du partir. Je pense que mon ewig à pris quelques éléments qui étaient dans un sac mais le reste ? Quelqu'un les a récupérer ? Je peux retrouver mes affaires ? »

Elle se doutait que ces espoirs étaient vains, mais bon, elle n'avait rien a perdre à demandé.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Liam & Lula
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 16/12/2012
• Messages : 70

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Mer 27 Aoû - 20:41

Selenna hocha la tête à la remarque de Liam, comme si elle n'aurait aucun mal à se faire à cette nouvelle vie. Le professeur la trouva impressionnante lui qui avait encore un peu de mal après tout ce temps pourtant :

« L'enfant que je cherche, elle s'appelle Vrlila et son ewig est un quetzal qui se nomme Vrrir. Il est agaçant comme oiseau, et toujours perché sur son épaule. »

Cela n'évoqua rien au trentenaire qui fit tout de même un effort pour se souvenir. Peut être l'avait-il croisé au détour d'un couloir ou peut être pas...

« Son pouvoir est la régénération cellulaire mais il me semble qu'elle avait réussis a soigner une autre personne un jour, rien de très grave, une petite griffure, mais je pense qu'en deux ans son pouvoir a du se développer. Si elle s'est entraîné évidemment... »

Il acquiesça d'un geste de la tête mais il resta dans le flou. Non vraiment, ça ne lui disait rien. Il se sentit un peu désolé pour Selenna puisqu'il était incapable de l'aider et de se souvenir d'une enfant. Mais il ne doutait pas que ça irait. Il était sur qu'elle avait pu s'en tirer : si elle tenait un tant soit peu de cette femme, elle était forcément en vie. C'était une évidence pour Liam mais il préféra ne rien dire pour ne pas donner de faux espoirs à la jeune femme et parce qu'il ne voulait surtout pas la froissé en se montrant un peu trop optimiste face à sa détresse :

« Excusez-moi, mais tout à été refait n'est-ce-pas ? Or j'avais toutes mes affaires dans ma chambre quand j'ai... du partir. Je pense que mon ewig à pris quelques éléments qui étaient dans un sac mais le reste ? Quelqu'un les a récupérer ? Je peux retrouver mes affaires ? »

Liam eut un rire amer et ne répondit pas de suite. Il s'arrêta même de marcher inspirant profondément l'air frais de la nuit. Il jeta un coup d’œil vers l'établissement une masse sombre dans la nuit environnante. C'était un peu dire à haute voix qu'il ne restait plus rien de ce qui avait pu être là avant. Qu'en avaient-ils fait ? Bonne question. Personne ne le savait. Le professeur les imaginait bien tout brûler... Après tout, c'était des choses qui avaient appartenu à des monstres :

« L'académie a été aux mains de l'armée pendant un long moment... Ils se sont débarrassés de tout ce qu'on y avait laissé. Il ne reste plus rien... Tout a été refait, et nous sommes obligés de réécrire l'histoire de cet établissement. »

Liam n'était pas matérialiste mais cet endroit avait été un amoncellement de choses, il y avait de nombreux souvenirs qui avaient péri en même temps que les murs s'écroulaient. Mais ils étaient tous repartis du bon pied, près à reconstruire ce qu'on leur avait enlevé. À se reconstruire, à continuer à grandir au sein de cette académie :

« C'est le moment de prendre un nouveau départ. »

Sur ces mots, il se remit en marche. Bientôt ils arriveraient aux quartiers réservés aux employés.

[désolée c'est un peu court mais comme ça faisait un moment que tu attendais je me suis dit que tu aimerais une réponse même courte :)]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
~ Mathilda
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 20/10/2012
• Messages : 29
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Mar 9 Sep - 19:48

Il rit. "Mauvais signe". Il s’arrêta et huma l'air doux de l'aurore. Dans quelques heures, le soleil commencerait a poindre et embraserait le ciel. La journée serait ensoleillé. Liam sembla réfléchir a une éventuelle possibilité quand il contrecarra tout espoir.

« L'académie a été aux mains de l'armée pendant un long moment... Ils se sont débarrassés de tout ce qu'on y avait laissé. Il ne reste plus rien... Tout a été refait, et nous sommes obligés de réécrire l'histoire de cet établissement. »

Selenna imagina les bûchers, la fumée monter, le ciel noir, le reflet rougeâtre projeté sur les murs puis les cendres, recouvrant de gris la paysage. Elle imagina ses affaires parmi tant d'autre. Et elle béni Tomaka qui avait pris son sac avec tout le principal: ses katanas, ses dagues et les tenues qu'elle avait conservé d'avant.

« C'est le moment de prendre un nouveau départ. »

Elle en avait marre des nouveaux départs. Sa allait être son quatrième. Prendre des nouveaux départs commençaient a devenir son quotidien. Elle suivit sans rien dire le professeur jusqu'au bâtiments qui allait redevenir son « home sweet home » à elle. Et qui l'étais pour tant d'autre. Le bâtiments était dans le même esprit que le reste de l'internat. L'entrée semblait se faisait avec un badge, le le professeur avait. Elle entendit un petit « bip » puis le claquement caractéristique des portes automatiques. Liam poussa la porte et la laissa passer. Elle le remercia doucement. Même s'ils n'étaient que dans le hall, les gens dormaient et il aurait été malvenus de les réveiller.

« Merci de m'avoir accompagné ici. »

Selenna tourna la tête pour observer l’intérieur du bâtiment. Les murs étaient gris pale, et l'un d'eux était recouvert de boite aux lettres où les noms de familles des professeurs et surveillants était inscrit. C'était le hall typique d'un immeuble quelconque.
 
« C'est triste... Fade... Les chambres sont dans le même goût ? On peut les peindre, les décorer ? »

Elle avait envie de vie, de couleur. Elle imaginait un rouge presque rose, un jaune de la couleur d'un citron de Sicile, le turquoise d'une mer en Corse, le beige du sable fin, le  vert profond des feuilles d'un magnolia à la fin de l'été. Toutes les couleurs du cercle chromatique dans les pièces sans vie dans un mélange pétillant et élégant. Selenna vouait un véritable culte au couleurs, elle ne trouvait rien de plus expressif, rien de plus précis. Parfois un sentiments ne peut pas se nommer, mais on arrive à l'associer à une couleur. Et ce gris devait sans cesse rappelait ce qu'il s'était passé. Elle laissa échapper un morceau du futur rénové et coloré qu'elle entrevoyait pour ce hall.

« … Rouge grenade sur ce mur, peut être laisser le gris ici... »

Il fallait avouer que les appartement richement décorés, les matières précieuses, les couleurs éclatante qui rehaussaient subliment un gris pale, un beige ou un noir profond, le design qui oscillait entre contemporain et ancien l'avait fortement influencé et si elle avait toujours aimé les couleurs, après avoir vécus dans ces bijoux de décoration, elle commençait à entrevoir une nouvelle dimension, un renseignement sur le caractère, le mode de vie de quelqu'un. Et ce gris fade qui recouvrait les murs étaient... comme en train de succomber.



[Ma réponse n'est pas vraiment plus longue, et ne t'inquiète pas pour le temps de réponse, je sais que t'a d'autre occupations :) Mais merci quand même pour la réponse, en espérant ne pas t'avoir trop fait attendre ! ]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Liam & Lula
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 16/12/2012
• Messages : 70

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   Dim 18 Jan - 16:25

De la couleur, une explosion de couleur ! Comme un arc en ciel ou une aurore boréale. Pourquoi pas un levé ou couché de soleil aussi ? Un mélange de rouge, de jaune, de rose, de violet, de noir, de bleu ! De la vivacité et de la vitalité qui recouvriraient ce gris maussade. L'idée plut immédiatement à Liam. Lui qui avait remit au goût du jour l'appartement qu'il occupait, il était prêt à en faire de même avec ce hall.
Ce qu'il aimait par dessus tout, c'était les sourires, la joie, ces sentiments si puissants et si doux à la fois. Le bonheur était la raison de la vie, ce qui nous poussait à avancer et il aurait voulu, à cet instant, inscrire dans un sublime jaune soleil, un sourire malicieux. Celui-ci décorerait un visage d'une femme ou d'un homme dans la force de l'âge qui aborderait un regard bienveillant et dont les rides aux coins des yeux et aux commissures des lèvres marqueraient le plaisir. Liam pensa que ce serait un très bel accueil et que cela apaiserait quiconque rentrerait dans cette pièce.
Malheureusement, il n'avait pas de pinceau ou de peinture. Sinon il s'y serait mis dans la minute. Peut être se serait-il même amusé à lancé le pot de liquide coloré sur le mur pour le tâcher de façon asymétrique et plutôt amusante :

« En effet, ça manque cruellement de couleurs... Mais on peut s'approprier sa chambre comme on l'entend./b] »

Le trentenaire, comme intrigué par la proposition de l'ancienne surveillante qui reprendrait sans doute son poste ici, vint poser sa main sur le mur. Il aurait voulu, par la seule force de son esprit, le faire changer de pigmentation mais il en était bien incapable : son don à lui c'était de contrôler les jouets.
Il plissa ses yeux cernés, bien sur Liam était exténué, il l'était constamment puisqu'il ne dormait que trop peu seulement, elle lui avait donné l'envie de peindre et quand il avait une idée en tête, il ne s'arrêtait pas en si bon chemin. Le professeur savait même ou trouver ce dont il avait besoin et tant pis si le lendemain il finissait pas s'endormir sur son bureau face à une salle comble d'étudiants. Ceux-ci ne se gêneraient pas pour sortir ou l'imiter et se laisser aller à une bonne sieste !

Ralenti par la fatigue, il n'esquissa aucun mouvement pendant un court instant. Sa main était toujours contre le mur et soudainement il imagina un pan complet recouvert de main coloré. De petites mains d'enfants, car il en était sur, les primaires adoreraient cette activité.
Peut être que Liam était un peu déboussolé et qu'il perdait les pédales. Il faisait et pensait des choses inconsidérées. Mais c'était tout lui ! Il était le gars qui ne cadrait pas, qui ne cadrait jamais ! L'excentrique du groupe qui ne faisait rien comme tout le monde. Mutant, gay et professeur de théâtre : qui pouvait dire mieux ? Peut être cette femme aux cheveux bleu. Parce qu'elle aussi semblait unique en son genre et peut être que c'est ce qui plaisait à Liam :

« [b]Vous pouvez prendre une chambre libre, je pense que vous n'avez plus besoin d'aide. Moi, j'ai envie de faire un peu de peinture alors je vais resté ici encore un peu.
»

Un sourire épuisé éclaire ses traits. Il finira pas mourir de fatigue. Mais comment faire quand fermer les yeux nous fait peur ? Liam avait la réponse : on ne fait pas ! Ce n'était pas tant de la peur qu'il ressentait, plutôt de l'impuissance parce qu'il avait été incapable de sauver cette pauvre vie. C'était plus qu'il ne pouvait supporter. Et puis, mourir sous la tonne de travail, ça lui va. Il se voit bien terminé comme ça, sous une pile de feuille, au milieux de son amphithéâtre. Ce serait une mort médiocre en effet, mais elle terminerait en beauté sa pauvre vie auquel il tient malgré tout...

[J'ai pris mon temps pour le coup... Désolée ! Mais j'ai répondu :D]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et maintenant.... [Eve]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et maintenant.... [Eve]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ ETERNAL TIME :: •• Internat :: •• Lieux Extérieurs :: •• Entrée & Parking-