Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 On my own [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Willow Yelle
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 23/05/2013
• Messages : 97

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: On my own [Libre]   Lun 17 Mar - 6:05

Now that you're gone..

La neige tombe encore dehors, que c'est déprimant. De la fenêtre de sa chambre, Willow regardait les flocons s'écraser contre la vitre et fondre aussitôt. Normal, sa main posée sur cette dernière la rendait brûlante, une émotion trop forte la ferait éclater. Comme sa tête.

C'était l'après-midi, mais le temps grisâtre donnait l'impression que le temps s'écoulait un grain à la fois d'un sablier géant, depuis trois jours au moins. Le mois de mars était vraiment décourageant partout au Canada, comme si le printemps se refusait aux gens trop moroses comme Willow. Pourtant, elle avait une bonne excuse pour être triste et manquer les cours...

L'annonce de la mort de Mikhaïl l'avait laissée de marbre, elle l'avait entendu et vu parmi les visages de certains élèves de l'école, connaissant le jeune homme sans vraiment avoir partager un lien quelconque, comme Will. Elle ne pouvait se permettre de geindre devant tout le monde, et pourquoi donc, elle ne l'avait vu qu'une fois, ils avait partagé une nuit étrange et un café peu apétissant.

Et pourtant, les larmes pointaient du coin de ses yeux quand elle y repensait. Cette sensibilité venait sûrement du fait qu'elle n'avait jamais vécu la mort d'un proche. Cette impression d'avoir perdu quelque chose, qu'un morceau du monde venait de disparaître, ce n'est pas avec une vieille tante aigre que l'on ressentait ça.

Sa première idée avait été d'aller voir Florian, mais qu'elle belle surprise elle eut de voir que sa chambre était vide. Parti, lui aussi. C'était trop. Maintenant elle était dans sa chambre, comme un animal qui tournait dans sa cage, elle devenait folle, des pensées noires, sans queue ni tête envahissait la pièce. Elle devait sortir.

Elle claqua la porte de sa chambre, laissant sa hyène gratter la porte en jappant, outrée d'être laissée derrière alors que Willow n'allait pas bien. Pieds nus, elle marchait rapidement, vêtue d'un simple jeans et d'un pull gris, elle courait maintenant, sans trop savoir où aller.

Puis elle poussa deux grandes portes, après avoir couru comme une dingue pendant une dizaine de minutes, essayant d'échapper à sa propre tête. L'odeur de chlore lui prit à la gorge et elle n'eut pas le temps de prendre son souffle avant de tomber dans la piscine de l'école.

Perdue dans ses propres bulles, et sentaient une colère sourde gronder en elle, incapable de retrouver la surface et la réalité, elle hurla, de toutes ses forces. Elle laissa la rage sortir et elle sentit plus de bulles autour d'elle. Il faisait chaud, très chaud tout d'un coup. Elle manquait d'air, vite il fallait sortir d'ici.

Elle réussit à sortir de la fournaise qu'elle venait de créer et inspira à grande goulée l'oxygène bienfaitrice. En renvoyant vers l'arrière ses cheveux plaquées sur son crâne, Willow réalisa que l'eau autour d'elle bouillait à gros bouillon. La jeune fille pouvait résister à sa propre chaleur, mais pas à celle qui l'entourait, l'eau commençait donc à être sacrément chaude. De peine et de misère, elle s'extirpa de l'eau et alla se s'appuyer le dos contre le mur. Trempée, elle tremblait, un peu de rage, un peu sous le choc, un peu décousue d'elle-même.

Elle replia ses jambes contre, recroquevillée comme une petite fille, et entoura ses genoux de ses bras, la tête bien enfouie entre celles-ci, comme si cela pouvait la protéger, tandis que la vapeur de l'eau trop chaude envahissait la pièce et la fit disparaître...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Dim 30 Mar - 17:05

    Qu'est ce qu'il pouvait faire froid ! Yann frissonnait malgré les épaisses couches de vêtements qu'il avait enfilé. Il pressa le pas, impatient d'arriver à l'académie pour se mettre au chaud. Les flocons dansaient tout autour de lui et le jeune homme n'avait aucune envie de s'attarder sous cette douche froide. Le ciel blanc ne le rassurait pas plus et il accéléra encore : au loin il distinguait le bâtiment qu'il cherchait à atteindre. Il évita de peu une chute et, dans un dérapage contrôlé, parvint au pied des marches qu'il gravit deux à deux. À peine passa-t-il les portes qu'il soupira de joie. En s'essuyant les pieds, le gothique se frotta les bras : il était frigorifié mais la chaleur revenait peu à peu.

    Skull, son ewig et chinchilla, voyant qu'il n'avait plus à craindre la neige et le froid sortit de sa cachette et sauta sur le sol avant de déguerpir comme le rongeur qu'il était. Yann étouffa une exclamation de surprise en voyant le petit animal détalé, il soupira découragé et se demanda ce qu'il pourrait bien faire. Yume travaillait aujourd'hui et ayant oublié ce détail il était venu dans l'espoir de passer un peu de temps avec elle. Hélas, il avait fait le trois-quart du chemin quand il s'en était rappelé et maintenant qu'il avait bravé la tempête, il n'était pas question qu'il fasse demis-tour. Bien sur, il aurait pu aller voir Eve mais celle-ci était dans un état de dépression et il n'était pas sur d'avoir les épaules assez large pour la soutenir dans l'épreuve qu'elle vivait...

    Il passa une main dans ses cheveux trempés dans l'espoir de recoiffé un peu sa tignasse noir. Peine perdue, ne sachant que faire il se mit à déambuler sans but précis à la recherche de quelqu'un ou quelque chose qui pourrait le distraire un peu. Cependant il ne croisa personne mais ne se laissa pas abattre.

    N'étant pas resté très longtemps pensionnaire, Yann ne connaissait pas tous les recoins de l'académie et il se mit en tête de les explorer. Il tomba sur le local du concierge remplit de produit ménager et de balais mais passa rapidement son chemin : cet endroit n'était pas fait pour lui. Les salles de classe étaient vides et il en profita pour y jeter un petit coup d'œil mais là encore il n'y avait rien de très passionnant si ce n'était la neige qui se collait aux vitres pour y fondre.

    Il se dirigea alors vers l'aile est et eut la surprise de voir une jeune femme courir. Elle passa devant lui sans le remarquer et disparu aussi vite qu'elle était arrivée. Intrigué, Yann partit à sa recherche mais ne la trouva pas. Il contacta Skull par la pensée pour savoir s'il ne l'avait pas croisé mais celui-ci ne répondit pas trop occupé à échapper à un chat de gouttière. Ne se laissant pas abattre pour si peu, l'étudiant recommanda à son ewig de se cacher dans un endroit difficile à atteindre et continua son chemin.

    Bientôt, il reconnut la porte de la piscine. C'était le seul endroit ou il ne s'était pas rendu, il haussa les épaules et poussa les battants. De suite, le jeune homme fut surpris par la chaleur qui se dégageait de la pièce. De la vapeur avait investi les lieux : il resta un instant perplexe ; à sa connaissance il y avait un piscine pas un sauna ! Sa vue étant quelque peu dérangée par le brouillard il fit attention ou il mettait les pieds. Pas question de tomber dans l'eau ! Il aperçu le bassin un peu plus loin et alla y trempé sa main, la chaleur de l'eau le fit jurer et sa voix se répercuta contre les murs de la piscine. Prestement, il recula gardant une distance de sécurité entre lui et l'eau bouillante : pas question qu'il finisse en pot au feu là dedans !

    Maintenant, il commença à faire un peu plus attention à ce qui l'entourait et distingua une masse sombre contre un mur. Devinant que c'était la jeune femme qu'il cherchait il s'approcha prudemment : il la découvrit recroqueviller sur elle-même.

    Yann n'était pas très altruiste ou attentif. Il avait eut sa dose de problèmes mais cette inconnue lui faisait de la peine et, étrangement, en la voyant ainsi il eut un élan de compassion. Silencieusement il se glissa à côté d'elle. Il ne savait pas trop quoi dire ou faire mais il chercha à faire comprendre à l'inconnue qu'il était là :

    « Hé bien, y a un sacré décalage de température entre ici et dehors... »

    Il ricana doucement se moquant surtout de lui même. Sur qu'il n'y avait pas pire approche mais au point ou il en était, ce n'était pas bien grave. Il jeta un coup d'œil à la jeune femme mais à part des cheveux rouges et noirs, un jean et un pull gris il ne distingua pas grand chose. Enfin, elle au moins était habillée correctement : lui portait encore sa veste en cuir noir, un bonnet qu'il trouvait affreux et un jean délavé. Ses grosses chaussures commençaient d'ailleurs à faire cuire ses pieds mais il n'osa pas se mettre plus à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Willow Yelle
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 23/05/2013
• Messages : 97

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Mar 1 Avr - 13:34

Don't stay

Après un tel bouillon, Willow sentait l'eau chaude brûler ses poumons, mais elle se sentait incapable de la recracher, même respirer lui semblait être une torture dans cet enfer de vapeur. Les yeux clos, son univers se rendait pas plus loin que le bout de ses pieds. Son coeur se débattait dans sa poitrine sans qu'elle n'arrive à le calmer, tout comme ses pensées. Les idées noires se chamboulaient, chacune voulait prendre un peu plus place dans son esprit, comme c'était étrange pour elle de se sentir si abattue sans raison. Mais qu'elle était bête, cela faisait longtemps qu'elle aurait du se rendre compte que sa vie n'était un échec.

*Cesse de te tourmenter, tout va aller pour le mieux, allons, ne te laisse pas abattre, tu as une mauvaise journée, ça va passer, viens me voir on va en discuter...*

Howl ne cessait plus de l'harceler, Will sentait que sa tête allait exploser. Elle ne voulait pas rabrouer son ewig, elle savait que sa hyène voulait lui venir en aide. Malheureusement elle se noyait dans ce torrent de pensées diffuses qui n'étaient pas vraiment les siennes. Impossible de respirer avec toute cette pression sur ses poumons, et cette fichue eau qui s'était infiltrer dans sa gorge la torturait. À quoi bon respirer, c'était trop difficile, comme tout le reste d'ailleurs.

Maintenant qu'elle était seule dans cet immense école, rien ne l'empêchait de partir aussi loin que possible. Cela ne servait à rien de s'éterniser ici puisque ses notes étaient désastreuses et son pouvoir devenait de plus en plus dur à contrôler. Pourquoi rester enfermée dans cette prison, elle avait bien quitté sa maison pour venir ici, alors ce ne serait pas difficile de partir encore une fois.

« Hé bien, y a un sacré décalage de température entre ici et dehors... »

Entre ses pensées et celles de Howl, Willow n'avait jamais entendu le garçon entrer dans la salle d'eau. Surprise, elle sursauta violemment, sans pouvoir empêcher l'eau déjà infiltrée dans son système respiratoire d'atteindre sa destination. Dans un sursaut de survie mécanique, elle s'étouffa, lamentablement il faut le dire, sans pouvoir mentionner qu'elle était responsable de cette chaleur étouffante. S'en suivit d'un moment horriblement de malaise pour Willow qui arrivait à peine à tousser pour faire sortir l'eau de ses poumons. Après quelques minutes de combat contre l'élément qu'elle détestait maintenant le plus, la jeune fille parvint à lever une main pour signaler qu'elle respirait encore et parvint à se remettre en position initiale. Il fallait mentionner que son étouffement l'avait peu à peu étendue par terre, cherchant une façon d'expectorer le liquide malveillant. Peut-être avait-il finit par s'évaporer, car elle réussit à s'en sortir.

Bref, tout ça pour dire qu'elle avait eu l'air d'une parfaite idiote devant cet inconnu, même si ce n'était pas la première fois, c'était toujours aussi gênant. Willow essuyait ses yeux, comme si le maquillage qui avait coulé sur ses joues ne laissait pas paraître qu'elle venait de pleurer.

-Désolé, c'est ma faute, j'ai un peu dérapé, mais ça va maintenant...

Ses vêtements étaient déjà secs mais elle grelottait tout de même. La céramique sur laquelle elle se tenait commençait à chauffer, alors elle se tassa un peu, mettant par la même occasion une distance sécuritaire entre elle et le garçon. Elle ne l'avait jamais vu ici, quoique c'était normal puisqu'elle ne sortait pas souvent de sa chambre mis à part pour les cours et le bar ces temps-ci. Ah c'est vrai, elle l'avait croisé alors qu'elle courrait comme une dérangée dans l'école, une autre raison de la croire cinglée. Mais bon, Willow avait l'habitude, alors pourquoi pas faire connaissance.

-Tu étudies ici? Je ne te connais pas..

Bon changement de conversation, question de détourner l'attention de la piscine fumante et faire croire que c'était une journée comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Mar 1 Avr - 23:12

    La chaleur intense de la salle aurait du gêné Yann. Du moins plus que ça ! Seulement, trop heureux d'être au chaud très loin des flocons de neiges et de la grisaille, il ne parvenait pas à trouver la chaleur insoutenable. Bien au contraire : c'était tout ce qu'il voulait. Ayant quelque problème d'argent, il n'osait pas mettre trop de chauffage et se les gelait tout l'hiver. Malgré tout, ça n'était pas agréable : d'abord à cause de la vapeur. Ensuite parce qu'il commençait à transpirer beaucoup et qu'il détestait être moite.

    Mais plus que ce léger problème qu'était la température, c'était l'inconnue qui l'intriguait. Lorsqu'il lui avait adressé la parole elle avait sursauter, lui faisant peur à son tour et puis elle s'était étouffer. Effaré, Yann n'avait rien trouvé de mieux que de regarder bouche bée, les yeux ronds : il était dépassé par tout ceci. Ou disons que la dernière fois que quelqu'un avait eu la bonne idée de s'étouffer devant de lui, c'était sa petite amie et avec un ours en gélatine. Après quoi, elle avait crié à l'attentat et lui avait cru mourir de rire ! En tout cas, là, il ne rigolait pas du tout. C'était même plutôt impressionnant... restant les bras ballant, Yann se sentit aussi stupide qu'inutile : et si elle ne s'en sortait pas et qu'on le poursuivait pour non-assistance pour personne en danger ? Dans le doute, le jeune homme se promit de mentir et de dire qu'il l'avait trouvée morte. Skull qui suivait le cours de ses pensées se demanda un instant si c'était une bonne idée :

    « T'es sur que ça marchera ? T'as pas un meilleur plan ? Parce que c'est un peu léger le 'j'y suis pour rien, elle était comme ça quand je suis arrivé'... je te proposerais de quitter les lieux, c'est plus sur. »

    L'étudiant réprima un sourire amusé, lui et son ewig faisait vraiment la paire. Par chance, la mourante s'en tira sans trop de mal ce qui rassura grandement le jeune homme : il ne serait pas inculpé. Au contraire, le chinchilla trouva que ce n'était pas drôle, parce que très franchement, il aurait adoré voir sa moitié se dépatouiller avec les flics. Cependant, Yann se renferma ; la blague n'était pas à son goût et Skull se tut, comprenant qu'il était allé trop loin :

    « Désolé, c'est ma faute, j'ai un peu dérapé, mais ça va maintenant... »

    Yann, qui dorénavant ignorait son ewig, lui offrit un sourire rassuré. Mais lorsque la jeune femme se recula, il se demanda s'il n'avait pas fait quelque chose de mal. D'ailleurs, il aurait bien voulu savoir ce qu'il s'était passé ici pour que la piscine ressemble à un hammam et pour qu'elle aborde un air si accablé :

    « Tu étudies ici ? Je ne te connais pas... »

    Certes, le gothique n'était pas une flèche, il avait même un QI relativement limité mais il comprit qu'elle n'avait pas envie d'en parler. Il aurait peut être le temps de revenir sur ce sujet plus tard, s'il y avait un plus tard. En attendant, il chercha si lui, la connaissait. Mais même en voyant son visage, rien ne lui vint. Il en conclu que c'était bel et bien une inconnue : son style l'aurait marqué autrement ; elle semblait être de celle qu'on n'oublie pas si facilement :

    « Ah, C'est que je dois avoir fait exploser le record d'absentéisme... Si je continue comme ça je vais me faire virer. Ce serait un soulagement pour les profs crois-moi ! » plaisanta-t-il pour adoucir l'atmosphère.

    Yann commençait à avoir vraiment chaud, il se déchaussa et enleva sa veste pour se mettre plus à l'aise. Il se retint de rire en voyant que ses chaussettes étaient dépareillées :

    « Je n'aurais pas cru voir quelqu'un ici aujourd'hui... Tu vis à l'internat ? »

    Il lui sembla qu'une discussion sans intérêt était un bon moyen de mettre la jeune femme en confiance. Au moins là, il était sur qu'elle lui répondrait, et avec un peu de chance il réussirait à lui faire retrouver le sourire d'ici la fin de la conversation !

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Willow Yelle
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 23/05/2013
• Messages : 97

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Mer 9 Avr - 5:10

Feelin' Myself

Willow s'efforça de sourire, voulant rassurer l'étranger qu'elle était hors de danger, mais avant tout pour se réconforter elle-même. Howl avait quitté son esprit lorsqu'elle avait réalisé que son humaine n'était plus seule, et elle cherchait probablement une façon de la rejoindre. Willow pouvait faire le vide et calmer sa tête pendant ce temps. Elle se sentait déjà mieux, moins envahit par ses idées noires, toute son attention allait à l'inconnu. Peut-être qu'un peu de renouveau était ce qui lui fallait, une vague d'air frais dans cette canicule. En parlant d'air frais, il faisait vraiment trop chaud ici, dommage qu'elle ne puisse ouvrir une fenêtre pour aérer. La jeune fille ne transpirait pas, parfaitement sec de la tête aux pieds, elle éprouvait une certaine pitié pour le garçon qui allait finir par surchauffer. Même si la chaleur ne l'incommodait pas, en tout cas moins que l'eau bouillante, elle enleva son pull pour ne garder qu'une camisole blanche qui s'accordait mieux avec les circonstances.

Elle voulait avant tout avoir l'air normal aux yeux du gars qu'elle ne connaissait pas, une vieille habitude qui ne l'avait pas quitté depuis son arrivée ici. Bref, normal était un grand mot pour Will, qui jouait nerveusement avec ses piercings tandis qu'elle se levait pour marcher un peu, histoire de dissiper la chaleur que son corps produisait encore. Elle était rarement aussi évasive devant les gens, même ceux qu'elle ne connaissait pas, mais elle ne se sentait pas apte à se lancer dans une joute verbale pleine d'assurance et d'arrogance dont elle avait le secret, pas aujourd'hui. Alors elle serait simplement Willow, pour une fois.

Malgré son air rassurant, elle évitait de croiser le regard de l'inconnu, ses yeux cherchant une quelconque porte de sortie dans l'eau encore fumante. L'idée de se faire des amis et de les perdre encore une fois ne lui plaisait guère, alors autant limiter les dégâts.

« Ah, C'est que je dois avoir fait exploser le record d'absentéisme... Si je continue comme ça je vais me faire virer. Ce serait un soulagement pour les profs crois-moi ! »

Petit rire, à peine voilé par sa main, s'en était presque mignon, comme si elle voulait se protéger de cette bonne humeur voulant chasser ses nuages. Au moins, c'était un étudiant, il devait avoir un pouvoir lui aussi, qu'il a un jour appris à contrôler, contrairement à elle. Mais ça, il n'avait pas à le savoir.

« Je n'aurais pas cru voir quelqu'un ici aujourd'hui... Tu vis à l'internat ? »


Il y avait des cours toute la journée, alors les couloirs étaient vides et les quelques récalcitrants se terraient dans leur chambre, à l'abri du courroux des surveillants. Et il y avait Will, qui manquait de se noyer, puis de s'étouffer dans une bouilloire, et le gars avec des chaussettes dépareillées...

-Oui, ça fait presque un an déjà, et je vais sûrement rester une année de plus vu le nombre de cours auxquels j'ai assisté. Et toi? À voir tes «bas» tu dois habiter en appart'.

Répondit-elle avec un sourire déjà plus convaincant.

Habituée à la petite vie de château, Willow n'avait jamais perdue cette habitude de porter ses chaussettes par paire. Ce manque d'organisation s'associait indéniablement à la vie libre et sans soucis d'appartement. Ah, comme elle en rêvait.. Le fait qu'elle ne l'ai jamais croisé dans l'internat et tout le collège portait aussi à croire qu'il n'habitait pas dans le coin. Son style accrochait le sien, même ses cheveux de jais hirsutes ne passaient inaperçus, alors il était difficile de le manquer. Elle s'était retournée pour faire face au jeune homme, la vapeur montait encore de l'eau derrière elle, mais on pouvait de mieux en mieux voir ce qui les entouraient.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Sam 12 Avr - 18:37

    Yann avait toujours été un excentrique, dans ses choix d'amis, de fringues ou de vies, ce que sa famille lui avait toujours reproché le forçant à fuguer. Ici aussi il aimait afficher sa différence, montrer que les apparences n'étaient rien que des masques. Son excentricité le poussait à rester avec cette fille qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam et qui semblait ne rien faire comme les autres elle aussi. Et peut être était-ce ça qui retenait le jeune homme dans cette piscine :

    « Oui, ça fait presque un an déjà, et je vais sûrement rester une année de plus vu le nombre de cours auxquels j'ai assisté. Et toi ? À voir tes « bas » tu dois habiter en appart'. »

    Il ne se retint pas de rire cette fois, cette fille était d'une franchise désarmante et d'une perspicacité qu'il ne lui avait pas deviné bien qu'il ne vit pas le rapport entre ses chaussettes et son appartement. Celui-ci était d'ailleurs dans un état déplorable, tant qu'effectivement, il était impossible de mettre la main sur une paire assortie. Yann ne se prenant que très rarement la tête, et encore, ne faisait plus attention à ce qu'il enfilait sur ses pieds : ça aurait pu être les soquettes de sa copine qu'il les aurait mis. Heureusement pour lui, aujourd'hui il avait été chanceux : la droite était bleu avec des tâches de javel et la gauche était raillée noire et grise. L'étudiant remua un peu les pieds avant de répondre :

    « Bien deviné ! Et par hasard tu serais pas issue d'une famille aisée voire riche ? Parce que « bas » pour désigner de vulgaire chaussettes, ça ne se trouve pas dans la bouche de n'importe qui ! »

    Il lui offrit un sourire franc, sa propre famille étant riche, il avait reçu une éducation des plus raffinées qu'il s'efforçait d'oublier jours après jours : ainsi il ne se tenait pas droit, ne vouvoyais ni les inconnus ni ses ainés, riait fort, dormait jusqu'à tard et mangeait devant la télé. Certainement que ses parents auraient tourné de l'oeil en voyant son style de vie plutôt dépravé mais ceux-ci niaient avoir eu le moindre fils portant le prénom Yann. Comme il avait changé de nom de famille, il était plus facile de faire comme s'il n'avait jamais existé. Peut être qu'un jour l'étudiant se déciderait à renouer avec eux mais pour l'instant il profitait de sa liberté durement acquise.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Willow Yelle
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 23/05/2013
• Messages : 97

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Lun 28 Avr - 19:04

That hurt

Willow crut au premier abord qu'il se moquait d'elle à l'entendre rire de la sorte. Était-ce sa façon de s'exprimer qui l'amusait tant? Ou sa tête éméchée et décoiffée? Elle ne semblait pas comprendre, son visage était teinté d'incompréhension, frôlant presque l'indignation. Une moue boudeuse apparut sur ses lèvres. Mais cela ne dura pas longtemps, même si elle comprenait mal les intentions du jeune homme, Will semblait avoir l'habitude des commentaires négatifs à son égard. Peut-être était-ce l'habitude qui la rendait si susceptible.

« Bien deviné ! Et par hasard tu serais pas issue d'une famille aisée voire riche ? Parce que « bas » pour désigner de vulgaire chaussettes, ça ne se trouve pas dans la bouche de n'importe qui ! »

La jeune demoiselle haussa un sourcil, douteuse que sa remarque soit une attaque ou une simple question. Décidément, elle était à fleur de peau depuis la mort de Mikhaïl. Même son sourire pourtant sincère lui semblait être une grosse mise en scène. Mais ça ne l'empêcha pas de tourner cela en blague tandis qu'elle lui fit une révérence des plus distinguée et pédante qu'il lui ai été donné de voir.

-Bien évidemment, très cher! Willow Yelle est nulle autre que l'héritière de la fortune de son père chéri, le grand patron du casino de Montréal, et toute la ville tremble sous mon joug, à l'affût de chacun de mes gestes.

Elle étirait sa longue jambe, plia le dos bien bas et tandis une main dans une mimique de noblesse complètement ridicule. Et comme le karma fait bien les choses, en jouant l'idiote, elle sentit son pied glisser à cause d'une flaque d'eau. Bien sûr, elle ne réussit pas à se rattraper, seulement à battre des bras comme une poule déjantée, et finit sa révérence au sol, sa tête cogna durement sur la céramique, tout près de la piscine.

Gémissant et grognant à la fois, Willow se prit se frotta la tête à deux mains, se tordant comme si elle était blessée à mort. Même si elle était maladroite et se faisait toujours mal, sa tolérance à la douleur ne semblait pas s'améliorer au fil des accidents. Encore une fois, elle avait l'air d'une parfaite idiote devant un type qu'elle ne connaissait pas, enfin, elle savait qu'il ne portait pas de bas de la même couleur. Pour alléger l'atmosphère et rassurer le gars qu'elle n'allait pas mourir, elle ajouta en restant allongée sur le bord de la pisicine:

-Dommage que je ne puisse pas acheter un peu d'agilité pour éviter de me casser la gueule à chaque que je bouge!

Son langage c'était visiblement dégradé en tombant, ou ses gouvernantes avaient raté leur travail dans l'éducation de la petite Yelle. De toute façon elle avait toujours eu cette habitude de parler comme un forgeron, au grand détriment de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Dim 18 Mai - 15:44

    La jeune demoiselle aurait pu être une grande comique, Yann n'en doutait pas. Ou alors il était très bon publique : c'était une possibilité à ne pas écarter. En tout cas, l'étudiante l'amusait beaucoup autant dans sa gestuelle que dans sa manière de parler ou même de se tourner en dérision. Oui, elle était le genre de personne qu'il fréquentait en tant qu'ami.
    Pour répondre aux propos de l'adulescent, elle mima une sublime révérence digne des barons d'Angleterre ou même de la reine. Ça ne collait tellement pas avec son style que Yann essayait tant bien que mal de ne pas mourir de rire : la tâche se révéla ardu mais cela ne l'empêcha pas de prêter attention à ses paroles :

    « Bien évidemment, très cher ! Willow Yelle est nulle autre que l'héritière de la fortune de son père chéri, le grand patron du casino de Montréal, et toute la ville tremble sous mon joug, à l'affût de chacun de mes gestes. »

    Le gothique releva le prénom de son interlocutrice et le grava dans sa mémoire : il avait bien l'intention de la revoir. Ou du moins de lui taper la discussion s'il la recroisait et, le meilleur moyen, était encore de l'interpeler par son prénom.
    Il ne changea pas d'avis même lorsque Willow s'écrasa sur le sol en glissant sur une flaque d'eau. Par ailleurs, pour une fois, Yann n'explosa de rire mais sauta plutôt sur ses pieds un peu inquiet de la santé de la jeune femme. Mais il l'entendit grogner et geindre prouvant qu'elle n'aurait qu'une grosse bosse ce qui rassura quelque peu le petit adulte :

    « Dommage que je ne puisse pas acheter un peu d'agilité pour éviter de me casser la gueule à chaque que je bouge ! »

    Cette fois-ci il ne se retint pas de rire : après tout c'était une blague alors pourquoi se retenir ? Puis Yann vint s'asseoir à côté d'elle puisqu'elle était restée allongée près de la piscine. Son rire résonnait encore dans la salle alors qu'il enleva ses chaussettes pour se tremper les pieds. Il trempa un orteil dans l'eau et finalement il se ravisa : c'était encore brûlant et il était une petite nature :

    « Il y a certaine chose qu'on ne peut pas acheter ! Mais c'est pas plus mal non ? Mes parents eux auraient bien voulu m'acheter une conduite et ça m'aurait fait chier qu'ils puissent...[b] »

    Il repensa un instant à tout ce qu'il possédait en Angleterre et à ce qu'il avait maintenant. Il ne lui restait pas grand chose mais il était quand même heureux. Et ce bonheur là, on ne pouvait pas l'acheter. D'ailleurs il y avait fort à parier pour que ses parents n'aient jamais été heureux comme lui l'était :

    «[b] Au fait, si ton père est riche comment ça se fait que tu habites encore à l'académie ? Il peut pas t'acheter un appartement ?
    »

    C'est une manière détournée de découvrir si elle s'entend bien avec son paternel, c'est un peu manipulateur et plus vicieux que de demander de but en blanc mais c'est aussi plus poli et raffiné. Normalement, cette question ne devrait pas la mettre mal à l'aise...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Willow Yelle
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 23/05/2013
• Messages : 97

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Ven 30 Mai - 14:30

Étendue de tout son long sur le bord de la piscine fumante, Willow sentait ses vêtements s'imbiber peu à peu d'eau, mais elle s'en fichait. Si cela pouvait la rafraîchir un peu elle aurait été comblée. Le garçon vint la rejoindre sur le bord, voyant qu'elle n'était pas si blessée que ça, alla s'asseoir près du bord lui aussi. Elle se retint de rire lorsqu'il tenta de tremper un pied, bien évidemment l'eau était encore d'une température insoutenable.

La mutante croisa les bras et y posa son petit menton pointu, l'observant avec attention, cherchant à savoir pourquoi il était encore ici. Elle n'était pas du genre à avoir des atomes crochus avec les gens, mais son style gothique avait retenu son attention, puis sa sympathie avait fait le reste. Les gens avec un genre alternatif avait beau toujours attirer son regard, elle en connaissait beaucoup qui ne valaient même pas la peine de regarder. Lui au moins en valait la peine.

« Il y a certaine chose qu'on ne peut pas acheter ! Mais c'est pas plus mal non ? Mes parents eux auraient bien voulu m'acheter une conduite et ça m'aurait fait chier qu'ils puissent...»

-Ha! C'est bien vrai ça, si tu savais tout ce que mon père a dépensé pour que je me tienne tranquille. Au final, je me suis sauvée pour venir étudier ici, et il paie encore!

Elle se tortilla pour se mettre sur le dos, et s'étira longuement pour se laisser choir, les bras au-dessus de sa tête, ses cheveux de nouveau trempés par l'eau chaude sur la céramique. Elle le vit se tremper le gros orteil dans la piscine, encore trop chaude pour lui. Will s'étira le bras et immergea ses doigts, trouvant l'eau pas si chaude que ça, elle les laissa tremper, juste pour lui montrer à quel point elle était une dure à cuire.

«Au fait, si ton père est riche comment ça se fait que tu habites encore à l'académie ? Il peut pas t'acheter un appartement ? »

La jeune fille de riche mis un moment à répondre, comme si elle réfléchissait à une réponse adéquate. En fait, elle se le demandait elle aussi, pourquoi n'était-elle pas déjà en appart'? Par peur de l'inconnu, se disait-elle, même si elle était partie sur un coup de tête pour atterrir dans cette académie dont elle ignorait l'existence.

Elle se mit à faire des vagues dans l'eau de la piscine, le regard rivé aux luminaires, puis tourna la tête vers son interlocuteur.

-C'est vrai que je pourrais aller en appart', j'ai sa carte de crédit en otage, et s'il veut pas me donner d'argent, je le menace de dévoiler au monde qu'il est pourri jusqu'à la moelle! Bon, c'est pas très éthique, mais je l'ai jamais aimé, et je crois que c'est réciproque. Mais je devrais me mettre à chercher pour un logement potable, j'ai pas envie de vivre dans un trou à rat. Peut-être un loft, dans une grande tour, ou dans un château!

C'était sans doute pour ça qu'elle n'était pas déjà en appartement, elle ne connaissait pas les vrais problèmes de la vie, du genre se trouver un logement. Elle qui avait tout cuit dans le bec depuis la naissance, comment pouvait-elle comprendre que le monde ne tournait pas toujours comme elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: On my own [Libre]   Ven 24 Oct - 14:08

Yann réfléchit un instant à toutes les galères qu'il vivait dans son appartement. Déjà, il devait partager les frais avec un colocataire, ne se faisant pas entretenir par ses parents qui l'avaient certainement renier, ensuite, il fallait remplit le frigo toutes les semaines : le jeune homme ne mangeait pas au self de l'académie puisqu'il n'y résidait pas, puis s'occuper des factures et des assurances... Il pouvait finalement comprendre qu'on décide de rester à l'internat. Mais son besoin d'indépendance l'avait poussé à se trouver un chez-soi bien à lui, pas très loin du bahut, pas trop cher et assez spacieux. Depuis peu il le partageait avec Eliot ce qui, en plus, lui permettait de faire des rencontres sympa. Comme ils s'étaient très vites liés d'amitié, les deux étudiants avaient trouvé ça d'autant plus cool de cohabité mais tomber sur la perle du premier coup devait être un coup de chance. La preuve en était que Yann avait eut beaucoup de colocataire avec son ami et ça n'avait pas toujours été facile :

« C'est vrai que je pourrais aller en appart', j'ai sa carte de crédit en otage, et s'il veut pas me donner d'argent, je le menace de dévoiler au monde qu'il est pourri jusqu'à la moelle ! Bon, c'est pas très éthique, mais je l'ai jamais aimé, et je crois que c'est réciproque. Mais je devrais me mettre à chercher pour un logement potable, j'ai pas envie de vivre dans un trou à rat. Peut-être un loft, dans une grande tour, ou dans un château ! »

Aux dires de Willow, Yann l'imagina armée, menaçant une pauvre carte de crédit sous les yeux désespérés de son pauvre père, apparemment pas tant à plaindre que ça d'après la jeune femme. Bien que lui même ait quelques problèmes familiaux, il ne pouvait s'empêcher de trouver ça triste un père et une fille se détestant. Lui ne haïsait pas ses parents, il s'en fichait purement et simplement. Quand il était jeune et qu'il vivait sous le même toit, peut être les avait-il eut en horreur mais maintenant qu'il ne les voyait plus, toute sa rancoeur s'était estompée pour faire place à une indifférence sans limite.

Par contre, l'idée de vivre dans un château ou dans une tour à la manière de Raiponce, l'amusait beaucoup. Les bâtiments médiévaux avait un charme indéniable mais ceux qui lui plaisait le plus restait les immeubles de l'époque victorienne même si c'était très kitch :

« Et puis il faudrait que tu trouves des serviteurs, une bonne pour passer le ménage... Trop dur la vie ! » Se moqua-t-il dans un clin d'oeil : « Et sinon, tu crois que tu pourrais t'offrir quoi avec cette carte de crédit ? J'aurais bien envie d'une nouvelle viture, tu crois que c'est possible ? »

Il lui offrit un sourire complice ainsi qu'un haussement de sourcil signifiant qu'il faisait de l'humour, même s'il aurait bel et bien voulu une nouvelle caisse. Et tandis qu'il imaginait le véhicule de ses rêves, son regard s'arrêta net sur la main de sa nouvelle amie qui faiait trempette dans l'eau bouillante. Ses yeux devinrent aussi ronds que des billes sous l'effet de la surprise et il se retenta à y glisser un orteil. Ne voulant pas paraître faible face à une fille, il imergea son pied entièrement en grimaçant douloureusement et le retira presque aussitôt. Décidément il était une petite nature ! Il espéra secrètement qu'elle n'ait pas relever son manège, il aurait eut l'air bien imbécile...

Hélas, Skull décida de faire une apparition à ce moment, pour être bien sur que sa moitié d'âme est l'air d'un idiot : poursuivit par le chat qu'il avait réussi à semer mais qui l'avait tout de même retrouvé, le chinchilla traversa la salle comme une petite boule de nerf, fonça sur Yann qui fut un peu surpris de sentir une boule de poil grimper sur ses cheveux et, le chat, fit de même, toute griffe dehors, faisant glisser l'étudiant dans la piscine bouillante. Complètement paniqué, le félin planta ses griffes dans l'épaule du pauvre garçon qui grogna de douleur et essaya de se sortir de l'eau. Une tâche bien trop compliqué pour lui qui gérait son pauvre rongeur traumatisé et l'autre bestiole sur ressort...

Il lança un regard suppliant à Willow pour qu'elle lui vienne en aide alors qu'il s'agrippait au rebord en serrant les dents pour ne pas crié de douleur !

[HRP : je réponds très très tard, alors que le forum ferme mais j'ai décidé de finir correctement mes rps ! Désolée pour le gros gros retard ><]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On my own [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On my own [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ ETERNAL TIME :: •• Academy :: •• Aile Est :: •• Piscine-