Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 When the city sleeps ~ [PV Cath. L]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Oxane Fox
MODO
« Per ardua ad astra »

• Inscription : 11/10/2012
• Messages : 661

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: When the city sleeps ~ [PV Cath. L]   Mar 31 Déc - 14:08



when the city sleeps
Quatre-cent-quatre-vingt-douze, quatre-cent-quatre-vingt-treize...

Une fois arrivé à cinq cents moutons, Eliot désespéra vraiment. Ça faisait bien deux heures qu'il fixait le plafond, il serait même capable de faire une dissertation sur la signification de leurs formes tellement il les avait regardés. Et puis qui était le débile qui avait dit que compter les moutons ça aidait à s'endormir? Sincèrement, qui avait déjà réussi à s'endormir en les comptant sauter par dessus la cloison, et d'ailleurs pourquoi est-ce qu'ils sautaient pas dessus une barrière? Ils n'avaient pas un chien de berger qui les gardaient? S'il ne dormait pas, Sirius se serait bien moqué de lui.

S'il n'avait pas été en colocation avec Yann il aurait bien allumé la lumière pour essayer de lire quelque chose, un livre pour les cours. Il avait bien envie d'allez sur l'ordi aussi, mais s'il faisait ça, il n'y avait plus aucune chance qu'il s'endorme... Mais en même temps c'était pas comme s'il avait la moindre chance de s'endormir tout court. Et puis il avait faim. Super faim. C'est d'ailleurs fou toutes les choses qu'on peut faire quand on a faim. Comme sortir de son lit douillet alors qu'on n'avait pas trouvé toutes les autres raisons suffisamment importantes pour qu'elles nous obligent à en sortir.

Il attrapa à l'aveuglette des habits qui semblaient être un tee-shirt et un jean, il n'avait plus qu'à espéré que c'était les siens et non ceux de Yann, parce qu'ils n'étaient pas du même gabarie et qu'il risquait de déchirer ses affaires.
L'un des points positifs de dormir en caleçon résidait dans le fait qu'il pouvait s'habiller en deux-deux sans aucun problèmes. Il sauta dans son jean (qui était bien le sien) et mis le tee-shirt à l'aveuglette en espérant qu'il l'avait mis dans le bon sens, quoiqu'au pire c'était pas grave, il était censé ne rencontrer personne dans sa chasse à la nourriture. Il allait juste faire un petit tour à la cantine, qui bien que vraiment mauvaise, enfin dans ses souvenirs, il ne mangeait plus que rarement là-bas, il y avait des fruits et des yaourts qui étaient plus mangeable que le reste des plats. Il attrapa un sweat et une paire de chaussette, réveilla son ewig, parce qu'il n'aimait pas se séparer de Sirius, encore moins depuis l'attaque, puis il tomba sur les Doc Marten's de Yann avant de trouver ses basket. Bon il faudrait peut-être qu'il commencent à envisager le fait qu'il devraient ranger incessamment sous peu leur chambre, afin qu'il puisse retrouver ses affaires sans problème en cas de fringales nocturnes. La base quoi.

Sirius dormait encore debout lorsqu'Eliot ouvrit la porte avec une infinie précaution et il le suivait tel un zombie à la recherche d'un cervau qui mordait dans son sac, car normalement, lorsqu'Eliot se levait en pleine nuit c'était pour allez peindre, parce qu'il aimait ça et que lorsqu'il avait une idée de graffiti dans la tête, il devait le réalisé rapidement après, sans quoi ses proches auraient le droit à un Eliot exécrable les jours qui suivent.
Le new yorkais se pu s’empêcher de pouffer de rire en jetant un oeil à son ewig, qui semblait presque somnambule à la suivre, les yeux mi-clos, son sac dans la gueule. Il récupéra son sac plein de bave et s'élança dans les couloirs vides de l'internat.

Les bombes de peinture s'entrechoquaient lorsqu'il marchait, se cognant entre elles et contre son genou, ce qui enlevait toute discrétion au jeune homme. Il arriva rapidement à destination. Il existait pas mal de raccourcis pour allez à la Cafétéria que les redoublants lui avaient appris ou qu'il avait découvert avec Benji. Il attrapa deux pommes, quelques bouts de pain et quelques yaourts qu'il rangea dans son sac, puis il prit deux autres pommes, une pour lui, une pour Sirius, pour qu'ils mangent le temps de trouver un beau mur encore non grapher. Avec les travaux de rénovation, il en restait encore beaucoup qui n'avaient pas reçut un coup de peinture de sa main. Il allait sortir lorsqu'il entendit du bruit. Des bruits de pas. Bon il n'était plus vraiment sous la juridiction des Surveillants sachant qu'il n'étudiait plus à Eternal Time, mais il avait eu le droit de rester un an de plus dans l'internat qu'il avait quitter plus tôt avec Benji, lui laissant le temps de finir ses études, même s'il ne les faisait plus à Eternal Time. Il s'adossa contre le mur, attendant de voir si quelqu'un allait venir.
[désolé du retard >.<]

© charney

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Catherine Lancia
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/03/2013
• Messages : 86

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: When the city sleeps ~ [PV Cath. L]   Ven 3 Jan - 3:52

« Cath…   Catherine! »  

Une voix ténue perturbait mon sommeil,  étais-je en train de rêver?  

« Catherine debout! »  

Je me retournai et tentai d’attraper mon oreiller pour couvrir mes oreilles mais ma main se referma sur du vide.  Je tâtai le matelas dans l’espoir de tomber dessus quand mes doigts se refermèrent  sur ce qui semblait être un rouleau de cuir texturé.    

- Non, ça c’est mon bras. Lâche moi  et lève toi!,  répondit la voix, plus insistante.

À contrecœur,  j’ouvris lentement mes yeux pour voir la personne qui se trouvait en face de moi.  Enfin, si on peut considérer  un lézard  bipède haut de cinquante centimètre  comme étant une personne.  Mon Ewig me tendit  un gobelet remplit de café fraîchement sorti du percolateur que j’acceptai volontiers.  Ce ne fut qu’après ma première gorgée que je pris conscience de l’endroit où j’étais  et la raison de ma présence.  Le salon des enseignants était  baigné de l’éclairage froid et éblouissant caractéristique du néon.   J’avais sûrement allumé  toutes les lumières en espérant que ça me fasse oublier l’heure qu’il était avant de me faire chauffer le café resté au fond de la cafetière puis de tomber endormie sur le sofa.  
Je me levai et terminai salsifis à la béchamel-sec  le reste de mon breuvage en grimaçant (le goût allait sûrement me rester dans la bouche durant des heures) avant de quitter la pièce, en n’oubliant pas d’éteindre les lumières et de verrouiller la porte au passage.  

Les minutes passèrent tranquillement,  je faisais ma routine habituelle en arpentant les couloirs, en montant et descendant les escaliers, en verrouillant et en déverrouillant les portes…    Au bout d’une heure, je m’arrêtai  à l’intersection de deux couloirs  pour jeter un œil  à l’horloge et pour souffler un peu en regardant dehors.  Il neigeait un peu à l’extérieur, de la belle neige cotonneuse  comme celle qu’on voit dans les films.  Cela me rappelait  Québec   et les fêtes qui approchaient.  J’avais prévu prendre un vol rapide  Manitoba-Québec  en classe économique même si cela allait probablement  me coûter  un bras et une jambe étant donné que Saïren avait insisté pour occuper la place d’un passager plutôt que de faire le voyage dans la soute à bagages.  Puis je resterais durant cinq jours avec la parenté avant de revenir à Forest Hill.    

-Alors, tu t’es décidée?, pensa mon Ewig.

-De quoi ?, répondis-je, à voix haute.

-Si tu allais rester ici…    

Je soupirai.  

- Sûrement –enfin-  ici  j’peux apprendre à mieux me servir de mon pouvoir et j’peux continuer à étudier alors pourquoi pas?    

  Il n’eut pas le temps d’ajouter quelque chose  que je me remis en route.   Je n’avais pas envie de me casser la tête  avec ça,  pas tout de suite.   Et, pour l’instant, j’avais surtout envie d’une bouteille d’eau fraîche pour faire passer le goût de café trop infusé qui persistait.  Je pris les escaliers et pris le chemin de la cafétéria.  Quelques mois auparavant, j’avais remarqué que les fruits, les muffins et les breuvages qui étaient destinés aux élèves le lendemain  étaient disposés bien en vue sur le comptoir. Depuis, quand j’oubliais de m’apporter de quoi manger, je venais piocher discrètement dans leur réserve.  Cela ne devait être qu’en cas « d’urgence »  car, trop  honnête comme il est,  Saïren n’aurait pas hésité à me dénoncer même si je m’en foutais pas mal.   Alors que j’approchai de la cantine, j’entendis  des cliquetis semblables à des boîtes de conserves qui s’entrechoquent.  Le bruit était régulier et se rapprochait puis il s’arrêta.  « Pour la subtilité, c’est zéro, pensais-je. »  

Je m’approchai encore et vis  une silhouette adossée au mur. Le gars ne devait pas être plus vieux que moi, si c’était le cas, il paraissait vraiment jeune.  Je lui aurais trouvé un air sympathique si ce n’était qu’il n’avait pas l’air….là (je veux dire mentalement).  En effet, ses  yeux bleu-gris fixaient le vide  et son visage était inexpressif, j’ai même cru voir le début d’un filet de bave sur le coin de sa bouche.  Son chien, un gros labrador, n’avait pas l’air mieux non plus…  Je passai ma main devant le visage du jeune homme et claquai des doigts  devant lui, mais il ne réagissait pas non plus.  Peut-être était-il somnambule…  
Je me mis à réfléchir sur ce que j’allais faire quand  il s’approcha de moi.  
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Oxane Fox
MODO
« Per ardua ad astra »

• Inscription : 11/10/2012
• Messages : 661

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: When the city sleeps ~ [PV Cath. L]   Sam 25 Jan - 15:43




when the city sleeps
Son intuition avait encore eu raison. Comme toujours. Il suspectait d'ailleurs que ça venait de son ewig Sirius qui avait une forme de chien. On dit que l'intuition des chiens ne trompe jamais, n'est-ce pas? Et bien il pensait que son ewig lui avait cédé quelques unes de ses aptitudes ou bien, puiqu'Eliot n'avait jamais qu'une seule supposition, c'était justement parce qu'il avait cet instinct presque animal qui lui donnait souvent raison que son ewig était un labrador. Ça ne voulait pas dire non plus que lorsqu'on lui jetait un ballon il se mettait à le poursuivre à quatre pattes, la langue pendante, mais si on gardait cet exemple, il avait toujours été bon aux jeux avec ballons...

Enfin là il fallait essayer de trouver une bonne raison pour être dans la cafétéria à... il était quelle heure déjà? Deux heures ou trois heures du matin certainement. Il avait des souvenirs de Lula, la surveillante qui avait du passer pas mal de temps à les pourchasser Benji et lui, qui n'avait pas vraiment été cool avec eux lorsqu'ils avaient prétexté une "fringale nocturne simultanée" ou alors qu'ils avaient peur de noir et qu'ils ne voulaient pas faire le chemin seul. Bon ils n'avaient jamais été bons pour trouver des arguments recevables mais sincèrement qui s'y intéressaient? Ils n'étaient que deux petits démons qui croyaient que le monde leur appartenait et que leur seule cam serait à jamais l'adrénaline. Deux petits bad boys de la cour de récré, deux rebels du bac à sable. Rien que des casse-oragnes-génitaux.
Maintenant qu'il n'y avait ni Benji, ni Kitty, ils ne se retrouvaient plus qu'à être deux pour trouver une idée de fifou qui serait recevable sauf qu'entre temps, oui il pense à beaucoup de choses en même temps sur un cours laps de temps le Eliot, il s'est rappelé qu'il ne "risquait" plus de se faire grondé ou quoi, il n'étudiait même plus ici, il avait juste le droit de squatter la chambre de Yann, son nouveau pote d'Halloween parce que c'est bien connu qu'Halloween est le meilleur moment de l'année pour se faire des amis, en attendant de pouvoir se payer un appartement à Forest Hill ou plus loin, l'envie de retourner à New York le prenait de plus en plus.

Autant trouver une idée qui ne serait pas convaincante mais drôle alors! Sirius était partant, il était lui-même partant alors here we go, il allait se transformer en... somnambule! Parce qu'être un somnambule ça permet d'avoir l'accès à la cafétéria de nuit, ils l'avaient remarqué lorsque James, Josh ou Jordan, il ne savait plus mais c'était forcément un prénom en J, avait débarqué dans la cafétéria pendant qu'ils se faisaient crier dessus et il avait miraculeusement échappé au tirage d'oreilles parce qu'il était somnambule (et ils pensaient aussi que le fait qu'il soit un "ange" l’ai exclu de tout soupçons parce qu'il n'aurait jamais pensé à voler de la nourriture dans la cafétéria n'est-ce pas? Avec Benjamin ils avaient crié à l’injustice pendant plusieurs semaines.).

La personne, l’intrus, l'insomniaque arriva enfin dans la salle de la cafétéria. Aussitôt il ouvrit légèrement la bouche ce qui fit coulé un petit filet de bave (il avait faim), fixa un point invisible on ne sait trop où, les yeux mi-clos. Un vrai légume. Sirius suivi son exemple et bizarrement ça passait presque mieux sur un chien.
La personne qui été entrée dans ce sanctuaire de l'indigestion alimentaire, comme ils l'avaient renommé avec Sirius, était une fille, une plutôt jolie d'ailleurs mais elle semblait un peu plus vieille que lui, peut-être d'un ou deux ans, en tout cas elle ne faisait pas partie de sa promotion sinon il s'en serait souvenu et puis d’ailleurs il n'y avait plus personne de sa promotion dans l'établissement, mis à part les surveillants et les redoublants. D'ailleurs elle avait une bonne tête de surveillante, ni Eliot, ni Sirius n'avait le souvenir de l'avoir vu faire son boulot, mais ils trouvaient d'un commun accord qu'elle avait bien une tête de surveillante.

Le newyorkais se concentra comme il ne le faisait que peu souvent pour ne pas réagir lorsqu'elle passa sa main devant ses yeux. Sirius proposa qu'il tende les bras mais ça faisait un peu trop zombie et pas assez somnambule.
Ils avaient visiblement réussi à la convaincre. Serait-ils devenus meilleurs avec l'âge? En tout cas ce n'était pas drôle. C'était toujours plus marrant de se faire choper, non? Ou rien que de voir la réaction qu'elle aurait s'il arrivait par derrière pour lui faire peur... Ou non, au contraire se mettre face à elle et d'un coup se "réveiller" et faire "BOUH!"
Ce serait, certes, de très mauvais gout mais ce serait drôle et il avait l'impression de rire de moins en moins, enfin lorsqu'il n'était pas avec Yann ou Iris, avec eux tout il se marrait bien, il pouvait redevenir le Eliot d'avant.
Toujours est-il qu'il fallait décider et ils avaient voté. À la majorité absolue il fut décidé que les deux compères iraient faire "bouh!" à la surveillante. À trois heure de mat. On s'amuse comme on peut vous diraient-ils.

Eliot s'avança calmement de la supposée surveillante avec une démarche de zombie mal assuré, les yeux toujours dans le vague et le petit filet de bave en prime. Trop de sex-apeal chez Monsieur Saddler ce soir!
Il n'attendit pas trop longtemps avant de faire un superbe et magnifique "BOUH!" puis de partir dans un grand fou rire avec son ewig. Oui, il était vraiment tôt.
Après s'être calmé et avoir laissé la jeune femme se calmer aussi il essuya d'un revers de manche le filet de bave qui coulait le long de son menton, fit un sourire digne de Colgate® ou de Signal® et chercha de bonnes excuses parce qu'il devait bien se faire aprdonner un peu de la petite peur qu'ils avaient du lui faire et puis ils voulaient savoir qu'ils s'étaient réellement améliorés en couvertures avec l'âge...

"- Ils étaient réalistes nos somnambules ou ils faisaient plus zombie? Parce qu'on a pas mal hésiter à mettre le petit filet de bave ou les bras en avant mais on ne savait pas trop ... Oh et désolé de t'avoir fait peur mais on ne pouvait sincèrement pas résister, c'était trop tentant... Désolé encore, j'espère que tu n'es pas cardiaque."
[désolé du retard >.<]

© charney

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When the city sleeps ~ [PV Cath. L]   

Revenir en haut Aller en bas
 

When the city sleeps ~ [PV Cath. L]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark City 2.10 FIN
» Pink city
» Paradise City
» City of Heroes Freedom
» The Rock City Boy !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ ETERNAL TIME :: •• Internat :: •• Lieux Intérieurs-