Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 The One I love ? You ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: The One I love ? You ♥   Lun 28 Oct - 21:48



The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve

Quand il est question d'un rendez-vous, les filles ont toujours tendance à en faire des tonnes. Et c'est pire encore quand le garçon qu'elles vont rejoindre est celui dont elles sont amoureuses. Elles ont le coeur qui bat, sont excitée comme des puces, passent des heures à se préparer, ont les mains moites et n'ont rien de naturel. C'en est désespérant. Suis-je réellement différente ? J'aime à le penser mais... Je n'en sais fichtrement rien. Certes ça fait une heure que je cherche LA tenue, trente minutes que je me bats avec mon maquillage pour ressembler à quelque chose et depuis que je suis levée je ne tiens plus en place mais ais-je envie d'être cataloguée de fille amoureuse et niaise ? Non. J'adorerais être capable de me foutre de mon apparence et pouvoir dire que le plus important c'est la personnalité mais je ne préfère pas m'aventurer en terrain inconnu et me pointer dans un sac poubelle avec de maquillage coulant. J'exagère un peu mais ça revient au même : ce serait bête que Mikhaïl fuit en me voyant.

Malgré toute ma bonne volonté j'en suis toujours au même point : je suis en sous-vêtement dans la salle de bain et je me mets du mascara pour la cinquième fois ce matin. Quand le résultat est probant, un coup de crayon et je passe à la coiffure. Heureusement que je me suis levée tôt parce que sinon j'arrivais pire qu'en retard. Déjà que je suis pas un exemple de ponctualité, là j'exploserai mes records... Mais bon, je serais prête à temps. Du moins j'essaye de m'en convaincre parce que ce n'est pas gagné. Et je passe un quart d'heure à me brosser les cheveux avant de décréter qu'ils seront mieux lâché. Oui, j'aime perdre mon temps.

L'alarme de mon I-pod sonne. Ça signifie que je devrait le prendre, sortir de ma chambre et me mettre en route pour le point de rendez-vous. Or, je suis toujours en sous-vêtement dans ma salle de bain. Ha tien, je viens de me coiffer non ? Ça veut dire qu'en m'habillant je vais me décoiffer... Si j'avais eu le temps, je me serais encastrer la tête dans le mur tant je me sens stupide. J'ai même pas le temps de faire la grimace, j'attrape les premiers vêtements qui me tombent sous la main, je galère à mettre mes chaussures, je cherche pendant cinq minutes mon portable et je perds encore trente seconde à fermer ma porte puis à la ré-ouvrir et à la refermer parce que j'ai oublié Lisa à l'intérieur. Et hop, je me mets à courir en talon histoire de m'exploser la gueule, de me salir. Et puis courir ça me fait transpirer alors mon maquillage coulera et je ne ressemblerais plus à rien. C'était bien la peine de passer tant de temps à se préparer. Je soupire bruyamment, tant pis.

Je mets mes écouteurs dans mes oreilles et je tente de me booster avec du Paramore, qui sait, j'irais peut être plus vite avec ça ! Tandis que je speed, manquant d'écorcher vif quelques étudiants, Lisa trottine tranquillement à côté de moi. Elle ne me propose pas son aide et me regarde simplement bousculer les passants (je suis enfin sortie de l'académie et je n'ose pas regarder l'heure, je sais que je suis en retard). C'est pas compliqué, elle n'aime pas Mikhaïl et ce n'est absolument pas dans son intérêt que ça se passe bien aujourd'hui. Mais j'ai décidé que cette satanée lionne ne m'empêcherait pas de passer un bon moment :

« Quand même, t'es douée ! J'ai rien à faire, tu te charges toute seule de faire foirer ton rendez-vous. »

Je lui lance un regard noir et m'apprête à répliquer mais mon souffle se coupe je titube, je m'arrête et je me plains : un point de côté m'a terrassé. Lisa est morte de rire tandis que je suis morte tout court. Mais je me force et j'avance quand même. Et voilà ! J'ai atteint le point de rendez-vous ! Je mérite une médaille, en plus j'ai déjà mal aux pieds... je m'arrête un peu avant histoire de reprendre mon souffle, de remettre un peu d'ordre dans mes cheveux et de calmer le feu que j'ai aux joues. J'utilise mon portable en miroir et oh, un message de Mikhaïl. Il attend depuis quelques minutes que je l'ouvre et j'exauce enfin tous ses voeux en cliquant sur « lire » :

« En retard. Dsl. »

Il se fou de moi c'est ça ? Je me mets à rire toute seule, parce que franchement c'est comique. Je me tue pour arriver à peu près à l'heure, à tel point que je ressemble à un zombie croisé à un vampire malade et lui il m'annonce qu'en fait, j'avais le temps de finir de me préparer et de marcher sur le chemin. Je respire un bon coup et je me pose sur un rebord : je suis déjà fatiguée, j'en ai déjà marre et je crains le pire parce que Lisa a décidé d'être chiante.

Je peux certainement me mettre à déprimer mais le bon point c'est que cette journée je la passe avec Mikhaïl, alors je n'ai aucune raison d'être triste. Mais comme je lui en veux d'être en retard, je ne réponds pas à son sms. Je sais parfaitement qu'il s'en fou mais ça fera office de vengeance pour le moment.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Mar 29 Oct - 0:20

Il prenait son temps, il prenait toujours son temps. Il fallait être parfait, il fallait aussi se faire désirer un minimum être en retard sans se soucier de la personne qui vous attendait. Et Narcisse n'allait pas l'empêcher d'être en retard, elle n'espérait qu'une chose, qu'il renonce à se rendez-vous, elle avait presque envie qu'il se trouve une autre fille d'un soir et que toute cette histoire s'arrête là mais malheureusement Mikhaïl semblait... amoureux, ou du moins attaché. Ce qui n'était pas arrivé depuis très longtemps et finalement ça n'était pas plus mal. Le jeune homme avait déjà un mal fou à se concentrer sur ses études et sa vie en temps normal, mais depuis quelques jours c'était pire, il ne pensait qu'à elle et au jour où il la reverrait, volerait de nouveau quelques baisers et le cycle infini de l'attente recommencerait chaque soir. Ses yeux se perdaient dans le vague, happés dans un océan de rêveries inutiles, il était heureux et avait peur à la fois, c'était un sentiments étrange qui lui comprimait les tempes dès qu'il s'y abandonnait. Il se posait beaucoup de questions, devait-il fuir avant qu'elle ne le fasse ? L'aimerait-elle toujours ? Il en doutait. Il ne croyait pas aux belles histoires d'amour, il ne s'autorisait plus à y croire. Donc pour l'instant, il profitait, manquait de souffle lorsqu'il pensait à ce qu'il dirait en la quittant mais profitait tout de même.

Il s'était levé assez tôt, pas pressé, mais choisir ses vêtements se rapprochait presque de la technique féminine qui consistait à hésiter jusqu'au dernier moment. Il mit de la musique, ouvrit son placard qui était peut être le seul endroit rangé de sa chambre et se mit en quête d'une tenue qui lui assurerait le regard permanent de l'ange. Pas question qu'elle pose les yeux sur quelqu'un d'autre, sur quelqu'un de bien. Il opta finalement pour quelque chose de simple mais qui lui allait plutôt bien. Il se regarda dans le miroir, pâle sans paraître malade, des yeux bleus ourlés de longs cils, une silhouette longiligne... Il s'ébouriffa le dessus du crâne, récemment il avait fait rasé les côtés de sa tête et laissé un peu de longueur au dessus, c'était la mode. Ca lui allait bien.

Il alluma son portable avec un frisson, il avait vraiment un problème avec ça. Il le tapota du bout des doigts jusqu'à ce que l'écran d'accueil s'affiche et rédigea un de ces sms dont il avait le secret, le genre à faire cogiter une fille toute la journée peut être, "en retard. Dsl.".
Elle allait râler sans aucun doute mais il aimait bien l'énerver, c'était toujours plus amusant de la rendre folle. Il allait être en retard, certes, mais il avait plutôt hâte de la retrouver. Il lui était difficile d'être fidèle durant une relation un peu plus sérieuse et pour le moment il l'avait été, alors être séparé d'elle plus de quelques jours était... insupportable. Mikhaïl au bout de quelques minutes qui étaient peut être de trop, se décida à ouvrir sa porte, il laissa Narcisse passer devant lui, avant de l'oublier une fois de plus. Elle était silencieuse, et il décelait en elle quelque chose qui lui paraissait ignoble de sa part; elle cherchait un moyen de l'éloigner d'Eve. Il décida de ne plus lui adresser la parole, il ne servait à rien de discuter avec elle, elle n'était jamais de son côté, même quand il faisait les choses bien.

Notre étudiant quitta donc l'Académie avec un retard... plus ou moins acceptable. Les écouteurs enfoncés dans les oreilles, il scrutait le ciel avec inquiétude, espérant que la pluie ne viendrait pas gâcher ce qui devait être une journée parfaite. Il ne s'était pas rendu compte qu'il avait accéléré le pas, pressé de la revoir, plus qu'il ne l'aurait cru. Plus qu'il n'était possible. Il regardait sans cesse son portable, ce qui n'était pas habituel pour lui, cette fille allait le rendre dingue. Elle ne lui répondait pas, se doutant que les portables n'étaient pas sa tasse de thé, sûrement pour se venger aussi, mais il s'inquiétait un peu. Il avait garé sa voiture en ville un peu plus tôt dans la semaine afin de pouvoir "bouger" si jamais ils ne trouvaient rien à faire. Et puis ce serait l'occasion de frimer, elle ne l'avait pas encore vue. Enfin il déboucha dans la rue du rendez-vous et la chercha des yeux, le coeur battant. Il la trouva, de dos, Lisa près d'elle. Il s'attendait déjà à une réflexion désobligeante de sa part mais il ferait comme si de rien n'était, cela n'avait aucune importance, leurs ewigs ne dirigeraient pas leur vie. Narcisse s'envolait au dessus de leur têtes, comme pour ne pas voir ce qu'il se passait en bas.

Silencieusement il s'approcha d'elle, prenant soin de ne pas se faire remarquer et lorsqu'il fut à quelques centimètres d'elle il baissa la tête et souffla:

"Pourquoi tu ne me répond pas ? "

Sans attendre de réponse il l'embrassa dans le cou et se plaça devant elle, un sourire narquois aux lèvres, comme d'habitude. Un groupe de fille passait en gloussant mais il ne leur accorda pas un regard et tendit la main vers elle.

"Viens il paraît qu'il y a un bar sympa dans le coin.. "
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Mar 29 Oct - 1:14


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve

C'est fou ce que je peux être nerveuse... En même temps, il y a de quoi. Parce que je n'ai pas envie que Mikhaïl m'échappe. Je sais qu'un jour ou l'autre il le fera, parce qu'il est comme ça, mais pour le moment je veux le retenir. Le plus longtemps possible. Ça me rendrait presque malade. D'ailleurs, je regarde mon portable ne sachant pas si c'est une très bonne idée de ne pas lui répondre... Et s'il ne venait pas ? Et s'il me laissait là, en plan, comme une idiote ? Il n'oserait pas n'est-ce pas ? En fait je n'en sais rien. Cette incertitude fait battre plus fort mon coeur et ferait presque tremblé mes mains. Mais quand même pas. Ce n'est qu'un garçon après tout... Cette technique ne fonctionne toujours pas, s'auto-persuader c'est pas pour moi, à chaque fois ça foire : car même en me répétant qu'il n'a rien d'exceptionnel je n'ai qu'une envie ; le voir. Je me sens pathétique. Je ne saurais dire depuis combien de temps on est ensemble, mais il m'a déjà rendu accroc. Je ne suis même pas sure que ça soit de l'amour... Il m'intrigue et j'ai envie de tout connaître de lui, le bien comme le mal, mais est-ce que ça veut dire que je l'aime ? Je ne sais pas du tout. Et j'ai pas envie de me torturer le cerveau avec ça. Du moins pas maintenant, peut être ce soir avant de m'endormir.

Je perds le file du temps, depuis combien de temps j'attends ? Je ne sais pas, ça me paraît être une éternité pourtant ça ne fait certainement que quelques minutes. Mais c'est certainement parce que je l'attends, lui, que ça me fait cette impression. Si ça avait été quelqu'un d'autre, je n'aurais pas été aussi impatiente. Je soupire, je me sens juste vulnérable et c'est aussi excitant qu'insupportable.

Et puis je sens un souffle, léger et quelques mots murmurer à mon oreille, des mots qui me font rougir de plaisir, ma petite vengeance à fait effet. Peut être qu'il tient un peu à moi finalement... Et puis ses légers baisers dans le cou me font perdre pieds et je me mords la lèvre tandis que Lisa grogne. Moi je suis sur un petit nuage. Il est le seul à pouvoir me faire sentir ainsi. Il est le seul aussi pour lequel je me presse, parce que s'il y a bien quelque chose que je déteste c'est me presser (pire que de ranger). Il me tend la main et sans tarder je la saisis et je lui souris :

« Viens il paraît qu'il y a un bar sympa dans le coin.. »

Je pourrais le suivre n'importe ou et ça fait terriblement pitié. Que quelqu'un me sauve de cette niaiserie ! Mais je sais que j'ai toujours été comme ça. Même avec Matthew j'étais comme ça (surtout avec lui en fait). Mais ce n'est pas si désagréable parce que quand je tiens sa main j'ai l'impression d'être à ma place, comme un poisson dans l'eau. Je me sens d'autant plus idiote. Je crois que je suis arrivée à un point de non-retour. Ça exaspère Lisa, moi je me dis que c'est pas plus mal et qu'apparemment, ouais, je suis amoureuse :

« Je te suis ! »

On marche main dans la main, comme un vrai couple, comme les autres. Je ne peux pas retenir un petit rire en y pensant : si on m'avait dit qu'un jour ça arriverait j'aurais certainement dit que, non, c'était impossible et que ce n'était pas parce qu'il était canon que j'allais sortir avec. Effectivement, je ne sors pas avec parce qu'il est canon (même si ça joue un peu), je ne sais même pas pourquoi je sors avec. Il me rend juste folle et j'aime ça. À croire que je suis maso :

« Je t'ai déjà dit que tu étais sexy dans ces fringues ? »

Et je lui sors le sourire dont j'ai le secret. Le sourire que je ne fais qu'à lui et qui veut tout dire. Et je l'embrasserai bien mais je préfère quand c'est lui qui le fait. Alors je me contente de ça. Et puis de toute façon le bar est en vue. Et je prie parce que je ne veux pas qu'il y ait de jolies filles. Je ne veux pas qu'on me le prenne maintenant alors que j'en suis dépendante.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Mar 29 Oct - 23:34

Elle prit sa main, contrairement à la nuit de leur première rencontre. Il lui arrivait de repenser à cette soirée agitée, elle l'avait sauvé bien qu'il l'ai mise dans le pétrin. Et c'est aussi ce qui lui plaisait chez elle, qu'importe la situation, il pouvait compter sur elle. Il jeta un regard en coin à Lisa qui était loin d'être ravie de sa présence, il ne prit pas la peine de la saluer, il n'était même pas sûr qu'elle lui réponde, Narcisse elle-même n'avait pas daigné s'approcher d'Eve.

"Je te suis ! "

Elle n'avait pas relevé sa remarque à propos du message, au fond il lui en voulait un peu, il jouait une fois de plus le gamin capricieux à qui on devrait tout accorder, même la plus insignifiante des attentions. C'était drôle, presque nouveau, de marcher avec elle, devant tout le monde, comme un vrai couple, un jeune couple comme les autres et le stress montait en lui. Il avait l'impression d'être observé, anormal alors que les gens qu'ils croisaient leur souriaient gentiment ou les fusillaient du regard, jaloux d'un bonheur simple qu'ils n'arrivaient pas à obtenir. Et Mikhaïl voulait qu'elle soit à lui, il était de nature très jaloux, Eve devait lui appartenir et cela pouvait être un bon motif de fuite de sa part, lorsqu'il ne savait pas comment ni pourquoi quitter quelqu'un, il parlait de prétendants imaginaires, qui l'empêcheraient de vivre sa relation correctement, ou d'une tendance de la jeune fille à aller voir ailleurs. Ce qui n'était jamais le cas. Mais il préférait passer pour un paranoïaque plutôt que de se plonger corps et âme dans une histoire qu'il savait perdue d'avance.

Les rues défilaient au travers d'un voile brumeux, une sorte de rêve éveillé, il faillit rater le bar de quelques mètres et c'est ce qui serait arrivé si la devanture chatoyante n'avait pas attiré son regard. Il s'arrêta, pressant sa main, légèrement inquiet. Les lieux publics et lui ça faisait deux. Etre accompagné d'une copine dans un lieu public c'était... Tout bonnement paralysant.

"Je t'ai déjà dit que tu étais sexy dans ces fringues ? " dit-elle en souriant.

Ses lèvres frémissantes lui donnèrent envie de se pencher vers elle mais il savait qu'elle en avait envie, ce sourire, il commençait à le connaître. Mais il ne fit rien, c'était sa petite vengeance à lui, ce jeu de petites piques successives pouvait être long mais jamais il n'abandonnerai en premier, il était trop fier, même pour les détails ridicules.

"Toi t'as même pas besoin de fringues" souffla-t-il avec un sourire en coin, sans la regarder directement.

Mentalement il demanda à Narcisse de ne pas trop s'éloigner, elle adorait jouer avec ses nerfs en tirant au maximum sur leur lien et il finissait en nage, au bord du malaise. Enfin il se souvint de la lionne. Il lui sourit d'un air moqueur comme pour dire, "tu reste là sois sage", puis il concentra son attention sur Eve. Il la tira par la main et entra dans le bar. Un serveur se présenta et leur indiqua une table près de la fenêtre qui longeait le bâtiment sur toute sa longueur. Mikhaïl prit place juste après Eve et attendit le plus patiemment possible qu'on prenne leurs commandes. Mais ses doigts, incontrôlables, jouaient avec tout ce qui lui tombait sous la main, une serviette, une salière, il était nerveux et cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Il ne supportait pas d'être vulnérable et elle allait le remarquer mais il ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher. Un groupe de jeunes gens entra au moment où il levait les yeux. Une des filles ouvrit de grands yeux surpris d'abord puis curieux. Sur le moment il ne comprit pas pourquoi elle semblait lui porter tant d'intérêt. et cela lui revint. Mais il ne pouvait plus fuir. La fille se précipita vers eux voyant qu'il commençait à s'agiter. Il soupira et baissa la tête, désespéré, ce n'était vraiment pas le moment. Son cri perçant lui vrilla les tympans.

"Mikhaaaaaïl"

Elle bouscula plusieurs personnes, tira une chaise vers elle et s'installa à côté d'Eve, sans gêne. Le jeune homme la regardait médusé, sans pouvoir dire quoi que se soit. La fille dont il ne se rappelait absolument pas le nom parut surprise, et même déçue. C'était une grande blonde trop maquillée et portant une robe assez courte même du point de vue de Mikhaïl.

"Quooi, tu te rappelle pas de moi ? Pourtant je pensais t'avoir marqué ! Et elle c'est ...? " lança-t-elle avec un clin d'oeil et un gloussement insupportable.

Il ne répondit pas, mortifié, encore plus pâle qu'à l'ordinaire et se demandait déjà ce qu'il allait dire à celle qui ne le laisserait peut être plus l'appeler son ange avant un bout de temps. Il fallait que ça lui arrive à lui, ce jour là. Mais il commençait à avoir l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Ven 1 Nov - 10:54


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
Il ne m'embrasse pas. Je soupire : c'est totalement injuste. Je suis à peu près sure que c'est parce que je n'ai pas répondu à son sms. Lui qui d'habitude s'en fiche... je me sentirais presque flattée, presque. N'empêche que j'aurais bien voulu qu'il m'embrasse si bien que je fais la moue. Oui, je boude, comme les enfants de quatre ans, et oui j'en ai dix-huit, mais franchement : qui a envie de grandir ? Pas moi :

« Toi t'as même pas besoin de fringue... »

Ce n'est qu'un souffle et un sourire en coin mais ça me fait extrêmement plaisir. Tellement que je ris. Je ne glousse pas hein, je rigole, joyeusement, amusée. Je m'empêche de répliquer que lui aussi, car même si c'est vrai je ne l'avouerais pas.
Je sens Lisa qui se tend, elle semblerait presque prête à bondir sur Mikhaïl et à lui arracher la tête d'un coup de dent. Heureusement qu'elle est végétarienne... Elle passe près de moi en ronchonnant alors pour la calmer je passe ma main dans ses poils. J'aimerais bien qu'elle se calme et qu'elle me laisse faire ce que je veux mais d'un coté ça me fait plaisir qu'elle prenne soin de moi comme ça :

« Il me regarde mal, c'est tout. »

Je lève les yeux au ciel et manque de tomber : Mikhaïl m'attire vers lui et le bar qui n'est plus qu'à trois pas. À peine entré on est pris en charge par un serveur qui nous installe près de la fenêtre. Je choisi sans me presser, j'essaye de paraître naturelle et détendue même si, de son coté, Mik' à du mal à cacher sa nervosité. Je ne fais pas de remarques histoire de ne pas l'embarrassé :

« Mikhaaaaaïl ! »

C'est une voix féminine insupportable qui crie. Qui est-elle ? Que veut-elle ? Quelle est sa relation avec lui ? Je ne sais pas et je ne suis pas sure de vouloir le savoir. Dire que je lui ais dit ne pas être du genre jalouse... Et puis sans gêne elle vient et s'installe à côté de moi. Je la détaille vite fait mais pour moi ce n'est qu'une péripatéticienne et je la fusille du regard :

« Quooi, tu te rappelle pas de moi ? Pourtant je pensais t'avoir marqué ! Et elle c'est ...? »

Son gloussement m'énerve, son clin d'oeil, pire encore. Mais je respire et me répète qu'il faut que je reste calme. Ça va aller, ce n'est qu'une idiote qui va s'en aller. Mais je sens mon agacement augmenter. Reste calme Eve, reste calme. Inspire, expire :

« Lisa bouffe la !
- Et c'est ce que tu appelles rester calme ?
- Si tu ne le fais pas, je m'en charge.
»

ça la fait rire. Et Mikhaïl ne fait rien, rien du tout. Il reste pétrifié sur place. Pourquoi ? Je l'ignore. Ce dit il que tout est en train de foirer ? Certainement et il n'aurait pas tord. Mais j'ai une fierté à défendre et il est hors de question que cette sal*pe pense qu'elle m'atteint. Alors je lui souris très hypocritement, du style « enchantée de faire ta connaissance sale garce », et je lui dis d'un ton très mielleux et adorable :

« Je suis Eve, sa... »

Je me tourne vers Mikhaïl, le même sourire sur le visage, ça ne trompe pas, je suis sure que ça ce voit que je suis en colère :

« Comment on pourrait appeler ça ? Hein Mikhaïl ? »

Et je lui sers un regard noir qui exprime toute mon envie de la voir dégager. Et d'un côté j'ai envie de dire que je suis sa petite amie mais j'ai peur qu'il fuie en m'entendant dire ça. Je serais plus rassurée si c'était lui qui s'en chargeait. Et puis cette conne continue de me regarder, elle me fixe comme si elle évaluait quelque chose. Qu'est-ce qu'elle veut ? Ça me saoule c'est tout.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Ven 1 Nov - 23:44

Ses doigts s'agitaient toujours, mais cette fois une tout autre tension les animait, il faisait de gros efforts pour ne pas frapper la fille dont il avait oublié le nom. Ce devait être une conquête d'un soir qui croyait pouvoir tout se permettre alors qu'il n'avait même pas pris la peine de se souvenir de son visage. Il lançait de petits regards inquiets à Eve qui, compte tenu de son expression, ne semblait pas pouvoir supporter cette pimbêche plus longtemps. L'ange qui n'avait plus rien d'angélique si l'on peut dire, lui offrit un sourire carnassier. Il redoutait déjà le moment où ses lèvres s'entrouvriraient, le moment où une réplique acerbe s'en échapperait, et elle lui serait peut être destinée. Comment allait-il s'en sortir cette fois ? Même s'ils ne se connaissaient pas au moment où il avait passé une nuit avec cette fille, il n'était pas convaincu qu'Eve lui pardonne cette intervention. Surtout en public, il y avait peut être certains de ses amis dans ce bar. Il s'en voulu encore plus rien qu'en imaginant les regards braqués sur elle à l'académie.

"Je suis Eve sa..."

Il prit sa respiration, sachant très bien ce qui allait se passer. Elle se tourna vers lui, les yeux emplis d'une colère sans limite, mais il n'y avait pas que ça..

"Comment on pourrait appeler ça ? Hein Mikhaïl ? "

"Je euh..."

Des gens se retournèrent vers eux, avides d'une histoire de scènes de ménage à raconter à leurs amis, heureux du malheur des autres. Le jeune homme les fusilla du regard mais ils continuèrent à les observer, eux aussi se demandaient comment il allait se sortir de cette situation. Il comprenait sa réaction mais elle le décevait un peu. Elle n'était pas seulement en train de provoquer l'autre fille, de la narguer, elle le testait aussi. Elle savait qu'il était incapable d'exprimer clairement ses sentiments et encore moins devant tout le monde, et si tôt dans une relation. Elle le mettait à l'épreuve, voulait voir ce qu'il valait. Eh bien il ne valait rien, ou en tout cas pas grand chose. Mikhaïl n'était pas un mec bien, ce n'était pas le mec qui lui fallait, elle méritait beaucoup mieux mais après tout elle connaissait un minimum sa réputation. Elle avait voulu jouer avec le feu et risquait de se brûler parce qu'il ne viendrait pas la sauver, il était peut être amoureux, mais jamais il ne l'admettrait.  Eve allait être déçue si elle cherchait un "je t'aime" elle ne l'aurait pas, c'était impossible.

Les mots lui déchiraient la gorge mais aucun son ne sortait de sa bouche, il aurait tellement voulu répliquer avec autant de facilité qu'elle, il admirait son sens de la répartie, ou plutôt de la stratégie, c'était un piège. Une toile qu'elle avait tendue en une seule phrase et il lui semblait que la toile se refermait inexorablement sur lui.  S'il disait "c'est juste une connaissance", elle lui en voudrait éternellement mais s'il disait "c'est ma copine", il s'enfermait dans un engagement et il n'avait aucun moyen de s'y tenir. Le temps passait et les deux filles l'observaient avec intérêt, Eve lui semblait fébrile, plus hésitante à présent, et l'autre prête à éclater de rire, elle avait très bien compris ce qui se tramait ici. La pression montait au fur et à mesure que le silence s'éternisait. Il sentait les regards, percevait sans mal les murmures, l'agitation derrière lui, le bruissement des tissus à mesure que d'autres se retournaient.
Le serveur choisit se moment pour réapparaître. Il se pencha vers Mikhaïl, indifférent à son expression qui disait pourtant clairement "SOS" et lui posa une question. Il n'entendit pas, ou plutôt la question lui parvint comme sourde, venue de trop loin pour qu'il puisse comprendre quoique se soit. Le serveur insista, la fille gloussait de nouveau, les gens murmuraient, Narcisse le sommait de faire quelque chose et son esprit tout entier s'évertuait à trouver une solution. C'était ridicule, il lui suffisait de lui dire qu'il l'aimait, il n'y avait rien de plus facile pour une personne normale. Mais pour lui l'amour, c'était des chaînes, des chaînes qui l'empêcheraient de voler où bon lui semblait. Et ses yeux ne quittaient pas ceux de son ange, il avait le coeur serré à l'idée de la blesser mais son coeur battait plus vite. Et cela se passa exactement comme la première fois que son pouvoir s'était manifesté. Il se figea, une veine saillante dans le cou, les pupilles dilatées qui rappelaient sûrement quelque chose à Eve. Narcisse le mit en garde trop tard.  

"Qu'est-ce que tu fais ?
Rien...
Mik, arrête, tu vas pas la laisser là.. "


Sans crier gare ses molécules se fondirent dans la matière et il traversa la fenêtre sous les yeux ébahis des clients. Il se retourna une seconde et aperçut la bouche ouverte de l'autre fille, ce qui en temps normal l'aurait fait rire. Mais ce n'était pas le moment de s'amuser. Il venait de faire une grosse erreur, seulement il n'avait pas réfléchi une seconde, c'était arrivé c'est tout.
Il commençait à avoir mal à la tête autant qu'au coeur, mais son don n'y était pour rien. Il courait sans s'en rendre compte. Il atteignit le bout de la rue, tourna sur sa droite et s'adossa à un mur dans une ruelle déserte. Sa respiration était hachée et il ne savait pas trop s'il voulait vraiment qu'elle le retrouve, pas comme ça. Mais il n'était pas allé bien loin et Narcisse était déjà devant le bar, prête à guider n'importe qui vers lui.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Sam 2 Nov - 14:36


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
Encore une fois Mikhaïl ne dit rien. Il ne sait pas quoi dire. Je le connais peu mais assez pour savoir ça. Il ne veut pas dire que je suis sa copine mais pas non plus que je ne suis qu'une connaissance. Je parie qu'il n'a même pas envisager la possibilité de me présenter comme une de ses amies. Certainement parce que ce n'est pas ce que je suis. Mais qu'est ce que je suis pour lui ? Pour lui comme pour moi c'est un point d'interrogation. Pourtant nous sommes les seules personnes pouvant répondre à cette question... Et, voyant sa réaction, je me dis qu'il vaut mieux ne pas y répondre pour le moment.

Je soupire, l'autre pimbêche est tout sourire. Elle pense avoir gagné mais il n'y a rien à gagné. Peu m'importe de me faire humiliée devant ces inconnus, qu'ils s'occupent de leur affaires plutôt que de se jeter sur les malheur des autres. Ça c'est trop facile, c'est juste le moyen le plus hypocrite qu'ils ont de survivre parce qu'ainsi ils se disent qu'ils valent mieux. À mes yeux ils ne sont qu'une bande de vautour qui se délectent de viandes avariées. Très franchement je m'en fiche. Je ne suis même pas déçue, je l'avais bien cherché. Et même, son silence me semble être la meilleure des réponses. Au moins il ne ment pas, ne se cherche pas d'excuse mais il donne tant d'importance à ces pauvres mots que c'en est risible.

Mikhaïl n'a toujours pas décroché le moindre mot et le serveur revient. Il parle, je m'en fiche, je regarde fixement ce garçon muré dans son silence qui semble ne plus comprendre ce qu'il se passe autour de lui. Je ne m'inquiète plus de ce qu'il va dire, je m'inquiète juste pour lui et je me rends compte que je lui ais mis un peu trop de pression. Parce qu'il n'est pas comme les autres, pour lui les mots ne sont pas à utiliser à la légère. Je sais qu'il peut mentir mais il ne veut pas le faire. En ça je suis flattée. Ou alors, il ne veut pas dire la vérité car ça rendrait les choses trop réelle... Et cette alternative qui me plait le plus. Je veux croire qu'il m'aime et c'est bête parce que je ne saurais jamais si c'est vrai.
Je le vois qui se tend. Ses pupilles se dilatent et il s'enfuie par la fenêtre sous les regards ahuries. La fille ne pense même pas à rire. Je reste un instant immobile, incapable du moindre mouvement. Quand même, il est parti. Aurait-il fait pareil si c'était moi qui avait parlé ? Je ne sais pas et c'est trop tard pour y penser. Je me lève assez précipitamment et la fille glousse :

« Tu n'es rien pour lui, ne t'en fais pas dans quelques jours il ne se souviendra pas de ton prénom...
-Tu te trompes, sinon il l'aurait dit. Balancer que je suis un plan cul ne lui aurait pas fait peur. »

Elle sait que j'ai raison et se tait. Je m'excuse rapidement auprès du serveur et je m'en vais, Lisa sur mes talons. Je ne sais pas ce que je vais lui dire, j'ignore qu'elle est la meilleure façon de me comporter je sais juste que j'ai été bête. Lui forcer la main ainsi était juste stupide. Comme si je ne savais pas ou cela allait nous mener. Narcisse attend devant le bar et dès que je sors, elle s'agite et nous mène à lui.
On le retrouve au bout de la rue dans une ruelle. Il semble aller mal, adossé contre le mur je le sens fébrile. Et je ne sais pas quoi faire. Qu'est-ce que je peux dire ? Parce que c'est autant de sa faute que de la mienne. Lui qui est incapable de s'engager et moi qui veut ce que je n'aurais jamais :

« Désolée. »

Ce mot traduit bien ma pensée. Il n'y a rien à ajouter je pense. Pourtant j'ai une foule de choses à lui avouer. Mais je me sens comme une enfant trop capricieuse. Et peut être aussi un peu trop peureuse. J'aurais pu me contenter de ce que j'avais. Pour une fois que j'avais quelque chose. Mais il faut croire que je n'ai pas le droit d'obtenir quoique ce soit : on me l'enlève aussitôt. Je n'ose même pas l'approcher. Je me tiens droite, en retrait, à l'entrée de cette ruelle :

« Tu sais... Tout engagement peut se rompre ; j'ignore ce qui te fait si peur mais rien n'est définitif. Il n'empêche que je suis désolée. J'aurais pas du te forcer la main, j'ai juste été égoïste. »

Et puis je me retourne, je n'ai plus rien à faire là non ? Comment pourrait-il vouloir de moi, j'ai été abjecte. Et malgré que tout ce soit mal passé, Lisa n'est pas heureuse. Elle a compris qu'il comptait pour moi.
J'imagine qu'il ne me retiendra pas. J'aimerais pourtant. Mais j'ai peut être voulu trop de chose.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 3 Nov - 2:28

Il commençait déjà à respirer normalement, loin du tumulte du bar, loin du regard d'Eve qui s'assombrissait de minute en minute. Il n'aurait su dire depuis combien de temps il était là à attendre on ne sait quoi, une dispute inévitable peut être ou un baiser réconfortant dans l'absolu, ce qui était impossible. En tout cas cela lui parut une éternité alors qu'en réalité elle arriva presque tout de suite. Au début il ne remarqua même pas le bruit léger de ses pas et fut surpris de la voir tout près de lui.

"Désolée."

Elle avait l'air sincère mais il ne savait même pas quoi lui répondre tiraillé entre ses sentiments contradictoires qui lui criaient presque de la prendre dans ses bras et la déception au bar. Il attendit en silence qu'elle fasse quelque chose, qu'elle s'en aille ou même qu'elle continue de parler, car il commençait à se sentir mal à l'aise, observé comme il l'était. Narcisse était là elle aussi, elle volait doucement au dessus de lui comme un protecteur invisible, mais elle ne pouvait rien faire pour lui et n'en avait pas l'intention. Il avait la nausée, il ressentait sa joie naissante, enfin elle se retrouverait seule avec lui. Il ne la comprenait pas, pourquoi voulait-elle qu'il poursuive sa vie de Don Juan éternellement seul ? Ne comprenait-elle pas qu'un peu d'amour, de ce véritable amour lui ferait du bien ? Mais avant qu'il puisse lui dire quoi que se soit pour calmer ses ardeurs de jalouse maladive, la voix d'Eve le ramena à la dure réalité, aux pavés froids de la ruelle...

"Tu sais... Tout engagement peut se rompre ; j'ignore ce qui te fait si peur mais rien n'est définitif. Il n'empêche que je suis désolée. J'aurais pas du te forcer la main, j'ai juste été égoïste. "

Il leva la tête pour la regarder. Une nouvelle fois il ressemblait à un gamin un peu perdu avec ses grands yeux bleus emplis d'une tristesse indéfinissable, presque belle. Elle lui paru aussi fragile que sous la pluie, aussi belle et lumineuse que la première fois qu'il l'avait vue, et ce n'était pas par hasard s'il l'avait prise pour un ange. Ses mots lui faisaient du mal, elle avait raison, les engagements par essence pouvaient être rompus mais il ne prenait pas cela à la légère, ses parents avaient rompu leurs engagements auprès de lui et il ne souhaitait faire endurer cela à personne, encore moins à Eve. Il se sentait coupable, il avait pris la fuite et elle arrivait quand même à s'en vouloir, se croyant trop exigeante ce n'était pourtant pas le cas, elle désirait ce que toute jeune fille aurait voulu, aimer et l'être en retour. Il aurait presque préféré qu'elle lui crie dessus, qu'elle le frappe, n'importe quoi plutôt qu'elle s'en veuille pour rien. Tout était de sa faute et à présent il ne savait plus comment réparer les dégâts.

Rien n'était compliqué mais rien n'était simple non plus, il avait vécu si longtemps avec des principes bien précis qu'il lui était extrêmement difficile de revenir à un mode de vie considéré comme normal par les gens de son âge. Alors que son attention se dirigeait de nouveau vers le sol il distingua un mouvement du côté de la jeune fille. Elle s'était retournée, prête à partir, à abandonner, à l'abandonner lui. Et bien qu'il sache que les ennuis ne faisaient que commencer, il refusait qu'elle le laisse. Son pouls accéléra et il se leva tant bien que mal en s'appuyant au mur derrière lui. Il fit quelques pas et se retrouva à sa hauteur, il l'emprisonna dans ses bras, toujours dans son dos.

"Pars pas. C'est moi qui suis désolé, j'aurais dû dire quelque chose..."

Encore une fois il ne parvenait pas à formuler clairement ses sentiments, il aurait eut l'impression de mentir ou de tomber dans un océan d'affection qui aurait tôt fait de le noyer. Il avait tellement peur qu'elle joue avec lui comme il avait pu le faire de nombreuses fois... Enfin il comprenait ce que toutes ces filles avaient pu ressentir lorsqu'il s'éclipsait dans la nuit.

"Mon ange..." Chuchota-t-il en plongeant sa tête dans son cou.

Mikhaïl redoutait qu'elle le repousse maintenant, même Lisa avait l'air désolé et il ne savait pas pour qui ...

"J'ai juste pas l'habitude.."

Il ne pouvait rien ajouter c'etait au dessus de ses forces il lui semblait que chaque mot l'éloignait de lui.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 3 Nov - 15:31


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
J'ai pas le temps de partir bien loin que je sens des bras enserrer ma taille. Je suis d'abord surprise mais une douce chaleur se répand dans mon corps quand je comprends que Mikhaïl me veut près de lui. Mon cœur tambourine dans ma poitrine, c'est comme s'il voulait en sortir et je suis à peu près sur qu'il peut entendre mes battements irréguliers. Ce n'est pas grave même si j'aimerais pouvoir me calmer. C'est pourtant bel et bien impossible. Quand il me prend dans ses bras comme ça, je rends les armes, je m'abandonne, mes défenses s'affaissent : je suis tout à lui. Mais c'est un secret, il ne le sait pas. Et s'il le savait, que ferait-il ?

« Pars pas. C'est moi qui suis désolé, j'aurais dû dire quelque chose... »

ça me semble sincère et vrai alors j'y crois. Et tant pis si c'est un piège, je veux bien me faire avoir et ce autant de fois qu'il le faudra tant que c'est lui qui cherche à me piéger. Lisa peut me traiter d'idiote naïve et trop romantique, je ne la contredirais pas. Je suis amoureuse et ça rend bête et aveugle. Je tâtonnerais alors et il me guidera. Pour moi, ça marche comme ça :

« Mon ange... »

Je sens sa tête se nicher dans mon cou et je souris, ça me donne des frissons. Je ne sais pas quoi faire ni quoi lui dire. Je ne sais plus quoi penser. Il m'embrouille :

« J'ai juste pas l'habitude... »

Doucement, je m'enlève de son étreinte pourtant si agréable et je me retourne, je le regarde. Je détaille son visage que je connais déjà par cœur, ses yeux bleus, ses cheveux, sa peau. Ses lèvres aussi... Je lui souris tout simplement, parce que je ne sais pas quoi lui dire. Mais je sais que certains gestes valent plus que des mots alors je l'embrasse, tout simplement. Parce que je n'ai pas envie de faire quoique ce soit d'autre. Je passe mes bras dans son dos, je m'agrippe à lui, je ne le laisserais pas partir maintenant. Je le veux encore un peu. Juste un peu plus longtemps. Après on pourra me l'arracher mais pas aujourd'hui, plus tard.

Je mets fin à notre baiser à contre cœur mais mes doigts ne lâche pas son dos (enfin sa veste), je plonge dans l'azure de ses yeux et j'oublie tout, ou je suis, ce que je fais, pourquoi, je suis juste là, avec lui et c'est tout ce dont j'ai besoin. Il est comme mon oxygène. Je crois que je suis vraiment très amoureuse. Trop peut être. Mais je n'ai pas peur. Je n'ai plus peur en fait. J'ai confiance en moi et en mes sentiments. Tout ira bien tant que je le voudrais. Ça finira par se casser la gueule mais ça ira, parce qu'à ce moment je déciderais d'aller bien :

« Je ne suis pas un ange mais je veux bien être le tien... et t'en qu'à faire, faisons les choses à notre manière. Je ne sais pas ce que l'on est l'un pour l'autre et je ne sais pas ou ça nous mènera mais... Allons-y ensemble. »

Je lui souris à nouveau. De son côté Lisa se sent un peu plus légère. Elle s'en veut d'être comme elle est, mais moi je l'aime comme ça. J'aime ses défauts qui sont les miens et je la comprends. Je n'ai pas envie qu'un jour quelqu'un vienne me la prendre et qu'on me remplace dans son cœur. Sentant mes pensées, elle s'assied et ronronne.

Tout sourire, je prends la main de Mikhaïl et je l'entraine plus loin, ailleurs qu'ici loin de nos ex et de ce bar. Enfin de son « ex ». Il y a peu de chance qu'on tombe sur l'un des miens... Et je prie pour que ça ne se passe pas parce que dans mon cas, ils ont compté.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Sam 28 Déc - 0:32

Une étreinte, comme une promesse alors qu'il sait qu'il va briser la sienne.

On ne pouvait pas se sentir plus égoïste, et pourtant elle avait l'air d'avoir compris. C'était presque pire lorsqu'elle lui dit, dans une sorte de murmure lointain:

« Je ne suis pas un ange mais je veux bien être le tien... et t'en qu'à faire, faisons les choses à notre manière. Je ne sais pas ce que l'on est l'un pour l'autre et je ne sais pas ou ça nous mènera mais... Allons-y ensemble. »

Elle sourit encore, son coeur se serra encore à l'idée de faire naître les larmes sur ce même visage.
La lionne se calmait considérablement, ce qui eut pour effet de le détendre un peu, il ne s'était pas rendu compte que tous ses muscles étaient crispés, comme s'il s'attendait à être frappé par la foudre et qu'il n'avait aucun moyen d'échapper à ce qui arriverait, enfermé qu'il était dans le piège qu'il s'était lui-même tendu. Il avait joué et perdu, lui qui s'était situé au dessus du commun des mortels, en proie aux sentiments, s'était cru à l'abri. Il avait parfois rêvé de s'arracher le coeur pour se prévenir de tout ce qu'il appelait "accident", mais évidemment ce n'était pas possible. Tout comme il était impossible de se débarrasser de Narcisse qui le soumettait à des émotions aussi changeantes qu'étranges, il se refusait à la faire souffrir et il se refusait de l'aimer comme il aurait dû. Il songea qu'une psychanalyse poussée ne lui ferait pas de mal. Il lui suffisait de s'abandonner, il était presque certain qu'Eve était digne de confiance, cependant un doute, aussi minime soit-il persistait, et détruisait tout sur son passage

Il fixait son regard sur elle, une illusion, un mirage, comme au premier jour, un ange souriant et inquiet. Il la trouvait trop gentille, comment aurait-il réagit à sa place ? Probablement en sortant du bar, furieux et humilié, trop occupé à retenir ses larmes pour penser à quoi que se soit d'autre qu'une vengeance. Elle finit par lui prendre la main et l'entraîna plus loin, installant une distance réconfortante entre eux et leurs problèmes. Ils traversèrent plusieurs rues pavées, ce devait être la partie la plus ancienne de la ville. Rapidement il trouva ses repères et parvint à se souvenir de la ruelle où il avait garé sa voiture, prévoyant pour une fois. Elle allait certainement lui demander comment il s'était payé cette petite merveille et il fallait qu'i trouve vite une excuse, il n'avait pas l'intention d'étaler ses "problèmes" devant elle et encore moins de paraître faible. Il ne voulait plus parler de sa famille. Plus jamais.

Finalement c'est lui qui la guida vers leur nouvelle destination , sans rien lui dire, il restait silencieux, l'esprit encore embrumé par trop de questions qui devraient rester en suspend pour aujourd'hui. Ils croisèrent quelques passants qui les regardaient avec curiosité, peut être avait-il une drôle d'expression, il tenta aussitôt d'esquisser un sourire ou du moins de paraître plus détendu. Et au bout de quelques minutes de marche, une carrosserie anthracite se profila à une centaine de mètres. Mikhaïl serra la main qu'il n'avait pas lâchée et accéléra en direction de la voiture. Il appuya son dos au niveau de la portière avant et attira Eve contre lui, plus à l'aise à présent.

"Tu sais conduire ? " demanda-t-il avec un sourire , peut être le plus sincère depuis des jours.

Narcisse se posa sur le toit, elle préférait l'époque où le jeune homme n'avait pas de voiture, c'était bien moins dangereux et bien moins agaçant car il avait pris la fâcheuse habitude de se vanter de son acquisition. Cela ne changeait pas grand chose au quotidien mais pour elle c'était pire.
Mikhaïl glissa une main dans la poche de sa veste et en tira les clés. Les phares clignotèrent un instant et il ouvrit la portière derrière lui en prenant soin d'éloigner Eve. Il tendit le bras vers la place du conducteur, impatient de la voir à l'oeuvre et un brin moqueur.


[plutôt court excuse moi je ferais mieux *-*]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Jeu 2 Jan - 21:07


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
Finalement, je me laisse conduire. C'est lui qui mène la danse et qui m'emmène ou il veut. Je me contente de le suivre, et ça ne me gène pas. Ça fait longtemps que ça ne me gène plus, parfois se laisser aller c'est bien aussi. On déambule dans les rues et je me demande ou on va. Qu'elle est la prochaine étape ? Qu'est ce que j'aimerais que ça soit aussi ? Mais ces questions demeurent sans réponse et je n'ose pas les formuler à voix haute. Parce que tout est étrange entre nous. Et que là, le silence qui nous enveloppe me semble normal et ça ne fait pas de mal, pour une fois !

A vrai dire je suis tellement perdue dans mes pensées que je ne fais pas attention à ce qui nous entoure. Ou sommes nous, y a-t-il du monde, tout ça me passe au dessus. Je ne sais pas et je m'en fiche. Parce que tout ce qui compte depuis un moment c'est ce mec qui avance devant moi. C'est sa main dans la mienne. C'est nous, ensemble. Pour combien de temps d'ailleurs ? Ça aussi je ne sais pas, et c'est parce que je ne le saurais pas que je profite de chaque secondes en sa compagnie. Mikhaïl me rend faible. Enfin, je suis faible face à lui, vulnérable et prête à tout.

Mikhaïl s'arrête et s'approche de sa voiture, que dis-je, son bijou. Il s'y adosse et m'attire contre lui, je ris légèrement en levant les yeux au ciel. Il se la pète, c'est tout. Et puis il me sourit, et je fonds, comme je fonds à chaque fois. Je suis irrémédiablement tombé sous son charme. Et j'ai l'impression que c'est pire de minutes en minutes :

« Tu sais conduire ? »

J'aimerais bien avoir le temps de lui dire que non et que la dernière fois qu'il a été question de voiture dans ma vie c'était Yann qui me racontait comment il en avait volé une pour l'anniversaire de son colocataire et comment celui-ci l'avait détruite quelques heures plus tard dans un accident. J'aimerais pouvoir lui dire que passer son permis c'est cher et que je n'ai hélas, pas un rond. Mais une sorte de force me pousse à me taire. D'un côté parce qu'il ne me laisse pas en placer une et d'un autre parce que j'aimerais lui montrer que moi aussi je fais des trucs absolument stupide :

« On va dire que oui ! »

J'attrape les clefs de la voiture en lui offrant un sourire provocateur puis je m'installe à la place du conducteur. Je règle tout, le siège, le volant (j'ai d'ailleurs un mal fou à trouver la manette le permettant), les rétroviseurs et j'enfonce les clefs dans le contact. Je mets ma ceinture, à l'arrière Lisa est monté sur la banquette. Je suis sure qu'elle va mettre des poils partout et je ne suis pas sure que Mikhaïl apprécie... C'est plus de sa faute que de la mienne de toute façon !

Enfin, je tourne la clef faisant vrombir le moteur. Je mets le pied sur le frein, je desserre le frein à main et passe la première. Ça me fou les boules mais je n'en montre rien. Un coup d'oeil dans le rétro m'indique que je peux y aller et... je cale. Je sais qu'il va se moquer de moi. Je le pressens à des kilomètres alors avant qu'il ne rit ou me fasse une remarque je lance :

« Bon en fait non. J'ai jamais appris. Tu veux pas être mon professeur ? »

J'avoue, j'ai vite rendu les armes, mais la seule chose que je sais pour démarrer c'est qu'il faut tenir le point de patinage, le problème c'est que je ne sais pas ce que c'est. Et il faut dire que mon très sexy passager me déconcentre un peu. Beaucoup même. Et j'ai plus envie de l'embrasser que de prendre la route... Cependant je suis adorable et toute gentille donc je me contente de le regarder en abordant cet air innocent en espérant que ça l'empêche de se foutre allègrement de ma gueule.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 5 Jan - 21:04

« On va dire que oui ! »

Il la regarda avec suspicion, elle n'avait pas l'air très sûre d'elle, on aurait même dit qu'elle cherchait à l'impressionner. Mais la situation pouvait s'avérer amusante au final et il se contenta de sourire en la laissant accéder au siège du conducteur. Elle s'installa et régla tout ce qui pouvait être réglé dans une voiture, Mikhaïl se souvint un instant des cours que l'on dispensait à l'auto-école, lui n'en avait jamais réellement pris, se contentant de conduire avec des amis jusqu'au jour où l'un d'eux, gérant d'une école lui avait fait passer son permis sans se poser trop de questions pour la partie financière. Il l'observait avec malice, prêt à la déconcentrer au moindre faux pas, elle ne savait pas conduire c'était certain, il se demandait seulement jusqu'où elle irait avant de le reconnaître, on lui avait toujours dit que les femmes étaient têtues mais Eve était carrément butée.

Elle mit le contact pendant qu'il jetait un coup d'oeil à Lisa. Elle s'était couchée sur la banquette arrière, scène plutôt irréaliste. Ses poils volaient déjà dans l'habitacle traversé par un rayon de lumière, se collaient au cuir et s'incrustaient dans les moindres recoins. Mikhaïl lui sourit en serrant les dents. *Foutue boule de poils* pensa-t-il. C'est dans ce genre de moments qu'il n'était pas si mécontent d'avoir Narcisse pour ewig, elle était discrète, et surtout elle ne laissait aucune trace de son passage si ce n'est une légère poudre irisée lorsqu'elle volait plus nerveusement. Mais au fond, elle était capable de protéger la jeune fille et ce n'était pas plus mal, lui n'irait pas loin s'il lui arrivait quelque chose. Il se détourna et alluma la radio, un morceau de rock passait mais il baissa le son c'était seulement histoire de briser le silence.

Tout se passait bien jusqu'à ce qu'elle tente de démarrer. Elle passa la première et aussitôt cala. Mikhaïl retint un éclat de rire et se mordit les joues, tourné vers elle, toujours pas attaché et assis en tailleur sur son siège.

« Bon en fait non. J'ai jamais appris. Tu veux pas être mon professeur ? »

Il sourit en se demandant pourquoi les profs attiraient tellement les filles. Ce devait être quelque chose du même genre que les uniformes, les militaires... Et c'était certainement pour cela qu'elle avait abandonné si vite car il ne lui connaissait pas ce défaitisme.

"Et professeur de quoi exactement ?" demanda-t-il en se penchant sur elle, le regard plein de sous entendus.

Il resta ainsi une seconde et dit assez fort : "Tu me diras c'est pas le moment, y a des gosses à l'arrière"

Il se redressa et passa un bras derrière le siège de la jeune fille, fier de lui. Il était tout près de sa nuque et pouvais sentir son parfum, un nouveau, elle l'avait peut être mis pour l'occasion. Ou alors il ne s'agissait peut être que de ses cheveux, cette fille le rendait dingue et il n'aimait pas cette nouvelle dépendance, peut être qu'il aurait dû continuer la drogue et oublier Eve finalement.
Il avait pu constater ses efforts, attention très certainement anéantie par son retard calculé. Il eut envie de lui dire qu'il était désolé pour tout, le bar, son ex et même sa coiffure... Il eut envie de la prendre dans ses bras et de lui faire de belles promesses qu'il savait impossibles à tenir. Mais il ne fit rien de tout ça et arbora seulement son habituel sourire qui voulait tout et rien dire à la fois, toujours pas décidé à partager ses émotions.

"Bon il faut que ton talon touche le sol quand tu débraye, ensuite tu appuie doucement sur l'accélérateur.. tu reste stable aux alentours de ce point, indiqua-t-il en tapotant le cadran du bout des doigts , ensuite tu relâche lentement la pédale d'embrayage et encore une fois tu reste stable sans le lâcher complètement jusqu'à ce qu'on avance, tu comptes ... aller dix secondes et tu peux le quitter."

Il se passa une main dans la nuque, espérant que ses conseils auraient porté leurs fruits, la laisser conduire oui, détruire cette petite merveille qu'il venait d'acheter, non. Il se tendit un peu en lui laissant le volant alors qu'une voiture les croisait, le conducteur les toisa en passant près d'eux. Théoriquement ils n'avaient pas le droit de faire ça mais qui cela pouvait bien gêner ? Encore fallait-il qu'elle parvienne à démarrer. Il attendait qu'elle se décide, il avait décidé d'être sérieux pour une fois.

"Aller si tu conduis un d'ces jours on ira boire un verre et tu me ramèneras, tu auras une utilité enfin de compte" lança-t-il en riant, tout de même inquiet à l'idée de la lionne Qui n'avait qu'à tendre le coup pour le tuer.

.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Mar 7 Jan - 22:43


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
Si j'ai l'esprit mal placé, je tiens à dire que je ne suis pas la seule. Mikhaïl est au même niveau que moi d'après mes estimations, si ce n'est pas pire. Et je dis ça parce qu'il affiche ce petit sourire caractéristique du mec qui a des pensées pas très catholique :

« Et professeur de quoi exactement ? »

Il se penche vers moi et son regard est aussi parlant que son sourire. Je lève les yeux au ciel en riant légèrement, qu'est ce qu'il croit ? Que j'ai besoin qu'on m'apprenne ces choses là ? Il se trompe, j'ai eu d'excellents professeurs ! Le fait est qu'il n'a pas besoin de le savoir :

« Tu me diras c'est pas le moment y a des gosses à l'arrière ! »

Je m'esclaffe, Lisa me fait cependant clairement comprendre qu'il n'y a rien drôle et que si le petit insolent veut, il peut tâter des dents et des griffes du gosse. D'après elle, ça devrait lui faire passer tout envie de la prendre pour une petite et de jouer au professeur quand elle est là. Ça aussi je le tais, je tiens à éviter les effusions de sang. N'empêche que pour le coup j'ai l'impression d'être dans une garderie. Le point positif c'est que l'incident précédent semble assez lointain, un peu comme si ça ne comptait pas. Pourtant je sais qu'il est autant remué que moi par ce qu'il s'est passé. Je crois qu'on a juste pas envie d'en parler. Un prochain jour peut être !

« Bon il faut que ton talon touche le sol quand tu débraye, ensuite tu appuie doucement sur l'accélérateur.. tu reste stable aux alentours de ce point, indiqua-t-il en tapotant le cadran du bout des doigts , ensuite tu relâche lentement la pédale d'embrayage et encore une fois tu reste stable sans le lâcher complètement jusqu'à ce qu'on avance, tu comptes ... aller dix secondes et tu peux le quitter. »

Quand il me dit ça, il est tout près, il a le bras derrière mon siège et il arbore ce sourire. Celui que je n'arrive pas à comprendre et à déchiffrer. Celui qui me donne l'impression qu'il est loin et très proche à la fois. Mais je ne me pose pas plus de question, je sais que ça n'est pas le moment. Pour l'instant je dois démarrer.

J'attends un léger instant, je me concentre. Il faut que j'absorbe tout ce qu'il vient de dire, que je le comprenne et que je l'applique correctement. Comme je suis blonde ça prend un certain temps, et Mikhaïl semble s'impatienter, ou alors c'est moi qui interprète mal ces propos :

« Aller si tu conduis un d'ces jours on ira boire un verre et tu me ramèneras, tu auras une utilité enfin de compte ! »

Il se marre. Moi j'ouvre la bouche outrée et le regarde l'air de dire « t'es sérieux ? ». Parce que je suis vexée je lui assène un coup de coude dans les côtes. C'était ça ou la tape du dos de la main sur le côté de la cuisse. Étant donné que mes biceps sont petits, le coup de coude est plus efficace. En plus je connais les points sensibles :

« Inutile hein ? J'espère que tu retires ce que tu as dis parce que sinon le jour ou tu compteras sur moi pour te ramener je ferais en sorte d'être inutile et de te laisser sur le bord de la route. »

Je lui offre le sourire « me tente pas, tu sais que j'en serais capable » et je démarre juste pour le faire taire. Mais je cale à nouveau. Je sais qu'il va dire quelque chose, se moquer ou quoique ce soit alors je lève la main pour lui imposer le silence :

« Je tiens à dire que ce n'est pas moi la mauvaise élève mais toi le mauvais pédagogue ! »

Moi de mauvaise foie ?? Noooooon ! En plus pour le coup c'est assez vrai, ses explications étaient confuses. Mais je suis aussi une mauvaise élève, ce qui n'aide pas vraiment. Je recommence immédiatement, pour être sure qu'il n'ajoute rien et cette fois-ci c'est la bonne, la voiture avance. J'arrive même à sortir de la place ! C'est que je suis pas si nulle que ça en fait ! Mais la voiture fait un bruit bizarre... Je regarde mon moniteur d'auto école improvisé et lui offre un pauvre sourire :

« Et maintenant ? »

Rappelons-le, je ne sais rien sur les voitures à part l'exploit de Joshua et je ne pense pas que Mikhaïl aimerait que sa voiture subisse le même sort... D'ailleurs, l'idée m'effleure qu'elle aussi ait pu être voler mais je me vois mal demander « Hey, c'est pas une voiture volée hein ? », alors je me tais. Encore. Mieux vaut d'ailleurs, dire trop de truc ça peut être compromettant...


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Jeu 9 Jan - 22:14

Elle ouvrit la bouche pour ne plus la fermer durant un long moment et de grands yeux interloqués, l'air outré. Mikhaïl eut à peine le temps de voir son bras se lever qu'il recevait déjà un coup dans les côtes. Il toussa sur le moment, plutôt surpris, elle ne lui avait pas vraiment fait mal mais elle avait quand même une sacrée force pour une fille, il avait intérêt à s'en souvenir si jamais il lui prenait l'envie de déclencher une chasse à l'homme organisée par Eve et ses amies. Il ne se doutait pas que cette situation se produirait un jour, en quelque sorte du moins. En tout cas elle savait très bien où viser.

« Inutile hein ? J'espère que tu retires ce que tu as dis parce que sinon le jour ou tu compteras sur moi pour te ramener je ferais en sorte d'être inutile et de te laisser sur le bord de la route. »

Ce fut son tour de lui servir ce qu'il avait décidé d'appeler la tête de hibou. Une seconde plus tard il retroussait les lèvres et imitait les yeux d'un pauvre animal abandonné, tentative désespérée pour paraître attendrissant.

"Tu me laisserais dans le froid tout seul ? " demanda-t-il en prenant la voix d'un petit garçon.

La réponse de se fit pas attendre, elle sourit de nouveau d'un air de dire, "mais oui mon chéri, ce serait plutôt amusant non? ". Il n'eut pas le temps de se venger de cette dernière provocation et elle tenta de démarrer, c'est à ce moment qu'il réalisa: il avait oublié de lui dire de passer la première, la base. Cela paraissait logique mais vous savez ce qu'on dit sur les femmes au volant.
Il allait trouver une réplique bien sentie mais elle leva une main devant son visage, il se décala imperceptiblement, évitant du mieux qu'il pouvait un nouveau coup dans la cage thoracique.

« Je tiens à dire que ce n'est pas moi la mauvaise élève mais toi le mauvais pédagogue ! »

Le jeune homme la regardait d'un air incrédule, il n'y avait pas à dire cette fille le rendait fou, le faisait tourner en rond, revenir sur ses pas, hésiter, lui qui était si sûr de lui se retrouvait presque sous ses ordres, son humeur dépendant de la sienne, se pliant à la moindre de ses envies. De nouveau, il prenait peur, il voulait être libre, voler de ses propres ailes, bien que meurtries, mais Eve et son amour étaient des chaînes qui le maintenaient au sol, lui faisant goûter à la dure réalité d'une relation durable : l'angoisse que l'on éprouvait à l'idée de perdre quelqu'un. Il dormait mal, en venait à chercher des raisons de ne plus l'aimer, du moins pas autant mais rien ne venait et moins il la voyait, cherchant à s'éloigner, plus il allait mal.
Sa mauvaise foi le fit sourire. Il la regarda dans les yeux alors qu'elle se tournait vers lui, son coeur battait plus fort, il sentait qu'il allait dire quelque chose d'important sans vraiment savoir quoi, il se mordit la joue, il ne voulait pas... Mais déjà la voiture émettait un son étrange, coupant court à toute faiblesse, il soupira presque soulagé.

« Et maintenant ? »

Son hésitation ne dura qu'une seconde qui lui parut être une éternité.

"Euh.. tu débrayes, tu passe les vitesses dès que tu entend ce genre de bruit, ensuite pour ralentir c'est la même chose mais dans le sens inverse, tu freines un peu pour couper l'allure, tu débrayes, tu descend dans les vitesses.."

Il cherchait ses mots, un peu déboussolé, déstabilisé par les grands yeux bleus qui ne le lâchaient pas. Narcisse choisit ce moment pour se rapprocher de lui, elle avait senti son malaise. Ses ailes touchaient le "plafond" de la voiture et elle passa très près d'Eve, il se tendit. C'était son petit jeu, le faire souffrir en menaçant de toucher quelqu'un d'autre, c'était le seul moyen à sa disposition pour se venger de lui. Il n'avait pourtant rien fait à ce moment là, ils devraient avoir une discussion et vite, leur relation se dégradait à mesure qu'il l'ignorait. Il tendit une main au dessus de la tête de sa pilote et attrapa le papillon avec douceur. *Si on accélère tu seras projetée en arrière tu risque de te casser une aile..*. Un long silence lui répondit, c'était comme si elle n'en avait rien à faire. Il haussa les épaules, las.
Il décida de se concentrer sur Eve tant qu'elle semblait lui "appartenir". C'était quelqu'un de très possessif, pour lui, l'amour outre ce qui vous empêchait d'être libre c'était aussi une sorte d'accord tacite, elle ne pouvait être qu'à lui. Evidemment cela ne marchait pas dans les deux sens. Le jeune homme décela une question muette dans son regard, il ne pourrait pas y échapper. Elle devait se demander où il avait eut une voiture pareille. Les souvenirs de la journée lui revinrent en mémoire et il opta pour un mensonge, il n'avait jamais eut de mal à trouver des excuses et jamais aucun remords à ne pas dire la vérité, il l'avait fait toute sa vie. Pas question de parler du décès de ses parents, pas là, pas maintenant.
Il mima un sourire mystérieux et haussa les sourcils plusieurs fois, comme s'il essayait de lui faire deviner quelque chose d'incroyable.

"Baah, disons que certaines choses rapportent plus que d'autres dans la vie"

Le clin d'oeil qui suivit acheva sa petite histoire. Il n'avait pas pris beaucoup de risques avec cette invention, il espérait qu'elle penserait automatiquement à leur première rencontre et à la drogue qu'il transportait sur lui à ce moment là. Restait à savoir si elle tomberait dans le panneau, de toute façon il ne dirait rien à moins qu'elle le devine seule, ce qui paraissait peu probable. Son visage figé sur un sourire assez naturel, ne pouvait pas laisser présumer d'une quelconque gêne. Elle allait peut être s'énerver et lui dire d'arrêter, elle aurait eut raison. D'autant plus que s'il n'en vendait pas, sa consommation restait fréquente.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Sam 11 Jan - 20:29


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
La voiture fait toujours ce bruit bizarre et Mikhaïl a comme un bug. Mais très léger, ça ne dure qu'une seconde, j'aurais pu ne pas m'en rendre compte si je ne faisais pas autant attention à lui :

« Euh.. tu débrayes, tu passe les vitesses dès que tu entend ce genre de bruit, ensuite pour ralentir c'est la même chose mais dans le sens inverse, tu freines un peu pour couper l'allure, tu débrayes, tu descend dans les vitesses... »

Je m'exécute, enfonçant la première pédale puis bidouillant avec le levier de vitesse. Le véhicule fait une légère embarder tandis que je passe la deuxième et je grimace mais finalement, elle file plus vite et semble plus silencieuse. À ce moment là, mes yeux sont concentrés sur deux choses : la route en face de moi et Mikhaïl à côté. Je fais des aller-retour incessant entre les deux, peu rassurée. Mes mains sont moites sur le volant, mais je me tais. Je ne dis rien et fait genre je suis très à l'aise. Je suppose que Mikhaïl n'est pas dupe mais sait-on jamais.

La question de l'origine de la voiture est toujours en suspend sur mes lèvres. Mais étrangement, aujourd'hui je ne suis pas bavarde. Bon, on peut pas dire que je l'ai un jour été... n'empêche que même sans rien dire, j'ai ma réponse. Accompagnée d'un jolie sourire en coin qui me fait craindre le pire :

« Baah, disons que certaines choses rapportent plus que d'autres dans la vie. »

Je manque de m'étouffer sous la surprise et me tourne brutalement vers lui. Me rappelant que je suis au volant d'une voiture je me re-concentre sur la route :

« Dis moi que ce n'est pas ce que je pense... Tu deales ? »

Je gémis, pourquoi je tombe sur le mauvais garçon hein ? J'ai besoin d'un endroit sûr, d'un pilier, pas d'un mec qui pourrait m'embarquer dans des conneries. Surtout que je connais bien le milieux de la drogue et que je sais que ça ne fait pas de cadeaux. En tout cas ça n'en faisait pas à Los Angeles :

« Tu peux pas faire ça ! C'est dangereux ! Autant que moi au volant !! »

Ma voix monte étrangement dans les aiguës et mes mauvais souvenirs ressurgissent. Foutu Mikhaïl. Et plus je m'embrouille, moins je suis concentrée sur la route : je grille une priorité à droite, sans faire exprès, et manque de percuté une voiture... Une chance que j'arrive à freiner brutalement pour éviter le moindre contact. J'en tremblerais presque et me tourne doucement vers le propriétaire de la voiture :

« Tu vois, ton « boulot » c'est aussi risqué que ça. D'ailleurs reprends le volant ! »

L'autre voiture nous klaxonne, fait un doigt d'honneur et se casse. Je ne dirais rien de plus sur cet incident. Moi j'ouvre la portière, me détache et sors. Je ne suis pas en colère. J'ai juste eu peur et j'ai juste encore peur pour le mec que j'aime. Je respire un grand coup et sens Lisa tenter de m'apaiser :

« Désolée. Mais t'es sur que tu deales ? »

Je le dis sur un ton suppliant en faisant les yeux doux. On sait jamais, peut être qu'il me dira que non et même s'il ment, tant que je me convaincs qu'il ne deale pas, ça me va.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 12 Jan - 17:37




« Baah, disons que certaines choses rapportent plus que d'autres dans la vie. »

Elle avait réussi à démarrer et s'était engagée sur la route, les pavés firent place à de l'asphalte, et ils se retrouvèrent rapidement dans la circulation normale, heureusement il n'y avait pas énormément de monde. Elle se tourna vers lui, pas si concentrée que cela sur sa tâche, il se tendit, non pas parce qu'il avait peur de sa réaction mais parce qu'il redoutait un accident dans les deux prochaines minutes si elle continuait de s'agiter. Cependant elle parvint à reporter son attention, du moins une partie, sur la route. Il lui jeta un coup d'oeil inquiet, pas rassuré pour un sou.

« Dis moi que ce n'est pas ce que je pense... Tu deales ? »

Il retint un sourire de satisfaction , elle était tombée dans son piège improvisé, c'était exactement ce qu'il lui fallait, mais elle doutait encore. Son gémissement faillit le faire culpabiliser mais il avait depuis longtemps appris à réfréner ses émotions, c'était comme une bise glacée qui passait sur son coeur, aussitôt balayée par un sentiment de remplacement; la joie d'avoir pu arriver à ses fins une fois de plus. Il adorait ça. Narcisse suivait le cours de ses pensées et en venait à se demander si sa moitié d'âme avait un coeur, cependant elle ne dit rien, trop pressée qu'il abandonne cette fille qu'elle n'aimait pas vraiment. Depuis un moment elle essayait discrètement d'influencer ses sentiments, lui envoyant des vagues de doute comme elle le pouvait. Mais de toute façon il était déjà en train de s'en détacher et elle n'avait pas besoin d'intervenir pour qu'il gâche tout, c'était dans sa nature, détruire tout ce qu'il touchait, pour pas grand chose.

« Tu peux pas faire ça ! C'est dangereux ! Autant que moi au volant !! »

Sa voix changea, il ne l'avait jamais entendue aussi.. paniquée et inquiète mais loin de se douter à quel point elle était amoureuse, Mikhaïl pris cela pour du stress lié à la conduite. Il allait lui dire de s'arrêter quand il vit la voiture arriver bien trop vite sur leur droite. Il ferma les yeux un instant et se pencha vers Eve comme si cela avait pu la protéger d'un choc pareil. Il se vit presque mourir, mais elle freina juste à temps et le conducteur mécontent fila à toute vitesse.

« Tu vois, ton « boulot » c'est aussi risqué que ça. D'ailleurs reprends le volant ! »

Elle ouvrit brutalement la portière sans lui laisser le temps de répondre, elle prenait tout cela très au sérieux apparemment. Il ferma les yeux et utilisa son don pour sortir de la voiture sans ouvrir sa propre portière. Il ne voulait pas frimer, mais plutôt tester son corps, la sensation de froid habituelle se propagea en lui et il se retrouva dehors. Mais quelque chose n'allait pas. C'était au fond de lui, une chose qu'il ne pouvait ni atteindre ni identifier mais il le sentait. Une fois dehors la sensation de froid ne le quitta pas, il avait l'estomac retourné et une douleur fulgurante enserra son bras dans un étau brûlant cette fois.

« Désolée. Mais t'es sur que tu deales ? »

Elle lui faisait les yeux doux, essayant tant bien que mal de se rassurer concernant ses rentrées d'argent soudaines et pas très normales. Il la regarda avec douleur, incapable de se concentrer sur ce qu'elle lui disait. Pour la première fois de sa vie son esprit lui sembla vide et bizarrement il se sentit plus perdu que jamais. Il se retourna vivement, ignorant Eve qui lui faisait toujours face, elle allait sûrement mal le prendre mais pour l'instant il s'en fichait royalement. Il ouvrit la portière d'un mouvement ample qui lui arracha un gémissant rauque, il avait faillit oublier son bras. Son regard chercha une minute à l'intérieur de la voiture et il la vit.

"excrément ."

Narcisse était sur le tableau de bord, une aile retournée dans une position pas très naturelle, sonnée. Elle avait dû percuter le pare-brise alors qu'Eve freinait. Il l'avait pourtant prévenue.
Il n'était pas très sûr de lui cependant il n'avait pas le choix, personne ne pourrait l'aider pour cela. Le paillon ne répondait plus dans son esprit et il commença à paniquer, elle n'était pas morte sinon il n'aurait même pas pu y penser mais c'était la première fois qu'il lui arrivait quelque chose, il s'était toujours débrouillé pour la préserver. Il la prit donc dans ses mains avec une délicatesse infinie et tenta avec plus ou moins de succès de remettre l'aile en place, chaque mouvement augmentait sa migraine et lorsque ce fut terminé il était vidé. Son bras était certainement aussi douloureux que si on le lui avait cassé. Il ne s'était pas du tout occupé d'Eve ou de la lionne toujours à l'arrière...

Il ouvrit la boîte à gants et en sortit un mouchoir avec lequel il enveloppa le papillon, il le glissa ensuite à l'intérieur, bien calé dans un coin. Enfin il se retourna et appuya son dos à la portière, les yeux fixés sur son ange qui n'avait pas l'air de bien suivre. Au moins il n'aurait pas à se justifier à propos de la drogue, cet incident devrait facilement la détourner de leur conversation d'origine. Et si elle s'entêtait il aurait enfin l'excuse qu'il cherchait pour se détacher d'elle plus facilement, sans trop souffrir. Il se racla la gorge alors qu'une sueur froide le parcourait. Aussi étrange que cela puisse paraître il avait eut peur pour ce stupide insecte.

"On va... rentrer.." souffla-t-il en exagérant un peu pour éviter toute autre question sur son "travail".
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eve Gryen
MODO
Toujours avec le sourire!

• Inscription : 05/10/2011
• Messages : 580

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 19 Jan - 22:39


The One I love ? You ♥
Mikhaïl & Eve
 
Il est vrai que j'ai été longtemps habituée à être ignorée, pendant combien de temps ais-je joué le jeu ? Pendant tellement d'année je n'ai été que la fille qui arrive en retard que parfois, j'ai du mal à croire que je suis celle que je suis maintenant. Maintenant, je peux être fière de moi, j'ai changé et en bien mais je pensais qu'être ignorée ne me ferait jamais mal. J'étais transparente et ça ne me faisait rien. Pourtant, que Mikhaïl ne prenne pas la peine de me répondre, de me parler, de m'expliquer, de me voir, ça me blessait. Réellement. Je suis comme une idiote au milieux de la route, debout à le regarder faire je ne sais quoi sans même m'adresser un regard. C'est comme si je ne suis pas là. Et je me dis que c'est peut être ce qu'il veut : que je ne sois jamais entré dans sa vie. J'ai comme l'impression que mon monde s'effondre, que je ne suis qu'une loque ; une idiote qui a cru que pour une fois tout irait bien.

Lorsqu'il ressort enfin de la voiture, il semble mal en point et je ne sais plus quoi penser. Non vraiment, je suis totalement déboussolée et perdue. Je le fixe, il n'y a pourtant rien qui semble mal aller. Je l'interroge du regard et il dit avec effort :

« On va rentrer... »

Je fronce les sourcils, il me plante là ? J'aimerais pouvoir dire quelque chose mais je suis sur le salsifis à la béchamel. Soudainement je me sens triste, j'ai l'impression qu'il est loin de moi. Que jamais il n'aura confiance en moi et qu'il préfère fuir que de m'expliquer quoique ce soit. Mais j'aimerais tout savoir à propos de lui pourtant je sais que j'en demande trop. Jamais il ne m'appartiendra, ce mec est trop libre et il tient à le rester. Moi je ne suis qu'une passade, la blonde qui l'a sauvé une fois, la fille qui lui a un peu résister. C'est tout. Et même si je sais tout ça, si je m'en doute, je ne peux pas m'empêcher d'être amoureuse de lui. J'aime son côté nonchalant, son sourire, ses yeux si bleus, le ton de sa voix et même ses mensonges :

« Qu'est ce qu'il se passe ? J'ai dit quelque chose ? »

Je sais que ça n'est pas de ma faute, du moins pas entièrement, mais je me dis que peut être, si j'avais agis autrement, il resterait.

Lisa sort à ce même moment de la voiture, par je ne sais quel moyen, elle a réussi à ouvrir la portière et elle vient se coller à mes jambes en ronronnant. Ce ne sont pas des ronronnements de joie, ils sont uniquement là pour me rassurer et mentalement elle m'explique :

« Apparemment quand tu as freiné son ewig a percuté le pare-brise et s'est blessé l'aile... C'est pour ça qu'il rentre, ne t'en fais pas...
- Et toi ? Tu n'as rien ?
- Tu le sentirais si je m'étais blessée... »

Je me sens presque rassurée, mais je culpabilise : c'est de ma faute. Alors je me reprends avant qu'il ne puisse enchaîner :

« Je suis désolée pour Narcisse, je... Tu as besoin d'aide ? Je peux t'aider tu sais. Enfin... Tu te dis peut être que j'en ai assez fait pour aujourd'hui et tu n'as pas tord mais... Si tu as besoin de moi, je suis quand même là. »

Je ne sais pas ce qu'il pense. Ses yeux n'ont jamais rien refléter de ses sentiments. Pourtant je persiste dans ma stupidité. L'amour rend réellement bête. Comme j'aimerais retourner à cette soirée ou je dansais et chantais dans ma chambre en riant. Certes j'étais déjà stupide mais ce n'était pas à cause d'un garçon, ça n'était pas à cause de mes sentiments. C'était juste parce que je me sentais bien, comme invincible. Là, je suis trop vulnérable, complètement à sa merci. Dommage, c'est trop tard pour faire machine arrière : il m'a envoûtée et je suis prête à beaucoup sacrifier pour lui car j'ai le mince espoir de ne pas souffrir, je veux croire que je suis paranoïaque. Et j'y crois...


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mikhaïl Vitaïev (ABS)
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 26/05/2013
• Messages : 190

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   Dim 9 Fév - 22:17

"Et sous ta caresse je sens une ivresse qui m'anéantit"


Qu'est ce qu'il se passe ? J'ai dit quelque chose ? »

Il fronça les sourcils, déstabilisé par sa question, elle s'en voulait alors qu'elle n'avait effectivement rien dit de mal. Une fois de plus le surnom qu'il lui avait trouvé lui allait à merveille et une fois de plus il culpabilisait, il repensait à la première fois qu'il l'avait vue dans cette rue sordide, l'ange aurait dû prendre son envol, malheureusement il avait voulu aider le petit raté qu'il était. Le principe des anges non ? Il se demanda même comment elle avait pu poser les yeux sur lui, à sa place il ne se serait même pas retourné. Mais justement elle n'était pas comme lui. C'était quelqu'un de bien et les gens biens étaient rares ces temps-ci. Et il l'aimait pour ça.
Il se contenta de secouer la tête sans rien ajouter comme si ce qu'elle disait était ridicule mais c'était lui l'idiot. Il percevait une panique sourde dans ses mouvements, dans son regard, elle était mal à l'aise et probablement perdue. Elle ne parvenait pas à dissimuler ses sentiments comme lui l'aurait fait. Il aurait voulu être une machine, ne rien ressentir, passer d'un moment à autre d'un souvenir à un autre sans faire de différence, pas de nostalgie pas d'amour juste une vie rapide et pas trop pénible.
A ce moment là la lionne sortit de la voiture et vint près de son amie. Tout à coup Eve sembla comprendre ce qui se passait.

Je suis désolée pour Narcisse, je... Tu as besoin d'aide ? Je peux t'aider tu sais. Enfin... Tu te dis peut être que j'en ai assez fait pour aujourd'hui et tu n'as pas tord mais... Si tu as besoin de moi, je suis quand même là. »

Il lui jeta un coup d'oeil discret, sans prendre le risque de s'attarder sur son visage crispé par l'inquiétude. Ce petit jeu lui coûtait beaucoup mais c'était mieux pour tout le monde. Elle finirait par le détester et il n'aurait pas à la faire souffrir, elle méritait bien mieux, il ne cessait de se le répéter comme pour l'accepter plus facilement, il lui semblait tourner en rond, reproduire les mêmes schémas encore et encore et pourtant retarder l'échéance, un peu plus chaque jour.
Mikhail voulu la prendre dans ses bras et ravala le dégoût qu'il s'inspirait à lui-même. Mais il n'en fit rien. Il s'approcha un peu, tout doucement, comme un loup le fait avec la proie qui se sait mourir. Passa un bras derrière son dos, se gardant bien de toucher ses hanches, penchant légèrement la tête en arrière pour éviter le contact de sa peau, il lui aurait été impossible de lui résister autrement. L'espoir dans ses yeux le tuait à petit feu et il préféra l'éviter du regard.
Il la conduisit lentement jusqu'à la voiture, elle avait certainement cru qu'il la laisserait là mais il n'en était pas question jamais il ne lui aurait fait une chose pareille, il l'avait fait sortir il se devait de la ramener. Et puis la journée s'était plutôt mal passée, autant ne pas l'empirer. Il fit également monter Lisa qui n'avait toujours pas l'air de beaucoup l'aimer et ferma la portière derrière elle, prenant soin de ne pas coincer sa queue. Il contourna le véhicule et s'installa dans son siège. Son bras le faisait toujours atrocement souffrir et il sentait Narcisse qui s'agitait dans la boîte gant.
"Arrêtes ça je j't'arrache les ailes" siffla-t-il dans son esprit, après quoi elle ne bougea plus.

L'atmosphère était tendue et personne ne parla pendant tout le trajet, heureusement l'école n'était pas loin. Mikhail conduisait les lèvres serrées autant par la douleur que par la culpabilité mais ça elle ne pouvait pas le deviner. Il se mit à pleuvoir d'un coup, décidément, même le ciel était contre eux. Il faisait plus sombre et de gros nuages venaient vers eux, l'orage n'était pas loin. Il accéléra un peu, pressé d'en finir, depuis le début il jetait quelques coups d'oeil à Eve qui avait l'air effondré. et il ne pouvait plus le supporter. La route finit par se rétrécir, ils traversèrent une sorte de bois et l'immense bâtiment se profila au loin. A chaque fois il le voyait différemment, selon l'heure de la journée, la lumière... et puis il ne s'y sentait pas vraiment chez lui tout en sachant que c'était tout ce qu'il avait, tout ça à cause d'un don quasi inutile et d'un insecte ridicule. Mais au fond il n'aurait pas fait la connaissance de certaines personnes s'il en avait été autrement. La vie peut prendre une tournure étrange, comment s'imaginer tout cela lorsqu'il était encore dans sa famille ?
Mais aujourd'hui l'école ne lui inspirait ni nostalgie ni sécurité rassurante à l'idée d'un endroit rempli de jeunes comme lui, elle ne lui évoquait que la fille qu'il était en train de décevoir, elle ne lui apparaissait que comme une grande bâtisse triste, presque une prison, battue par la pluie et le vent. Au bout d'un moment qui lui parut une éternité ils furent tout près. Il se gara tout près de la porte d'entrée. Il prit une grande inspiration, incapable de finir sur ce silence insoutenable.

"Ecoutes, c'est pas toi ok ? C'est moi, cherche pas à comprendre..."

Et il sortit sans ajouter un mot. Il réapparut à la portière d'Eve armé d'un parapluie noir pour éviter qu'elle soit trempée. Il lui ouvrit et pendant une seconde ils furent face à face, bien trop proches, il n'avait qu'à se pencher pour l'embrasser et cela n'aurait pas été correct de sa part, il ne comptait pas jouer avec elle, pas comme ça. Il ferma les yeux et lui mit le parapluie dans les mains, retirant bien vite les siennes. Il libéra également Lisa. Il se figea une seconde, absorbé, perdu dans l'azur des yeux de son ange, il en distinguait la couleur unique même à travers la pluie. Il serra les dents s'efforçant d'adopter un visage impassible et s'engouffra dans la voiture, sans lui laisser le temps de dire quoi que se soit.
Une fois assis il soupira. Il ne rentrerait pas à l'Académie ce soir là, il ne s'en sentait pas la force.
Il démarra, le coeur au bord des lèvres, la mort dans l'âme. Le rétroviseur lui renvoya l'image d'un ange sous la pluie, une nouvelle fois une sorte de lueur dans les ténèbres mais plus il s'éloignait moins sa clarté pouvait l'atteindre et c'était comme s'éloigner trop de Narcisse, une part de lui lui criait de faire demi-tour mais il la fit taire. Elle finit par disparaître de son champ de vision et il appuya sur l'accélérateur, ignorant tous les risques.
Et dans la poche de sa veste son portable se mit à vibrer: c'était la blonde du café.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The One I love ? You ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

The One I love ? You ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ FOREST HILL :: •• Dans la Ville-