Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 A qui le tour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: A qui le tour ?   Lun 24 Juin - 20:19

Qui dois-je servir ?
Libre

Le voilà retourné dans son milieu qu'était d'être derrière le bar. Il était ravi d'être à cette place car, il était peut être le seul à aimer ce métier. Certains qui étaient ici, c'était juste de passage le temps de faire un peu d'argent avant d'aller voir ailleurs. Mais, Matt lui, il aimait ce métier et être si proche des gens. Leur offrir un verre (qu'il paie bien sûr) et les écouter parler de tout et de rien. Il en avait des anecdotes à raconter en tout cas avec tout ce que lui disait ses clients. Aujourd'hui, la journée fut assez calme, les clients ne se bousculaient pas et ils étaient assez calme. C'est vrai que quand on connaissait pas l'endroit, on pouvait vite être effrayé. Le point fort du bar était peut-être son barman, non pas pour son physique mais, plus pour le compagnon qui l'accompagnait tout le temps. Qu'il soit dehors ou à l'intérieur, Matt avait toujours cet Elanion d'Australie sur son épaule répondant au nom d'Aerandir. La caractéristique de cet oiseau était sûrement ses yeux rouges vif qui attirait beaucoup l'attention et de question.

Matt s'occupait de la vaisselle en essuyant les verres en attente en gardant un œil discret sur ses diverses clientes et clients aussi. Sa concentration restait sans faille jusqu'au moment où une demoiselle vint s'asseoir au comptoir pour lui parler.

- Bonjour, bel homme. C'est un bel oiseau que vous avez sur votre épaule, serait-il possible de le caresser ?

- Je suis désolé mademoiselle, mais cet oiseau est caractérielle et ne peut être touché par personne d'autre que moi. Navré de ne pas pouvoir vous faire plaisir.

° C'est qui que tu traites de caractérielle° Dit Aerandir en lui tapotant la tête avec son bec

Ah ben, on voit qu'il vous aime bien cet oiseau, dit la jeune demoiselle en rigolant.

Celle-ci retourna rapidement auprès de ses amis qui commencèrent à rire en groupe sûrement après ce que Aerandir avait fait.

°Aerandir, tu pouvais rester calme, non. Tu voulais peut être qu'elle te touche°

°Cette pimbéche, tu rêves, mais suis pas caractérielle. Tu ferais mieux de réfléchir avant dire quoi que ce soit me concernant°

Un soupir s'échappa de la Matt qui, malgré le temps qu'il était avec Aerandir, n'avait pas encore pris l'habitude à propos de son caractère assez spécial. Il continuait donc à faire sa vaisselle calmement, tout en écoutant les discussion des gens au comptoir. Ce n'était pas très poli, mais à part ça, Matt n'avait pas grand chose à faire. Il espérait néanmoins que quelque chose d'assez intéressant se passe. Même s'il aimait ce métier, il aimait encore plus quand il y avait du mouvement et de l'ambiance.

C'est vrai que pendant la journée, le bar était bien calme. Mais, arrivé la soirée, le deuxième visage du bar fait surface. Un bar mouvementé, avec beaucoup de l'ambiance et de la musique à fond. Matt avait hâte de s'y trouver, il ne restait plu que deux heures environ avant que le monde n'arrive enfin. Il préparait déjà tout ce qu'il fallait pour ne pas être trop débordé et savoir servir tout le monde avec une rapidité absolu. C'est ce genre de moment où ses prémonitions lui rendent bien service vu qu'il sait qui va lui demander à boire. L'inconvénient est qu'il ne sait pas d'avance ce que les clients vont lui demander, ça aurait été si simple alors. On fait avec ce qu'on a, comme on dit toujours.

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas


avatar
John Curzick
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 24/06/2013
• Messages : 146

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Mer 26 Juin - 21:35



Penché sur son plan de travail, John réparait une montre des années 90. C'était le seul moment de la journée où Orswin pouvait embêter les passants sans que le vieux croulant soit dans son dos. Autant dire qu'il en profitait un max ! Le rongeur pouvait y passer des heures à voir les passants criés et bouger dans tous les sens, mais pas aujourd'hui, une information était venue susciter son intention. C'était une nouvelle excitante, extraordinaire qu'il s'empressa d'aller en informer John. Mais celui-ci était trop occupé à maugréer sur le surplus de poussière de la montre que pour remarquer la présence d'une souris dans son atelier. Agacé de cette indifférence, l'Ewig n'avait d'autre choix que de piquer du matériel à l'horloger pour qu'il daigne enfin lever son nez du plan de travail.

"Orswin, rends moi tout de suite cette soufflette et va jouer ailleurs ! Il faut bien que quelqu'un pai pour tous ce fromage ! Et ce n'est surement pas toi qui va travailler à ma place pour récolter des fonds ! Hein, Orswin ?"

Toujours ce même discours ! Et toujours cette même excuse ! Mais ce n'est pas le fromage qui coûte cher, c'est le vin et ce matériel d'horlogerie !

Je sais, je sais, il faut travailler pour avoir des sous, mais à quoi bon réparer une montre qui sera aussitôt détruite par un ivrogne ? Au lieu de perdre ton temps ici, allons plutôt boire un verre dans ce nouveau bar !

John réfléchit à l'offre d'Orswin. Il avait toujours eu les mots pour le détourner de son travail. Mais aussi tenté soit-il, il ne pouvait pas abandonner cette montre à son état de cadavre.

"Ecoute Orswin, j'ai presque fini, il ne me reste plus qu'à tout remonter. Et puis, il n'est pas..." John regarda l'horloge située derrière lui "Oh si ! C'est l'heure de l'apéro."

L’horloger reposa son matériel et rangea la montre et ses composants en sécurité, loin de la poussière. Il récupéra sa bonne veste noire, ses clés, son porte-monnaie et se rendit à l’extérieur en compagnie d’une petite souris sur son épaule. Orswin avait, une fois encore, réussi à le mettre dehors. Le duo se rendit donc au bar où il n’y avait pas grand monde d’où cette atmosphère relativement calme. Ils arrivèrent au moment où une jeune femme s’adressa sensuellement au barman.

-Bonjour, bel homme. C'est un bel oiseau que vous avez sur votre épaule, serait-il possible de le caresser ?

C’est sûr que ce n’est pas à toi qu’on dirait ça.

La souris rigolais déjà jusqu’à qu’une voix résonne dans sa tête et lui donne le cafard.

À toi non plus Orswin, à toi non plus.

La jeune femme s’en alla suite à la réponse négative, mais poli, du barman. Des rires moqueurs de la part des amies de la demoiselle la suivirent. Ces rires étaient, qui plus est, en concordance avec le geste câlin du volatile vis-à-vis de son ami. Quand la jeune femme eue rejoint ses amies, John détourna son regard en direction du barman.

Je n’aime pas ce volatile, j’ai l’impression qu’il veut me manger. Mais tu as vu ses yeux rouges qui me  fixent comme si j’étais son casse-croûte. Je sais que j’ai l’air appétissant mais tout de même.

À la suite de cette remarque pleine de suspicion, John se décida enfin à interpeler le conjoint du suspect, sans pour autant en prendre en compte.

"Bonjour tavernier, un Whisky s’il te plait." Puis, il jeta un dernier regard sur le groupe de filles au coin de la salle. "Tu as l’air d’avoir du succès auprès des femmes…et pas que, vu l’ambiance du soir."

En effet puisque lors de ses ballades nocturnes, John  avait souvent pu constater la présence abondante de bruit, de jeunes et d’alcool. Un signe clair et net du succès d’un bar.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.


Dernière édition par John Curzick le Mer 26 Juin - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Thea Svensson [Abs]
MODO
Le duo infernal !

• Inscription : 14/04/2012
• Messages : 740

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Mer 26 Juin - 22:18

A qui le tour ?

   Il faisait un temps correct. Le soleil semblait jouer à cache-cache tout comme l’humeur de la jeune femme. Thea, vêtue d’une robe blanche et d’un blaser rose peau, marchait sur le trottoir le long des commerces et autres boutiques sans leur prêter attention. Ses longs cheveux bruns étaient noués en une tresse qui reposait sur son épaule gauche. Elle n’était pas maquillée, n’ayant pas envie de prendre réellement soin d’elle. Mais de toute manière, elle se préférait au naturel.

Elle venait de finir le lycée et été en vacances. Ses examens s’étaient à peu près bien passés et l’école d’art dans laquelle elle avait postulé qui n’était pas loin du tout d’Eternal Time et de Forest Hill l’avait accepté. Ils avaient même adoré son book. Il fallait juste qu’elle fasse un dernier dessin pour finaliser son inscription.

Pourtant, la jeune femme avait tellement de soucis en tête qu’elle n’arrivait même pas à savourer le fruit de son travail. Elle n’arrivait absolument pas à gérer le Haras et la propriété de Tara de ses défunts parents et on lui avait proposé de le vendre. Chose qu’elle n’envisageait absolument pas. Elle ne pouvait pas non plus demander l’avis et l’assentiment de sa sœur, elles ne s’étaient plus adresser un seul mot depuis l’enterrement de leur mère au quel Elea avait bien voulu se rendre mais avec mauvaise grâce. En tant que tutrice de la fillette, Thea se rendait souvent dans le bureau du directeur pour l’entendre s’évertuer sur les nombreuses frasques de sa petite sœur et le persuader de ne pas la virer.

Mais le plus important était Drago. Plus d’un bon mois qu’ils avaient rompus. Enfin. Qu’elle avait rompus avec lui. A cette pensée, ses lèvres tremblèrent et elle dû se mordre la lèvre inférieur pour ne pas qu’une larme viennent rouler sur sa joue. Avec ça elle n’arrivait plus vraiment à dessiner et n’avait plus qu’une semaine pour déposer au secrétariat de l’école d’art son dessin sur le thème : mouvement de la vie quotidienne. Elle n’arrivait pas à trouver d’idée, et les esquisses qu’elle avait faites ne lui plaisaient pas.

Sa grande pochette à dessin sous un bras, sa trousse dans l’autre main, elle arpentait les rues dans l’espoir de retrouver l’inspiration. Mais elle savait pourquoi elle n’y arrivait plus. Elle n’avait pas revu Drago depuis, et elle savait qu’il avait quitté Eternal Time. Enfin du moins c’est ce qu’elle avait supposé, à vingt et un an, on entre dans la vie active, pour la plupart. Elle resongea à son anniversaire pour ses dix huit ans, qu’elle avait fêté avec quelques amis et où elle avait passé la soirée à attendre Drago. Dans l’espoir, que peut être il s’en souviendrait et qu’il reviendrait pour lui faire de belles promesses. Mais son attente avait été vaine.

Elle eut une pensée pour Lady, son ewig, une jument fjord, qui n’était pas avec elle. Pour cause, sa grande taille lui attirait des regards lourds de sens dans Forest Hill et la jument assez caractérielle détestait cela.

Le regard de la jeune femme fut attiré par un bar. Elle haussa les épaules. Après tout elle était majeure, elle pouvait bien entrer et boire un verre. Ca lui changerait les esprits. Elle poussa la porte et marcha droit sur le bar, devant lequel elle s’assit. Elle ne prêta guère attention à l’homme relativement âgé qui était lui aussi assis à ce bar. Elle posa sa pochette à ses pieds et sa trousse dessus.

Elle attendit que l’homme ait commandé et elle héla le barman. Elle se fit la remarque qu’il était plutôt bel homme bien que son cœur soit encore et pour elle toujours attribué à Drago. Avec un rire mental amer, elle songea que Drago ne devait pas se gêner pour trainer avec diverses filles bien plus intéressantes et plus … belles que lui. Moins coincées aussi peut être.

« Un Morito s’il vous plaît. »

Thea s’enfichait si ce n’était pas réellement l’heure de prendre un cocktail. Pour elle, il n’y avait pas d’heure. Elle avait envie d’un Morito.

Elle tourna la tête et observa les gens qui discutaient au fond. Des filles. Assez belles, ostentatrices, osées, bien le genre à Drago. Elle secoua la tête. Fallait qu’elle arrête. S’était fini un point c’est tout. Elle avait bien fait de le quitter.

Elle retourna son attention vers le barman et le regarda attentivement s’affairer.

made by Jacage.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Jeu 27 Juin - 22:17

Qui dois-je servir ?
Libre

Le boulot, encore du boulot, Matt préférait se concentrer sur son travail. Alors un Baby, vodka et une tequila pour la table 11…puis vient quatre bière pour la six et une tournée cognac pour la une. Et tout ça pour un seul barman. Autant se cloner pour pouvoir servir autant de table en même temps et sans oublier, les personnes attendant au comptoir levant leur doigt pour prendre commande. En plus de servir, il fallait rincer les verres pour ne pas tomber à court et supporter les rigolades des demoiselles qui ne savaient donc pas grand-chose.

Aerandir, lui, restait bien sage sur son comptoir, il m’observait me bouger de gauche à droite et était toujours aussi étonné par ma motricité assez impressionnante. D’un côté pour être barman, il fallait savoir se servir de ses mains à la perfection. En plus, grâce à son don de prémonition qui l’aidait grandement, Matt pouvait prédire ce que les gens allaient lui commander et pouvoir le préparer à l’avance. Il savait aussi quand la porte allait s’ouvrir en se préparant au nombre de personne y entrant. Il pouvait savoir s’il devait se dépêcher à rincer les verres ou à préparer un certains nombres de verres pour les commandes futures. Avec l’expérience qu’il avait eue, il savait très bien se débrouiller seul pendant une grosse soirée, mais c’était vachement physique. Encore heureux qu’il avait de l’endurance et ne serait pas fatigué à la fin.

« un homme d’un certains âge accompagnés par une sorte de souris va passer la porte en venant s’asseoir au comptoir »

C’était ce qu’il venait de voir et cela se produisit dans la minute qui suit. Juste quelques temps après ce que la femme vint lui parler. Il avait du mal à croire qu’elle venait à peine de repartir s’asseoir. Aerandir serrait son perchoir un peu plus, Matt savait ce que cela signifiait. Il avait vu une proie potentielle, mais le soucis, c’était que ça avait l’air d’être l’Ewig de ce vieille homme.

°pas de bêtise, Aerandir. Ce n’est pas à manger.°

°Tu sais que c’est plus fort que moi. Ce petit être est une de mes proies et mon sens de prédateur ne peut s’empêcher de s’activer en n’en voyant une. Je tenterais de me tenir tranquille, si cette proie ne me cherche pas°

Matt s’inquiétait beaucoup justement sur son sens du contrôle. Ce n’était malheureusement pas son point fort. Il se souvenait de la fois ou un rat s’était perdu dans le bar et qu’Aerandir le poursuivait dans tout les sens, bousculant les clients, passant sous les tables…c’était une catastrophe, ce jour-là. Oublions ce passage, Matt se concentra sur l’homme qui venait de s’installer au comptoir et passait commande. Et lui disait même qu’il avait du succès, c’était peut être le cas, mais, ce genre de succès il s’en passerait bien.

- Faut laisser la jeunesse passé...ce genre de succès n’est qu’éphémère devant ses jeunes. Mais, si ça fait venir des clients, cela ne me dérange pas.

Disait-il tout en préparant son « baby » comme on nommait le whisky dans son monde. Aussi vite demandé, aussi vite déposé devant le client. La satisfaction du client était primordiale pour un barman. Aussi vite servi qu’il fit appelé par une gente demoiselle. Il s’y dirigea rapidement en la saluant. Un mojito était commandé, Matt observait d’un vif regard l’heure…ce n’était point normal.

- je vous sers cela tout de suie, demoiselle

Un mojito à cette heure était assez inhabituel et cela signifiait deux choses pour le barman expérimenté qu’il était : soit elle était alcoolique, ce qui était à exclure vu son visage ou soit, elle était déprimé ce qui était plus probable. Finissant rapidement de faire son verre, il le déposait ensuite devant celle-ci.

- c’est assez peu commun de prendre un tel verre à cette heure-ci mademoiselle. Pour un barman, c’est pris comme un signe d’appel.

Disait-il avec sourire à la jeune demoiselle. Il ne voulait pas s’incruster dans la vie d’autrui, mais Matt savait un peu ce que signifiait ce style d’appel.
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas


avatar
John Curzick
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 24/06/2013
• Messages : 146

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Ven 28 Juin - 12:20




C’est seulement lorsque le silence fut revenu dans sa tête que John put constater la présence d’une nouvelle cliente. C’était une jeune femme brune aux yeux bleus dont l’humeur morose contrastait avec ses habits d’apparence joyeuse. Mais une autre couleur venait l’interpeller, celle du vert de la pochette que la jeune adulte transportait. C’était donc une artiste…comme Liz l’était. L’horloger se souvint, alors, de toutes ces matinées où il trouvait son ex-femme dans le salon. Elle buvait son café, tout en contemplant le tableau inachevé, à la recherche de tout élément qui pourrait bien l’améliorer. Il aimait tellement la regarder travailler. Mais si cette scène était bien marquée dans sa mémoire, c’était aussi pour la remarque qui suivait : "Par pitié John, dit-moi que tu as viré ce foutu rat puant et pervers !". Quand Eliza avait appris pour John, elle accepta Orswin, mais sans jamais pour autant l’apprécier. Elle avait toujours accepté les « mutants » et leurs Ewig, défendant même leur cause, avec ses tableaux, pendant la Grande Découverte. Et c'était notamment suite à cet événement, qu'elle comprit enfin la raison du lien qui unissait John et son âme à une infâme souris blanche.

L’homme âgé sourit à ce souvenir et contempla de nouveau la jeune femme. Il se demandait quel art elle pouvait bien pratiquer, mais vu la trousse, il en déduit que se devait être du dessin. Mise à part sa vocation, l'horloger fut également touché par son humeur qui faisait échos à sa propre douleur, suite au départ de sa tendre et bien aimé, Liz. Il fut également étonné, que par sa simple présence, la jeune fille, faisait refouler tous ses souvenirs enfouis, mais l'heure n'était pas à la nostalgie !

La souris, quant à elle, insensible à toutes ces émotions, se rendit vers le verre de la nouvelle cliente, dans l'espoir de pouvoir goûter de ce Morito. Il se mit alors sur ses pattes arrières puis il le renifla pour avoir un avant-gout. Orswin s'apprêta, alors, à y gouter, quand il se fit mentalement rappeler à l'ordre. Mais c’est qu’il était toujours dans son dos, le vieux croulant !

Bon Papy, c'est l'heure de la sieste ! Ne t'en fais pas, je garde ton verre pendant ce temps.

Le regard que John lui lança était clair et précis et heureusement pour lui, le barman était venu détourner l'attention de son tortionnaire de vieux. Mais si une menace était écartée, l’autre non. En effet, puisque l’oiseau n’avait cessé de le surveiller depuis qu’ils étaient arrivés.

-Faut laisser la jeunesse passée...ce genre de succès n’est qu’éphémère devant ses jeunes. Mais, si ça fait venir des clients, cela ne me dérange pas.

Ah le commerce, faire du profit et assurer sa pérennité, c’était ça le but de toutes organisations, après venait les facteurs clés.

L’horloger voulut se repérer dans le temps, mais l’horloge du bar n’était pas à l’heure. Il regarda alors sa montre, vraiment pas à l’heure. Ce n’est pas grave, il proposera de la réparer quand il partira, c’est-à-dire, dans moins de deux heures, avant l’arrivée de la foule abondante et de cette musique assourdissante.

-C’est assez peu commun de prendre un tel verre à cette heure-ci mademoiselle. Pour un barman, c’est pris comme un signe d’appel.

Ainsi, lui aussi avait remarqué l’humeur maussade de la jeune femme. Après tout, c’était normal, un barman doit comprendre les boissons et leurs significations en prenant en compte le temps et le client. Et c’était ce que le tavernier avait fait, mais voulait-elle seulement en parler ?

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Thea Svensson [Abs]
MODO
Le duo infernal !

• Inscription : 14/04/2012
• Messages : 740

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Sam 29 Juin - 22:00

A qui le tour ?  

 Elle suivit des yeux la main du barman qui déposa le mojito devant elle. Elle commençait fixer d’un regard fatigué ce dernier quand la voix du barman retenti.

- c’est assez peu commun de prendre un tel verre à cette heure-ci mademoiselle. Pour un barman, c’est pris comme un signe d’appel.

Elle releva la tête, sa tresse glissa sur son dos. Elle détailla rapidement et plus attentivement qu’en entrant le vieil homme qui était à ses côtés et posa son regard sur le barman qui lui souriait. Elle haussa ses épaules et lui rendit un petit sourire.

-Je sais pas… J’avais envie de ça. C’est drôle les envies parfois…

Sa voix était éteinte. Non pas qu’elle n’avait pas envie de parler. Bien au contraire, ça lui aurait fait du bien de parler à quelqu’un d’autre que son ewig. Elle s’était éloignée de ses amies dés que les vacances avaient commencé. Elles n’avaient réellement étaient proches que pour parler des garçons ou des vêtements. Des choses … réellement futiles. Elle retourna son attention sur le barman.

- Je suppose que c’est un truc de barman de connaître les humeurs des gens ?

En fait, elle avait peur de le déranger avec tout ses problèmes d’adolescente qui entre dans le monde des adultes un peu plus tôt que prévu. Surtout que ses problèmes, tournaient essentiellement autour de ses sentiments et de la mort de sa mère. Mère qui l’avait foutu dans un beau pétrin.

Elle aperçut le …rat ? Souris sur l’épaule du vieil homme et prêta plus attention à l’oiseau qui se tenait derrière le comptoir. Bien sages ces deux là, étranges dans cet endroit.

- On peut dire que c’est des problèmes peu intéressants, je ne vais pas vous embêter avec ça. Vous devez avoir beaucoup de personnes déjà qui vous racontes leur vie... Problème de garçon, de mort et de gérance, elle eut un petit sourire en coin, sans vouloir être indiscrète, votre oiseau là et vous, votre souris, dit elle en regardant le vieux monsieur, ils sont bien sages… vous êtes des mutants ?

Thea avait toujours trouvé que le terme « mutant » ne désignait pas très bien leur modification génétique. Ils étaient certes différents mais n’étaient ni difformes, ni repoussant. Ils étaient une évolution surprenante de la nature humaine. La jeune femme se fit la réflexion que si elle n’était pas aussi passionnée par le dessin, elle aurait volontiers fait des études de biologie.

De ses yeux bleus, elle fit le tour de la salle et reposa son attention sur le barman qui s’affairait. Quand il se rapprocha, elle réfléchit à la façon de tourner ses mots. Après tout, un avis externe pouvait être intéressant.

-Admettons … Admettons que deux jeunes gens tombent amoureux l’un de l’autre… pas une amourette, c’est des sentiments relativement forts. Mais que le jeune homme n’assume pas sa relation et pour garder sa réputation, il préfère garder son couple secret. La jeune fille en a marre, elle a l’impression de ne pas être à la hauteur du jeune homme. C’est une relation qui lui fait mal et elle préfère la stopper là. Le garçon ne la retient pas, ne la rappelle pas. Es-ce que la fille avait raison ? Ou aurait elle dû être plus patiente que le garçon accepte sa relation ? A-t-elle une chance de le revoir ?

Dans son esprit, elle sentit Lady son ewig qui dormait dans son nouvel appartement de la ville qui poussa un soupir. Thea ne faisait que de ressasser ses problèmes, et elle devait avouer que cela lui passer par les naseaux.

made by Jacage.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Mer 3 Juil - 14:57

Qui dois-je servir ?
Libre


Le bar commençait petit à petit à se réveiller et à démarrer sa vraie vie du soir. C’est vrai qu’au début du travail de Matt, celui-ci était bien silencieux. Matt en profitait pour ranger le bordel du barman précédent qu’il n’appréciait que très peu vu son peu de soin du comptoir et du reste, mais il préfère ne pas avoir de mauvaise entente alors, il ne dit rien. Ici, tous les clients étaient servis et leur verre était rempli, cela rendait satisfait le barman qui avait bien fait son travail jusque maintenant. Il avait un petit moment à lui et, cette demoiselle qui venait d’entrer avait l’air d’avoir besoin de compagnie. Bien qu’elle ne voulait pas l’embêter comme elle le disait, elle était trop bavarde pour ne pas voulir de l’aide. Elle continuait ses signes inconsciemment, sans le remarquer, mais Matt connaissait ces signes, ils en avaient beaucoup trop vu pour les ignorer. Par chance, l’homme assis sur le côté n’avait l’air de ne pas avoir besoin d’avoir son verre à remplir, il écoutait d’une oreille attentive les paroles de la jeune demoiselle sûrement.

On peut dire que c’est des problèmes peu intéressants, je ne vais pas vous embêter avec ça. Vous devez avoir beaucoup de personnes déjà qui vous racontes leur vie... Problème de garçon, de mort et de gérance, sans vouloir être indiscrète, votre oiseau là et vous, votre souris, dit elle en regardant le vieux monsieur, ils sont bien sages… vous êtes des mutants ?

Ce fut une question direct, elle ne tournait pas autour du pot et Matt prit une seconde à répondre. Il avait jeté auparavant un regard à Aerandir, son Elanion, celui-ci était silencieux et ne disait rien. Il n’avait sûrement pas envie de parler, il ne disait jamais rien pour rien ou alors, il avait autre chose où sa concentration était préoccupé. Il ne fit pas attendre la demoiselle trop longtemps.

- Sachez qu’aucun client ne me dérange. Pour moi, c’est un plaisir de pouvoir les aider que ce soit en leur offrant un verre qui satisferont leur soif ou soit en étant simplement là pour les écouter parler. il se retourna et posa son regard sur son rapace avec le sourire Effectivement, mutants je suis et accompagné d’un adorable rapace du nom d’Aerandir. Il est sage parce qu’il doit l’être, mais ça n’en reste pas moins un prédateur de rongeurs….

Disait le barman en observant la souris près de l’homme âgé non loin. Il devait surveiller les gestes du rapace au cas où un signe d’attaque se faisait voir. C’était pas du tout évident d’avoir un carnivore comme compagnon, il fallait faire attention aux potentiels proies de celui-ci qui passaient la porte, surtout si c’était un compagnon d’un humain comme lui. La jeune demoiselle cherchait sûrement une réponse vu la question qu’elle posait.

Admettons … Admettons que deux jeunes gens tombent amoureux l’un de l’autre… pas une amourette, c’est des sentiments relativement forts. Mais que le jeune homme n’assume pas sa relation et pour garder sa réputation, il préfère garder son couple secret. La jeune fille en a marre, elle a l’impression de ne pas être à la hauteur du jeune homme. C’est une relation qui lui fait mal et elle préfère la stopper là. Le garçon ne la retient pas, ne la rappelle pas. Es-ce que la fille avait raison ? Ou aurait elle dû être plus patiente que le garçon accepte sa relation ? A-t-elle une chance de le revoir ?

C’était effectivement une drôle de situation, mais le jeune home tendra de lui fournir une réponse, mais peut-être pas ce qu’elle attendait.

- Il est difficile de comprendre pourquoi ce garçon n’acceptait pas cette relation et souhaitait la cacher. Car, à ma première vue, il ne devrait avoir aucune honte à être avec sa compagne et encore moins avec vous. Vous êtes une jolie demoiselle qui a du charme et pleins d’autres atouts qui ne demandent qu’à être découvert. Votre réaction fut tout à fait normale car, toute personne veut être reconnu pour ce qu’elle mérite et non être rabaissé ou mis dans le secret. Garder sa relation secrète sans que les autres soient au courant, moi, je le prendrais dans le genre que c’est juste pour un temps…un passage…mais, que ce ne serait pas définitif. Vu que personne n’est au courant, il est facile de passer à autre chose et ce n’est pas quelque chose qui fait du bien. Matt mit une seconde de silence avant de reprendre calmement. Comme je vous l’ai dit, vous êtes une jolie demoiselle, ne baissez pas les bras à cause d’un seul garçon. Vous trouverez sûrement celui qui essuiera vos larmes, qui vous offrira son épaule pour vous consoler et qui vous permettra d’afficher un sourire sur ce beau visage en vous soutenant à n’importe quel moment sans devoir se cacher. Celui qui voudra hurler son amour pour vous sans le retenir au fond de sa gorge. Pour ce qui est de le revoir, tout dépend de ce que vous voulez vraiment. Si vous retournez auprès de lui, acceptera-t-il de casser le secret ou voudra-t-il recommencer comme avant ? S’il accepte la relation peut-être mérite-t-il d’avoir une seconde chance, mais s’il ne chance pas, il vaudrait mieux tourner la page.

Il avait beaucoup parlé, mais il avait dit tout ce qu’il pensait. Autant répondre franchement à la demoiselle par rapport à ce qu’elle demandait. Peut-être que ça l’aidera ou pas, mais Matt n’était malheureusement pas dans ce cas donc son aide peut ne pas être utile. Pourtant, il voulait vraiment aider les clients ou clientes qui venaient le voir pour discuter ou trouver quelqu’un a qui parlé et qui écoutait sans critiquer. Il n’avait pas trop d’expérience niveau amour, peut-être que la personne âgé à côté en avait, peut être qu’elle la conseillerait mieux que le barman.

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas


avatar
John Curzick
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 24/06/2013
• Messages : 146

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Mer 3 Juil - 17:07




La jeune femme avait un regard las et sa voix n’était que murmure comparé aux fortes voix des filles du fond. Mais malgré son ouïe défaillant, John avait pu saisir les paroles éteintes. De toute manière, il pouvait toujours compter sur Orswin pour être ses oreilles.  

-Je sais pas… J’avais envie de ça. C’est drôle les envies parfois…

Oui...c'est vrai comme les envies pouvaient être folles. Par exemple, il y avait des moments où John avait bien envie d'étrangler la souris, notamment quand celle-ci lui piquait son Leerdammer. Malheureusement, il ne pouvait pas, sous peine de finir étrangler de ses propres mains. Et honnêtement, ce serait-là une mort digne de figurer dans le livre Les morts à la con de l'histoire. Après Tennessee Williams étouffé par un bouchon de médicament et les pêcheurs écrasés par un boeuf tombé du ciel, voici le vieux décédé suite au décès d'une souris. Que de belle mort.

La jeune fille interrompit ses pensées mortuaires par une supposition exacte, mais incomplète.

- Je suppose que c’est un truc de barman de connaître les humeurs des gens ?

Il n’y a pas que les barmans qui connaissaient les humeurs des clients, il y avait aussi les psychologues - "Que tu n’es pas." "Merci Orswin pour cette remarque très pertinente" - et les inspecteurs et surtout les vieux commerçants.

- On peut dire que c’est des problèmes peu intéressants, je ne vais pas vous embêter avec ça. Vous devez avoir beaucoup de personnes déjà qui vous racontes leur vie... Problème de garçon, de mort et de gérance, sans vouloir être indiscrète, votre oiseau là et vous, votre souris, ils sont bien sages… vous êtes des mutants ?

De nombreuses personnes qui racontaient leur vie à John ? Non pas vraiment, bizarrement dès qu'il voyait la souris, ils s'enfuyaient en courant. Au moins ça leur faisait faire du sport, et puis, ça prouvait qu'il en fallait peu pour faire peur aux gens.

La jeune fille, perspicace, avait bien compris que ses interlocuteurs étaient des mutants. Pour dire, comment ne pas le comprendre, quand on voit deux personnes ce trimballant respectivement avec une souris et un oiseau ? Mais le plus surprenant était qu'il n'y avait pas déjà eu de mort. La souris, anxieuse et loin d'être sage, était trop concentré à surveiller le volatile que pour aller faire des cabrioles sur les melons des filles. Il avait bien trop peur de se faire disséquer par ce fou furieux de rapace.

- Sachez qu’aucun client ne me dérange. Pour moi, c’est un plaisir de pouvoir les aider que ce soit en leur offrant un verre qui satisferont leur soif ou soit en étant simplement là pour les écouter parler. il se retourna et posa son regard sur son rapace avec le sourire Effectivement, mutants je suis et accompagné d’un adorable rapace du nom d’Aerandir. Il est sage parce qu’il doit l’être, mais ça n’en reste pas moins un prédateur de rongeurs….

Suite à cette dernière remarque, les deux acolytes eurent un regard vers l’oiseau, qui restait bien dans son coin, surement en attente d’un signal qui permettrait de manger le rat.

C’est rassurant.

La jeune femme eut vite fait de détourner l’attention du vieil homme.

-Admettons … Admettons que deux jeunes gens tombent amoureux l’un de l’autre… pas une amourette, c’est des sentiments relativement forts. Mais que le jeune homme n’assume pas sa relation et pour garder sa réputation, il préfère garder son couple secret. La jeune fille en a marre, elle a l’impression de ne pas être à la hauteur du jeune homme. C’est une relation qui lui fait mal et elle préfère la stopper là. Le garçon ne la retient pas, ne la rappelle pas. Es-ce que la fille avait raison ? Ou aurait-elle dû être plus patiente que le garçon accepte sa relation ? A-t-elle une chance de le revoir ?

Je vois, elle se morfond pour un choix qui lui paraissait clair et évidente. Le barman répondit le premier ce qui n’était pas sans déplaire à l’horloger puisqu’il est toujours bon d’entendre l’avis d’une personne connaissant beaucoup d’anecdote.

- Il est difficile de comprendre pourquoi ce garçon n’acceptait pas cette relation et souhaitait la cacher. Car, à ma première vue, il ne devrait avoir aucune honte à être avec sa compagne et encore moins avec vous. Vous êtes une jolie demoiselle qui a du charme et pleins d’autres atouts qui ne demandent qu’à être découvert. Votre réaction fut tout à fait normale car, toute personne veut être reconnu pour ce qu’elle mérite et non être rabaissé ou mis dans le secret. Garder sa relation secrète sans que les autres soient au courant, moi, je le prendrais dans le genre que c’est juste pour un temps…un passage…mais, que ce ne serait pas définitif. Vu que personne n’est au courant, il est facile de passer à autre chose et ce n’est pas quelque chose qui fait du bien. Comme je vous l’ai dit, vous êtes une jolie demoiselle, ne baissez pas les bras à cause d’un seul garçon. Vous trouverez sûrement celui qui essuiera vos larmes, qui vous offrira son épaule pour vous consoler et qui vous permettra d’afficher un sourire sur ce beau visage en vous soutenant à n’importe quel moment sans devoir se cacher. Celui qui voudra hurler son amour pour vous sans le retenir au fond de sa gorge. Pour ce qui est de le revoir, tout dépend de ce que vous voulez vraiment. Si vous retournez auprès de lui, acceptera-t-il de casser le secret ou voudra-t-il recommencer comme avant ? S’il accepte la relation peut-être mérite-t-il d’avoir une seconde chance, mais s’il ne change pas, il vaudrait mieux tourner la page.

Ce long monologue était intéressant et fit sourire le vieux. Ce fut d'ailleurs avec se sourire moqueur mais amusé qu'il répondit au barman.

"Mais quel charmeur ! Puis il s'adressa à la jeune fille sur un ton plus sérieux. Mais le tavernier a raison, un homme qui refuse d'accepter une relation avec sa conjointe, ne mérite pas de la vivre. Quand on aime quelqu'un, on n'essaie pas de la cacher par peur d'opinion d'autrui. C'est un manque de respect pour vous et vos sentiments. Donc pour moi, et apparemment pour le tavernier aussi, vous avez bien fait de stopper cette relation. Quant à le revoir, je ne sais pas, le monde est bien petit, mais s'il revient vers toi ou l'inverse, alors demande-toi d'abord, si tu le veux vraiment et si cela en vaut le coup. Cela ne servirait à rien de souffrir comme avant."

Il espéra que sa réponse et celle du barman eurent le mérite de la rassurer quant à son choix. Mais même si on est sûr d'avoir bien fait, on n'oublie pas pour autant, du jour au lendemain une personne qu'on a sincèrement aimé. Ainsi, la jeune fille aura surement plusieurs mois de blues avant de pouvoir revivre comme avant. Mais pour que le temps passe plus vite, il fallait ce changé les idées et rien de mieux que sortir et rencontrer des gens pour cela.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Thea Svensson [Abs]
MODO
Le duo infernal !

• Inscription : 14/04/2012
• Messages : 740

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: A qui le tour ?   Ven 5 Juil - 11:06



A qui le tour ?




Elle eut tout juste le temps de se demander combien de fois par jour, le jeune homme en tant que barman devait donner des conseils sur des affaires de coeur que celui-ci commença à lui répondre.

"Il est difficile de comprendre pourquoi ce garçon n’acceptait pas cette relation et souhaitait la cacher. Car, à ma première vue, il ne devrait avoir aucune honte à être avec sa compagne et encore moins avec vous. Vous êtes une jolie demoiselle qui a du charme et pleins d’autres atouts qui ne demandent qu’à être découvert. Votre réaction fut tout à fait normale car, toute personne veut être reconnu pour ce qu’elle mérite et non être rabaissé ou mis dans le secret. Garder sa relation secrète sans que les autres soient au courant, moi, je le prendrais dans le genre que c’est juste pour un temps…un passage…mais, que ce ne serait pas définitif. Vu que personne n’est au courant, il est facile de passer à autre chose et ce n’est pas quelque chose qui fait du bien. Comme je vous l’ai dit, vous êtes une jolie demoiselle, ne baissez pas les bras à cause d’un seul garçon. Vous trouverez sûrement celui qui essuiera vos larmes, qui vous offrira son épaule pour vous consoler et qui vous permettra d’afficher un sourire sur ce beau visage en vous soutenant à n’importe quel moment sans devoir se cacher. Celui qui voudra hurler son amour pour vous sans le retenir au fond de sa gorge. Pour ce qui est de le revoir, tout dépend de ce que vous voulez vraiment. Si vous retournez auprès de lui, acceptera-t-il de casser le secret ou voudra-t-il recommencer comme avant ? S’il accepte la relation peut-être mérite-t-il d’avoir une seconde chance, mais s’il ne chance pas, il vaudrait mieux tourner la page."

Thea eut un petit sourire gêné au début de la longue réponse du jeune homme.  Mais pour elle, Drago n’était pas un garçon. C’était le premier. Le premier avec lequel elle avait vraiment eut une histoire. La jeune femme n’avait jamais été porté la dessus durant le collège ou au début du lycée. Et puis c’était lui qui l’avait sauvé lors des récents événements qu’ils avaient subit. Avec lui, qu’elle avait été emmené à Paris où elle avait réussis à s’enfuir en sa compagnie. Elle vit le vieux, à ses côtés sourire.

"Mais quel charmeur ! Mais le tavernier à raison, un homme qui refuse d'accepter une relation avec sa conjointe, ne mérite pas de la vivre. Quand on aime quelqu'un, on n'essaie pas de la cacher par peur d'opinion d'autrui. C'est un manque de respect pour vous et vos sentiments. Donc pour moi, et apparemment pour le tavernier aussi, vous avez bien fait de stopper cette relation. Quant à le revoir, je ne sais pas, le monde est bien petit, mais s'il revient vers toi ou l'inverse, alors demande-toi d'abord, si tu le veux vraiment et si cela en vaut le coup. Cela ne servirait à rien de souffrir comme avant."

Es-ce qu’il en valait le coup ? Thea repensa à tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. Et malgré elle, elle fut obligée d’admettre que pour elle, Drago en valait le coup. Mais elle ne l’avait pas revu. Il avait du jour au lendemain disparu de l’academy. C’est Lady qui lui avait soufflé. Il avait quitté l’academy. En effet, il avait 21 ans. Il allait entrer dans la vie active. Elle n’avait que 18 ans … Alors pour le retrouver et revenir vers lui… Comme elle n’avait eu aucune nouvelle de lui, il serait dur de retourner vers lui. Quant à l’oublier… Elle avait bien tenté de se changer les idées mais ça ne lui avait pas réussit. Mais ces réponses valaient d'être ruminées. Et de toute manière elle savait bien qu'elle les recaserait bien assez ce soir. Depuis quelques temps, elle avait une fâcheuse tendance à ne pas arriver à s'endormir. L'academy lui manquait. Elle avala une gorgée de son mojito.

La jeune femme hocha la tête.

« Merci de votre réponse. »

Elle regarda les ewigs des deux autres et songea qu’elle était avantagé car elle savait ce que eux ignoraient d’elle.

« Vos ewigs sont vraiment opposés. Un rapace et une souris …, mais au moins ils ont des tailles qui leur permet d’être avec vous partout. La mienne … c’est une jument fjord. Alors elle ne passe pas par toutes les portes. »

Elle eut un sourire en pensant à sa moitié d’âme qui était surement entrain de dormir avec d’énormes ronflements. Elle songea qu’ils étaient vraiment de bons conseils.

« Es-ce que je peux encore vous embêter un peu ? »

La jeune femme ne voulait pas non plus abuser de la gentillesse de ces deux personnes.  Elle se pencha et s’empara de sa pochette de dessin. Elle décala son verre et posa celle-ci sur le bois du bar. Elle aimait dessiner en parlant, sa main la guidait toute seule, elle n'avait pas besoin de se concentrer. Avant elle dessinait sur un petit carnet noir. Toutes ses pensées étaient regroupées là en dessin, c'était un carnet que son défunt père lui avait offert. Mais dans sa fuite elle l'avait perdu. C'est comme si on lui avait arraché un membre.

Elle releva la tête vers les deux autres.

"Au fait, moi, c'est Thea, Thea Svensson."
 

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A qui le tour ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

A qui le tour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ FOREST HILL :: •• Dans la Ville :: •• Bar-