Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 Au doux son de l'ac... Du piano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Au doux son de l'ac... Du piano    Dim 2 Juin - 13:57

Au doux son de l'ac... Du piano
pv Katherine

Post 1




«-Ho mon dieu, Matin, écoute moi ça! À l’heure où je t’écris, mon coeur est lasse. Le temps passe, et mon âme s’égare et je ne sais plus pour quoi je me bat, ni pour qui, il n’y à que pour toi que l’on se doit de mourir, pour t’es idées et t’es convictions. Mon coeur bat encore aujourd’hui, mais demain je ne serais plus, les nuages pleurent et les nocturnes n’en sont que plus belles. Le son du piano accompagnera mes derniers soupirs alors que Satan dévorera mon corps, la voix de dieu conduira mon âme.
*-Qui à écrit ça?*
-Mon oncle. Heureusement qu’il est mort celui la, un soucis en moins, on se portera mieux comme ça.
*-Ed'! Tu ne devrais pas être joyeux de la mort de quelqu’un qui à tout donné pour toi! À qui a-t-il envoyé cette lettre?*
-Je suis peut-être un ingrat mais lui c’est un criminel. Il l'a envoyée à moi, faut dire qu’on a plus grand monde dans la famille, mais je te le dit tout de suite, elle ne met pas destinée. Ça devait être pour ma mère, ou ma tante, m’enfin.
*-Il jouait du piano ton oncle?*
-Hum, c’est lui qui ma apprit, il fait référence aux nocturnes de Chopin dans son billet. J’aime bien Chopin, ça doit être la seule chose que l’on à vraiment en commun. C’était un con, et un dangereux en plus, il ne fera plus de mal à personne maintenant.»

Il était près de quatorze heures lorsque j’ai reçut une enveloppe en provenance d’une prison en Angleterre, elle contenait un petit texte, il était rédigé en Français d’une écriture bourru, aussi lourde que les phrases qu’elle traduisait. Je vous arrête de suite, je ne déteste pas mon oncle, c’est au contraire une personne que j’ai longtemps admiré et c’est sans doute cette admiration qui, avec le temps, à dégradé encore l’image que j’avais de lui. N’allez pas non plus vous imaginer que sa mort me rendait joyeux, non, je dois dire qu’elle m'attristait même un peu, mais bon, huit ans que je ne l’avais pas vu, j’avais eu le temps de l’oublier et de me dire que je ne le reverrais jamais, pour moi c’était juste devenu un meurtrier comme les autres, rien de plus.

Matin était perchée devant moi, sur le bureau fessant face au lit sur le quel j’étais assis, je savais qu’elle était en colère contre moi, je le sentais, mais je ne fis rien pour me faire pardonner. La chambre était plongée dans la pénombre. Dehors, la pluie s’acharnait sur les vitres, et le pauvre soleil que l’on avait tout juste entrevu dans la matinée n’en menait pas large. Après plusieurs minutes de silence, la tension était devenue palpable; je pris donc la sage décision d’aller faire un tour.

«-Bon, vu que Mlle. Matin veut tirer la gueule je vais faire un tour voir si quand les nuages chialent Chopin devient plus beau qu’il ne l’ai déjà.»

J’avais dit cette phrase d’un ton décontenancé, j’aimais Matin plus que quiconque, une amie fidèle, une compagne dans les moments difficile, une soeur, une mère, une amante, plus qu’on ne peut le dire, mais parfois il me semblait que ce n’était pas réciproque, on se disputaient souvent, et à chaque fois j’en avait le coeur brisé, avec ce goût d’amertume au fond de la gorge. C’est donc de sale humeur que je rejoignis la salle de musique. C’était une pièce spacieuse, agréable et aménagé de façon à ne pas résonner. Tapis, rideaux, canapés, meubles en bois, et différents instruments. Il y avait là deux pianos, un Yamaha électrique, et l’autre à corde, un piano à queue. Je pris place devant ce dernier, j’était fatigué aussi je me mis à jouer sans réelle passion la première nocturne de Chopin en Si Mineur. Alors que j’arrivais à la moitié du morceau, Matin vint me retrouver et se percha sur la pupitre où elle commença à gratter les plumes de son ventre comme à son habitude. Puis mon attention fut détournée par la simple sensation que quelqu’un avait pénétré la salle la salle. J’interrompis mon morceau, et regarda la jeune femme qui venait d’entrer. Petite taille, cheveux noirs, look sombre, je l’avais déjà croisée à plusieurs reprises sans pour autant lui avoir adressé la paroles une seule fois. L’humeur n’y était pas, mais je lui lança tout de même un:

«-Salut»

Que je m'efforça sympathique.


Dernière édition par Edrick Dakenhill le Sam 8 Juin - 1:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    Sam 8 Juin - 0:21

    Plus tôt dans la matinée, il avait commencé à pleuvoir des cordes. J’étais restée devant la fenêtre pour regarder, sachant bien que je n’avais rien d’autre à faire. Nous étions censés être en été, alors pourquoi est-ce que le soleil jouait à cache-cache dans les nuages remplis d’eau froide ? Je n’étais pas sortie de ma chambre, et je commençais à m’ennuyer sévèrement. En me levant ce matin, j’avais enfilé mon uniforme. Je ne savais pas pourquoi, parce que je n’avais pas cours. Même si une chemise et une jupe cassait bien mon style d’emo, on pouvait le deviner grâce à mes cheveux et mon maquillage noir. Il fallait que je sorte, que je m’occupe sinon j’allais mourir d’ennui. Angel me suivit parce lui non plus ne savait pas quoi faire ni où aller. J’aurais pensé qu’il allait dormir toute la journée, j’étais très surprise en le voyant m’accompagner. Il grognait en guide de réponse. Je me promenais dans les couloirs, en n’ayant aucun itinéraire précis.
    Je marchais devant moi, à faire la conversation avec mon ewig. Il me demandait où est-ce que j’allais, je lui répondis que je n’en avais aucune idée. Ça nous avançait beaucoup, mais à vrai dire, il n’y avait presque rien à faire dans cette académie. Ou était-ce moi qui n’avait plus goûts à rien ? Si c’était le cas, c’était vraiment déprimant. Je passais devant une salle que je connaissais, que je n’avais pas visité depuis des mois et des mois. Depuis la fuite, et encore plus avant que cela. Une mélodie de piano me chatouillait les oreilles, et pleins de souvenirs remontaient à la surface. C’était la salle de musique bien sûr, elle était dotée d’instruments différents, aussi uniques les uns que les autres. C’était le paradis pour un virtuose. Lorsque je regardais à travers la porte entrouverte, je me revoyais en train de jouer au piano, comme la personne étrangère était en train de faire en ce moment-même. Sauf que je m’imaginais qu’Helena était là, prête à faire des conneries et à m’embarquer avec. C’était là, notre point de rencontre. Je secouais la tête, chassant ses souvenirs car je ne l’avais pas vu depuis la fuite, entre autre, depuis des mois. Ça faisait aussi longtemps que je n’avais pas jouer au piano, ça ne m’étonnerait pas que j’aie perdu la main, ce qui serait dommage.
    Bref, la mélodie s’arrêtait. Le pianiste se retournait vers moi. C’était une jeune homme, sans doute plus vieux que moi, doté de cheveux sombres et un visage pâle. Je ne croyais pas l’avoir déjà vu, si c’était le cas, je ne m’en rappelais pas. Il me regardait. J’étais presque prête à tracer ma route, et trouver un autre endroit à squatter. Mais non, je rentrais dans la salle en rendant son regard.
    Il m’adressait un salut suivi d’un sourire qui s’efforçait d’être sympathique. Si je n’avais pas été télépathe, j’aurais bien cru qu’il était sympa de bon cœur. Or, ce n’était pas le cas. Je n’avais pas faire d’allusion à cela, sinon il allait me foutre dehors. Personne n’aimait les fouineuses d’esprits. Je lui rendis son sourire, mais un peu plus réservé.

    -Salut… Ça te dérange si je reste là, il fait trop moche dehors pour faire quoi que ce soit…

    S’il disait oui, je me serais prit un vent mais bon, si cela le dérangeait tant que cela, je resterais jusqu’au bout, rien que pour l’agacer. Cela me fit sourire encore plus. Je m’avançais vers le second piano, qui était près de celui à corde, le piano à queue qui était déjà occupé par cet étranger. Je m’asseyais sur le siège, et tournais la tête vers ce dernier. Je ne savais pas quoi dire, peut-être voulait-il rester seul. Près de lui, je remarquais un oiseau noir, qui avait la ressemblance à un corbeau –ou était-ce une corneille ? Aucune idée. Angel, quant à lui, pensait que ce serait un excellent « snack ». Haha, la blague ! Il s’allongeait près de mon siège, comme il faisait tout le temps. En ce moment, nous nous disputions que très rarement ; uniquement lorsque j’entreprenais de sécher les cours, mais sinon jamais. Ou alors, cela ne durait que quelques minutes avant que l’un de nous deux s’excuse. Je tentais alors de faire la conversation au mec à côté de moi, je pensais qu’il allait me prendre pour une espèce de folle, qui passait sa vie à le dévisager sans jamais parler.

    -T’es doué au piano, t’en joue depuis longtemps ?

    C’était tout ce que j’avais trouvé, pour le moment. Enfin, que pouvais-je dire d’autre ? Je ne le connaissais pas, juste ce qu’il avait dans la tête. Mais en effet, il avait du talent. Surement qu’il en jouait depuis pas mal de temps. Et, j’avouais que ce serait cool d’avoir un ami. En ce moment, je n’en avais pas beaucoup et je me sentais un peu seule. Alors quoi de mieux que de venir déranger un pianiste ?


Désolé pour le retard ;S Je tâcherai de répondre un peu plus rapidement la prochaine fois ^^
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    Mer 19 Juin - 1:59

Au doux son de l'ac... Du piano
pv Katherine

Post 3




Elle me rendit son sourire, et bien que celui ci fut plus discré, je m'en réjouis tout de même.
-Salut… Ça te dérange si je reste là, il fait trop moche dehors pour faire quoi que ce soit…

À ces mots l'étrangère prit place face au second piano, visiblement embêté  mais je n'y prêta guère attention et reporta mon attention sur ma partition, mais mes yeux croisèrent alors le regard de Matin, regard inquiet fixé sur l'ewing de la jeune demoiselle. Cela me fit légèrement rire, aussi je m'adressa tout bas à ma chère corneille.
"-À ton avis Matin, un Ewing qui en mange un autre, c'est pas un peu comme du cannibalisme?!"
Et tandis que je m'apprêtais à reprendre mon morceau, ce fut au tour de la lycéenne de m'interrompre.
-T’es doué au piano, t’en joue depuis longtemps ? 


Je me tourna en direction de mon interlocutrice avant de lui répondre tranquillement.
"-Ouaip, ça fait depuis que j'ai quatre ans que j'en joue, mais je me suis mis à bien en jouer vers dix ans. Et toi, tu joue du piano?"

La salle était plongée dans une ambiance glauque. Le bruit de la pluie et de vent battant contre les vitres résonnait dans la salle, créant une atmosphère lourde et désagréable. Le quelques petites lampes allumé ça et là n'étaient pas suffisamment puissante pour bien éclairer la pièce, et il fessait suffisamment jour pour que l'on se refuse d'allumer le grand plafonnier. Enfin voila, ne dit-on pas que c'est dans ce genre de condition que les êtres humains sont les plus solidaires? C'est vrai que c'était le genre de temps à réunir les gens. Finalement je pris la décision de déplacer mon tabouret pour le mettre face à la jeune fille, temps cas converser, autant le faire sans torti coli.


(HS: J'ai battu le record du retard, en plus le Rp est plutôt court, déso n_n', mais ya mon père qu me demande d'aller à table et je ne peux pas rechigner.)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    Mer 3 Juil - 6:46

    Apparemment, l’ewig du jeune homme avait remarqué qu’Angel le regardait bizarrement car ce dernier m’en fit par. Je souris discrètement, manquant d’éclater de rire. Bien sûr qu’il n’avait rien à craindre, Angel pouvait bien rêver de dévorer un petit oiseau délicieux, il ne le ferait pas. Enfin, surtout parce que c’était l’âme de quelqu’un. Et donc, techniquement, ce serait du meurtre. Techniquement.
    Après avoir interrompu une seconde fois le pianiste, il se retournait vers moi pour me faire face.  

    "-Ouaip, ça fait depuis que j'ai quatre ans que j'en joue, mais je me suis mis à bien en jouer vers dix ans. Et toi, tu joue du piano?"

    Vu sa voix, il n’avait pas l’air embêté que je lui fasse la conversation. Cela me soulageait un peu, car je ne me voyais pas en train de passer la journée toute seule. Ce serait vraiment trop déprimant. En effet, il était pianiste depuis un bail. Je souris alors qu’il me retournait la question. Cela faisait quoi ? Deux ans peut-être, mais on pouvait compter moins car cela  faisait des mois que je n’avais pas touché cet instrument devant moi. Il m’avait un peu manqué, car auparavant, cette activité était une sorte de thérapie. Il m’aidait à  passer le temps et oublier tous ennuis. Mais ça, c’était avant. Je ne serais point surprise de découvrir que je n’étais plus capable de jouer correctement sans faire de multiples fautes.

    -Ouais, un peu par-ci, par-là. Ça fait un bail que je n’en ai pas joué.

    Comme pour prouver mes paroles, je portais une main sur les touches de l’instrument à corde. Je choisis une mélodie que je me rappelais encore, et pianotait, créant la même mélodie. Seulement, elle se faisait plus hésitante car je n’avais plus l’habitude. Comme je le disais, j’avais perdu la main. C’était bien dommage. Je m’interrompis, en haussant les épaules vers le mec.

    Je me rendais compte que nous nous étions parlés sans même nous présenter. Je ne connaissais pas son prénom, mais je pouvais si je le voulais. Je pouvais fouiller dans son esprit et en connaître plus sur lui à ma guise, mais aujourd’hui j’allais faire une exception. Je m’y prendrais à l’ancienne ; en parlant et en faisant un contact humain. C’était sans doute plus attrayant et moins ennuyant que de voler son identité de cette façon. Je m’éclaircirais avant de lui faire part de mon prénom :

    -Au fait, je m’appelle Katherine. Et lui, c’est Angel, le mangeur d’oiseau.

    Bien sûr, la dernière partie de mes paroles était prit sur le ton de la plaisanterie. J’espérais au moins qu’il le comprendrait. Je lui souris.
    La salle était plongée dans l’obscurité. Il y avait assez de luminosité pour se passer des lumières au plafond. Dans un sens, j’appréciais cette atmosphère. Fallait croire que j’avais toujours été glauque. Non, j’étais une vraie trouillarde par moment.


Note - Je crois que j'ai battu ton record /sbaff/ Je répondrais un peu plus rapidement la prochaine fois ^w^
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    Dim 7 Juil - 23:48

Au doux son de l'ac... Du piano
pv Katherine

Post 3




--Ouais, un peu par-ci, par-là. Ça fait un bail que je n’en ai pas joué.

La jeune fille accompagna ces mots d'une petite mélodie maladroitement joué, mais don la douce musicalité amenait à pardoner les quelques erreurs. Le piano, cette instrument ma toujours fasciné, le moindre de ses son me rappelait la cave humide et l'odeur du tabac brulé mélangé à celle du bois, de la moisissure, et aux craquements des vielles planche. À la lourde voix de mon oncle jurant en arabe contre les quelques fautes d'orthographe qu'il retrouvait sur mon cahier, ou à chaque fausse notes que je faisais, à ces moments là il se levait l'air grave et m'expliquait avec rudesse que j'étais un raté et que je n'avais aucun avenir, que j'allais finir comme mes parents, que je devais donc réussir là où ils avaient échoué. Malheureusement, l'échèc c'est de sang dans la famille.
Je m'étais perdu dans le dédales de mes pensées, recherchant quelques détailles dans mes souvenir, l'idée d'un corps brulé me traversa l'esprit, la jeune fille me rappella sa présence alors que j'imaginais les thèses les plus tordues quant à la mort de mon oncle *-C'est pas le genre à se suicider lui!*

-Au fait, je m’appelle Katherine. Et lui, c’est Angel, le mangeur d’oiseau.  

Je releva la tête l'air un peu déconcerté puis souris en comprenant que ma camarade se présentait à moi. Katherine, Kat, ça me disais quelque chose, j'avais conus quelqu'un de ce nom la par le passé, sans pour autant parvenir à restituer un visage, quelques lambeaux de souvenirs me parvinrent, puis jugeant cela sans importance, disparurent presque aussi tôt. Je lança un regard discret au félin nommé Angel, mes avis que Lucifer lui aurait tout aussi bien allé! Non pas que je n'aime pas les chats, non, bien au contraire, mais disons qu'avec Matin à mes côtés j'ai vite apris à m'en méfier.

Un bruit de tonnerre retentit faisant vibrer les vitres et me glaçant le sang au passage. L'ambiance qui s'instala suite à ce coup de tonnerre était tellement froid que j'en perdis mes mots. Il me fallut quelques secondes pour réaliser que la jeune fille s'était présenté et pas moi. Aussi je m'exclama avec un grand sourire, un de ses sourires qui n'appartiennent qu'à moi.

-Katherine!? C'est joli. Moi c'est Ed', Edrick et le case croute à côté de moi c'est Matin, par contre elle est muette, donc si ton Ewing veut lui piquer son gouté style "Corbeau et Renard" ça ne marchera pas

Matin visiblement contrariée vint s'e percher sur mon épaule droite et commença à me bécoter l'oreille. Je la saisi donc doucement et la cala dans mes bras.

-Et puis sinon, ça fait combien de temps que tu es à Eternal Time?



(H.S: Bon, c'est pas bien long, et je m'en excuse, mais je crois que je peux abandonner l'idée du roman, je n'ais plus le temps n_n)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    Mar 23 Juil - 3:24



    À croire que la pluie ne se déciderait jamais à cesser de tomber, je regardais les gouttes qui ressemblaient à des larmes venant des nuages grisaillés par le mauvais temps. Je soupirais. Je détournais mon regard de la fenêtre, pour reporter mon attention sur l’inconnu.

    -Katherine!? C'est joli. Moi c'est Ed', Edrick et le case croute à côté de moi c'est Matin, par contre elle est muette, donc si ton Ewing veut lui piquer son gouté style "Corbeau et Renard" ça ne marchera pas.

    Je ris, il était marrant ce Ed’. Il savait bien placer ses remarques. Par contre, je n’étais pas forcément du même avis sur mon prénom. Je n’avais jamais porté grande passion pour mon prénom, que je ne trouvais pas moderne. Je le trouvais un peu trop vieilli et pas très originale. À croire que ma mère n’avait pas eu grande inspiration dans le temps. Enfin, tout les gens me connaissant –et y’en avait pas beaucoup, m’appelait Kath’ ou Kathy. C’était déjà mieux.

    -Je pense qu’il sera plus joli si tu m’appelais Kath’.

    Je souris, il devait facilement deviner que je n’étais pas en accord avec mon identité. Et ouais, quand on n’assumait pas, c’était comme ça. Bref, il enchainait en me demandant depuis combien de temps j’étais arrivée dans cette académie. Je souris vaguement, je me rappelais parfaitement le jour où j’étais arrivée. C’était plutôt par nécessité que je m’étais inscrite là, parce que je n’avais pas personne qui voulait de moi. J’avais ressenti ce sentiment de soulagement de voir que je n’étais pas la seule mutante sur cette terre, et qu’il n’y avait point de besoin de se croire folle. Et puis, je m’étais sentie triste et seule. J’étais ici, parce que justement, je n’avais aucune famille et aucuns proches susceptible de bien me vouloir m’accepter telle que je suis. Et puis, avec le temps, j’étais passée à autre chose. Ça m’avait un peu durcie la caboche, et j’étais devenue une petite solitaire sarcastique avec mon ewig qui ressemblait à une peluche.

    -Ça va faire trois ans que je suis ici. Je te retourne la question.

    Était-il nouveau ou ancien ? Je ne savais pas vraiment, je ne l'avais jamais vu auparavant.


PS- Désolé du retard et de la qualité ultra nul >< Et aussi, juste pour dire, que Angel, n'est pas un chat mais bien un loup xD
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Au doux son de l'ac... Du piano    

Revenir en haut Aller en bas
 

Au doux son de l'ac... Du piano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cheveux doux et brillants
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Sentir son corps se détachait du sol .PV Doux Cauchemar.
» Jouer du piano c'est toujours mieux que de faire la causette à un lycan du moins c'est ce que je croyais...[pv Ava]
» Le doux calme de la pluie torrentielle [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ ETERNAL TIME :: •• Internat :: •• Lieux Intérieurs-