Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 Always by your side ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Always by your side ♥   Mer 29 Mai - 18:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yann Ash Ҩ Yume Tsubaki
« I love you ♥ Will you marry me ?» 


L'aéroport. C'était grand, bruyant, avec pleins d'imbéciles heureux, stressés qui se pressaient pour ne pas rater leur avion. Nous faisions partis de cette catégorie de personne... J'avais cru avoir oublier Skull dans le taxi ce qui nous avait fait prendre du retard, le temps qu'on fasse demis-tour et que je remarque qu'en fait il était là... Non mais je vous jure, de vrais boulets ! Je tenais fermement la main de Yume qui traînais à sa suite d'énormes valises tandis que je me contentais d'une valise et de ma guitare. Je n'emmenais que les choses essentielles : mes deux chéries, de quoi me changer et Skull :

« Pourquoi je suis en dernier sur ta liste ?
-Parce que tu es chiant. »

Il se tut et je continuai de déambuler dans l'aéroport avec Yume. Notre avion partait dans quelques minutes et on avait pas encore enregistrer les bagages. Bon quand je dis quelques c'est à peu près 90 minutes... Ok on avait le temps mais quand Yume entre dans l'équation je peux vous assurer que le temps était au moins diviser par deux. C'était ce qui me plaisait chez elle. En partie. ça ne faisait pas non plus tout son charme ! Enfin bref. Nous arrivâmes enfin à l'enregistrement des valises ce qui prit du temps vu la tonne que trimbalait Yume. On dût même payer une facture à cause du surplus de poids... Mais nous étions passés. Il fallut cependant affronté la douane, ce qui se fit plus rapidement. Ou presque. Ils restaient inquiets par rapport aux mutants. Heureusement que ce n'était pas écrit sur notre front et que nous avions caché nos ewigs.

Nous pûmes enfin embarqués, nos places étaient à côté, c'était un petit avion à deux rangées de deux. J'avais laissé la place côté fenêtre à Yume et fatigué par cette aventure et ce parcours qu'était l'aéroport je posais ma tête sur l'épaule de ma japonaise et soupirais d'aise :

« On y est enfin... On arrive dans quelques heures... J'ai hâte. »

Je souris tout contre elle, aux anges. On quittait enfin le Canada, depuis le temps que j'en rêvais. ça faisait tellement de temps que je n'étais pas parti, que je n'avais pas voyager... Mais je trouvais le temps long dans l'avion... Je m'ennuyais !!! Et ça me saoulait de rester assis pendant des heures ! En plus j'avais tellement envie d'arriver que je ne tenais pas en place. Comment faire ?

J'avais garder ma guitare avec moi si bien qu'un sourire sadique étira mes lèvres alors que je me relevais. Je l'attrapai et me mis à gratter les cordes sur le rythme de Youth and wisky de Black veil brides. A peine les notes s'échappaient de mon instrument que je sentais les regards inquisiteurs des autres passagers. Que c'était bon ! Je continuais en toute impunité à jouer, sans chanter, évitons tout de même de se faire insulter. Ce fut quand même rapide, une hôtesse de l'air arriva pour me demander d'arrêter de jouer :

« Vous importunez les autres passagers, s'il vous plait, veuillez cesser de jouer de votre instrument... »

Je fis un sourire aguicheur à cette fille, certes Yume était à côté mais elle comprendrait. Je lui fis un instant les yeux doux avant de déclarer avec un air repenti :

« Désolé, mais ma copine ne se sent pas très bien et elle aime bien que je lui joue un peu de musique, vous comprenez j'en suis sur. Laissez moi remplir mon rôle de petit-ami s'il vous plait, ce serait teeeellement gentil ! Ou sinon je peux jouer quelque chose que vous aimez bien... Je connais beaucoup de morceaux... »

Faire du charme à une autre quand sa copine est à côté, j'ai connu plus intelligent. Mais comme je le disais je m'ennuyais et puis... Elle me connaissait. Jamais je ne la tromperais aussi ouvertement. Je n'osais cependant pas la regarder. Elle devait être entrain de se foutre de moi et j'avais besoin de toute ma concentration pour faire mon numéro de charme. J'avais même user de mon petit accent canadien, si elle ne craquait pas c'est qu'elle était chiante. Mais tout ne fonctionna pas comme prévu et elle répondit d'un air autoritaire :

« Il faut respecter les autres, je ne peux pas vous autoriser à faire ça... »

Elle me sourit malicieusement avant de rajouter en chuchotant :

« Mais je veux bien que tu me joues un morceaux, n'hésite pas à me rejoindre. »

Elle s'éloigna, s'occupant d'autres passagers tandis que je soupirais en appuyant ma tête contre l'épaule de Yume. Elle était confortable mine de rien... Je pris une voix plaintive pour marmonner :

« Pourquoi ça marche jamais comme je veux ? »

Je me recalais tout contre elle, l'utilisant ouvertement comme un oreiller. Je fermais les yeux, désespéré par ma malchance. Je ne pouvais plus jouer de la guitare, une hôtesse de l'air avait trop marcher dans mon plan et je m'ennuyais. 
fiche par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Ven 5 Juil - 13:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Nous étions enfin dans l'aéroport de Montréal. Nous étions légèrement en retard, mais c'était uniquement la faute de Yann. Cet imbécile avait cru avoir perdu Skull, nous avions donc dus retourner au Taxi en vitesse avant que l'Anglais ne se rende compte que son Ewig se trouvait dans sa poche... Et comble de la stupidité Ash ne voulait pas m'aider avec mes valises, trop occuper à tenir la sienne, sa guitare et ma main. ce garçon était mignon physiquement, assez intelligent, mais il pouvait se montrer égoïste. J'avais conscience d'être d'une mauvaise foie sans bornes mais Yann n'avait absolument rien d'un gentleman. 

Je suivais l'Anglais tant bien que mal, ralentie par mes bagages. Je savais qu'au fond de lui Ash' m'en voulait d'être aussi lente, mais je devais traîner à ma suite des valises faisant surement le double de mon poids. Notre avion décollait dans un peu plus d'une heure, il nous restait encore à enregistrer nos bagages ; nous étions larges. Enfin...

Nous devions payer à cause de mes valises, les miennes !  Mes bagages étant soit disant trop lourdes... J'aurais pu frapper l’hôtesse pour lui faire ravaler son petit sourire suffisant. Heureusement pour elle Yann me tenait la main et encore plus heureusement pour elle c'est l'Anglais qui paya. Payer pour un surplus de vêtements, sérieusement ? Mais où allait le monde ?! Nul part... Cette pouffiasse venait de pourrir mon voyage. Elle faisait son boulot okay, mais je ne pensais pas qu'être une véritable salope était une close de son contrat. Je me contentait de lui adresser un petit rictus en partant au lieu d'un doigt ou de mon poing dans son nez refait.

Avant d'embarquer il nous restait encore une étape : la douane. En plus de devoir payer une facture on me fouillait. J'avais une tête à cacher des explosif dans mon soutif' ? Et puis d'où un vieux douanier avait le droit de parcourir mon corps de ses mains dont, heureusement pour moi, je ne connaissais pas le parcours. J'avais envie de pleurer, il me fallait une douche ! Nous éloignant -enfin- du poste des douaniers, je frissonnais encore de dégoût. Pourquoi Yann paraissait-il aussi à l'aise ? J'allais péter un câble et personne ne comprendrait ce qui leur arriverait ! Aha. Plus sérieusement je passerais pour une folle et là tout de suite je n'avait réellement pas besoin de ça.

En arrivant dans l'avion une, stupide, hôtesse de l'aire nous indiqua le chemin à suivre, comme si c'était possible de ce perdre dans l'engin, c'était un avion, un simple avion possédant un seule et unique couloir. Je réprimais le rire moqueur qui s’apprêtait à sortir de ma bouche, je ne voulais pas qu'elle crache dans les futures boissons que je pourrais commander, je savais qu'elle en serait capable. 

Je m'assis vers le hublot, Yann m'ayant laisser cette place. Il pouvait se montrer particulièrement gentil quand il le voulait. Ash' posa sa tête sur mon épaule avant de soupirer :

« On y est enfin... On arrive dans quelques heures... J'ai hâte. »

Moi aussi j'avais hâte. Quoique les "quelques" heures allaient à mon avis passer horriblement lentement. A mes côtes je sentais Yann s'agiter, lui aussi devait s’ennuyer, déjà. Mais moi contrairement à lui, je savais me contrôler, ou pas. Attrapant mon sac à main j'en sortais un magasine. Ash, lui trouva une tout autre occupation.

Il attrapa sa guitare et commença à jouer un morceau. Des passagers se retournaient, mécontent du bruit occasionné. Yann lui s'en fichait, mais je savais que s'ennuyant il voulait énerver le plus possible le monde. Il y arrivait et le pire c'est que ça commençait à m’énerver moi aussi. J'allais luis faire bouffer son instrument moi ! Heureusement pour lui il ne chantait pas, là je l'aurais surement étranglé avec l'une des cordes de sa guitare. Ce qu'il pouvait être épuisant, quoique dans mon genre je ne devais pas être mal non plus.

Rapidement une hôtesse vînt nous rejoindre, un sourire faux aux lèvres :

« Vous importunez les autres passagers, s'il vous plait, veuillez cesser de jouer de votre instrument...  »

Comme si ça allait l'arrêter... Du coin de l'oeil je le vis esquisser un sourire aguicheur à l'attention de la fille. Il allait la draguer, j'haussais les épaules, me disant que le voir essayer de draguer une pauvre fille surement célibataire pourrait être amusant :

« Désolé, mais ma copine ne se sent pas très bien et elle aime bien que je lui joue un peu de musique, vous comprenez j'en suis sur. Laissez moi remplir mon rôle de petit-ami s'il vous plait, ce serait teeeellement gentil ! Ou sinon je peux jouer quelque chose que vous aimez bien... Je connais beaucoup de morceaux...  »

Sa copine allait surtout le frapper si il n'arrêtait pas de faire son dragueur de pacotille, mais je ne disais rien. Il avait parler avec un accent canadien, chose que je trouvais totalement inutile voir futile, ça ne servait qu'à le rendre plus ridicule que ce qu'il n'était déjà. Je m'empêchais de rire, il passait pour un véritable imbécile, mais le pire c'est que l'idiote en blazer bleu semblait trouver Yann à son goût. Qu'on m'apporte une corde, je me débrouillerais pour trouver le tabouret. 

La jeune femme dus prendre conscience du petit manège de Yann si bien qu'elle lui répondit d'un ton autoritaire :

« Il faut respecter les autres, je ne peux pas vous autoriser à faire ça... »

Les choses devenaient enfin normal, mais je me rendis vite compte que je me trompais en voyant le petit sourire qu'abordait l'hôtesse à l'attention de Yann :

« Mais je veux bien que tu me joues un morceaux, n'hésite pas à me rejoindre. »

Elle s'éloigna d'une façon qui se voulait surement gracieuse, chose qui ne marchait absolument pas. On avait plutôt l'impression que son string premier prix la serrait affreusement. Cette fois j'eus vraiment du mal à ne pas exploser de rire. Mais où étais-je tombée ? Yann replaça sa tête contre mon épaule avant de murmurer d'une voie plaintive :

« Pourquoi ça marche jamais comme je veux ? »

Et ma main sur sa joue ça marcherait comme il le voulait ? Je réprimais un soupire tandis que Yann se plaçait un peu plus confortablement contre moi. Il ne se privait vraiment de rien. 

Le voyant fermer les yeux, je le poussais de mon épaule et me décallais de lui. Replaçant mon magasine devant mes yeux je soufflais à son attention d'un ton sarcastique :

« Va voir ton hôtesse elle doit t’attendre. Je pense que ça serait dommage qu'elle patiente trop longtemps. »

J'hésitais à lâcher un "connard". Je n'étais pas jalouse, ou presque. Mais le voir draguer une pauvre fille alors que j'étais à côté de lui m’énervais. Je n'aimais pas être ignorée.

Je posais mon magasine sur le torse de Yann accidentellement un peu trop fort avant de me lever, pousser avec encore une fois un peu trop de force pour que cela paraisse normal Ash et  de me diriger vers les toilettes sans oublier de lâcher un petit :

« Oublis pas de lui donner un petit pourboire. »

Le voyage allait être long je le sentais. En revenant de l'arrière de l'engin, je n'adressais aucun regard à Yann, préférant l'ignorer. Je regagnais mon siège en attrapant mon portable et mes écouteurs que je plaçais dans mes oreilles. Lançant à fond un morceau de We the King, je me retournais pour regarder le "paysage".


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Ven 19 Juil - 20:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yann Ash Ҩ Yume Tsubaki
« I love you ♥ Will you marry me ?» 



Je n'eus pas le temps de faire grand chose, Yume m'expulsa de son épaule et s'éloigna de moi. Quoi encore ? Elle se cacha derrière son magasine et je la regardai d'un air interrogateur : elle avait mal pris la scène ? D'un ton sarcastique elle déclara :

« Va voir ton hôtesse elle doit t’attendre. Je pense que ça serait dommage qu'elle patiente trop longtemps. »

Elle était vexée. Ou jalouse. Mais je ne comprenais pas pourquoi... Ce n'était pas ma faute si l'autre fille voulait que je la rejoigne ! Bon ok, un peu... Mais elle n'était pas sensée être jalouse. A sa place je n'aurais rien dit. J'eus droit à un magasine volant, Yume se leva et m'écarta brusquement pour pouvoir sortir :

« Oublis pas de lui donner un petit pourboire. »

Je me retins d'exploser de rire alors qu'elle allait aux toilettes. Cette fille me tuait. Elle était incompréhensible, totalement lunatique mais elle aurait été normale, ça n'aurait pas pu marcher entre nous... Elle revint, m'ignorant totalement ce qui me fit sourire alors qu'elle mis à fond We the King, on l'entendait de ma place, et elle se retourna pour regarder le paysage. Je l'observais, son air courroucé était mignon, bon elle était jolie tout le temps mais encore plus quand elle faisait la gueule. Dommage que je ne tente pas de le faire plus souvent, car même si ça lui allait bien : elle devenait très chiante.

Tendrement je l'embrassais sur la joue, lui enlevais un écouteur et soufflais à son oreille :

"Tu sais que t'es encore plus belle quand tu t'énerve, mais pour autant ça ne me plait pas..."

Je reposais mes lèvres sur sa joue, m'excusait dans un murmure et me recalais au fond de mon fauteuil, il lui faudrait peut être un peu de temps pour faire passer sa mauvaise humeur si bien que je m'endormis, me laissant bercer par les accoues de l'appareil aérien et par les chuchotements qui se propageaient. J'étais bien comme ça et inconsciemment je me laissais tomber sur les genoux de Yume. Trop tard, je dormais comme une masse. Là, ma japonaise aurait pu être jalouse de Morphée -même si c'est un mec- j'étais superbement bien au fond de ses bras. Alors que je voguais de rêves en rêves, j'espérais que ma copine ne me réveille pas trop brusquement...

Peut être qu'à mon réveil je lui dirais que je n'ai pas rêver d'une quelconque hôtesse, je lui expliquerais peut être qu'il n'y avait qu'elle et la chaleur de ses bras. Mais je le ferais seulement si elle se montrait gentille et qu'elle me laisse squatter ses genoux.

fiche par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mar 30 Juil - 15:45


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


J'étais perdue dans la contemplation des nuages. J'étais énervée, encore, mais plus contre moi que contre Yann. Quand il était question de l'Anglais je régissais trop vite, j'étais trop impulsive, ça me perdrait. A mes côtés je sentis Ash bouger et se rapprocher de moi avant de poser ses lèvres sur ma joue. Si il pensais que ça suffisait il se plantait totalement.

Doucement il enleva l'un de mes écouteurs et rapprocha sa tête de mon oreille. J'allais le repousser quand il me devança en soufflant

« Tu sais que t'es encore plus belle quand tu t'énerves, mais pour autant ça ne me plait pas... »

Quel idiot. Il pensait que ça marchait ? Pour être franche ça faisait totalement effet, mais ça il ne le saurait jamais. Il m’embrassa à nouveau la joue en s'excusant. Yann se replaça correctement dans son siège et commença à s'endormir. Génial, maintenant j'allais être la seule à m'ennuyer...

Seulement quelques minutes après ses excuses Ash me tomba sur les genoux, totalement endormi. Il était mignon comme ça, il ressemblait à un enfant. Le plus tendrement possible je caressais ses cheveux. Certes c'était un imbécile, mais c'était mon imbécile et je l'aimais malgré tout.

Le temps s'écoulait plus ou moins rapidement, Yann toujours à moitié étalé sur moi, je ne pouvais pas vraiment bouger. J'essayais de m'occuper en regardant les autres passagers, chose vraiment très intéressante... L'hôtesse qu'Ash avait abordé revint vers nous, me demandant si j'avais besoin de quelque chose. J'hésitais à lui balancer quelque chose dessus, mais je me contentais de lui adressant un regard noir. Bizarrement elle ne vint plus me voir du voyage.

Au bout de ce qui me semblait être une durée interminable l'une des nombreuses hôtesse nous apprit que l'avion allait atterrir en nous répétant les règles de sécurité.

L'appareil enfin immobilisé, nous pûmes nous lever et sortir de l'Avion. Yann que l'atterrissage n'avait pas réussit à réveiller dormait encore sur mes jambes. Avec beaucoup de douceur je caressais sa joue pour qu'il s'éveille. Lentement je le poussais pour ramasser mon sac à main, me lever, lever l'anglais à son tour, lui passer sa guitare sur épaule, lui attraper la main et nous diriger vers la sortir de l'Avion. Yann toujours dans les vapes marchait doucement, moi je commençais à être tout excitée. 

Seulement quelques minutes après ses excuses Ash me tomba sur les genoux, totalement endormi. Il était mignon comme ça, il ressemblait à un enfant. Le plus tendrement possible je caressais ses cheveux. Certes c'était un imbécile, mais c'était mon imbécile et je l'aimais malgré tout.

Le temps s'écoulait plus ou moins rapidement, Yann toujours à moitié étalé sur moi, je ne pouvais pas vraiment bouger. J'essayais de m'occuper en regardant les autres passagers, chose vraiment très intéressante... L'hôtesse qu'Ash avait abordé revint vers nous, me demandant si j'avais besoin de quelque chose. J'hésitais à lui balancer quelque chose dessus, mais je me contentais de lui adressant un regard noir. Bizarrement elle ne vint plus me voir du voyage.

Au bout de ce qui me semblait être une durée interminable l'une des nombreuses hôtesse nous apprit que l'avion allait atterrir en nous répétant les règles de sécurité.

L'appareil enfin immobilisé, nous pûmes nous lever et sortir de l'Avion. Yann que l'atterrissage n'avait pas réussit à réveiller dormait encore sur mes jambes. Avec beaucoup de douceur je caressais sa joue pour qu'il s'éveille. Lentement je le poussais pour ramasser mon sac à main, me lever, lever l'anglais à son tour, lui passer sa guitare sur épaule, lui attraper la main et nous diriger vers la sortir de l'Avion. Yann toujours dans les vapes marchait doucement, moi je commençais à être tout excitée. 



∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mar 30 Juil - 18:53


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

La douceur d'une main sur ma joue me réveilla. J'étais bien là et je papillonnais des yeux pour être capable de voir correctement. Je restais quand même dans les vapes, incapable de la moindre réflexion logique. Yume me replaça tandis que je m'étirais pour attraper son sac puis elle se leva et m'aida à en faire de même. J'avais l'impression d'être un petit enfant dont elle s'occupait. Elle m'équipa de ma guitare, attrapa ma main et se dirigea vers la sortie. Je pouvais sentir son excitation d'ici alors que je peinais à mettre un pied devant l'autre. Je me sentais lourd et tout flasque. D'un geste de la main je m'essuyais les yeux.

Je ne fis pas attention à ce que nous firent après le débarquement, on nous aida à récupérer les valises de Yume, on repassa la douane et c'était tout. C'était flou, mais je tenais toujours la main de Yume. J'avais échanger de l'argent contre des yens et on avait pris un taxi. Je laissais Yume nous guider tandis que je m'émerveillais devant le paysage qui défilait. C'était étrange, incroyable et tellement différent. Je souris à ma japonaise lui demandant dans un grand sourire :

"Dis on va où en fait ? Parce que c'est pas que je suis un peu paumé mais si..."

Je me rendais compte que bientôt je découvrirai le monde de Yume et j'avais hâte. Je voulais voir où elle avait grandit, ce qui avait fait d'elle ce qu'elle était maintenant. Je ne savais pas grand chose sur elle, juste que ses parents avaient attenté à sa vie et c'était tout. Bon, ok j'en savais plus sur elle que l'inverse mais je voulais tout connaître d'elle :

"J'ai hâte de voir où tu as grandit !"

J'étais plus excité qu'un gamin avant noël, c'en était déprimant. J'avais 20 ans merde ! Je considérais que j'avais le droit de faire mon gamin, c'était légitime.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mar 30 Juil - 22:14


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Nous étions enfin hors de l'aéroport. J'étais chez moi. Le paysage mais surtout ma langue m'avaient manqués. Ici tout était différent du canada, en mieux. Depuis l’atterrissage de l'avion un petit sourire ne quittait plus mes lèvres. Le bruit des voitures, les murmures des passants, la légère brise... J'étais contente d'être là. Oubliant quelques instants mon exitation j'hélais un taxi, qui s'arrêta devant nous. Nous montâmes dans la voiture et j'indiquais au chauffeur la rue dans laquelle il devait nous conduire. 

Depuis l'intérieur du véhicule j'observais les rues défiler, j'en reconnaissais certaines. J'étais plongée dans mes souvenirs, les bons, ça avait quelque chose d’envoûtant. Je regrettais presque d'être partie, mais la présence de Yann à mes côtés me rappelait combien l'académie avait fait pour moi. Aujourd'hui j'avais deux maisons là-bas et ici. J'étais un peu stressée mais l’excitation était bien plus forte. 

Je tournais la tête pour regarder l'Anglais, lui ne connaissait rien de mon pays, il semblait s'extasier lui aussi sur le paysage. C'était marrant de voir quelqu'un découvrir un lieu que l'on connaissait depuis sa naissance. Il se tourna vers moi, m'adressant un sourire resplendissant :

« Dis on va où en fait ? Parce que c'est pas que je suis un peu paumé mais si... »

J'esquissais à mon tour un sourire, mais ne lui répondais pas pour autant, il aurait sa réponse bien assez tôt. Pour moi peu importait l'endroit où nous allions, j'étais simplement heureuse d'être de retour au Japon, en compagnie de Yann. Revoir ma "famille" me remplissait encore plus de joie sans bornes :

« J'ai hâte de voir où tu as grandit ! »

Moi j'avais hâte d'y être. Il ne verrait jamais le lieu où j'étais née, celui de mes origines. Mais il connaîtrait l'endroit qui représentait le plus de choses pour moi, mon chez moi, ma maison. 

Nous traversions la ville depuis quelques minutes quand nous arrivâmes dans l'un des quartiers les plus riches de la ville. Nous étions bientôt arrivés et j'avais du calme à rester calme sur mon siège. Je voulais dire au conducteur d'accélérer, lui dire de se dépocher. Je n'en fis rien j'étais peut-être impatiente, mais je savais me contrôler, enfin...

Le taxi s'immobilisa devant un immense bâtiment de pierres rosées, au toit ressemblant à ceux des temples, aux grandes portes de bois claire et aux poignées dorées. Rien n'avait changé, du moins de l'extérieur.  L'allée de pavés était toujours bordée des cerisiers dans lesquels je me cachais étant beaucoup plus jeune. Mon coeur battait de plus en plus vite. Je sortais rapidement de la voiture, entraînant Yann à ma suite. Nos valises sur le trottoir, je payais le chauffeur qui me souhaita une bonne journée. Je lui répondis vaguement trop occupé à détailler le lieu où j'avais grandis :

« Suis moi. »

J'avais parlé doucement, submergée par mes souvenirs, peuplés de rires d'enfants, de pommes coupés en forme de lapin, de kimonos, d'odeur de gâteaux... Ici je n'avais jamais eu de quoi me plaindre. C'était, pour moi, le paradis. Attrapant mes valises je me dirigeais vers le bâtiments, traversant l'allée. Arrivée devant les quelques marches précédant la porte d'entrée, j'accélérais le pas, montant tant bien que mal les marches. Devant la porte je n'hésitais pas une seconde, je la poussais de toute mes forces avant d'entrer suivis de Yann. Dans le hall je soufflais faiblement avant de crier un :

« Tadaima ! »

Quelques secondes plus tard, deux personnes apparurent au fond du couloir, des garçons. Elles se stoppèrent me voyant, me reconnaissaient-ils ? J'avais l'impression que mon coeur avait cessé de battre, je stressais comme pas permis. Après un moment d'arrêt, le plus jeune des deux, que je ne reconnaissais pas vraiment, se mit à courir dans notre direction en criant à son tour :

« Onee-san ! »

Au moins, lui j'étais sûre qu'il me reconnaissait. Il avait tellement grandit et changé. Sans que je m'y attende il me serra dans ses bras, légèrement trop fort, avant de me faire tourner dans les airs, je n'en demandais pas tant. Je le serrais à mon tour dans mes bras. Nous avions grandit ensemble, avec d'autres garçons, mais dès mon arrivé nous étions devenus comme des frères et soeurs. Ren était devenu fort et aussi grand que Yann voir même un peu plus. Il ressemblait à présent à Shun Oguri, en plus jeune et plus beau. Il me reposa à terre et je souris tendrement en passant ma main dans ses cheveux noirs décoiffés artistiquement, repensant au petit garçon pleurant car sa coccinelle venait de s’envoler. Je le serrais à nouveau dans mes bras, il m'avait vraiment trop manqué. J'eus du mal à me détacher de ses bras puissant, il fallait que je lui présente Yann.

Mais je fus coupé par la présence du deuxième garçon. Plus âgé que Ren, la trentaine passée, mais un charme toujours présent. Cet homme c'était Ikuto Motoharu, celui que je considérais comme mon père, celui qui c'était occupé de moi quand mes parents m'avaient abandonnés, celui qui avait veillé sur moi, celui qui m'avait élevé, éduqué comme il avait pu, celui qui représentait pratiquement tout pour moi. Les larmes me montèrent aux yeux, lui aussi m'avait manqué, beaucoup trop. Je vis à son visage qu'il allait m'engueuler, il m'en voulait d'être partie, de n'avoir pas vraiment donné de nouvelles. Pour moi ça aurait été trop dur. 

Il ouvrit la bouche pour parler mais se ravisa en voyant ma lèvre tremblante. Il m'attrapa la main et plaça ses bras autour de moi. Je ne sais pas réellement combien de temps je restais comme cela à le serrer dans mes bras, la seul chose que je savais c'est que je ne voulais plus jamais le quitter, lui, Ren et tous les autres que je n'avais pas encore revu. Je redevenais l'enfant que j'étais. Ikuto murmura :

« Yume... »

Comme seul réponse je le serrais plus fort, et appuyais un peu plus ma tête contre son torse. L'un de ses bras s'éloigna de mon corps, tendna tsa main en direction de Yann, avec un sourire et dans un Anglais parfait il lança à l'attention d'Ash

« Ikuto Motoharu enchanté. »

Je me dégageais de lui, essuyant mes yeux d'une manière qui se voulait discrète mais qui ne l'était pas du tout. Je devais ressembler à une enfant. Doucement j'attrapais la main de Yann pour écouter mon "père" déclarer :

« Bienvenu à la maison. »

A ses paroles je serrais la main de Yann dans la mienne, après tout ce temps loin de chez moi, j'étais de retour à la maison.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mar 30 Juil - 23:21


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Yume ne fit pas vraiment attention à ce que je racontais, si bien que je me laissais allée contre la vitre pour regarder le paysage à nouveau. C'était étrange d'être dans un endroit si différent, si étrange et si lointain de chez moi. Pour peu que je considère Eternal time comme ma maison. Finalement, le taxi s'arrêta devant une imposante demeure à la japonaise, imposante, vaste qui semblait riche. Ah, je n'étais donc pas le seul à avoir grandit dans un monde avantagé. Chez moi c'était vraiment poussé à l'extrême, ça n'avait pas l'air d'être le cas pour Yume. Son éducation, sa façon d'être, ça n'avait rien à voir avec les bourges friqués et chiants qui se croient au dessus de tout.

Ma guide descendit rapidement, attrapa nos valises, paya le taxi rapidement en m'intimant de la suivre. Je me voyais mal faire autre chose, me perdre était bien la dernière de mes envies. À moins que ça soit avec Yume dans une chambre... Hum hum. Ça ne faisait pas tellement parti de ses plans. Parce que des miens si...

Elle se dirigea vers l'entrée et je parcourais l'allée mal à l'aise. Qu'est-ce que je foutais là moi ? Ça me faisait plaisir, mais je stressais. J'allais rencontrer « beau papa » et ça me faisait peur... Et s'il ne voulait pas que je fréquente Yume, et s'il m'interdisait de l'approcher, s'il la gardait auprès de lui m'obligeant à rentrer seul... Ah non, je ne laisserais pas ça se faire, je l'aimais trop pour qu'un vieux barbu, -je m'imaginais son « papa » comme ça-, me sépare d'elle. J'étais prêt à tout pour rester à ses côtés.

Je la laissais ouvrir la porte et pénétrer à l'intérieur. Je ne savais pas trop si je pouvais la suivre ou pas, si bien que je restais près de la porte d'entrée, endroit stratégique pour tout pommé. Yume souffla un mot que je ne compris pas, et quelques minutes après deux hommes apparurent. Remarquant notre présence ils se stoppèrent et l'un reprit sa route en s'écriant :

« Onee-san ! »

Quoi ? Ah oui, c'est vrai, ils parlent japonais ici. J'allais rien comprendre pendant... Combien de temps on restait en fait ? Pensant à ces choses je laissais la famille se retrouver tranquillement, si je commençais à faire attention à toutes ces embrassades, j'allais être jaloux. Et maintenant ce n'était pas vraiment le bon moment. Après peut être. Mais imaginez arriver dans une famille inconnu et en cinq secondes devenir jaloux comme jamais : ça l'a fou mal non ?

Au bout d'un moment, après que Yume ait pleurer l'équivalent de deux fois l'océan Pacifique, j'exagère à peine, son « père » se tourna vers moi et me tendit la main :

« Ikuto Motoharu enchanté. »

Enfin un qui parlait anglais ! Ça je comprenais. Je lui serrai la main, comprenant que ce n'était pas le père biologique de Yume. Son oncle peut être ? Ou un gars qui l'avait trouver dans la rue ? J'imaginais bien cet homme bienveillant ramassé ma chérie comme on ramasse un chat. Je lâchais sa main et Yume l'attrapa alors que Ikuto déclarait :

« Bienvenu à la maison. »

Ma japonaise me broya la main, sous l'émotion peut être ? Et je souris à l'adresse des deux hommes avant de me présenter à mon tour, parlant dans ma langue maternelle :

« Yann Ash, désolé de... Venir à l'improviste. »

C'était étrange de parler anglais dans un pays non anglophone mais ça me faisait pratiquer et j'aimais bien ça, faire genre je suis fort en quelque chose. Par contre je ne savais si Yume comprenait tout... Enfin, là les phrases étaient simples mais si on venait à beaucoup communiquer... Oh et puis merde, moi je ne comprendrais rien quand elle parlait japonais et ça ne la gênait pas : pourquoi est-ce que je devais m'inquiéter ?

Le « papa » de Yume nous fit faire un tour de la maison, juste pour moi j'imagine. Ou alors il avait fait des travaux et c'était la raison qui le poussait à montrer tout ça à sa « fille ». Une fois fini, nous retournâmes dans le salon. Une vieille dame en kimono traditionnel, je crois, était assise et buvait du thé, ou autre chose de non-identifier. Elle semblait plutôt sympathique : apparemment peu bavarde, encore dégourdie pour son âge, du genre sévère et qui dit tout le temps « De mon temps... ». Mais j'étais passé maître dans l'art de voir des clichés partout et il y avait de forte chance que je me sois totalement trompé sur son compte.

Elle se leva lorsqu'on entra, parla quelques minutes avec Ikuto où je pus déceler mon nom et finalement elle se tourna vers moi et dans un grand sourire déclara :

« Merci de prendre soin de Yume, elle est parfois difficile à supporter et je m'inquiétais de la savoir seule. »

Je voulais la même pour grand mère, la mienne ne m'avait de mémoire jamais souris. En plus elle parlait anglais ! Et plutôt bien. Et elle semblait marrante :

« Je suppose que je suis un peu difficile à supporter aussi alors on s'est plutôt bien trouvé. »

Je n'étais pas vraiment à l'aise, et la main de Yume que je n'avais pas lâché depuis qu'elle l'avais prise, me rassurait quand même. Finalement elle se tourna vers ma japonaise et son expression changea du tout au tout. Je ne savais pas à quoi m'attendre mais ça promettait d'être amusant.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mar 30 Juil - 23:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Serrant encore et toujours la main de l'Anglais, j'attendais que ce dernier réagisse. Je tournais mon regard dans sa direction et le vis esquisser un sourire. Il avait l'air crispé, pas vraiment à l'aise, c'était marrant. Quoique le fait qu'Ikuto lui ait parlé en Anglais avait du aider Yann à se détendre un peu :

« Yann Ash, désolé de... Venir à l'improviste. »

L'entendre parler Anglais me faisait bizarre. C'était déstabilisant mais mignon, voir sexy... Je n'excellais pas dans la Langue natale d'Ash, mais j'arrivais à comprendre un minimum. Lui au contraire ne devait absolument rien comprendre au Japonais. Je devais faire attention à parler le plus possible en Français ou en Anglais, je n'avais pas envie de le mettre de côté, ça allait s'annoncer difficile surtout avec Ren.

Ikuto nous fit faire le tour de la maison, pour visiter. Rien n'avait changé, si bien que je ne faisait absolument pas attention à ce que le trentenaire racontait. Je le détaillais et lui adressais des sourires quand il le fallait.

La visite terminée nous nous dirigeâmes vers le salon. Je me crispais quelque peu quand Akiko, la grand-mère d'Ikuto, entra dans mon champ de vision. Avec le temps j'avais espéré qu'elle nous ait quitté... Je rigolais enfin, à moitié... Malgré son mauvais caractère à mon égard, ses remarques, ses kimonos, ses vieilles citations, son attitude quelques fois snobe, je l'aimais comme ma propre grand-mère. Avec Ren et moi elle n'avait jamais été parfaite, mais je savais qu'elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour notre bien. Et si elle s'en prenait à Yann ? Peut-être qu'elle lui en voudrait, qu'elle le rendrait coupable de mon absence. L'espoir fait vivre.

Elle se leva de son fauteil pour adresser quelques mots à Ikuto. Elle lui demandait qui m'accompagnait. Et mon « père » lui présenta Yann. Elle se tourna dans notre direction, je lui adressais un grand sourire, qu'elle ne me rendit pas, trop occupée avec l'Anglais à qui elle parlait avec enthousiasme :

« Merci de prendre soin de Yume, elle est parfois difficile à supporter et je m'inquiétais de la savoir seule. »

Ou peut-être que Yann deviendrait son préféré, me laissant dans l'ombre. Oh, ça ne me gênait pas, temps qu'elle oubliait de me lancer ses célèbre remarques. Ash' devait être heureux que ma Mamie lui parle dans sa langue et qu'en plus elle le flatte. Mais où étions nous ? Un rictus prit de nouveau place sur mes lèvres quand j'entendis mon copain déclarer :

« Je suppose que je suis un peu difficile à supporter aussi alors on s'est plutôt bien trouvé. »

Après réflexion sa phrase n'était peut-être pas la bienvenue. Akiko allait le descendre. Je relevais quelque peu la tête attendant de voir sa réaction face à Yann.

Mais la vieille ne fit rien, ou du moins rien contre l'Anglais, elle lui adressa même un petit sourire. Sourire qui disparu immédiatement quand elle tourna la tête dans ma direction. J'allais passer un mauvais quart d'heure. J'hésitais à partir mais fuir ne m'apporterait rien de bon, surtout avec Mamie Aki'. Elle détestait que je l'appelle comme ça mais elle ne pouvait pas savoir ce que je pensais. Quoique le regard qu'elle me lança me fis douter de moi.

Elle s'approcha de moi, si bien que je lâchais la main de Yann. J'allais reculer quand elle s'adressa, enfin, à moi, toujours en Anglais. Elle voulait que Yann participe à nos disputes ? :

« Aucunes nouvelles, pendant plus de deux ans et tu reviens comme si rien de tout cela ne s'était produit. J'aurais pu mourir pendant ces deux années... »

Et voilà que ça partait dans le mélo-dramatique. Je ne sais pas ce qui me poussa à parler, sûrement une pulsion suicidaire :

« Mais aujourd'hui tu es encore là. »

J'entendis Ren ricaner et Ikuto soupirer. Akiko me lança un regard si noir que je me retins de partir. Elle leva la main, prête à me frapper quand sa main s'immobilisa au dessus de ma tête. Je crus tout d'abord qu'elle faisait un infarctus mais elle réussit à articuler :

« Qu'est-ce que tu portes ?! C'est immonde, où est passé ton Kimono ?! Tu te rends à un enterrement ? Le miens peut-être ?! »

Qu'est-ce qu'il y avait d'immonde dans une petite robe noir, un perfecto et des bottes cloutées, sérieusement ? Et puis je préférais mourir que de porter à nouveau des kimonos, surtout devant Yann, qui lui aussi était seulement vêtu de noir. Cette vieille dame allait m'achever ! :

« Viens avec moi ! »

Je n'eus pas le temps de protester qu'elle m'attrapa tout sauf doucement le bras, m’entraînant à sa suite. Elle me poussa dans une grande pièce et là tout ce passa très vite...

Je ne sais combien de temps nous passâmes de temps dans cette pièce, ce que je sais c'est que nous retournâmes dans la pièce où Yann, Ren et Ikuto se trouvaient encore. Le plus jeune esquissa un sourire moqueur quand il vît mon Kimono. Lui avait la chance de ne pas avoir besoin d'en porter. Akiko voulait que je sois une parfaite petite fille. Le truc c'est que je n'avais plus dix ans et que je n'aimais pas les habits traditionnels.

Je ne voulais pas faire un pas de plus, plus du tout habituée à ce surplus de tissus. Heureusement pour moi, je n'avais pas laissé Mamie toucher à mes cheveux. Ressembler à une Geisha, très peu pour moi. Un peu trop enthousiasme elle lança un :

« La voilà enfin, plus ou moins présentable. »

Je prenais sur moi, réellement. J'allais bientôt étouffer, la ceinture de l'habit me compressant le ventre, j'allais crever de chaud et commettre un homicide presque involontaire... Le voyage s'annonçait joyeux, surtout pour moi...


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 12:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

La mamie, s'approcha de Yume qui lâcha ma main dans un mouvement de recul, les grands mères font toujours un peu peur... Elle s'adressa à elle durement et dans ma langue, géniale, j'allais pouvoir comprendre les reproches qu'elle lui faisait :

« Aucunes nouvelles, pendant plus de deux ans et tu reviens comme si rien de tout cela ne s'était produit. J'aurais pu mourir pendant ces deux années... »

Si elle essayait de la culpabiliser c'était foutu, j'avais plus ou moins compris que ma copine remettait toujours la faute sur les autres. Elle était d'une mauvaise foie incomparable et ce n'était pas ces quelques mots qui la ferait s'excuser :

« Mais aujourd'hui tu es encore là. »

Qu'est-ce que je disais ? Un sourire amusé naquit sur mes lèvres. J'adorais son côté effronté et têtu, même si ça lui apportait quelques problèmes : la mémé leva la main, comme pour la frapper mais son geste fut suspendu. J'aurais été capable de la protéger mais... Quelque chose me dissuadais d'intervenir. Je n'étais pas chez moi, autant faire profil bas :

« Qu'est-ce que tu portes ?! C'est immonde, où est passé ton Kimono ?! Tu te rends à un enterrement ? Le miens peut-être ?! »

Je me retins d'exploser de rire en me pinçant les lèvres. Les disputes familiales étaient les meilleures. Même celles de ma famille m'avait toujours fait rire. Bien qu'à chaque fois j'étais celui qui s'en prenait le plus dans la gueule. N'empêche que je ne comprenais pas ce que la grand mère reprochait à Yume, ses vêtements étaient très bien non ? Enfin moi je les aimais bien...

« Viens avec moi ! »

Elle n'eut pas le temps de protester que la mamie l'attrapait et l'emmenait dans une pièce contiguë. Toute cette agitation me faisait rire, depuis le temps que tout n'était que chaos, je n'avais pas pu décompresser tranquillement depuis trop longtemps.

Elles restèrent ensemble un petit moment, temps que je passais en compagnie d'Ikuto et de l'autre gars. Il se présenta enfin, je découvris qu'il s'appelait Ren et que la grand mère se nommait Akiko. C'était bien japonais comme nom ça... Le « papa » de Yume me demanda alors ce qui nous avait poussé à revenir et je lui adressais un sourire d'excuse, déclarant que ce serait peut être plus simple d'en parler avec Yume. Qu'est-ce que je pouvais bien dire aussi ? Leur raconté toute l'histoire alors que je ne savais même pas s'ils étaient au courant de notre différence me paraissait compliqué. Finalement, Yume et Akiko revinrent :

« La voilà enfin, plus ou moins présentable. »

Je relookais Yume, elle était tout le temps mignonne et jolie mais le yukata lui allait superbement bien. Comment je savais que ça s'appelait un yukata ? Tout simplement parce que dans mes jeunes années j'avais lu quelques mangas et que par moment les héroines se baladait dans ces kimonos traditionnels. Soit dit en passant, aucune de ces héroïnes de mangas ne portaient aussi bien le yukata. Ok mon jugement était faussé, c'était ma copine alors forcément...

Je la sentais d'ailleurs fébrile, ça ne lui plaisait. J'aurais voulu la prendre dans mes bras et lui dire qu'elle était sublime et même si sa famille n'était pas stupide et qu'ils avaient compris ce qui nous liait, m'afficher ainsi avec elle face à eux me gênait. Je n'arrivais pas à faire comme d'habitude parce que pour une fois je ne me fichais pas de leur avis :

« Et toi gamin, tu n'es pas d'accord ? Ne me dis pas que tu préférais ses habits d'avant ! Soit dit en passant tu portes le noir mieux que Yume... »

Je souris, amusé de la situation. J'avais l'impression qu'elle faisait tout pour énerver Yume et ça me faisait rire. Pour calmer le jeu je répondis :

« Merci... Enfin je crois. Quant à Yume je trouve que tout lui va bien. »

Ma remarque en fit sourire plus d'un dans la famille mais Ikuto ne laissa pas le temps ni à la grand mère ni à sa « fille » de dire quoi que ce soit et reposa plutôt la question que j'avais éludé :

« Je me demandais, Yume, pourquoi ne revenir que maintenant ? Quelque chose s'est passé ? »

Peu importait la langue dans laquelle répondrait Yume, je connaissais la réponse. On avais vécu les pires mois de notre existence. Ou presque. Je me contentais alors d'observer la scène, c'était à elle de leur expliquer et de les rassurer. Quoique je n'étais pas sur qu'ils s'inquiètent réellement. Peut être Ikuto et Ren. Quoique non, ils étaient soudés, ils comptaient les uns sur les autres : tous devaient s'inquiéter pour elle... Et si elle avait confiance en eux alors notre secret n'en était pas un. Ça me rassurait au fond de savoir qu'elle pouvait compter sur des personnes qui avaient la tête sur les épaules.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 12:39

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine.


Je sentais le regard de Yann me parcourir le corps, ou plutôt le Kimono. Je ne savais pas réellement ce qu'il pouvait penser et ça m’énervais assez. J'étais déjà mal à l'aise en Yukata, alors ne pas savoir si il se foutait de moi ou non me stressais un peu plus encore. Akiko reprit :

« Et toi gamin, tu n'es pas d'accord ? Ne me dis pas que tu préférais ses habits d'avant ! Soit dit en passant tu portes le noir mieux que Yume... »

njzlfjcdligjae... Mégère. Devant moi Ash souriait, sûrement plus amusé que je ne l'étais. J'allais étriper Mamie Aki' avec ses gâteaux secs posés sur la table basse du séjour. Yann ouvrit la bouche pour s'exprimer à son tour :

« Merci... Enfin je crois. Quant à Yume je trouve que tout lui va bien. »

Il se rattrapait bien. Akiko et Ren esquissèrent des sourires amusés. Ikuto lui, me regardait étrangement avant de déclarer d'un ton sans appel :

« Je me demandais, Yume, pourquoi ne revenir que maintenant ? Quelque chose s'est passé ? »

Il était vraiment obligé de me poser cette question ? A moi ? Je ne voulait pas l’inquiéter en lui disant ce qu'il s'était passé, car même en lui affirmant que s'était bel et bien finit il ne me laisserait pas repartir. Il était sur-protecteur, surtout en connaissant mon passé. C'était sa façon de me prouver qu'il tenait à moi.

Je me faisais violence pour m'empêcher de baisser le regard, là il me cramerait comme quand j'avais commencé à fumer. Je passais la main dans mes cheveux et mentais mieux que je ne l'avais jamais fait en déclarant :

« Il ne s'est rien passé, juste l'envie de revenir ici et de vous présenter Yann. »

Mensonges... Ikuto me dévisageait. Je devrais lui raconter tôt ou tard, mais à ce moment précis ça ne me paressais pas vraiment être une bonne idée.

Ren souriait et s'approcha de moi pour me serrer dans ses bras. Lui aussi pouvait devenir trop protecteur, mais heureusement pour moi il était un peu, beaucoup, plus naïf qu'Ikito. Je le serrais à mon tour avant qu'il s'écarte de moi en déclarant en Anglais :

« Je vous laisse j'ai des filles à draguer. »

Petit prétentieux. S’apprêtant à partir il se pencha à mon oreille en chuchotant dans notre langue un :

« Ton Anglais est pas mal. Je suis content pour vous, quoique je le plaigne légèrement. »

Il rigola et moi je lui frappais l'arrière du crâne, faisant râler Akiko. Comme d'habitude que je sois coupable ou non je me reprenais tout dans la figure. Ça faisait du bien d'être à la maison.

En se dirigeant vers la sortit du salon il tchecka Yann, au moins Ren l’avait accepté et s'était une bonne chose, lui qui avant ne supportait même pas me voir en compagnie de ses amis à lui. Il avait bien grandit.

Je reportais mon attention sur les trois personnes restantes. La vielle se rapprocha de Yann pour déclarer euphorique :

« Pour une fois que Yume ramène quelque chose de bien à la maison. Pas un de ces hooligan ! Je me souviens de ce Yakuza qui avait voulu me battre ! Un terrible histoire... Mais maintenant que tu es là on ne te laissera pas partir, hein beau gosse ?! »

Qu'on me pende. Je n'étais jamais sortie avec de Yakuza. Haru n'avait, bien qu'un peu turbulent, jamais rien fait de mal contre moi et encore moi à ma famille. Mais Akiko devait penser ça mieux, d'enjoliver les choses. Et dans l'histoire avec le « Yakuza » la seul personne qui avait faillit y laisser sa peau s'était moi. Ikuto n'aimait pas vraiment croiser un inconnu en ma compagnie. Mais point positif, Ash s'intégrait plutôt bien.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 12:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Il y eut un léger blanc sans qu'aucun bruit autre que celui des tasses et des respirations ne s'entende. Yume ne savait clairement pas quoi répondre. Elle ne voulait donc pas leur parler de ce qu'il s'était passé ? Ou peut être cherchait elle ses mots :

« Il ne s'est rien passé, juste l'envie de revenir ici et de vous présenter Yann. »

Je retins un sourire triste. C'était faux. Je lui avais proposer ce voyage, sans cela on serait certainement encore à Eternal Time sans trop savoir quoi faire. On aiderait juste à la reconstruction je suppose.

Apparemment, personne ne releva ce mensonge. Peut être comprenaient-ils que ce n'était pas le bon moment pour en parler ? Ou peut être la croyaient-ils... C'était quand même un peu gros. Mais bon, on ne sait jamais. Ren lui sourit même avant de la prendre dans ses bras. J'en aurais fait de même si je n'avais pas chercher à faire bonne impression. Ces gens étaient important pour Yume, je me devais d'être correct :

« Je vous laisse j'ai des filles à draguer. »

Apparemment j'étais le seul à tenter d'être correct... Mais ça me fit sourire, avoir conscience de ses atouts étaient une bonne chose, faire l'ingénu c'était juste être con. Je remarquai quand même que la plupart des dialogue se faisait en anglais et j'en remerciais silencieusement la famille de Yume. Avant de partir il se pencha tout de même vers ma japonaise pour lui chuchoter deux trois mots. Je ne sais pas ce qu'il lui dit mais il eut droit à un coup sur la tête et son bourreau à des remontrances. Mon sourire s'agrandit, elle comme moi étions toujours accablé de tous les mots du monde alors que finalement, ce n'était jamais de notre faute ! Ou presque.

Ren sortit et on échangea un bref salut en Checkant, il était cool. Proche de Yume mais cool. Bon c'était son petit frère non ? Je ne devais pas être jaloux. C'était mal et il ne le méritait pas. Peut être que plus tard en apprenant à le connaître je découvrirais que je pouvais être jaloux mais pour l'instant je lui laissais le bénéfice du doute.

Akiko était en tout cas contente de me voir. Du moins c'est ce que supposaient ses paroles :

« Pour une fois que Yume ramène quelque chose de bien à la maison. Pas un de ces hooligan ! Je me souviens de ce Yakuza qui avait voulu me battre ! Une terrible histoire... Mais maintenant que tu es là on ne te laissera pas partir, hein beau gosse ?! »

J'explosais de rire. Pas possible une famille comme ça ! Pourtant ça m'amusait. Je me calmais difficilement, en même temps en une phrase j'avais été qualifié de chose et de beau gosse, en plus par une grand-mère qui pensait que j'étais quelqu'un de bien, il y avait certainement plus à craindre de moi que de cet hooligan ou je ne sais quoi. Lorsque, après de grandes bouffées d'air, je fus enfin normal je déclarais :

« Considérez plutôt que je ne laisserais pas Yume partir. Ce sera difficile de se débarrasser de moi... En tout cas je serais plutôt curieux d'entendre vos histoires, ça m'a l'air... intéressant ! »

Cette invitation ravit Akiko qui m'expliqua de long en large tout ce que Yume avait pu lui faire subir. Son exagération me faisait rire, je l'aimais bien cette petite vieille, elle respirait la joie de vivre tout en étant de la vieille école, très à cheval sur les règles.

Ainsi trois jours passèrent, trois jours qui ayant pourtant bien commencé mais que je passais plutôt en compagnie d'Akiko. Yume préférait profiter de son père et de son frère... Je comprenais, sans problème mais je me sentais carrément mis à l'écart. Déjà que je comprenais moyen de quoi ils parlaient quand pris d'une soudaine inspiration ils alignaient des textes en japonais. Oh, ils étaient très gentils rien à dire là-dessus mais... J'en voulais à Yume de me mettre à l'écart ainsi. Elle ne devait pas le faire exprès mais ça m'énervait qu'elle ne se rende pas compte de ma solitude. Solitude comblée par une grand-mère adorable certes, mais qui n'était pas ma petite amie...

Si bien que ce matin là, autour de la table je ne décochais pas un mot à ma copine. Ce n'était pas ce qu'elle me parlait de toute façon... Et ça me saoulait. J'aurais presque voulu crier « Hé ho, je suis là ! ». Surtout qu'elle ne leur avait toujours pas expliquer ce qu'il s'était passé. Elle essayait de les ménagers ? Je ne la comprenais pas. Vraiment pas. Et ça m'énervait. Pour autant je prenais sur moi : ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu sa famille. Et pourtant une petite voix me disait que c'était son choix et que par conséquent elle devrait faire attention à moi. Un peu plus...

Bien qu’appétissante, je ne touchais pas à mon omelette, cette situation me gonflait au point de me couper l’appétit. Akiko le remarqua et me fit les gros yeux pour m'intimer de faire honneur au plat. Respectueux je lui fis un sourire et entamait l'oeuf transformé. J'étais vraiment trop gentil... Je soupirais, terminais mon assiette et sortis, passablement énervé d'avoir été encore une fois snobé par ma petite amie. J'avais fait ce chemin pour elle, pour être avec elle ! Pas pour qu'elle m'oublie et me range dans un coin ! Et ça m'énervait. Et je m'énervais d'être jaloux et en colère. Je n'arrivais même pas à déterminer quel était le sentiment dominant. J'étais frustré, jaloux, énervé... Enfin bref, pas très bien. Et la patience n'était pas ma principale qualité. Je ne savais pas du tout quand j'exploserai :

« Calme toi, ça ne sert à rien... Si tu te mets en colère, ça va l'énervé aussi ce qui va te saouler et... Cercle vicieux quoi.
- Oh tais toi ! Tes conseils ne me servent strictement à rien. J'arrive pas à me calmer et à ne pas lui en vouloir et je culpabilise de lui en vouloir et si je continue comme ça je sens que je vais exploser !
»

Skull ne dit plus rien. Il se contenta de grimper sur mon épaule en ronchonnant un « les femmes, toutes les mêmes »... Et ça ne m'arracha même pas un sourire. J'étais fébrile, incapable de me tranquillisé je restais dans le couloir à respirer pour essayer de me calmer. Yume semblait avoir compris que quelque chose n'allait pas puisqu'elle ouvrit la porte. Et merde, elle ne pouvait pas me laisser tranquille quand je voulais ? Fallait qu'elle se ramène quand justement la voir m'énervait ?

Cependant je ne voulais pas la blesser, je l'ignorais alors, évitant de lui lancer un regard qui aurait pu la faire souffrir.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 12:51

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Nous étions arrivés depuis un peu plus de trois jours. J'essayais de profiter au maximum de mes proches, Akiko mis à part, mais une chose n'allait pas. Yann et moi nous étions plus ou moins éloignés et j'ignorais les raisons de cette soudaine tension.

L’Anglais était devenu froid, distant et le fait de ne pas savoir quoi en faire ou en penser m'énervait particulièrement. Oui je parlais en Japonais avec Ikuto et Ren, j'en avais conscience, mais je voulais rattraper le temps perdu, je cherchais plus ou moins à faire oublier ma trop longue absence, chose qui s'avérait assez difficile.

Mon « père » essayait de temps à autre à me faire parler. Il voulait connaître les raisons de mon retour. Mais je cherchais encore comment lui en parler sans que cela ne paraisse trop horrible. Personnellement je n'avait pas vraiment subit de choses atroces, j'avais juste reçut une balle en pleine cuisse. Aujourd'hui je n'avais plus aucunes séquelles. Je n'avais subit aucun choc émotionnel et aucun traumatisme.

Il fallait que je parle avec Yann. Que je lui explique mon comportement, mais je n'arrivais pas à rester plus de deux minutes seule avec lui. Même en se retrouvant seule avec lui dans notre chambre la conversation était impossible. L'un de nous deux dormais toujours quand l'autre allait se coucher. Cette situation me mettait mal à l'aise, j'avais l'impression de ne pas contrôler les choses.

En me réveillant ce matin là, aux alentours de dix heures l'Anglais n'était déjà plus présent dans le lit. J'ignorais même si il avait passé la nuit dans cette chambre à mes côtés. Et quand on se retrouvais les deux sur le même matelas un mur invisible se levait entre nos deux corps. Pas de contacts, nous ne nous embrassions limite plus. Je soupirais il fallait que je fasse quelque chose, que je tente une approche, que j’essaie de lui parler. N'importe quoi temps qu'entre nous deux la tension disparaisse.

En arrivant dans la cuisine les regards d'Akiko et Ikuto se posèrent immédiatement sur moi. Ce dernier m'adressa un sourire que je lui rendis. Mamie, elle me fit remarquer que ce n'était pas une heure à laquelle une jeune fille devait se lever et que mon accoutrement, en l’occurrence un pull à Yann, un jean super skinny retroussé au dessus des chevilles, les pieds nus et les cheveux relevés en un chignon lâche, n'était pas des plus adapté. Quoi ? J'aurais dus venir en robe de Cocktail et Brushing impeccable à un déjeuné familiale ?

Je ne répondais même pas à ses provocations, trop occupé à regarder Yann qui semblait particulièrement intéressé par son assiette remplis d'omelette. Au moins le message était claire, pas de conversation pour le moment. Je soupirais doucement, n'ayant même pas la force de parler aux autre personnes présente autour de la table. Le fait qu'Ash m'ignore me faisait plus mal encore que les pics que me lançait la mère du trentenaire.

Mon regard toujours posé sur l'Anglais je le vis finir son assiette en soupirant avant de se lever précipitamment de table, l'air en colère. Je baissais les yeux et soupirais à mon tour, ne voulant pas affronter le regard venimeux d'Akiko et celui interrogatif de mon « père ».

Quelques secondes après Yann et ne prenant même pas la peine de m'excuser je me levais me dirigeant à mon tour en direction du couloir.

Ash était là, devant moi. Mais il ne m'accorda pas un regard, ce qui me blessait énormément. Je ne savais pas comment nous en étions arrivés là si bien que je déclarais :

« J'ai conscience qu'entre nous deux il se passe quelque chose et je sais pas quoi faire. Je sais que pour toi si on en est là aujourd'hui c'est entièrement de ma faute. Mais je ne comprend pas que tu puisses m'en vouloir d'être proche de ma famille. J'arrive pas... Je vois pas ce que j'ai pus faire ou dire. »

Je soupirais mais ne baissais pas la tête, nous devions parler. J'esquissais un geste dans sa direction mais me ravisais, reprenant :

« J'aimerais juste comprendre pourquoi on en est là, à s'ignorer. Je pensais qu'on étaient pas comme les autres, qu'on pouvait se dire ce qui n'allait pas. Mais là depuis ces deux derniers jour je ne nous reconnais pas, je ne te reconnais pas, pour peu que je t'ai connu un jour... »

Je faisait allusion au fait que je ne connaissais rien de lui. Je sentais que cette discussion allait mal tourner, mais il fallait mettre les choses au clair, que ça soit agréable ou non.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 12:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

e ne voulais pas parler. Pas maintenant alors que ce que je dirais dépasserais ma pensée. Peu importe ce qu'elle raconterait, j'étais irritable au point de tout prendre mal. Et ça me faisait chier. Je ne voulais pas me montrer méchant, cruel, stupide et blessant avec elle. Je l'aimais trop. Et c'était justement ce trop qui faisait que j'étais en colère :

« J'ai conscience qu'entre nous deux il se passe quelque chose et je sais pas quoi faire. Je sais que pour toi si on en est là aujourd'hui c'est entièrement de ma faute. Mais je ne comprend pas que tu puisses m'en vouloir d'être proche de ma famille. J'arrive pas... Je vois pas ce que j'ai pus faire ou dire. »

Je n'avais qu'une envie : qu'elle se taise. Je ne voulais pas qu'elle me reproche mon attitude. Je me savais con de réagir ainsi, elle n'avait pas besoin de me le rappeler. Elle soupira, mais je continuais à faire comme si de rien n'était. Elle, elle avait du mal à saisir ce que je voulais. Pourtant ce n'était pas très compliqué de ne pas parler maintenant, de remettre cette conversation à plus tard ? Pour elle si apparemment :

« J'aimerais juste comprendre pourquoi on en est là, à s'ignorer. Je pensais qu'on étaient pas comme les autres, qu'on pouvait se dire ce qui n'allait pas. Mais là depuis ces deux derniers jour je ne nous reconnais pas, je ne te reconnais pas, pour peu que je t'ai connu un jour... »

C'était la goutte qui fit déborder le vase. Pourquoi fallait-elle qu'elle me renvoie mes erreurs ? Ça avait le don de me taper encore plus sur le système et je n'étais pas sur d'arriver à me calmer et à me montrer diplomate. Non, définitivement je n'y arriverais pas :

« Tu veux qu'on parle ? Alors parlons ! Tu veux savoir ce qui m'énerve ? Ce qui fait que je suis comme ça ? Comme un con ? C'est pourtant pas très compliqué. Ça fait trois jours qu'on est là et j'ai l'impression que tu t'en fous de moi. Je sais qu'ici c'est ta famille que ça fait longtemps que tu les as pas vu et que tu en profites mais tout ça c'est de ta faute ! Parce que tu n'as pas juger bon de leur donner de tes nouvelles ! J'ai pas à me sentir seul juste parce que t'as fait ta conne et que t'as préféré faire comme-ci personne ne pensait à toi ! »

Mes propos dépassaient ma pensée, certes, mais ce que je disais était tellement vrai. Pourquoi fallait-il que je me sente si abandonné ? Parce que je l'aime. Je connaissais la réponse et je me sentais d'autant plus con de m'énerver ainsi. Quand on aime une personne on est sensé vouloir la protéger non ? On veut pas qu'elle souffre, on la ménage quitte à souffrir soit-même. Mais j'avais tendance à oublier que nos sentiments étaient toujours présent et que parfois il était impossible de les refouler. Et puis j'étais maladroit et j'aimais trop fort, trop vite et je me laissais submerger par ces sentiments qui, bien que beau, lui ferait du mal. Pour autant, je n'avais pas fini de m'expliquer et je continuai :

« Le plus stupide dans tout ça c'est que ta famille elle est géniale. Alors peut être que je suis jaloux aussi. De tout le monde dans cette maison. D'eux parce que tu es tout le temps avec et de toi parce que tu as une putain de famille qui t'aime ! Tu sais, tu peux me reprocher de ne rien te dire, et c'est vrai que je ne le fais pas beaucoup mais pour te dire quoi ? Que la seule personne que j'ai en ce moment c'est toi ? Que tu es tout ce qu'il me reste ? Et tu me lâches ! Alors oui je suis en colère, oui ça me saoule de passer après tout le monde alors qu'à mes yeux tu passeras toujours avant le reste et oui je me rends compte que c'est égoïste et stupide. Mais je t'en veux merde! Je t'en veux de pas voir que je suis là ! »

Je fis une pause, j'avais encore de quoi me plaindre, mon cœur était encore gonflé de douleurs et de colère. Elle ne savait pas tout, parce qu'il y avait des choses que je refoulais, que je tentais d'oublier parce que futile et sans intérêt. Du moins j'essayais de me persuader que tout ceci n'avait aucun intérêt... Mais en quatre mois tant de choses c'était passé et je ne l'avais pas eus à mes côtés et maintenant qu'elle était là c'était comme si on était resté séparé. Et ça me tuait.

Je n'osais même plus la regarder en face. Je ne regrettais pas encore mes paroles, et peut être que ce serait les prochaines que je n'aurais jamais du prononcer mais je ne voulais pas m'attendrir devant elle, me laisser aller à la prendre dans mes bras maintenant et à lui dire que je suis désolé et que tout est de ma faute. Parfois il fallait aussi qu'elle soit en face de ses fautes, qu'elle se rende compte de ses erreurs. La protéger ainsi, à prendre les responsabilité ne mènerait jamais à rien. Il était temps qu'on mette les choses à plat et que pour une fois on fasse face. Car malgré tous mes sentiments pour elle, il n'empêche qu'elle me faisait du mal et que je ne pouvais plus faire comme si tout allait bien juste pour qu'elle aille bien.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:03

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Devant moi, je voyais Yann s’énerver de plus en plus. Je sentais que j'allais m'en prendre plein la gueule, que ça ne serait pas agréable mais s'il fallait en passer par là pour qu'entre nous deux ça se passe mieux alors j'étais prête à subir ses réflexions, que ça fasse mal ou non. D'une voix dure que je ne lui connaissais pas Ash s'adressa à moi :

« Tu veux qu'on parle ? Alors parlons ! Tu veux savoir ce qui m'énerve ? Ce qui fait que je suis comme ça ? Comme un con ? C'est pourtant pas très compliqué. Ça fait trois jours qu'on est là et j'ai l'impression que tu t'en fous de moi. Je sais qu'ici c'est ta famille que ça fait longtemps que tu les as pas vu et que tu en profites mais tout ça c'est de ta faute ! Parce que tu n'as pas juger bon de leur donner de tes nouvelles ! J'ai pas à me sentir seul juste parce que t'as fait ta conne et que t'as préféré faire comme-ci personne ne pensait à toi ! »

Tout au long de ses paroles mon visage s'était fermé. Ça faisait mal, peut-être un peu trop. Oui j'avais été égoïste, j'étais la première à le dire. Contrairement à ce que le garçon affirmait je n'avais jamais voulu faire comme si personne ne pensait à moi. Je ne voulait juste pas prendre de nouvelles, ceci s’avérant beaucoup trop dur émotionnellement parlant. Bientôt il reprit :

« Le plus stupide dans tout ça c'est que ta famille elle est géniale. Alors peut être que je suis jaloux aussi. De tout le monde dans cette maison. D'eux parce que tu es tout le temps avec et de toi parce que tu as une putain de famille qui t'aime ! Tu sais, tu peux me reprocher de ne rien te dire, et c'est vrai que je ne le fais pas beaucoup mais pour te dire quoi ? Que la seule personne que j'ai en ce moment c'est toi ? Que tu es tout ce qu'il me reste ? Et tu me lâches ! Alors oui je suis en colère, oui ça me saoule de passer après tout le monde alors qu'à mes yeux tu passeras toujours avant le reste et oui je me rends compte que c'est égoïste et stupide. Mais je t'en veux merde! Je t'en veux de pas voir que je suis là ! »

J'avais du mal à encaisser ses paroles. Mais dans l'histoire je ne pensait pas être la seule fautive. Si depuis qu'on était arrivés il ne se sentait pas à sa place il n'aurait qu'a eu venir me parler, ça nous aurait éviter cette stupide dispute qui prenait une toute autre tournure.

Je n'avais pas voulu le lâcher ou même lui faire penser qu'il passait après tous le monde. Je voyais très bien qu'il était là, sans lui je ne serais sûrement pas rentrée avant quelques années.

Ce qu'il m'avait dit m'avait fait mal, mais ce qui était encore plus douloureux c'était de penser que si je n'avais pas lancé la « discussion » il ne m'aurait peut-être pas adressé la parole.

Yann ne me regardait pas et je sentais que mon énervement grandissait petit à petit au fond de moi. Sans prendre trop le temps de réfléchir je lui lançais à mon tour d'une voie dure :

« Si ne pas donner de nouvelles à ses proches car ça fait trop mal, alors oui, je suis la fille la plus égoïste du monde. Mais tu sais quoi je ne m'en veux même pas. Car je savais qu'en revenant ici un jour ou l'autre je pourrais rattraper le temps perdu... »

Je m'arrêtais quelques secondes, dévisageant l'Anglais, avant de reprendre, toujours aussi énervée :

« Mais non, car tu es là. A penser que je t’oublie, que je t'évite ou je ne sais trop quoi. Tu vois, je sais qu'avec toi j'ai tout le temps que je veux, alors que ma famille je ne la reverrais sûrement pas avant un long moment. Dans l'histoire je sais que je suis coupable, mais le truc c'est que je n'arrive même pas à trouver ça mal. Je ne pense pas être la seule fautive Ash. »

Je n'arrivais pas à me calmer. Savoir qu'il pouvait me détester pour une chose que je trouvais normal me tuait. Une part de moi voulait lui faire mal comme lui me l'avait fait en m’énonçant mes quatre vérités. Mais à présent je ne cherchais qu'à lui dire la vérité :

« Sans Ikuto aujourd'hui je ne sais pas où je me trouverais. Peut-être dans la rue. Peut-être dans un cimetière. Ou même dans la cave d'un fou furieux. Que tu le veuilles ou non c'est une des personnes les plus importante pour moi. Avec toi. Il a tout fait pour moi. Alors oui, je trouve cela normal d'essayer de lui rendre la pareille. »

Je soufflais avant de lancer une dernière répliques :

« J'ignore comme c'est déroulé ton enfance, mais sans cette famille la mienne n'aurait pas existé. Mes cicatrices, mes souvenirs et mes cauchemars en sont la preuve. »

A ce moment précis je lui en voulait de me reprocher quelques chose. Je savais que j'avais mes fautes et mes défauts mais j'étais comme ça, qu'il le veuille ou non.


∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:07


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Je sentais que la colère l'habitait elle aussi. Et ça m'encourageais dans ma bêtise. Je savais qu'elle n'essaierait pas de calmer le jeu et qu'elle ne me demande pas de le faire, j'étais trop aveugler par ma rage :

« Si ne pas donner de nouvelles à ses proches car ça fait trop mal, alors oui, je suis la fille la plus égoïste du monde. Mais tu sais quoi je ne m'en veux même pas. Car je savais qu'en revenant ici un jour ou l'autre je pourrais rattraper le temps perdu... »

Sa voix s'était faite dure mais pourtant ça n'eut aucun effet. Qu'est-ce qu'elle espérait ? Que je m'excuse platement parce qu'elle est une pauvre gamine sentimentale ? Laissez moi rire, c'était pas elle qui avait été morte d'inquiétude pendant des mois parce que la personne qu'elle aimait le plus au monde avait disparu en laissant juste un mot derrière elle. Elle se foutait royalement de ma gueule là. Elle ne prenait en compte que ses sentiments et ne voyait pas le mal qu'elle faisait :

« Mais non, car tu es là. A penser que je t’oublie, que je t'évite ou je ne sais trop quoi. Tu vois, je sais qu'avec toi j'ai tout le temps que je veux, alors que ma famille je ne la reverrais sûrement pas avant un long moment. Dans l'histoire je sais que je suis coupable, mais le truc c'est que je n'arrive même pas à trouver ça mal.Je ne pense pas être la seule fautive Ash. »

J'eus presque envie de rire. De lui balancer à la figure que, effectivement, elle ne savait rien de moi à commencer par mon vrai nom de famille, qu'elle ne comprenait rien à rien et surtout pas mes sentiments. Je ne lui reprochais pas de passer du temps avec sa famille, je lui en voulais de faire comme si je n'étais pas là. D'oublier qu'on ne s'était pas vu pendant quatre mois :

« Sans Ikuto aujourd'hui je ne sais pas où je me trouverais. Peut-être dans la rue. Peut-être dans un cimetière. Ou même dans la cave d'un fou furieux. Que tu le veuilles ou non c'est une des personnes les plus importante pour moi. Avec toi. Il a tout fait pour moi. Alors oui, je trouve cela normal d'essayer de lui rendre la pareille. »

Elle souffla alors que je la toisais impassible, pourtant intérieurement je bouillais :

« J'ignore comme c'est déroulé ton enfance, mais sans cette famille la mienne n'aurait pas existé. Mes cicatrices, mes souvenirs et mes cauchemars en sont la preuve. »

Je souris méchamment, ironiquement, c'était con. On s'engueulait pour des conneries et même si je le savais je n'arrivais pas à faire abstraction à tout ça. J'avais été seul trop longtemps pour la laisser filer à son tour. Mais hors de question que je me fasse utiliser comme un con. Hors de question que je porte tous les tords :

« T'essaye de faire quoi là ? De te déculpabiliser ? Tu crois que ça excuse tout ? Je comprends peut être pas tout aux gentilles petites familles heureuses mais je peux te dire que si tu avais voulu leur rendre la pareille t'aurais penser à leur donner de tes nouvelles, quitte à souffrir. C'est des conneries de dire que ça fait trop mal, c'est trop facile ! Dans ce cas là je peux te lâcher et me casser parce que ça fait trop mal de t'aimer ! »

Le regard que je lui lançais à cet instant traduisait toute ma colère, je l'aimais à en crever mais je supportais mal son comportement. Elle comprenait pas et je savais pas comment lui expliquer si bien que je repris plus calmement, d'une voix amère :

« Mais bon, toi tu préfères prendre la fuite. J'ai plutôt bien compris la dernière fois. Un mot, sérieux t'avais rien de mieux à ma laisser ? Tu croyais que j'avais que ça à faire m'occuper de toi ? Que me rajouter ce soucis ne serait pas grand chose ? Alors que j'ai un pote qui risquait de crever d'un moment à l'autre tandis que l'autre a disparu comme ça du jour au lendemain... Ouais on dérive un peu et je sais que je t'ai pas plus donner de nouvelles mais t'as disparu pendant quatre mois et t'es même pas foutu d'expliquer à cet homme à qui tu dois tout ce qu'il s'est réellement passé. »

Je me rendais bien compte que j'étais dur mais si il fallait ça pour qu'elle comprenne alors ça m'allait. J'étais prêt à continuer. Pendant que je cherchais Andrew elle n'avait pas quitter mes pensées, quand je m'étais rendu à ce stupide rassemblement c'était surtout pour la retrouver, quand j'avais abattu ces militaires c'était encore toujours en pensant à elle. Elle pouvait me reprocher de l'aimer trop, mais rien d'autre. Mon égoïsme me perdrait peut être mais la savoir heureuse ne me suffisait plus, je voulais y avoir droit aussi. Et d'une manière plus simple que de me foutre dans la merde :

« Je veux pas que tu délaisses ta famille pour moi, j'aurais juste préféré que tu arrives à concilier les deux ou alors que tu t'excuses de me mettre de côté, que tu me préviennes je sais pas... Juste un truc pour que je me mette pas dans une situation aussi stupide. »

Je n'avais pas la moindre d'idée d'où tout ceci nous mènerait, peut être nul part, peut être que tout allait se finir comme ça mais je ne m'en rendais pas compte. Les conséquences ne m'apparaissaient pas clairement, je voulais juste qu'elle prenne conscience de mes sentiments.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:13

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Face à moi Yann aborda un rictus mauvais. Oui mes arguments n'étaient pas aussi appropriés les siens, il devait se foutre de moi, voir même me détester. Mais il voulait que je fasse quoi ? Que je le laisse me faire tous les reproches sans que je puisse émettre la moindre protestation ? Je l'aimais, mais pas au point de le laisser me marcher sur les pieds. Il pouvait m'en vouloir mais qu'il ne s'attende pas à ce que je le laisse m'engueuler sans rien dire :

« T'essaye de faire quoi là ? De te déculpabiliser ? Tu crois que ça excuse tout ? Je comprends peut être pas tout aux gentilles petites familles heureuses mais je peux te dire que si tu avais voulu leur rendre la pareille t'aurais penser à leur donner de tes nouvelles, quitte à souffrir. C'est des conneries de dire que ça fait trop mal, c'est trop facile ! Dans ce cas là je peux te lâcher et me casser parce que ça fait trop mal de t'aimer ! »

Ses arguments étaient peut-être vrai, mais sur le moment je ne l'écoutais plus vraiment. J'étais énervée plus contre moi-même que contre l'Anglais, quoique le fait de savoir qu'il pensait cela de moi m'indignait fortement. Son regard était remplit de haine, ça ne me faisait pas grand chose comparé à ses paroles. Je le détestais de dire la vérité, je me connaissais, mais mes défauts ressortaient plus horribles de la bouche de Yann :

« Mais bon, toi tu préfères prendre la fuite. J'ai plutôt bien compris la dernière fois. Un mot, sérieux t'avais rien de mieux à ma laisser ? Tu croyais que j'avais que ça à faire m'occuper de toi ? Que me rajouter ce soucis ne serait pas grand chose ? Alors que j'ai un pote qui risquait de crever d'un moment à l'autre tandis que l'autre a disparu comme ça du jour au lendemain... Ouais on dérive un peu et je sais que je t'ai pas plus donner de nouvelles mais t'as disparu pendant quatre mois et t'es même pas foutu d'expliquer à cet homme à qui tu dois tout ce qu'il s'est réellement passé. »

J'étais lâche, je l'avais toujours été. Mais il pensait que je ne le savais pas ? Que rien qu'en me disant de telles choses j'allais devenir parfaite ? J’avais toujours vécu ainsi, sans me soucier de l'avis des autres. Mais aujourd'hui il y avait Yann et tout se mélangeait :

« Je veux pas que tu délaisses ta famille pour toi, j'aurais juste préféré que tu arrives à concilier les deux ou alors que tu t'excuses de me mettre de côté, que tu me préviennes je sais pas... Juste un truc pour que je me mette pas dans une situation aussi stupide. »

J'esquissais à mon tour un rictus mauvais. Il aurait voulu que je lui dise quoi ? Que j'allais m'éloigner de lui ? Qu'on allait s'engueuler pour une raison qui à présent m'échappait ? J'avais pas prévus ça moi non plus. Toujours énervée je lançais :

« T'aurais voulu qu'à peine arrivés je balance à Ikuto que si nous étions ici aujourd'hui c'est parce que une bande de fou furieux voulaient nous descendre ? Je suis peut-être une gamine égoïste, conne et horripilante, mais j'allais pas lui balancer ça de but en blanc. T'aurais aussi voulu que je lui dise qu'on m'avait tiré dessus plus d'une fois, que j'avais été touchée par une balle, que je t'avais abandonnée, que je m'étais retrouvée seule à essayer de ne pas me faire capturer, à cause d'une décision irréfléchie ? C'est ça que t'aurais voulu que je lui dise ? »

Je m'arrêtais, le toisant toujours. Où en étions nous ? A quoi tout cela rimait ? J'en avais marre de me prendre la tête avec lui, on en avait peut-être besoin mais au bout d'un moment ça faisait mal et j'encaissais de moins en moins bien les remarques :

« Je suis d'accord avec toi, j'ai des défauts, peut-être trop. Mais j'ai toujours été comme ça et même si je t'aime ce n'est pas en ayant une discussion avec toi que je changerais. J'ai conscience de mes erreurs mais ce n'est pas pour autant que je vais te laisser m'engueuler sans rien faire. Je suis têtue et je pense te connaître assez pour savoir que tu l'es aussi. »

Je ne savais plus quoi dire ou même penser. J'avais juste besoin de m'éloigner de lui, on se faisait de mal et je trouvais ça un peu inutile. Je contournais Yann pour me diriger vers l'entrée et mettre mes chaussures. Une fois prête je continuais :

« Ouais, je fuis encore. Mais on le sait tous les deux je suis une lâche. Je préfère m'éviter de souffrir. Je suis une égoïste. J'aime pas m'en prendre plein la gueule, surtout quand ce que je te répond ne sert strictement à rien. Tu me l'as dis toi même ; je suis une conne. J'approuve totalement ta pensée. Tu sais t'es pas le premier à me faire ce genre de remarques mais je crois que c'est de ta bouche que ça fait le plus mal. »

Je me dirigeais vers la porte. Je me retournais une dernière fois vers l'Anglais pour lui lancer :

« Tu peux m'insulter, me détester, me reprocher tous ce que tu veux, mais ça ne changera rien. J'ai mon caractère, ma façon de penser et mes putain de défauts. Je crois qu'au fond de toi tu le penses aussi ; je suis encore une gamine, ne pensant qu'à sa petite personne. »

J'ouvrais la porte et la refermais derrière moi, me dirigeant vers la rue. Je venais peut-être de perdre la personne la plus importante pour moi mais j'étais encore trop énervée et affligée pour m'en rendre compte.


∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:19


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Mon sourire passa sur ses lèvres. Quand on s'y mettait on était vraiment stupides. Pas un pour rattraper l'autre, à toujours jeter de l'huile sur le feu, à attiser la colère de l'autre. On aurait presque pu croire qu'on aimais s'engueuler mais... Non. Je détestais ça. Avoir à lui dire des choses si blessantes m'irritait :

« T'as qu'a arrêter et t'excuser. »

Le conseil était bon, mais ma fierté était trop grande pour que dès maintenant j'accepte d'avoir tord et que je passe l'éponge. Si mes propos pouvaient la faire réfléchir et m'assurer qu'elle ne recommencerait pas alors ça m'allait :

« T'aurais voulu qu'à peine arrivés je balance à Ikuto que si nous étions ici aujourd'hui c'est parce que une bande de fou furieux voulaient nous descendre ? Je suis peut-être une gamine égoïste, conne et horripilante, mais j'allais pas lui balancer ça de but en blanc. T'aurais aussi voulu que je lui dise qu'on m'avait tiré dessus plus d'une fois, que j'avais été touchée par une balle, que je t'avais abandonnée, que je m'étais retrouvée seule à essayer de ne pas me faire capturer, à cause d'une décision irréfléchie ? C'est ça que t'aurais voulu que je lui dise ? »

Par pur esprit de contradiction j'aurais été capable de lui dire que c'était effectivement ce que je voulais qu'elle lui dise. Mais ce n'était évidemment pas le cas. Elle passait toujours d'un extrême à un autre, et le juste milieux dans tout ça ? Pourquoi on l'oubliait toujours ? Y a des manières de dire les choses (ces derniers instants prouvaient d'ailleurs bien que je n'étais pas très doué dans ce domaine), et ce n'était pas de cette façon qu'elle aurait dû lui annoncer. Mais si par hasard l'endroit était mal insonorisé, il y avait de forte chance que la famille ait entendu. Mais je m'en foutais, c'était maintenant leur problème.

Yume me toisait toujours d'un air coléreux et je l'affrontai du regard. Dans d'autre circonstance, la tête qu'elle tirait aurait pu me faire rire, et peut être même que je me serais laissé à la prendre dans mes bras et à lui dire qu'elle était la plus belle. Et même si c'était vrai, ce n'était certainement pas le moment de lui faire des compliments :

« Je suis d'accord avec toi, j'ai des défauts, peut-être trop. Mais j'ai toujours été comme ça et même si je t'aime ce n'est pas en ayant une discussion avec toi que je changerais. J'ai conscience de mes erreurs mais ce n'est pas pour autant que je vais te laisser m'engueuler sans rien faire. Je suis têtue et je pense te connaître assez pour savoir que tu l'es aussi. »

Manquerait plus qu'elle ne soit pas d'accord, personne n'était parfait... Et je ne comptais pas la changer mais juste... Juste quoi ? J'espérais quoi ? Peut être simplement qu'elle me promette de ne plus recommencer... Quand je l'avais retrouver j'étais tellement heureux que je n'avais pas pensé à tout ce que ça avait impliqué. Mais maintenant je me rendais plutôt bien compte que ma confiance en elle avait été ébranlé.

J'étais resté immobile alors que Yume m'avait contourné et mis ses chaussures. Je levais les yeux au ciel, je commençais à en avoir marre de tout ça. C'est si compliquer que ça de s'excuser ? Il semblait que oui, et ça n'arrangeait pas mon humeur :

« Ouais, je fuis encore. Mais on le sait tous les deux je suis une lâche. Je préfère m'éviter de souffrir. Je suis une égoïste. J'aime pas m'en prendre plein la gueule, surtout quand ce que je te répond ne sert strictement à rien. Tu me l'as dis toi même ; je suis une conne. J'approuve totalement ta pensée. Tu sais t'es pas le premier à me faire ce genre de remarques mais je crois que c'est de ta bouche que ça fait le plus mal. »

Je ne savais pas vraiment ce qui me retenait d'exploser au sol tout ce qui me passait sous la main. Peut être parce que je n'étais pas chez moi, je supportais mal ce qu'elle disait, elle comprenait rien. Alors oui, elle était conne. Mais je me contenais et je n'ajoutais rien, la laissant aller jusqu'à la porte. Elle se retourna une dernière fois et lança :

« Tu peux m'insulter, me détester, me reprocher tous ce que tu veux, mais ça ne changera rien. J'ai mon caractère, ma façon de penser et mes putain de défauts. Je crois qu'au fond de toi tu le penses aussi ; je suis encore une gamine, ne pensant qu'à sa petite personne. »

Et elle partit en claquant la porte. Non sérieusement ? Elle en avait jamais marre de se casser comme ça ? Ça lui arrivait parfois de pas partir ? Apparemment non. Et étrangement le fait qu'elle s'en aille ne me calma pas. Au contraire. J'avais encore plus l'impression que ça n'avait revit à rien. Elle n'avait même pas pris en considération mes paroles. Je soupirais, évacuant ce surplus d'émotion.

Je restais un instant à fixer la porte par laquelle elle avait disparu. Je fis l'impasse sur ses dernières paroles, les effaçant de mon esprit. Ça ne servait à rien, discuter avec elle, enfin crier avec elle, était juste le truc le plus inutile au monde. Au moins maintenant je le savais.

Je m'étais un peu calmer. Il faudrait qu'elle se rende vraiment compte de la chance qu'elle avait. Un peu trop coulant avec elle, on lui pardonnait tout. Que ça soit moi ou Ikuto et Ren : c'était la même chose. Tu m'étonnes qu'elle cherche pas à changer. Heureusement pour elle que son entourage se battait pour elle parce que j'avais cru comprendre qu'elle se battrait pas pour nous...

« T'en fais pas, moi je serais toujours là pour toi ! »

Je souris doucement, Skull pouvait être mignon des fois et puis il avait raison : on ne peut compter que sur sois-même. Je le remerciais mentalement mais parti à la suite de Yume en criant son nom. Un peu trop tard certes mais j'étais toujours très long à la détente et je mettais toujours du temps à me calmer. Prêt je quittais la maison, sans adressé le moindre mot à ses habitants. Je pestais quand même contre moi même. J'étais faible, je ne comprenais même pas comment j'avais pu tomber amoureux d'une fille pareille... Mais c'était trop tard, j'étais pris dans ses filets...

Je m'étais mis à courir dans la rue à la recherche de ma japonaise, sachant pertinemment que je ne la retrouverai pas. Mais l'espoir fait vivre et j'étais un idiot espérant.

Au bout de quelques minutes et de pas mal de mètres je m'arrêtais. L'endroit ne me disait rien. En même temps je n'avais pas eu l'occasion de visiter les environs... Je soupirais à nouveau et Skull ricana. Je souris alors, ouais, lui serait toujours là pour moi et ça avait un quelque chose de rassurant. Du haut de mes vingt ans j'avais toujours besoin d'un peu de présence à mes côtés. Peut être parce que je m'étais habitué à être accompagné. Et que ça soit une petite boule de poil qui me serve de compagnon m'allait très bien :

« ça me va moins que ça soit un grand nigaud ma moitié d'âme...
-Hé ! T'aurais pu tomber sur pire !
»

Il décréta que non et je le laissais à ses pensées, je cherchais plutôt un moyen de rentrer. J'avais fait suffisamment le con comme ça :

« Tu comptais t'excuser ?
-Non, elle n'en a pas l'intention non plus alors je ne prendrais pas cette peine. J'en ai un peu marre que ce que je dise tombe dans l'oreille dans un sourd, tu imagines, elle ne veut même pas faire un effort. Même pour moi...
-Et ?
-J'ai l'impression d'être le seul fou amoureux dans cette histoire. Mais bon, j'ai toujours le rôle de l'imbécile alors ça me va.
-Tant que ça te va, ça me va aussi.
»

Je hélais un taxi et lui demandais de m'emmener en centre ville. J'avais la flemme de marcher. Heureusement pour moi le chauffeur parlait un peu d'anglais et j'arrivais rapidement à l'endroit demander. Je me mis alors à déambuler entre ces personnes que je ne connaissais pas et que je ne connaîtrais jamais. Et je m'en fichais. Je ne faisais pas attention à eux. Je regardais plutôt les commerces qui s'enchaînaient. Ça me rappelait un peu l'Angleterre. Une enseigne attira mon regard, une bijouterie à l'air classe qui me fit penser à ma sœur. Pourquoi ? Parce qu'un jour elle m'avait avouer que son plus grand rêve était de se marier et qu'elle adorerait que son futur mari la demande en mariage avec une sublime bague.

Moi ça m'avait donné envie de créer un foyer, un endroit ou j'aurais une famille avec une femme et des enfants. Et je les élèverais correctement pas comme mes parents l'avaient fait. Je m'arrêtais devant la boutique et restais planté là. Était-ce une bonne idée ? Certainement pas. Mais moi j'en avais envie. Je voulais autre chose que cette relation superficielle avec Yume.

C'est donc résigné que je passais la porte du magasin. À peine eus-je fais un pas qu'une vendeuse accouru, se courba et me parla dans sa langue. Je lui répondis en anglais que je ne la comprenais pas et elle me lança un regard désolé avant d'aller chercher sa supérieure. Cette dernière parlait un peu anglais et on arriva à un accord.

Je sortis donc du magasin le sourire aux lèvres. Il s’évanouit rapidement : je ne savais pas du tout comment rentré... J'attrapais alors mon téléphone et composais le numéro de Yume. Après quelque tonalité elle répondit :

« Yume ? Dis je suis pommé tu peux pas m'aider ?
-Yann ? On se demandait justement quand tu rentrerais... »

Une voix de mec ? Quoi ? What the fuck ? Mais la voix me disait quelque chose :

« C'est Ren, Yume n'est pas rentré et elle a laissé son portable ici, je t’envoie l'adresse pas texto et tu la donneras au chauffeur ! On t'attend. Et ne t'en fais pas, ça va s'arranger...
-Merci mec, j'arrive. Je suis quand même désolé pour tout à l'heure.
-C'est pas grave, et puis je comprends ! »

ça me rassurait de savoir que tout le monde n'était pas contre moi. Je raccrochais et attendis le sms promis. Lorsqu'il arriva je filais arrêter un taxi. La journée avait plutôt mal commencée mais j'espérais que ça se terminerait mieux. Je ne remettrais cependant pas sur le tapis ce qui avait été dit plus tôt. J'en voulais toujours un peu à Yume mais j'espérais qu'elle ferait des efforts, parce que je tenterais d'en faire de mon côté...

Le taxi se gara dans l'allée, je le payais, il repartit et je rentrais. Akiko, Ikuto et Ren étaient toujours dans le salon. Je les rejoignis embarrassé mais j'avais pris ma décision et je m'agenouillais face à eux, le regard certain :

« Je ne sais pas trop par ou commencer... En fait j'aurais une faveur à vous demander...
-Si tu me vouvoies ça va pas le faire... J'ai l'impression d'être vieux.
-Il faut accepter de vieillir ! Trente ans c'est plus tout jeune ! »

Le regard qu'il me lança me fit rire et je repris :

« Ce n'était pas véritablement pour ça que j'étais venu à l'origine...
-Je t'écoute alors.
-Ben en fait... Je voulais savoir si je pouvais avoir ta bénédiction pour heu... épouser Yume. Dis comme ça c'est très bizarre et je lui ai pas demander mais bon. »

Ma question déclencha les rires des trois personnes présentes et je me sentis un peu bête... Pourtant j'étais sérieux !

« Tu l'as, je t'accorde ma bénédiction. En même temps je ne pense pas qu'un jour quelqu'un d'autre me demande la main de Yume. Et puis je ne suis pas vraiment son père alors ça n'a pas tellement d'importance.
-Elle vous considère comme tel alors si ça à de l'importance... Et ne me rappeler pas que je suis maso... »

Ils ricanèrent, on discuta encore un peu et je finis par les laisser, retournant dans le couloir, attendant celle qui deviendrait peut être ma femme. D'ailleurs si elle refusait j'abandonnais.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:25

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Quand je m'étais retrouvée au milieu de la rue, toute la pression et la colère retomba. J'avais été idiote, plus que d'habitude. Sur le coup, face à Yann je m'étais sentie puissante. Mais il fallait que j'accepte la vérité ; j'avais été particulièrement idiote. A présent je m'en voulait. Je ne comprenais pas ce qui m'empêchait de m'excuser, de dire à Yann qu'il avait totalement raison, pour une fois.

Continuant mon chemin je serrais rageusement les poings, des larmes perlaient au coin de mes yeux, mais je les empêchais de couler, pleurer ne servirait qu'à me rendre plus pathétique. J'arrivais à m’insupporter rien que par la pensée, là il y avait du niveau.

Je continuais mon chemin, traversant les rues et les quartiers, croisant de nombreuses personnes et me dirigeant sans m'en rendre compte en direction de mon ancien lycée. Arrivée devant la bâtisse j'eus un mouvement de recul. Combien de temps avais-je marché ?!

Après quelques secondes de réflexions je décidais de rebrousser chemin. M'entourer de lycéens, qui pour certains m'avaient connus, ne me semblait pas être une idée très intéressante. M’apprêtant à partir, une voix m'interpella, m'obligeant à stopper tous mouvement :

« Tu as besoins d'aide ma jolie ? »

L'intonation me rappelait vaguement quelque chose, mais je n'arrivais pas à placer un visage ou même un nom dessus. Je me retournais en direction de garçon m'ayant hélé.

Je le connaissais, lui et ses potes, c'était certains. Le dit garçon se leva pour m'approcher. A seulement quelques mètres de moi, son rictus laissa place à un air étonné. Qu'avais-je encore fait de mal ? :

« Tsubaki ? »

Généralement mes proches m’appelaient Yume, mais je laissais le Japonais me nommer ainsi. Dans mes pensées je ne remarquais pas que le jeune homme m'avait attraper le bras, me forçant à avancer vers son groupe d'amis. Dans quel merdier m'étais-je encore fourré ? :

« Tu te souviens pas de moi ? »

Définitivement non, j'aurais dû ? Les mecs que je considéraient comme étant les amis de mon « kidnappeur » m’adressèrent des sourires. Mais d'où je les connaissaient ? Il ne devaient pas être très intéressant pour avoir si peu marqué mes souvenirs. Au milieu de tout ces garçons il y avait quelques filles, qui m'adressaient des regards noirs. Je voulais bien leur laissé ces garçons, moi j'avais le mien qui m'attendait à la maison, sûrement plus énervé que jamais.

Mais qu'est-ce qui m'étais passé par la tête ?! M'engueuler avec Yann devait être l'une des plus grosses conneries que je n'avais jamais fait depuis ces deux dernières années...

Quelques heures plus tard, à traîner dans la ville en compagnie de mes nouveaux « amis », j'avais appris beaucoup de choses. Comme par exemple que le mec qui m'avait accosté était en réalité Haru, celui qu'Akiko qualifiait de yakuza. De lui, il n'y avait définitivement que son nom qui m'ait marqué.

Je n'aimais pas, ou plus ce genre de type. A se croire au dessus de tout. Il m'énervais si bien que je n'avais qu'une envie ; lui frapper le visage. J'avais essayé plus d'une fois de le semer, lui et ses potes, mais sans que je ne sache comment il avait toujours réussis à me retrouver. Les dieux devaient être contre moi.

Aux alentours de 23 Heures, après qu'Haru m'ait rabâché ses exploits, que je pensais pour la plupart imaginaire, empêcher de rentrer chez moi trop tôt et obliger à prendre un verre avec lui, je me trouvais enfin devant la porte d'entrée de la maison... en compagnie d'Haru.

Ce mec était plus collant que de la super glue et à présent j'ignorais comment j'avais réussis à le supporter étant un peu plus jeune. Il ne voulait pas me lâcher et je commençais à être passablement énervée. Entre rester avec lui ou devoir affronter Yann une seconde fois, mon choix était vite faite. Même si en ce moment la relation que j'entretenais avec l'Anglais s'était énormément dégradée, je préférais sa compagnie à celle du lourd dingue. Essayant pour la dernière fois de me débarrasser de lui j'annonçais faussement désolée :

« Bon, et bien on dirait que c'est ici que nos chemins se séparent. »

J'ouvrais la porte en grand, m'apprêtant à rentrer quand il me répondit :

« C'était cool, tu m'avais manqué. »

J'ouvris la bouche, mais aucuns son ne sortit. Je n'avais pas envie de lui mentir mais je sentais qu'il ne me lâcherais qu'une fois avoir obtenue ce qu'il voulait entendre :

« Ouais, ouais. Je vais te lai... »

Il me coupa en voulant m'embrasser, mais je tournais vivement la tête, lui collant ma main sur la bouche. Il se prenait pour qui lui ? Mon copain, si copain il était toujours question, allait venir lui casser la gueule ! Et si ce n'était pas Yann qui s'en occupait je lui referais moi même le portrait. M'écartant en m'essuyant la main je déclarais :

« A plus, je t'appellerais.
- Mais t'as pas mon numér... »

Je me fichais pas mal d'avoir son numéro ou non dans mes contacts, de toute façon je ne comptais pas lui reparler. Je lui avait claqué la porte au nez, ça lui apprendrait à vouloir toucher mes lèvres. Exténuée je soufflais en français :

« Espèce de petit connard. »

J'enlevais mes chaussures et, relevant la tête, croisais le regard de Yann. Merde... Les ennuis recommençaient. Soupirant faiblement je baissais la tête pour lui lancer :

« J'ai pas envie de me prendre la tête avec toi. »

D'un pas lent, je marchais en direction du salon non sans avoir lancé un petit :

« Désolée. »

J'avais conscience que c'était trop facile, mais je ne voyais pas quoi dire d'autre, réalisant que le seul fait de relancer la dispute ne ferrais rien de bien.

Arrivant dans la pièce convoitée, seulement éclairée par le feu brûlant dans la cheminée, je m'asseyais sur un gros fauteuil, remontant mes jambes contre ma poitrine et observant les flammes danser devant mes yeux.


∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

J'avais attendu longtemps. Très longtemps. J'étais rentré tard mais Yume encore plus. Mais j'avais décidé d'être patient. Très patient. Quitte à attendre jusqu'au lendemain. J'avais donc fait les cent pas, mamie Akiko m'avait raconter tout un tas de truc plus ou moins intéressant, j'avais aussi tenté de dormir contre le mur, j'avais discuté avec Skull et j'avais un peu déconner avec Ren. Oui, j'avais vraiment eu de quoi faire. Ikuto m'avait même apporter à manger.

La nuit était tombé et vingt-trois heure arrivait. Je soupirais longuement en m'étirant, mon ewig me racontait comment il avait réussi à coincé le chat des voisins dans les toilettes, une histoire passionnante que je connaissais déjà par cœur puisque c'était la seule qu'il racontait. Pourtant j'étais sur qu'il avait vécu d'autre chose, mais peut être trop traumatisante pour qu'il se confie. Les chinchillas sont sensibles...

Son histoire fut coupé par du bruit venant d'en bas et je me précipitais presque au rez-de chaussé, ravi de savoir Yume de retour :

« Hé ! Tu veux pas écouter la fin de mon histoire ? »

Je ne lui répondis pas et dévalais les escaliers rapidement pour arriver à une scène des plus... étrange. Elle faisait déjà naître en moi des sentiments contradictoires. Imaginez, votre copine, avec laquelle vous vous êtes disputés, est sur le perron avec un gars, ce dernier à l'air très con, plus que moi c'est pour vous dire, et il tente de l'embrasser mais se prend un gros râteau, vous réagissez comment ? Dans mon cas j'avais à la fois envie de rire et de tabasser à mort ce gars. Comprendre ce qu'il disait aurait été plus intéressant :

« A plus, je t'appellerais.
-Mais t'as pas mon numér... »

Non sérieux, ça veut dire quoi ? Il lui voulait quoi ? Je compris plus facilement ce que signifiait la porte claquée et encore mieux les quelques mots français qu'elle prononça :

« Espèce de petit connard. »

Je souris à sa remarque. Maintenant ça allait mieux, mais ma copine ne le savait pas et j'ignorais si pour elle les choses étaient plus claires. Je ne savais pas du tout comment elle allait réagir.

Alors qu'elle enlevait ses chaussures et releva la tête. Nos regards se croisèrent mais elle ne remarqua pas mon sourire : elle soupira et baissa la tête :

« J'ai pas envie de me prendre la tête avec toi. »

Moi non plus je n'en avais pas envie mais je ne répondis rien. Je la suivis plutôt dans le salon alors qu'elle venait de souffler un « désolé » qui me réchauffa le cœur et me conforta dans l'idée que je faisais le bon choix. Enfin techniquement je ne faisais pas le bon choix, c'était précipité. On était pas en couple depuis très longtemps quand j'y pensais... Et on avait même pas couché ensemble. Mais je l'aimais, et j'étais presque sur que ça durerait encore longtemps. Et si ce n'était pas réciproque et bien... Je le saurais bientôt.

Elle s'installa sur un fauteuil, au coin du feu qui brûlait dans l'âtre et je la contemplais depuis l'embrasure de la porte, appuyer tout contre, les bras croisé sur ma poitrine. Dans un sourire amusé je demandais :

« Et c'était qui ce gars ? J'espère pour lui que je n'aurais pas à le revoir, je t'assure qu'il ne s'en sortirait pas vivant. »

Je m'approchais alors d'elle, et m'accroupissais à son niveau pour planter mon regard dans le sien. J'étais alors très sérieux :

« Peu importe ce qu'il se passe entre nous, que je sois en colère ou que tu le sois tu restes à moi. Et même si ça peu paraître bizarre et égoïste, ne doute jamais de la sincérité de mes sentiments. Je t'aime, quoi qu'il se passe c'est vrai et ça le sera toujours. »

Je lui souris doucement et me relevais. J'aurais voulu l'embrasser et la serrer dans mes bras mais sa position m'en empêchais. Je restais alors debout face à elle, j'espérais qu'elle avait compris que je m'étais calmé. Mais normalement j'avais été assez explicite dans mes paroles.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:35

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Assise sur le fauteuil et le regard toujours perdue dans la contemplation de la cheminée j'entendis du bruit sur le pas de la porte. Je retenais un soupire, je n'avais pas envie que Yann me rejoigne si c'était pour continuer notre dispute, car je savais d'avance que quoique je dise ou fasse, l'Anglais avait raison. Même si ça en foutait un coup à mon ego, il fallait que je l'admette et que je fasse des efforts, au moins pour être plus agréable à vivre.

Je n'entendais pas Yann bouger et j'avais peur qu'il m’annonce que c'était finit, au fond je le comprendrait, déjà que je me supportais moyen alors pour l'Anglais... Je soupirais, m'attendant au pire :

« Et c'était qui ce gars ? J'espère pour lui que je n'aurais pas à le revoir, je t'assure qu'il ne s'en sortirait pas vivant. »

J'esquissais un petit sourire. J’espérais qu'on oublis tout, qu'on reparte de zéro. Je n'avais jamais trop aimé les disputes et j'espérais ne plus à avoir à crier contre Yann ou même l'entendre crier contre moi. Il s'approcha jusqu'à s'accroupir devant moi, plantant son regard océan de le mien et murmurant :

« Peu importe ce qu'il se passe entre nous, que je sois en colère ou que tu le sois tu restes à moi. Et même si ça peu paraître bizarre et égoïste, ne doute jamais de la sincérité de mes sentiments. Je t'aime, quoi qu'il se passe c'est vrai et ça le sera toujours. »

Il termina sa phrase en se relevant, un sourire aux lèvres. J'avais levé la tête pour mieux le regarder, cherchant quoi dire. Mais à cet instant précis je n'osais pas parler, ayant trop peur de tout foutre en l'air, une fois de plus, chose dont je n'avais vraiment pas envie.

Toujours assise, je tendais un bras en direction de l'une des mains de Yann, l'attrapant pour enlacer nos doigts. Préférant à ce moment là les gestes à la paroles. Je baissais les yeux pour regarder nos mains qui s’emboîtaient parfaitement :

« Je ne veux plus avoir à m'engueuler avec toi. On est trop têtus et ça sert à rien à part nous faire du mal. Je vais essayer de changer, de devenir plus agréable, gentille, pour que ça ne se reproduise plus. » Je relevais les yeux avant de continuer. « Je t'aime aussi Yann et t'as pas le droit d'en douter. »

J'avais murmuré ces mots ayant encore peur de rompre le lien qui nous unissais à nouveau. Je laissais passer quelques secondes où le seule bruit troublant le silence était les braises crépitant dans la cheminée.

Doucement je me levais, poussant quelque peu l'Anglais. Je serrais sa main avant de lancer avec un sourire doux :

« Ce gars c'était le « Yakuza » dont Akiko parlait, plus collant tu meurs. »

Je ne savais pas vraiment si c'était réel ou non mais j'avais l'impression que rien ne s'était passé, que nous venions juste de nous retrouver. Pour ma part je ne voulais plus penser à notre dispute, les remarques énoncées, bien que véridique, faisant encore mal.


∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:39

Yann Ash a écrit:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Yume leva la tête, et je plongeais mon regard dans le sien, j'adorais toujours autant me perdre dans ses iris foncés. Elle tendit une de ses mains pour attraper la mienne. Sentir la chaleur de sa paume contre la mienne me fit un bien fou. Pendant tout ce temps sa proximité m'avait manqué :

« Je ne veux plus avoir à m'engueuler avec toi. On est trop têtus et ça sert à rien à part nous faire du mal. Je vais essayer de changer, de devenir plus agréable, gentille, pour que ça ne se reproduise plus. » Je relevais les yeux avant de continuer. « Je t'aime aussi Yann et t'as pas le droit d'en douter. »

Je n'en doutais pas. Enfin j'espérais. Un doux silence se posa et je souris encore une fois. J'étais bien là, avec elle à la chaleur du feu. Elle se releva m'obligeant à reculer et serra un peu plus fort ma main avant de déclarer :

« Ce gars c'était le « Yakuza » dont Akiko parlait, plus collant tu meurs. »

Ça me rassurait. J'étais sur d'être le seul à ses yeux maintenant... Et j'aurais, peut être, bientôt la certitude que jamais elle n'appartiendrait à quelqu'un d'autre. Quoique je ne savais pas trop comment exprimer mes sentiments...

Je plongeais ma main libre dans ma poche à la recherche de la bague. Fermement je refermais mes doigts dessus. Je lâchais le main de Yume et portais la mienne à son visage caressant ses cheveux. Je soufflais doucement :

« Ferme les yeux... »

J'embrassais tendrement son front alors que ses paupières s'abaissaient, je pris doucement sa main gauche à laquelle je glissais l'anneau à l'annuaire. Une chance pour moi je ne m'étais pas tromper pour la taille. Un doux sourire éclaira mon visage :

« Tu peux les rouvrir... »

Le moment me semblait parfait, et je repris sa main dans ma mienne observant le bijou qui étincelait à son doigt. Un léger silence s'installa tandis que je cherchais mes mots... Comment lui demander sans avoir l'air con. S'il y avait bien une chose que je voulais éviter c'était de ressembler à un imbécile dans un moment aussi important :

« Hum... J'ai un peu du mal avec tout ça... Et je sais que c'est un peu rapide, voir même totalement prématuré mais... Comment dire ? »

Je n'étais pas sur d'y arriver. Pourtant il le fallait, je sentais mon cœur s'affoler, je ne pouvais plus faire machine arrière et j'en mourrais d'envie. Mais les mots se bousculaient dans ma bouche et je ne savais plus très bien par ou commencer. Je soupirais alors et repris dans un souffle :

« Je t'aime. Et je veux faire ma vie avec toi, j'ai envie de n'être rien qu'à toi et que tu restes auprès de moi... »

C'était dur de trouver la bonne formulation mais j'y étais presque ! Courage Yann, tu peux le faire. Je respirais un bon coup, prenant sur moi :

« Si je te demandais de m'épouser tu dirais quoi ? »

Faites qu'elle dise oui, faites qu'elle dise oui ! Je la regardais dans les yeux, d'un air sur, absolument résolu à faire d'elle ma femme, à vivre avec elle. Et si elle refusait, si elle s'en allait, alors je chérirais à jamais les souvenirs que j'avais d'elle.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
[Abs] Yume Tsubaki
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 13/11/2011
• Messages : 150

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:46

center>

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Yume Tsubaki
I love you and you are mine Ash.


Je regardais Yann, j'ignorais ce qu'il allait se passer à présent, mais le seul fais de savoir qu'entre l'Anglais et moi les choses étaient en train de s'arranger suffisais à me rendre heureuse.

Ash passa sa main dans sa poche, je ne me posais pas plus de questions, il voulait peut-être se donner un genre. Mais quand il lâcha ma main pour passer la sienne dans mes cheveux, dans mon esprit c'était l'anarchie. Que se passait-il ? Yann prit la parole :

« Ferme les yeux... »

J'étais dubitative. Devais-je vraiment l'écouter ? Après quelques secondes je fermais enfin mes paupières tandis que Yann posait ses lèvres sur mon front. Que faisait-il ? Il attrapa ma main gauche et je sentis quelque chose se glisser à mon annuaire. A ce moment mon cœur s'emballa :

« Tu peux les rouvrir... »

Mon poul s’accélérait tandis que dans mon thorax ma respiration se bloquait. Je paniquais... En ouvrant les yeux la première chose que je vis fût le sourire étincelant de Yann, le garçon qui venait de me passe une bague, magnifique soit dit en passant. J'étais peut-être censée parler, non ?

Yann attrapa ma main et posa son regard sur la bague. Il semblait réfléchir, un sourire attendris prit possession de mes lèvres, mon bébé avait l'air aussi perturbé que moi. Il se lança et je ne me concentrais plus que sur les mots qu'il prononça :

« Hum... J'ai un peu du mal avec tout ça... Et je sais que c'est un peu rapide, voir même totalement prématuré mais... Comment dire ? »

Je le regardais et me sentais tout à cou plutôt mal à l'aise. Il faisait soudainement chaud et l'atmosphère était étrangement lourde. Je repris difficilement mon souffle pendant que Yann, lui soupirait :

« Je t'aime. Et je veux faire ma vie avec toi, j'ai envie de n'être rien qu'à toi et que tu restes auprès de moi... »

Il respira et moi je retenais mon souffle :

« Si je te demandais de m'épouser tu dirais quoi ? »

A mon tour je respirais, je ne me sentais pas trop bien. Je l'aimais, il n'y avait aucun doute sur ce fait, c'était l'homme de ma vie. Mais j'avais seulement 18 ans, j'étais trop jeune, pour certains encore une gamine... Je sentais les larmes monter, il fallait que ça cesse, réellement. La pleurnicharde ce n'était pas moi, non vraiment pas moi.

Je baissais les yeux sur ma main, c'était stupide mais avec une bague comme ça je me sentais plus femme. Je souris à nouveau quand je pensais à ce que Yann avait dut faire pour l'acheter. Il m'aimait assez pour me demander en mariage et moi j'étais assez idiote pour penser à autre chose que lui répondre.

Je me sentais toute excitée. Mais je fis mine d'être calme en parlant :

« Je pense que je dirais quelque chose comme oui, enfin je ne suis pas totalement sûre, tu me connais, je suis une indécise. »

J'attrapais Ash par le menton et rapprochais sa bouche de la mienne pour souffler :

« Je dirais peut-être aussi que je t'aime et que tu es totalement dingue de demander une chose pareil. »

Je me cramponnais à son cou et passais mes jambes autour de ses hanches avant de murmurer :

« Alors comme ça monsieur Ash est du genre à se marier ? »


∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Yann Ash
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 08/01/2012
• Messages : 222

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Always by your side ♥   Mer 31 Juil - 13:52


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“I'm on the top of the world !”

Le coeur battant, la respiration retenue, les mains moites, j'attendais. J'étais en train de marcher sur un fil au dessus d'un fossé et je risquais à tout moment de me casser la gueule. Enfin, il y avait une chance sur deux. Mais j'avais peur comme je n'avais jamais eu peur. La perdre m'était inconcevable. Si elle disait non, mon monde s'écroulerait et il me faudrait un peu de temps pour qu'il se reconstruise. Et puis, pourquoi imaginer le pire ? Elle dirait peut être oui ?

Et je ne pensais plus à rien quand je vis ses yeux s'embuer : était-ce des larmes de joies ou de tristesse ? Elle baissa ses yeux et admira la bague que je lui avais passé au doigt. J'espérais qu'elle lui plaisait, et lorsque cette pensée passa dans mon cerveau, je me sentis d'autant plus con qu'elle n'avait pas encore accepté de faire de moi l'homme le plus heureux sur terre. Et toutes les autres personnes qui avaient prononcé ces mots très sincèrement, avaient tous mentis : personne n'aimait quelqu'un comme j'aimais Yume :

« Je pense que je dirais quelque chose comme oui, enfin je ne suis pas totalement sûre, tu me connais, je suis une indécise. »

Je souris, instinctivement, parce qu'elle faisait de l'humour, parce qu'on était encore ensemble, parce qu'elle m'aimait. Et le fil sur lequel j'avais eu l'impression de marcher devint une poutre, puis un plancher pour finalement se stabiliser et être à nouveau le sol : je ne pouvais plus me casser la gueule, elle avait dit oui.

Elle attrapa mon menton et s'approcha de moi, si près que je sentis son souffle sur mes lèvres, mais pas assez pour que je puisse l'embrasser passionnément :

« Je dirais peut-être aussi que je t'aime et que tu es totalement dingue de demander une chose pareil. »

Comme si elle ne savait pas que j'étais un malade, que j'étais fou, et dans les deux cas elle en était l'unique responsable. L'amour que je lui portais me faisait faire des choses que d'ordinaire je n'aurais jamais ne serait-ce, qu'imaginer.

Et puis elle s'agrippa à mon cou et ses jambes vinrent naturellement s'enrouler autour de ma taille, je passais mes bras sur ses hanches la maintenant contre moi :

« Alors comme ça monsieur Ash est du genre à se marier ? »

Je l'embrassais tendrement, profitant de ce moment de pur bonheur, nous étions fiancés ! Yume était à moi, la femme que j'aimais m'avait dit oui, on était donc sensé tout partager et vivre ensemble jusqu'à ce que la mort nous sépare et très franchement : c'était le programme parfait.

« Qui l'eut cru ? Mais il faut dire qu'il y a une petite japonaise qui a tout chamboulé... »

Je lui souris doucement et la portais jusqu'à la chambre, heureusement qu'elle était aussi légère qu'une plume, car grimpé les escaliers avec une jeune femme dans les bras, ce n'était pas toujours facile. Je la déposais sur le lit et l'embrassais amoureusement :

« Yume Ash, ça sonne bien non ? »

Tout était parfait, et tant qu'elle serait à mes côtés, ça le resterait. Et là, allongée sur le lit, les cheveux éparpillée, elle était encore plus sublime... Je m'allongeais près d'elle et remontais le drap sur nous collant mon corps contre le sien. Cette proximité était tout ce que je demandais. J'étais amoureux d'elle, au point que sa présence m'était indispensable... Je me blottis contre elle et l'embrassais à nouveau, plus fougueusement cette fois-ci.

Happy End ♥

J'étais dans une bulle de bonheur qui ne dépendait que d'elle.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Always by your side ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Always by your side ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» hello from the other side. athéna
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» Changer ou amender la Constitution de 1987 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ AUX ALENTOURS :: •• Là-bas !-