Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Sam 20 Avr - 19:55



Le couvre feu était passé depuis au moins une heure et je continuais de faire ma ronde, histoire d’être sure que plus aucun élève ne trainait dans le coin. Depuis la rentrée, aucun d’entre nous n’avait envie de revivre la même chose. Du coup, nous étions vigilants au maximum. Prince trottinait à côté de moi, cherchant des éventuels élèves qui pourraient échapper à ma vigilance. Même si je connaissais les lieux comme ma poche, depuis le temps que j’étais ici, je n’étais pas infaillible. Personne ne l’était en même temps, du coup, un autre paire d’yeux n’était jamais de trop. Surtout quand les élèves étaient rusés. Depuis le début de ma ronde, je n’avais croisé que quelques élèves retardataires qui s’étaient excusés en me voyant et me juraient qu’ils étaient entrain de regagner leur chambre. Pour le coup, ceux-là, je voulais bien les croire étant donné que je les avais croisés pendant qu’ils courraient dans cette direction.

Par contre, les autres, je ne cherchais pas à savoir s’ils se rendaient dans leurs chambres ou pas. A plus d’un quart d’heure du couvre feu, c’était une excuse assez minable. Bon, ce n’était pas comme si j’avais été un élève modèle, non plus. Du coup, c’était comme ça que j’avais réussi à devenir surveillante, en plus du fait que je n’avais pas envie de quitter l’internat. Pas tant que Lucas ne serait pas retrouvé. L’idée qu’on l’ait enlevé provoquait des frissons d’effroi qui parcouraient mon corps de haut en bas ou de bas en haut. J’espérais vraiment que ce n’était pas le cas et qu’il avait fuit quelque part. Je chassais ses idées de ma tête et me concentrais à nouveau sur mon boulot : trouver les élèves qui rodaient. Sauf que si je me fiais à l’allure de Prince, il n’y avait plus d’élèves dans le coin. Dans un sens, c’était tant mieux, une fois le tour fait, je pourrais me rendre dans ma chambre plus rapidement.

Néanmoins, ce n’était pas parce que j’étais certaine que je ne croiserais plus personne que je n’étais plus vigilante. Je passais dans les moindres couloirs et recoins qui faisaient parti de mon secteur de ce soir. Je ne croisais vraiment personne. Ou bien les élèves étaient tous bien planqués et me passaient sous le nez, ou alors ils étaient vraiment tous bien disciplinés et s’étaient rendus en temps et en heure dans leurs chambres. Ce qui n’était pas plus mal en fin de compte. Ca nous faisait moins de boulot dans un sens. « Tu penses qu’on peut faire demi-tour et aller nous coucher ? » me demanda Prince en baillant. Un sourire se dessina sur mes lèvres et je secouais la tête en levant les yeux au ciel. « Non, on doit finir la ronde, sinon, comment savoir s’il n’y a pas un élève au bout de notre secteur ? ». Ce n’était pas dans les habitudes du coyote d’avoir autant hâte d’aller se coucher. Peut-être avait-il passé une mauvaise nuit ?

Normalement, je le savais quand il lui arrivait quelque chose ou bien quand il dormait mal. C’était la même chose pour lui quand il s’agissait de moi. Mais comme j’avais dormi comme un bébé, je doutais fort que ce soit ça. Après, je pouvais comprendre son bâillement, il était plus de vingt-trois heures et nous étions debout depuis sept heures environ. Arrivait un moment où le corps réclamait ses heures de sommeil. Je lui touchais le sommet de la tête et lui promis : « Dès qu’on a fini la ronde, on prend la direction de la chambre ». Prince hocha la tête en guise de réponse et nous continuâmes à marcher et à chercher les éventuels élèves. Sauf que nous ne croisâmes personnes. Parfois, d’autres surveillants que je saluais rapidement tout en continuant mon chemin. Certains me demandaient combien j’en avais coincé et je n’avais pas de chiffre à leur donner. Eux par contre, ils avaient eu plus de chance que moi en m’annonçant un chiffre entre un et trois, parfois quatre.

J’arrivais au bout de mon secteur de ronde quand je rencontrais un nouveau surveillant. Ou plutôt, une surveillante ; Alexia. Je n’avais jamais eu l’occasion de réellement discuter avec elle puisqu’à chaque fois que j’essayais, j’obtenais que des réponses plus ou moins évasives et par moment des refus de réponses. Nous avions été présentées dans les formes quand j’étais devenue surveillante. Je l’avais toujours connu en tant que tel du coup, quand j’étais devenue surveillante à la rentrée de cette année scolaire, c’était surtout pour ‘la forme’. J’avais vraiment envie de la connaître un peu mieux que ça, mais elle était très distante si bien que ça me dépassait un peu parfois. Je ne lui avais jamais rien fait et pourtant, par moment, j’avais l’impression qu’elle me reprochait quelque chose. Mais quoi ? Enfin, comme une fois n’est pas coutume, je me dirigeais vers elle en souriant tandis que Prince m’annonça le plus simplement du monde « Tu vas encore y laisser tes dents ! ».

- Tiens, salut ! Comment tu vas ?

Okay, on avait fait mieux comme technique pour aborder les gens, mais honnêtement, j’avais quasiment tout essayé avec elle (tout du moins, tout ce que j’avais eu comme imagination) du coup, je préférais faire simple. Je priais juste pour qu’elle ne m’envoie pas sur les roses, sinon, Prince n’aurait pas fini de se moquer de moi encore et encore, comme à son habitude à chaque fois que j’essayais de parler avec Alexia. « Viens pas pleurer après ! » - « Mais je ne pleure pas ! » - « Oui, oui… elle veut pas te parler alors je ne vois pas pourquoi tu insistes… » - « Parce que je suis sure au fond qu’elle est sympa. Elle est juste… timide ? ». Un grondement s’échappa de la gorge de Prince et ce grondement là n’avait rien de menaçant, il se moquait de moi. Je le regardais d’un air légèrement blasé avant de reporter mon attention sur Alexia à qui je souris à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Dim 21 Avr - 17:49

    En pleine nuit, dans les environs de vingt-trois heures, Alexia se trouvait dans les couloirs de l’académie, en train de patrouiller. Elle tentait de coincer quelques élèves désireux de faire le mur, mais cette nuit-là, aucuns élèves n’étaient dans son champ de vision. Soit ils étaient devenus de vrais petits anges ou soit ils étaient devenus plus malin. La rousse optait pour la seconde option, ils avaient sans doute comprit qu’avec cette surveillante-là, ils risquaient gros. En effet, Alexia prenait son boulot à cœur, si bien qu’elle était bien souvent cruelle. Elle mettait des heures de colle très facilement, et ceci sans arrière pensée. En plus de cela, son petit ewig, Diesel, détenait le pouvoir de détecter les mensonges, ce qui facilitait grandement les choses. Celui-ci, haut comme trois pommes, parcouraient les corridors, ce serait plus facilement qu’il pouvait attraper les mutants en fuite. En tant que bonne surveillante, Alexia ne s’était pas encore plainte, ce qui était très impressionnant, même si elle souhaitait regagner son dortoir. Ce n’était pas comme si elle était fatiguée ; son pouvoir le lui interdisait, mais restait seule dans la nuit, à jouer au chat et la souris l’ennuyait.

    Elle croisait par moment quelques surveillantes qui faisaient leurs rondes. Elles ne les adressaient qu’un hochement de tête, mais ne s’arrêtait pas pour parler. Alexia n’était pas du genre à engager la conversation ou même à sympathiser. Elle préférait rester dans son coin, une vraie solitaire la jeune femme. Son ewig aurait bien aimé qu’elle socialise un peu, mais rien n’y faisait. La seule personne à qui elle parlait vraiment était Jace, mais il n’était pas là ce soir, apparemment. Elle soupirait, la rousse avait du mal à être amicale et à montrer grand intérêt à qui que ce soit. De toute manière, dès qu’elle devait parler, elle utilisait son sarcasme, agacer les autres et les décourager. Et puis, si elle se mettait en colère, elle se transformait en une vraie furie. L’attaque des militaires l’avait bien changé, elle avait commencé à penser à peu plus sur elle-même, et comment s’arranger pour mener sa vie au mieux. Mais ses vieilles habitudes ne l’avaient quittés, et donc parler en faisait partie d’une.

    Finalement, elle était tombée sur un élève. Un pincement aux lèvres, elle demandait des explications de pourquoi n’était-il pas dans sa chambre, en train de dormir. Puisque le couvre-feu était passé il y a un moment. Celui-ci, intimidé, avait trépigné une excuse comme quoi il était en retard. Diesel était intervenu lorsqu’Alexia lui faisait la morale, en l’informant qu’il disait la vérité. C’est ainsi que ce mutant avait échappé à la colère de la femme aux cheveux de feu. Une vraie chance. **Et si on rejoignait le dortoir ?** lui proposa son rat. Elle fit la moue, puis bien contente de se débarrasser de sa ronde, elle accepta. Il se faisait très tard, et puisqu’aucuns élèves ne se faisaient voir, cela ne servait à rien de s’attarder. **On y va alors. ** Les deux êtres parcouraient une dernière fois le couloir pour entrer dans une autre section.

    Alexia faillit faire volte-face et partir en courant en voyant Annabelle, un de ces collègues qu’elle n’arrivait pas à supporter. Mais elle l’avait remarqué et marchait vers la rousse, qui se tenait immobile, le visage soudainement fermé. Alex regrettait aussitôt d’avoir prit par ce chemin, maintenant, elle allait devoir faire un effort et ne pas l’envoyer bouler. Ces deux-là avaient du mal à être sur la même longueur d’onde, et ceci à cause de l’indomptable Alexia Sparks. Lorsqu’Annabelle avait commencé dans le travail de surveillante, elle avait été celle à devoir l’aider, et du coup, Alexia avait commencé à faire la gueule. Et en plus de cela, Annabelle essayait d’être sympa et du coup, insistait pour faire la conversation. Décidément, elle ne se décourageait jamais ! Mais que devait-elle faire pour qu’elle lâche l’affaire ? Annabelle n’avait jamais rien fait de désobligeant, elle devait sans doute être une amie formidable mais le problème c’est que Mademoiselle Sparks ne voulait pas d’amis. Elle était immortelle, elle ne voulait pas se lier d’amitiés. Aussi simple que cela.

    - Tiens, salut ! Comment tu vas ?

    Elle soupira intérieurement, criant mentalement qu’elle la laisse tranquille. Mais le silence s’était installé, avec une Annabelle qui souriait. Cette fille-là était vraiment patiente, et ne se décourageait pas facilement, Alexia l’avait bien comprit. Mais comment lui faire saisir qu’elle devait laisser tranquille l’ex-démone ? Fallait qu’elle élabore un plan, un de ces quatre. Diesel lui priait de ne pas trop s’énerver, car après sa collègue n’avait rien fait et ne méritait pas une réponse froide. Mais Alex ne voulait pas d’efforts.

    -Pourquoi est-ce que tu perds ton temps à me parler ?

    Dit-elle finalement, sarcastique, ignorant sa salutation. Sa voix était froide et lointaine, ses lèvres pincées et son visage clairement blasé. Allait-elle partir vexée qu’elle lui lâche un commentaire comme celui-ci ? De toute manière, tous les mutants présents dans cette académie savaient qu’il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse se montrer gentille et réceptive. Même cette attaque n’avait pu la changer. Décourageante ? Peut-être. C’était seulement une des nombreux carapaces de la surveillante. Intérieurement, elle était douce et sympa, mais à la vue de l’extérieur, elle était froide et évasive. Cette carapace serait très dure à percer, puisque cela faisait une centaine d’année qu’elle l’avait. **Tu me désespères parfois** L’intima-son rat. **Mais ce n’était pas toi qui voulait rentrer au dortoir ?** Répondit-elle avec ironie. **Oui, mais pas besoin d’être malpolie et méchante, non plus. ** Alexia soupirait. **Je ne suis pas méchante, je suis honnête. Elle perds son temps, alors pourquoi essaye-elle d’être mon amie ? Je ne veux pas d’amis, simplement la paix. ** Mettant entre parenthèses cette conversation télépathique, Alexia fit face à Annabelle, qu’allait-elle répondre ? Peut-être même allait-elle partir sans un mot. Ce serait une victoire pour Alexia, mais c’était peu probable que sa collègue le lui laisse, ce serait trop facile.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Dim 21 Avr - 22:31



Je ne savais pas trop ce qui me poussait à m’obstiner à essayer d’engager une conversation avec Alexia. Celle-ci n’avait jamais daigné montrer le moindre intérêt pour cela, c’était même tout le contraire, et pourtant, j’étais là, face à elle et je l’avais salué comme si elle et moi parlions en temps normal. Je m’attendais vraiment à tout comme réponse de sa part étant donné qu’elle n’était jamais vraiment enchantée de me voir débarquer. J’avais essayé de l’ignorer, mais c’était vraiment plus fort que moi parce que je ne pouvais pas passer à côté de quelqu’un comme si cette personne n’existait pas. Je savais bien que j’allais encore me faire envoyer sur les roses, et ça, je commençais à y être habituée, malheureusement.

Cependant, je n’allais pas baisser les bras maintenant. J’étais sure et certaine qu’au bout d’un moment, mes efforts paieraient. Peut-être pas au point de faire d’elle ma meilleure amie, ça j’en doutais et je ne pensais pas en arriver jusque là, mais au moins avoir une discussion plus ou moins normale avec elle. On ne pouvait pas dire que je demandais la lune, juste pouvoir avoir une vraie discussion avec elle pour parler de tout et n’importe quoi. Mais dans cette histoire, je devais être la plus enthousiaste des deux. Même Prince essayait de me décourager parce que pour lui, ça ne valait pas la peine qu’on se décarcasse pour essayer de comprendre Alexia. Pourtant, ce n’était pas dans ses habitudes d’être aussi défaitiste.

Comme je m’y attendais, elle me fixait avec un visage fermé qui ne montrait absolument aucun sentiment. Du coup, c’était dur de savoir ce qu’elle pensait en temps normal. Décidemment, je devais être une adoratrice des causes désespérées… Pourtant, j’étais certaine qu’Alexia n’était pas une personne aussi détestable qu’elle ne le laissait paraitre. Sauf qu’il fallait se débarrasser de cette carapace et ce n’était pas une mince affaire. Bien au contraire. Ca pouvait paraitre être une mission suicide. En fait, ça pouvait être considéré comme tel parce que je ne savais pas grand-chose d’elle, mis à part son prénom, ce qu’elle était et le fait qu’elle foutait une trouille bleue aux élèves. Même moi elle m’avait toujours beaucoup impressionnée.

Pourquoi ne l’étais-je plus maintenant ? Et bien je n’en savais trop rien… Peut-être parce que j’avais grandi et puis, ce n’était plus vraiment les professeurs et les surveillants qu’il fallait craindre, c’était les humains normaux. Surtout les scientifiques qui voulaient savoir comment nous fonctionnons. Ce qui me ramenait à me demander où était Lucas... A chaque fois que j’y pensais, je ne pouvais pas me retirer de la tête que l’armée l’avait enlevé pour lui faire subir je ne sais trop quoi… Il fallait réellement que j’arrête de penser à ça parce que ça allait me donner de l’urticaire. C’était normal de m’en faire pour mon frère, mais de là à ne pas avoir de nouvelle de lui après je ne sais trop combien de messages vocaux… Je ne pouvais qu’avoir une seule idée de ce qui lui était arrivé.

Prince lâcha un son qui montrait clairement qu’il se moquait de moi quand j’avais fait la supposition qu’Alexia était peut-être timide comme personne. Ca ne m’étonnait pas de lui, ça ! Il n’était pas pessimiste d’habitude, mais c’était surement à force de la voir me rembarrer qu’il était venu à me conseiller à chaque fois de continuer mon chemin et de laisser tomber. « Ecoute, le jour où elle voudra te parler, elle viendra elle-même te parler, alors arrête de lui courir après. » - « Mais je ne lui cours pas après ! J’essaie juste de prendre des nouvelles. Il n’y a pas de mal à prendre des nouvelles, non ? » - « Non, y’en a pas, mais elle veut pas que tu prennes de ses nouvelles… ». A peine eut-il terminé de me dire ça qu’Alexia me répondit, comme à son habitude.

A force, je ne m’en offusquais plus. Au début, je devais bien avouer que ça m’avait plus que surprise qu’elle me réponde de cette façon, mais après le nombre de fois où je m’étais faite rembarrée… Et bien ça ne surprenait plus vraiment. C’était même le contraire. Enfin bon, à ses yeux, je perdais mon temps en essayant de discuter avec elle. Je haussais les épaules en guise de première réponse. Je sentais le regard de Prince sur moi qui signifiait clairement qu’il avait raison. Je préférais l’ignorer et me contentais de répondre :

- Je n’ai pas l’impression de perdre mon temps.

Peut-être que si, d’un point de vue. Mais du miens, je ne perdais pas de temps. Et pourtant, je n’étais pas forcément d’une patience d’ange sur certains points. Enfin, c’était vraiment très contradictoire tout ça, j’en avais bien conscience, sauf que quand je m’étais fixée un but, je me donnais assez à fond pour pouvoir l’accomplir. Et j’étais du genre optimiste aussi. Bref, il fallait croire que j’avais le profil pour être détestable aux yeux d’Alexia. Sauf qu’il allait bien falloir qu’elle me supporte un petit moment puisque j’étais surveillante et tant que je ne décidais pas qu’il était temps pour moi de quitter les lieux, et bien je resterais ici et je serais la collègue de la jeune femme juste en face de moi.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Mer 15 Mai - 18:52

    Alexia commençait à perdre patience, elle se demandait pourquoi ne pouvait-elle pas juste partir ? Après tout, si Annabelle ne voulait pas la laisser tranquille, Alexia pouvait toujours reprendre son chemin. Quelque chose lui disait que sa collègue ne lâcherait pas l’affaire, et serait même capable de la suivre jusqu’à sa chambre. La rousse montrait son agacement en soupirant, elle essayait de rester impassible mais ça commençait à être difficile. Après tout, l’ex-démone était connue pour son caractère volcanique, personne ne voulait vraiment voir Alexia en colère. Elle devenait chiante et criait à tout-vas. Un élève, par exemple, ne pourrait échapper à des heures de colle, mais que faire avec un collègue ? Elle pourrait toujours la bousculer et lui faire comprendre qu’elle ne voulait vraiment pas être son amie.

    C’était dur de décrire l’expression d’Annabelle, son visage inspirait de l’espoir et de la détermination, mais peut-être pensait-elle qu’Alexia était une cause de charité, un cas désespéré. Si c’était le cas, la collègue pourrait rêver à ce qu’elles deviennent un semblant d’amies. Bref, Alexia n’était pas prête à lui laisser une chance. La femme aux cheveux enflammés regrettait les temps où sa collègue était impressionnée, c’était plus facile à la faire déguerpir… Il fallait qu’elle trouve un autre moyen de la décourager. Mais lequel ? Diesel soupirait intérieurement, lui faisant comprendre que ce n’était pas une solution. Il avait raison, après tout.

    Mais que cherchait Annabelle ? Pourquoi est-ce qu’elle s’entêtait tellement ? Debout dans les couloirs, au beau milieu de la nuit, Alexia ne souhaitait que d’obtenir la paix. Elle ne voulait pas faire confiance à une quelconque collègue, elle voulait être seule, dans son coin. Soupirant une énième fois, sa collègue brune ouvrit la bouche pour parler. Alex ricanait à l’entente de ses mots. Pas que c’était drôle mais que c’était stupide. Bien sur qu’elle perdait son temps ! Était-elle aveugle ? Alexia était un cas désespéré, indomptable elle n’acceptait la sympathie de personne. ** Pourquoi ne pas lui donner une chance, Lexie? ** Proposait-Diesel. Si un animal pouvait sourire, ce rat-là en aura un placarder sur les lèvres. Il rit dans sa tête, sachant bien que la rousse ne serait pas d’accord. ** Et pourquoi ne pas garder notre relation à de simple collègue ? ** Se dit-elle à elle-même. C’est vrai quoi ! Pourquoi était-ce si dur à penser qu’elles ne seraient que de simples collègues de travail, pas d’amitié, juste du respect ? OK, Alexia lui manquait parfois un peu de respect avec ses paroles ingrates et sarcastiques. C’était comme un réflexe de se moquer et de ricaner sous le nez d’autrui. Mais elle n’avait jamais considérée la brune comme un punching-ball. Elles n’étaient plus des ados après tout, autant agir avec maturité. Cette pensée ne lui valut qu’un rire nerveux, avant de s’exclamer :

    -Tu me désespères! C’est plutôt moi qui perds mon temps à tenter de comprendre si tu es débile ou simplement naïve…

    Elle soupira, non, ce n’était pas ce qu’elle voulait dire. Elle n’aurait pas du céder à la colère, mais elle jugeait son action trop tard. Elle n’allait pas s’excuser, ni tenter de retirer ses paroles. Elle était trop fière pour cela. Ce qui été fait était fait, elle savait bien qu’Annabelle n’allait pas renoncer. Au moins, elle avait comprit ça. Ça l’énervait tellement, elle n’aimait pas les personnes qui s’attardaient trop à elle. Sa patience avait des limites, après tout, elle était restée impassible durant à quasiment chacune de leurs conversations.

    Et si Annabelle allait la coller aux basques toute la nuit ? N’était-elle pas fatiguée comme tout le monde ? Ne souhaitait-elle juste pas être sereine dans son lit, prête à dormir alors qu’Alexia allait devoir attendre les heures passer lentement, voir très lentement. La nuit allait être longue si ça continuait comme ça. Après tout, Alexia pouvait bien demandé pourquoi elle mettait tant d’efforts. Des efforts qu’Alexia ne ferait jamais, ce serait trop demandé de sa part.

    -Bah tu n’as qu’à m’expliquer pourquoi est-ce que tu insistes pour qu’on soit amies, ça nous fera au moins un sujet de conversation.

    Il ne fallait pas qu’elle se fasse des idées ; cela ne voulait pas dire qu’elle lui accordait la parole qu’elle était prête à créer un lien avec elle. Et puis, son ton était quelque peu agacé. C’est sûr qu’elle aurait préférée partir sans prévenir. Elle soupirait, puis s’appuyait contre le mur, croisant ses bras. Un sourire en coin sur ses lèvres, elle attendait la question de sa collègue. Elle devinait déjà qu’elle aurait réponse à tout. Pendant ce temps, son rat, Diesel s’approchait de l’ewig d’Annabelle. Son humaine le prévint de ne pas faire ami-ami avec l’ennemi, mais il l’ignorait. Il aimait ne pas prendre en compte Alexia, cela la faisait ragée.

    *Helloow,* dit-il. *Désolé pour la mauvaise humeur de mon humaine, elle est assez spéciale quand elle veut. M’enfin, moi c’est Diesel !*

    Alexia lui lançait un regard noir, elle le détestait parfois. Et puis, elle pensait à l’initiative de se laisser aller et entretenir une relation amicale avec sa collègue. Elle se demandait comment elle devrait se comporter, vu que être sympa n’était pas dans ses habitudes. Elle secouait la tête, ça serait très difficile d’enlever cette carapace. Déjà qu’elle s’était autorisée à montrer son vrai visage avec Jace, elle n’était pas prête à le refaire. Elle était bizarre, en effet, surtout insociable et ermite. Elle ne savait vraiment pas ce qu’Annabelle lui trouvait pour qu’elle insiste autant. En tout cas, le caractère explosif d’Alexia n’empêchait pas Diesel à faire causette avec l’ewig de la surveillante, peut-être que cela l’aiderait même à arrêter de faire la tronche. Ce serait un miracle!


Super désolé du retard! >.<
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Lun 27 Mai - 21:44



On m’avait souvent répété un grand nombre de fois que j’étais une véritable tête de mule qui n’apprendrait jamais rien au bout de la première fois. Je voulais bien l’admettre que j’étais têtue, cependant, je n’étais pas stupide pour autant. Quand je voyais bien qu’une cause était désespérée, je laissais tomber. Pour beaucoup, essayer d’arracher des mots sympas de la bouche d’Alexia était une cause désespérée. Moi, je doutais fort que ça en soit une. Sinon, je ne serais pas là, bien évidemment. Pour moi, ma collègue était simplement une personne qui manquait de confiance en soit pour se livrer et j’étais persuadée que sous sa carapace, c’était une personne comme n’importe quelle autre. Je m’étais faite de nombreuses fois recaler quand j’avais essayé d’être gentille avec Alexia, mais rien n’y faisait. Pourtant, la gentillesse dont je faisais preuve avec elle n’était nullement hypocrite ! C’était tout le contraire, j’étais sincère.

Je voyais bien qu’elle était au bout de sa patience et pourtant, ça ne me faisait pas battre en retraite. J’étais trop obstinée pour ça. Elle pouvait soupirer autant qu’elle le voulait, je n’en démordrais pas : je n’avais pas l’impression de perdre mon temps. Cependant, je pouvais noter un point commun entre Prince et Alexia : eux, ils pensaient le contraire. Mais le coyote pouvait dire absolument tout ce qu’il voulait, il savait bien qu’il n’arriverait à rien sur ce point-là. Depuis le temps que nous nous connaissons, il avait compris que quand j’avais une idée en tête, je ne l’avais pas ailleurs et qu’il était inutile d’essayer de me faire changer d’avis tant que je ne prenais pas moi-même cette décision. Honnêtement, avant de devenir moi-même surveillante jamais je n’aurais cru que je m’obstinerai à ce point pour essayer de la connaître. Il fallait bien avouer qu’elle faisait flipper tous les élèves, moi la première un an auparavant.

Mais il fallait croire qu’on voyait les choses différemment une fois dans le monde adulte. Enfin, je n’avais aucune explication concrète à ce qui me poussait à vouloir la connaître à ce point. « Moi j’en ai une » - « Laquelle ? » - « Tu es très stupide ! » - « Je ne suis pas stupide ! Je suis réaliste, voilà tout » - « On se demande en quoi… Enfin fais ce que tu veux, quand elle t’en aura collé une, tu comprendras peut-être… » - « Hé ! Il n’est pas né celui qui me frappera ! Mes parents ne m’ont jamais frappé alors ce n’est pas aujourd’hui que cela va commencer. » Plus pessimiste que Prince, je doutais fort qu’on pouvait en faire. J’ignorais totalement ce à quoi devait penser l’Ewig d’Alexia, mais j’aurais quand même donné assez cher pour le savoir. Honnêtement, j’aurais espéré un peu de soutien de la part de mon coyote préféré, mais je pouvais toujours courir. Quoi que je devais bien avouer qu’au début, il me soutenait, mais à force, lui, il avait baissé les bras.

Un ricanement s’échappa de la bouche d’Alexia si bien que je ne pus qu’arquer un sourcil et me prendre une énième remarque de la part de Prince qui me faisait bien comprendre qu’il avait raison et moi tord. Je n’y fis pas spécialement attention. Finalement, une énième réplique cinglante arriva et comme à chaque fois, j’accusais un peu le coup en ne montrant absolument rien. Etre impassible, c’était ce qu’il y avait de mieux à faire. Enfin, je crois… Bien souvent, les répliques d’Alexia étaient du même genre. De quoi se protégeait-elle exactement ? C’était ce que je voulais découvrir, mais vu qu’elle ne me laissait pas « entrer », j’allais avoir du mal à le savoir. Enfin, ce n’était pas vraiment ce que je voulais en m’acharnant comme ça à être sympa avec ma collègue, je tenais vraiment à la connaître telle qu’elle était réellement. Elle ne pouvait pas tout le temps être d’une humeur de chien quand même ?

- Ni l’une, ni l’autre, si cela peut aider, répondis-je.

Encore une fois, je restais là, sans bouger. Je savais que ça l’exaspérait, qu’il était tard et qu’elle finirait par me dire d’aller me coucher une bonne fois pour toute pour ne pas avoir une tête de dix pieds de long demain matin quand il faudrait me lever. Or, pour l’instant je n’étais pas fatiguée donc, je pouvais rester là encore un moment. Enfin, c’était déjà un exploit pour moi qu’Alexia ne se soit pas déjà décidée à continuer sa route, me plantant-là comme si je ne lui avais adressé rien d’autre qu’un « bonsoir ». Je m’estimais donc chanceuse parce que c’était déjà un pas en avant pour moi. Un petit, certes, mais un pas quand même. Puis, alors que je commençais à me dire que je n’obtiendrais d’autre pour ce soir, Alexia engagea la conversation. Je sourire se dessina sur mes lèvres parce que j’étais contente de se revirement de situation. Combien de temps allait-il durer ? Je n’en savais rien, mais j’allais profiter du temps qui m’était imparti.

- Amie, je n’en demande pas tant ! Même si serait le must. Non, je veux juste apprendre à te connaître. Et ne viens pas me parler de la personne que je vois juste en face de moi. Je veux connaître celle que tu es derrière ta carapace.

Autant tout avouer tout de suite ainsi, elle saurait ce que je voulais réellement, même si elle devait s’en douter. Même si je voyais bien qu’engager une conversation lui était plus que pénible, il ne fallait pas qu’elle espère que j’allais lui répondre autre chose que ça. Je n’étais pas du genre à répondre quelque chose dans le style « Non bah laisse tomber, salut, à la prochaine ! ». Ca, c’était mal me connaître. Et au fond, j’étais certaine qu’Alexia ne s’attendait pas à ce que je lui tourne le dos pour m’en aller. Pas en aussi bon chemin d’ailleurs. Je lui offris tout de même un sourire amical pour essayer de la mettre un minimum à l’aise, même si je savais que ça ne marcherait pas. Enfin, on pouvait toujours espérer un peu. Ca ne pouvait pas faire de mal.

En attendant, du coin de l’œil, je vis l’Ewig d’Alexia s’approcher de Prince. Je ne pouvais pas entendre ce qu’il disait, mais je pouvais toujours capter ce que disait mon coyote. Enfin, je n’allais pas m’imiter dans sa conversation avec le petit rat. Je préférais reporter mon attention sur Alexia. « Enchanté, moi c’est Prince. Et… Faut excuser Anna parce qu’elle est trop têtue pour laisser tranquilles les gens. » Je crois que ce fut mon tour de tourner la tête vers Prince et le fusiller du regard, mais celui-ci m’ignora aussi fabuleusement que s’il n’avait rien dit.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Ven 14 Juin - 0:42


    Toutes personnes censées auraient déjà tracé sa route depuis longtemps. Alors pourquoi Alexia s’était-elle attardée ? Pourquoi avait-elle débuté la conversation en sachant pertinemment que cela allait l’agacer. Elle ne comprenait pas grand-chose, et même parfois elle s’auto-exaspérait. On avait déjà qualifié d’Alexia de têtue, lorsqu’elle voulait quelque chose, elle allait se battre pour l’avoir. Elle n’allait pas abandonner la partie aussi vite, passer tous les obstacles et empêchements qu’ils pourraient y avoir. Alors dans un sens, elle arrivait à comprendre l’entêtement d’Annabelle. Elle ne voulait s’avouer vaincue juste parce qu’une ermite de plus de cent ans la rejetait. Tous les pics qu’elles lui lancées, Annabelle faisait mine de ne pas les entendre. Toutes ses remarques sarcastiques, voir méchantes ne la décourageait vraiment pas. Même qu’elle lui répondait de la même façon, ce qui fit rire Alexia une nouvelle fois. C’était fou. Alexia comprenait ce point, mais ce qu’elle ne saisissait pas était pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle gagnait dans tout ça ?
    Vint le tour de sa collègue de répondre à sa question. Elle était bizarrement très directe et très franche, ce qui résultait à une expression assez surprise de la part de la rousse. Une partie d’Alex aurait espérait qu’elle baisse les armes et qu’elle abandonne et qu’elle s’en aille. Cela ne lui aurait pas ressemblé du tout, mais au moins, elle aurait eu la  paix.

    -Toi, tu sais au moins ce que tu veux.

    Alexia retint un ricanement, elle n’allait pas l’engueuler, elle avait autre chose en tête. Pour lui faire comprendre qu’on ne parle pas de soi n’importe quand avec n’importe qui. Pour cela, elle prit un air vaincue tout en soupirant. Elle fit mine de baisser les bras, et de prendre une voix calme. Pour une fois, elle n’était pas froide, ni distante.

    -Ouais, t’as raison. Je devrais te laisser une chance et d’arrêter d’être froide et méchante…

    Diesel vit ce qu’elle avait en tête et lui demandait d’arrêter. Ça ne ferait pas avancer les choses. Il trouvait qu’elle était assez injuste et  peut-être même que cette fille pourrait être une amie, si elle lui laisser une véritable chance. La rousse se méfiait des gens, et ne leur accordait pas un regard. C’est vrai qu’elle était assez surprise de voir que sa collègue persistait pour avoir une quelconque relation amical. Or, le mot ‘amical’ n’était surement pas dans son vocabulaire. Diesel était le premier à le remarquer. Alex’ l’ignorait, et déclarait :

    -Je devrais parler de moi-même plus souvent, même si je ne te fais pas confiance et que je ne te connais pas.

    À la mesure de ses paroles, elle reprenait son même ton glacial. Annabelle avait peut-être cru qu’elle allait lui laisser une petite chance, mais finalement, son espoir s’était fait écraser par Alexia dont le visage se laissait indifférent.

    -Tu crois sérieusement que je vais faire confiance à une inconnue. T’es qu’une collègue, c’est tout ce qu’on aura comme relation.

    La rousse passait ses cheveux derrière son épaule, soupirant, laissant échapper un petit rire quand même. Elle n’arriverait jamais à comprendre cette fille-là, elle était bien naïve finalement. Alex n’allait pas la faire confiance comme ça, alors qu’elle ne savait pas ce qu’elle avait derrière la tête. Diesel maugréait quelque chose dans l’esprit de son humaine, soupirant, elle était un cas désespéré, le petit rat commençait à se l’avouer. Il se retournait vers le coyote, qui lui aussi sans doute était un peu dépassé par le caractère de Lexi.

    *Désolé… Au moins, elles ont un point commun ; elles sont toutes les deux têtues comme des mules.*

    Très drôle… Alexia n’aimait pas le fait qu’il fasse ami-ami avec l’ewig de la fille qui l’harcelait. Mais dans un sens, c’était vrai. Lorsqu’elles ont quelque chose en tête, elles sont butées et ne lâche pas l’affaire. C’était au grand désespoir d’Alexia qui ne souhaitait que la paix. Diesel soupira, la nuit ne faisait que de commencer.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Mer 3 Juil - 18:07

Pour une fois que j’obtenais quelque chose de plus ou moins positif de la part d’Alexia, je ne pouvais pas laisser passer cette chance. Il fallait vraiment être idiot surtout maintenant qu’elle me laissait une opportunité de m’exprimer. A force de jouer la carte de la sympathie, peut-être qu’elle me laissait une chance ? Cependant, je n’avais pas envie de m’avancer de trop. Il ne fallait pas abuser non plus, c’était tout de même Alexia, et ça, je ne l’oubliais pas. Je n’étais pas idiote à ce point. Ca aurait été quelqu’un d’autre que moi, peut-être que cette personne aurait oublié à qui elle avait affaire, mais moi, j’étais moi et je ne l’oubliais pas malgré tout. Prince pouvait me traiter d’idiote autant de fois qu’il le voulait, je ne l’étais pas. Têtue, certes, mais pas idiote. A force d’entendre Alexia me balancer des pics, je ne réagissais même plus. Je n’y prêtais plus attention, je faisais comme si elle n’avait rien dit. L’ignorance, parfois, c’était le meilleur remède.

Quand elle me demanda ce que je voulais exactement, je lui répondis franchement que je souhaitais simplement la connaître. Connaître la personne qu’elle était en dessous de sa carapace. Je savais que c’était trop demandé, mais au moins, Alexia connaissait le but que je m’étais fixée. « Tu vas te casser les dents » me fit Prince d’une voix moqueuse. Je levais légèrement les yeux au ciel. Il n’avait pas un brin de positivité en lui. Ca faisait plaisir de voir à quel point j’étais aidée ! Je ne savais pas trop ce que lui racontait le petit Ewig de ma collègue, mais j’espérais qu’il était d’accord avec moi. En fait, je ne savais pas du tout ce qu’il pensait de tout ça, mais penser qu’il était peut-être de mon côté me faisait du bien et me réconfortait, puisque je ne pouvais pas compter sur le coyote qui s’était assis juste à côté de moi. Du coup, et bien je me faisais mon petit scénario. D’ailleurs, rien que pour ça, j’allais demander à Prince ce dont ils avaient discuté et si ce que je pensais était juste ou pas.

J’opinais du chef quand Alexia annonça que je savais ce que je voulais. C’était évident, non ? Enfin, ça, il n’y avait pas besoin d’avoir fait de grandes études pour s’en rendre compte. Sauf que je ne m’attendais pas à la suite de ses paroles. J’arquais un sourcil en l’entendant me dire de but en blanc que j’avais raison. Euh… Je baissais les yeux sur Prince et celui-ci leva les siens vers moi. « Ca pue » déclara-il. Pour le coup, je ne pouvais qu’être d’accord avec lui parce que c’était trop beau pour être vrai. « Je ne te le fais pas dire… Enfin, on va attendre pour voir ». Il fallait bien connaître la suite pour savoir si on s’était fait une idée fausse ou pas. Mais je me doutais bien qu’elle préparait un sale coup. Mais il y avait quand même cinq petits pourcent de chance qu’Alexia soit sincère, non ? D’ailleurs, rien que la suite me confirma ce que Prince et moi avions pensés. Je fronçais les sourcils. Nous y voilà donc !

Du coup, comme je m’y attendais, et bien les paroles d’Alexia ne firent pas vraiment beaucoup d’effet, même si je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir une pointe de déception. Hé oui, il y avait quand même ces cinq pourcents d’espoir qui étaient là et du coup, c’était difficile de l’ignorer. Mais bon… « Qu’est-ce que je disais… » - « Je n’ai pas dit le contraire ! ». Ca, j’avais bien compris que notre relation ne serait rien d’autre que celui qu’on entretenait avec un collègue, mais ce n’était pas pour cette raison qu’il fallait être désagréable avec tout le monde. Du coup, j’en venais à me demander ce qu’il s’était passé dans sa vie pour qu’elle réagisse comme ça à chaque fois qu’on essayait d’être sympa avec elle. Il avait forcément dû lui arriver un truc, sauf qu’elle ne me donnait pas vraiment l’occasion de connaître le pourquoi du comment. Est-ce que c’était si horrible que ça, cette vérité ? Sans doute, étant donné la façon dont elle réagissait.

- Peut-être, mais toi, t’es pas obligée de ne pas être sympa avec les gens pour autant ! Tu comptes passer le reste de tes jours, toute seule, sans personne ?

En temps normal, j’aurais bien dit « jusqu’à la fin de tes jours », mais Alexia ne pouvait pas mourir. Elle était condamnée à vivre pour toujours et seule puisqu’elle ne voulait s’attacher à personne. Après, je pouvais comprendre que c’était dur d’être séparé de quelqu’un après avoir passé sa vie avec, de le voir vieillir alors qu’on ne changeait pas d’un poil. D’accord, je pouvais lui trouver pleins d’excuses, mais n’empêche, ça n’expliquait pas tout non plus. J’étais sans aucun doute trop gentille avec Alexia, surtout que je savais bien que les gens se demandaient comment je faisais pour persister comme je le faisais actuellement. A ma place, ils auraient abandonné depuis longtemps. Sauf que moi, j’étais du genre optimiste et je redoublais souvent d’effort pour obtenir ce que je voulais, peu importait le temps que je mettrais. Si tout le monde devenait pessimiste, on ne s’en sortirait jamais. En tout cas, je sentais bien que Prince était plus que content de voir qu’il avait raison, une fois de plus.

Je savais que j’allais avoir le droit à un discours dans lequel, il allait me demander de la laisser tranquille une bonne fois pour toute. « Je ne te le fais pas dire ! Impossible de lui faire entendre raison. Pourtant, j’essaie ! ». Rien que par ces paroles, je savais très bien de quoi le coyote était entrain de parler avec ce petit rat.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Sam 6 Juil - 16:45

    Alexia s’était vraiment bien doutée qu’Annabelle n’allait pas mordre à l’hameçon. À moins qu’elle soit vraiment débile et naïve. Elle avait vu dans son regard une espèce de petite pointe d’espoir, que peut-être elle était sincère. Mais comme à chaque fois, elle était revenue à la case de départ. Ça amusait légèrement Mademoiselle Sparks, elle eut un sourire en coin qui montrait bien qu’elle aimait prendre sa collègue en bateau.

    Toutes personnes censées auraient déjà abandonné depuis longtemps. Sans doute qu’ils n’auraient pas eu le courage de prendre tête à la rousse car tout le monde savait à quel point elle pouvait se montrer courroucée. Mais non, Annabelle faisait bien l’exception, car elle n’avait toujours pas lâché le morceau. Pourquoi insistait-elle ? N’accepterait-elle pas l’entière vérité sur le fait qu’elle n’allait pas pouvoir ouvrir l’esprit de la jeune femme immortelle ? Fermée comme une huître, elle n’allait pas s’ouvrir aussi facilement. Vieille de bientôt deux cents ans, Alexia était comme une de ces vieilles pies qui se plaignaient et se montraient méchantes avec tout le monde parce qu’elles n’avaient fait que des erreurs dans la vie. Et bien, on pouvait la comparer comme ça, à la seule différence c’est qu’elle était ennuyée par la vie. Oui simplement, qu’elle n’avait plus goût à vivre aussi longtemps. C’était fatiguant. Savoir qu’on a rien à perdre est très décevant et déprimant,  le temps file entre nos doigts mais jamais, elle n’en manqué de ce temps. Annabelle allait vieillir, avoir sans doute une petite famille et tout ce genre de trucs qu’une femme normale souhaitait mais qu’en advenait à Alexia ? Rester solitaire lui coupait de toutes ces décisions qu’enchainer la vie. C’était beaucoup plus simple comme cela. Alors, elle repoussait tout ceux qui essayaient de la percer.

    Après avoir joué son petit numéro qu’elle avait fait tellement bien, mais c’était tellement suspicieux de sa part qu’elle savait dès le départ qu’elle n’allait pas la croire. Soupirant, Diesel lui fit savoir qu’elle n’était pas obligée de se compliquer la vie autant. Qu’elle pouvait simplement partir, et la laisser en plan. Mais la rousse ne bougeait d’un poil. Diesel avait été le seul d’entre les deux qui avait accepté le fait qu’il n’allait jamais pouvoir vieillir pour enfin mourir. Et c’est apparemment lui qui avait fait en sorte pour qu’Alexia mène la cadence et n’abandonne pas aussi vite l’aventure, qu’était-la vie. Un peu surprise, Annabelle explosait, elle lui demandait en pleine figure si elle allait finir seule jusqu’au reste de ces jours. Elle sourit légèrement, remarquant qu’elle avait bien choisit ses mots. « Reste de tes jours » au lieu de « la fin de tes jours ». Et bien, pourquoi posait-elle la question alors qu’elle avait la réponse devant les yeux ? Elle avait déjà Jace qui s’occupait à tenter à la faire reprendre gout à la vie, Annabelle n’y allait pas s’y mettre, enfin ?!

    [color:9233=#purple]-Effectivement, c’est le plan que j’avais en tête.

    Elle lui offrit un beau sourire goguenard. Puisqu’elle ne réagissait plus à ses remarques pitoyablement sarcastiques, elle allait s’y abandonner et l’avait répondu d’une voix calme et neutre. Pas d’agacement, ni de colère. Juste de l’indifférence. Sparks devinait sans aucun mal la réaction de l’autre surveillante ; peut-être allait-elle être surprise d’une telle réponse, que jamais personne ne devrait penser à cette manière. Mais que ferait-elle si elle avait l’éternité devant elle ? Ne serait-elle pas ennuyée par tant de temps qui finissait toujours par filer sans aucune retenue ? Vieillir devait être quelque chose d’effrayant, que l’on redoutait le plus car cela signifiait qu’une existence allait à sa fin. Mais la jeune femme n’avait pas à s’en occupait.

    Diesel discutait avec le coyote. Il approuvait d’un signe de tête, dont l’expression restait sans espoir. Si toutes les deux n’allaient jamais s’avouer vaincue, comment faire ? Le petit rat avait beau essayé de la convaincre d’une réaction, soit partir ou soit s’ouvrir à sa collègue mais elle demeurait de pierre. On aurait dit un mur dans ces cas-là.

    Après un silence à s’affronter par leur regard, celui d’Alexia devint espiègle. Son sourire moqueur s’effaçait et haussait finalement les épaules. Pourquoi ne pas lui laisser une chance, se dit-elle. De toute manière, elle pourrait toujours aller en arrière si elle faisait un pas de trop.

    -Ok, poses-moi les questions que tu veux. Tu verras bien à lesquelles je réponds.

    Simple, clair, net. Si une question était trop personnelle, elle la balayerait d’un regard assassin. Elle se demandait si Annabelle allait la croire. Elle lui avait déjà fait le coup de la mauvaise blague, mais bon, cela l’amusait de la voir peser le pour et le contre de ses paroles. C’est vrai qu’il ne fallait pas tout le temps se fier à elle. Seules au bout milieu de la nuit, Alexia n’aurait jamais cru qu’elle accepte de se faire interroger par sa peut-être –ou pas, future amie qui était en fait qu’une simple collègue.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Lun 15 Juil - 18:05



Si Alexia avait pu penser pendant une seule seconde que je marcherai dans son petit jeu, et bien c’était raté, même si je ne pouvais pas nier avoir eu une petite pointe d’espoir qu’elle s’ouvre réellement un petit peu à moi. Mais heureusement que je n’étais pas naïve au point de réellement placer tous mes espoirs puisqu’elle m’aurait fait déchanter et l’atterrissage aurait été encore plus dur que celui que je venais de vivre. Prince avait raison en affirmant que j’allais y laisser des dents si je continuais comme ça, mais je n’y pouvais rien. Je tenais vraiment à la connaître. Mais ce n’était pas une obsession non plus ! Heureusement que je n’étais pas tout le temps sur son dos. Maintenant je devais bien avouer que quand j’en avais l’occasion, j’allais vers elle et comme bien souvent, elle m’envoyait paitre.

Néanmoins, même si elle avait joué sa méchante, maintenant elle savait ce que j’attendais d’elle. Je ne savais pas trop si c’était un mieux ou pas, mais au moins, maintenant, elle savait ce que je voulais et les raisons de mon acharnement. En temps normal, les gens auraient déjà lâché l’affaire, mais je n’étais pas tout le monde. Certes, je n’étais pas grand-chose dans ce bas monde. J’étais une jeune femme tout ce qu’il y avait de plus normal, sans aucune prétention, sans aucun truc en plus qui me distinguerait des autres. Mais j’avais une volonté de fer que je tenais de mon père. Il fallait bien avoir quelque chose de ses parents, après tout. Fort heureusement, je n’avais absolument rien de ma mère parce que sinon, se serait l’horreur ! Et puis même si j’avais quelque chose de ma mère, je ferais en sorte que ce ne soit pas vrai. Personne ne voulait ressembler à ma mère…

Alexia me faisait penser à ses vieilles femmes aigries qui n’attendaient absolument plus rien de la vie et qui considéraient qu’elles avaient tout vu, tout vécu et qu’à présent, elles pouvaient être les êtres les plus exécrables de l’univers sans qu’on le leur reproche parce qu’au fond, elles n’étaient que de pauvres vieilles femmes… C’était nul comme genre de pensée ! Sauf que quelque chose en moi me disait que ce n’était pas tant parce qu’elle se sentait supérieure à nous, pauvres mortels, qu’elle agissait de cette façon, mais pour une autre raison. Une raison qui m’échappait mais étant donné son silence, je me doutais bien que je ne le saurais pas dans les heures qui suivront, mais plutôt quand j’aurais réussi à faire ce que je voulais, ce qui pouvait être dans très longtemps !

Mais, sa petite blague ne m’avait pas du tout amusée. C’était même tout le contraire ! Alors du coup, je n’avais pas pu m’empêcher de lui demander si elle comptait rester seule pendant le reste de ses jours (donc jusqu’à la réelle fin du monde et encore, peut-être qu’elle survivrait dans l’espace…). Je lâchais un soupire de lassitude quand elle me répondit que c’était bien ce qu’elle comptait faire, le tout ponctuer d’un grand sourire moqueur. C’était désespérant ! Comment est-ce qu’on pouvait se passer de relation ? Comment pouvait-on accepter la solitude sans rien dire ? C’était vraiment un grand mystère pour moi… personnellement, je ne pourrais pas me résigner à vivre seule toute ma vie. Il fallait bien avoir quelqu’un avec qui se rapprocher, sinon, la vie serait nulle et très vide.

En tout cas, si Alexia ne souhaitait pas parler avec moi, son Ewig, lui, ne semblait pas réticent à discuter avec Prince. Le pire dans tout ça, c’était qu’ils s’entendaient très bien. Je pourrais bien m’entendre avec ma collègue, si seulement elle me laissait faire. Mais comme elle ne me laissait pas faire, on ne pouvait pas dire que nous étions les meilleures amies du monde… C’était même tout le contraire de ça. Il fallait vraiment que je sois masochiste pour continuer à  persévérer comme je le faisais. Sauf que je n’étais pas masochiste ! Oh non ! C’était de la détermination, ni plus, ni moins. Après, il fallait juste s’y faire. Quand on regardait bien, j’avais au moins ça en commun avec la jeune femme. Même si ce n’était pas dans le même sens. Nous étions têtues  mais ce trait de caractère ne nous rapprochait pas pour autant.

J’arquais un sourcil quand, après un haussement d’épaule, elle m’annonça que je pouvais poser mes questions, sans pour autant être sur qu’elle y réponde. A nouveau, je me méfiais. Elle venait de me faire le coup, est-ce qu’elle me croyait vraiment assez stupide pour tomber dans le piège ? Je la regardais avec un air un peu suspicieux, sans trop savoir si c’était du lard ou du cochon qu’elle était entrain de me faire. En temps normal, je me serais dit « cool, une opportunité ». Mais deux opportunités en moins de dix minutes d’intervalle… Il y avait de quoi se poser des questions.

- Si c’est une nouvelle farce de ta part, je ne marche pas dans la combine, répondis-je. Donc est-ce que tu vas au moins répondre aux questions ou bien me ressortir ton baratin de tout à l’heure à peine ma question posée ?

Je me doutais bien qu’elle ne répondrait pas à tout. Après tout, Alexia restait Alexia. Mais avant de me lancer là-dedans, je voulais déjà savoir si je pouvais espérer des réponses ou bien une nouvelle blague de sa part.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Katherine [ABS]
MEMBRE
Let me tell you who I am !

• Inscription : 04/06/2011
• Messages : 500

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Mer 7 Aoû - 17:30


    Annabelle n’avait aucune raison de la croire. C’est vrai que parfois, Alexia faisait des « farces » et prenait les gens comme des idiots. C’était sa façon de faire, le sarcasme faisait partie d’elle. Une attitude qu’elle avait reçue au cours des nombreuses années qu’elle avait vécu. C’était drôle de la voir peser pour le pour et le contre, discerner le vrai du faux, Sparks sourit légèrement alors qu’elle détournait la tête. Elle s’était adossée contre un mur, les bras croisés. Que ferait-elle si Annabelle ne l’avait pas gardé ici pour lui tirer les vers du nez ? Rien de particulier, si ce n’était que de finir sa ronde et de faire passer le temps dans sa chambre.

    - Si c’est une nouvelle farce de ta part, je ne marche pas dans la combine, répondis-je. Donc est-ce que tu vas au moins répondre aux questions ou bien me ressortir ton baratin de tout à l’heure à peine ma question posée ?

    Sa collègue était méfiante, alors elle allait droit dans le but, lui demandant si c’était un autre de ses tours ou simplement la vérité. Pour toute réponse, Alexia haussait les épaules, esquissant un sourire pauvre.
    C’était quand même marrant de voir que sa collègue essayait vainement de tisser un lien entre elles. Annabelle était certes agaçante, mais pourrait être une bonne amie pour Alexia. Si elle lui laissait une chance évidemment. Mais que l’intriguait-elle ? Selon Sparks, sa vie était à présent nonchalante. Elle avait vécue toute sorte d’aventures, mais maintenant, c’était ennuyeux. Elle avait débarqué en tant que surveillante dans l’académie, même si elle n’appréciait pas vraiment les adolescents.

    -Ne tente pas le diable non plus.

    Répondit-elle enfin. Donc en gros, à sa manière, elle avait dit qu’elle allait répondre à quelques questions. Il ne fallait pas pousser non plus, elle n’allait pas accepter de parler de choses trop personnelles. Donc voilà, Alexia rangeait sa fierté de côté –pendant un moment du moins, et attendit une éventuelle question de la part d’Annabelle. Et puis, qu’avait-elle à perdre de toute manière ?


Désolé, super en retard et très court ><
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   Dim 18 Aoû - 15:48



La croire ou pas, je n’en savais strictement rien puisqu’avec elle, il était difficile de savoir avec exactitude ce qu’elle préparait. Du coup, avec cette deuxième proposition, je ne pouvais que me méfier puisque la première avait complètement raté. Et je m’étais faite envoyer sur les roses de la plus magnifique des façons. Donc rien de plus normal que cette fois-ci, je me méfiais. Je n’avais pas envie qu’elle me refasse le coup une deuxième fois. Finalement, je fus prise d’un léger doute. Alexia ne semblait pas être du genre à faire deux fois de suite le même coup. Je me doutais bien qu’elle ne répondrait pas à toutes mes questions ou bien dans leur intégralité, mais j’allais me contenter de ça parce que c’était un excellent début. Et puis, comme elle le disait si bien : je savais ce que je voulais.

En guise de réponse, j’eus le droit à un simple haussement d’épaules et un pauvre sourire qui ne voulaient absolument rien dire. Du coup, je devais prendre ça comment, moi ? Je ne voulus pas demander à Prince ce qu’il en pensait car je savais à l’avance qu’il me dirait de plier bagages et d’aller me coucher sans chercher plus loin que le bout de mon nez. Du coup, je ne pouvais que compter sur moi-même pour trancher. Ce qui était assez malheureux d’ailleurs parce qu’en temps normal, je pouvais compter sur mon Coyote pour me dire quoi faire ou pour me guider tout simplement. Mais là, je savais bien qu’il ne m’aiderait pas pour deux ronds. Un peu plus et je commencerais à croire qu’il était du côté d’Alexia. Cela aurait été le cas que cela ne m’aurait pas étonné. Normalement, il n’était pas censé être de mon côté ?

Peut être parce que je restais silencieuse, Alexia parla. Devais-je interpréter ses paroles comme étant une invitation ? J’avais bien compris qu’elle ne répondrait pas à toutes mes questions ou tout du moins pas complètement. Mais j’allais me contenter de ça. Je n’étais pas trop gourmande. Surtout que je savais que ce n’était pas la bonne méthode avec Alexia. Je voulais profiter de cette opportunité qu’elle m’offrait, même si je craignais fortement de le regretter plus tard. Après tout, avec elle, on ne savait jamais réellement à quoi s’attendre… Du coup, je réfléchissais un peu à ce que j’allais lui demander parce que je voulais surtout ne pas poser une question qui lui ferait prendre la mouche ou que sais-je encore. Le sujet Alexia était trop délicat pour ne pas être pris au sérieux.

- Très bien. Si jamais je te demande quelque chose qui ne faut pas, tourne simplement la tête vers la gauche, je n’insisterai pas sur le sujet.

Si je lui demandais ça, c’était uniquement parce que je n’avais pas envie qu’elle me parle à nouveau méchamment. Je n’étais pas une âme sensible, je pouvais supporter une dispute et même plus, mais je n’avais pas envie de me battre avec elle, encore. Déjà que c’était un grand pas vers l’avant qu’elle m’autorise à lui poser des questions. Je n’avais pas envie de tout foutre en l’air. Donc si en effet, Alexia tournait la tête à une de mes questions, je passerai à autre chose. Et puis, je ne pouvais pas la forcer à me répondre. On ne le pouvait pas, tout simplement. C’était comme essayer de guérir un malade qui ne voulait pas être soigné. Certes, la situation était extrêmement différente, mais le principe était plus ou moins le même. Je me mordillais légèrement la lèvre inférieure pour trouver comment tourner ma question puis j’ouvris la bouche :

- Pourquoi refuses-tu tout lien ?

J’avais déjà une légère idée de la réponse, mais ce que je supposais n’était peut-être pas la réalité. Je n’étais pas dans la tête d’Alexia. J’étais dans la mienne et c’était déjà amplement suffisant.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alpha Tango à Charlie Bravo, pas d'élève en vue ! [Pv Alexia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gotan Project revisite le Tango
» Le Tango Corse
» Alpha Condé élut président de Guinée
» Bravo au Nouveau Gradue!
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ ETERNAL TIME :: •• Internat :: •• Lieux Intérieurs-