Eternal Time ♪


 

Partagez | 
 

 Long Way Back... (part II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Long Way Back... (part II)   Mer 6 Mar - 19:44

Long Way Back...

Gwendolyn regarda Iris , mi-incrédule, mi-amusée, et lui répondit:

- Oui oui, je suis à pied. Ne te plains pas, au moins tu seras à Eternal plus rapidement que moi !

La jeune fille sourit en baissant la tête. Elle n'avait pas tort, mais la route promettait d'être glissante. Enfin, qu'importe, un bon bain chaud, une jolie tenue et une soirée de fête avec Gwendolyn, à danser et à oublier le reste...cela valait bien une vingtaine de minutes à vélo sous la pluie. Elle lui proposa de se retrouver à 20h dans le hall de l'Académy, ce qui lui semblait parfait.
Pauvre Gwendolyn, le retour allait être dur...
Les jeunes filles arrivèrent sur le parking. La bicyclette d'Iris était seule, au beau milieu du vaste terre-plein. Seule, désespérément seule sous cette pluie drue. Iris n'avait pas prévu de sac plastiques et se tremper le derrière...mais rien n'allait entamer sa bonne humeur ! Snow, lui, semblait n'avoir qu'une envie: rentrer. A peine le vélo dans son champ de vision qu'il avait couru pour se faufiler dans le panier avant, attendant son âme en remuant la queue. Gwen et Iris se retrouvèrent devant le vélo quelques minutes plus tard et s'arrêtèrent. La jeune fille aux cheveux roses souria à sa nouvelle connaissance qui lui répondit, le ton enjoué:

- Allez, file avant que ton Ewig s'impatiente. Je vais rentrer en trottinant, ça va terminer mon sport de la journée. On se retrouve à 20 heures !

Iris hocha la tête, secoua sa main en voyant Gwen partir et s'abaissa pour enlever la chaîne retenant son vélo. Elle se hissa sur la bicyclette et commença à pédaler. La pluie tombait fort, baignant les joues d'Iris, lavant l'esprit de ses doutes, de ses peurs, de ses ressentis, laissant place à un monde purifié, une page blanche où tout recommencer.

La route était rocailleuse, et Snow faisait de petits sauts dans le panier, ne facilitant pas le trajet à Iris. Elle faillit glisser sur une plaque de fer au niveau de la ville, eu du mal à avancer sur l'herbe et à y voir clair lorsqu'elle rebondissait sur le pavé, mais, au bout de cette vingtaine de minutes elle se trouve finalement face à l'Académy. La jeune fille regarda autour d'elle, mais se doutait bien que Gwendolyn n'arriverait qu'après elle. Elle alla donc ranger son vélo, passa par le hall d'entrée et grimpa les escaliers quatre à quatre, Snow la suivant de près. Il se faufila entre ses jambes en accélérant pour se poster devant la porte de leur chambre, impatient.
Iris enfonça la porte après l'avoir ouverte et se dirigea vers la salle de bain sans se poser de questions tandis que Snow la suivait, à la recherche d'un serviette dans laquelle il pourrait s'emmitoufler.

La jeune fille se déshabilla, s'assit dans baignoire et fit couler l'eau brulante sur sa peau. Elle fut parcourue d'un frisson...qu'est ce que c'était agréable: Elle aurait pu y passer des heures...

Elle sortit, une demie heure plus tard, sous une grande serviette chaude, fébrile à l'idée de la soirée qu'elle allait passer!
Son jeune lynx était allongée sur son lit, en train de se reposer pendant qu'elle cherchait une tenue pour le soir...il était presque 19h! Elle se posta devant son armoire et l'ouvrit...Alors, alors...qu'allait-elle porter ? Elle hésita quelques instants avant de faire son choix: Un short taille haute gris, un tshirt noir, à manches courtes, transparent, un collant noir opaque, une paire de bottines grises à talons aiguilles, une pochette noire pailletée et son perfecto: sa veste-doudou. Iris enfila le tout, rajouta quelques bracelets à ses poignets et retourna à la salle de bain, où elle releva ses cheveux pastels en queue de cheval, tira un trait d'eye liner sur chacun de ses yeux, mis un peu de rouge à lèvre et s'aspergea de parfum.
La jeune fille évitait les couleurs trop criardes, étant donné que sa chevelure, qu'elle adorait, était déjà assez vive: Elle préférait donc le noir, le gris, le jean ou les teintes naturelle et les tons pastels.

19h30. Iris se fit chauffer des restes de pâtes au fromage de la veille et s'assit sur sa couchette pour manger tandis que Snow avalait goulûment un bol de lait. Ils partagèrent quelques biscuits en guise de dessert et, à 20h55, sortirent de la chambre pour se diriger vers le hall ! Iris descendit les escaliers quatre à quatre et arriva au point de rendez vous. Elle était la première. La jeune fille enfonça sa tête dans son écharpe grise en attendant Gwendolyn...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Mar 12 Mar - 19:04


LONG WAY BACK (partie II)

J
e regardai Iris s'en aller au loin sur son vélo, son Ewig dans le panier. Je poussai un profond soupire, levant les yeux au ciel en écartant les bras en signe d'impuissance.

- Mais c'est pas possible, fallait vraiment que tu t'abattes sur moi maintenant hein ?

En tant que réponse, j'entendis que le grondement lointain du tonnerre. Un frisson me remonta le long du dos alors que Sweet tentait de me motiver en m'hurlant dans mon esprit. Si j'avais froid et que je me sentais mouillée, alors elle aussi et le fait qu'elle soit à l'abri ou non ne changerait pas grand chose à ça. Je me résignai et je me lançai à travers la campagne à un bon rythme.
Iris avait déjà disparu à l'horizon et je retirai mon capuchon. Il ne me servait plus à rien, il avait pompé toute l'eau et mes cheveux étaient trempés. Je faisais mon possible pour contrôler mon souffle et mes pas, mais c'était pas gagné surtout que je piquais des accélérations qui me fatiguaient plus qu'autre chose. Je voulais vraiment rentrer vite mais le trajet était long. Mais quelle idée de faire du jogging en hiver par un temps incertain !

J'ouvris violemment la porte de ma chambre, si fort qu'elle sembla faire trembler les murs. Je ne m'en préoccupais pas, jetai mon iPod - en espérant qu'il fonctionne encore- sur mon lit et m'enfermai dans ma salle de bain. Je retirai à la vitesse de l'éclair ces habits trempés qui me congelaient et je me glissai sous la douche d'eau bouillante. La sensation du chaud-froid n'était pas très agréable certes mais je voulais juste me réchauffer le plus vite possible.
Après avoir savonné mes cheveux d'un shampoing à la noix de coco et m'être lavé avec mon gel douche au chocolat -oui ça existe *w*-, je sortis de ma douche dans un nuage de buée et emballée dans mon peignoir. J'avais passé au moins trente minutes sous l'eau, si ce n'était pas plus d'ailleurs ! Je mis vite fait mes affaires trempées sur le radiateur, puis me rendis dans ma chambre et me plantai face à mon armoire ouverte. Bon, une question se posait: qu'est-ce que j'allais mettre ce soir ? Je n'avais pas envie de mettre une robe, il ne faisait pas assez chaud dehors et j'avais déjà eu assez froid pour aujourd'hui ! J'attrapai un des sous-vêtements, un leggings effet jean noir et un t-shirt ample à courtes manches gris souris orné de discrètes petites paillettes. J'enfilai le tout vivement avant de sortir mon sèche cheveux et une fois secs, je décidai de les laisser au naturel. J'attrapai mon maquillage, me dessinai un trait de crayon noir, me mis du mascara, une légère couche de fard bleu pour faire ressortir mes yeux, du fond de teint, un peu de blush et un peu de gloss. Je cherchai un peu dans mes bijoux. Je trouvai le bracelet d'argent avec un pendentif d'étoile que Scott m'avait offert et des grandes boucles d'oreilles créoles.

J'étais prête, fiouf, il était 19h50. Je me posai sur mon lit, pris un paquet de biscuits qui traînait par là pour me remplir un peu l'estomac et attrapai mon portable pour consulter les dernières nouveautés de Facebook. Après dix minutes qui m'en parurent deux, je jetai un oeil à mon réveil et constatai qu'il était déjà 20h. Je poussai un petit cri, fouillai dans mon placard à la recherche de chaussures: je trouvai des chaussures à talons noires. En tant que veste, je pris la première que j'avais sous la main et se fut mon manteau bleu marine. Pendant que je bouclais mes gros boutons, je fis venir à moi mon porte-monnaie et mon portable dans mes poches de veste avec ma télékinésie, et j'étais prête. Ma salle de bain était dans un désastre apocalyptique, mais je partis sans m'en soucier en manquant de coincer la queue de Sweet en fermant la porte.
Je descendis les escaliers en trombe, je faillai trébucher sur la dernière marche. Iris était déjà là. J'espérais qu'elle n'attendait pas depuis trop longtemps. Un sourire navré sur les lèvres, je passai ma main dans mes cheveux, un peu gênée.

- Excuse-moi du retard, t'attends pas depuis trop longtemps j'espère ?!

Je pris le temps d'observer son habillement. Iris portait un short à taille haute par-dessus un leggin opaque, un t-shirt noir, quelques bijoux et un perfecto par-dessus le tout. Elle avait coiffé ses cheveux rose d'une queue de cheval et s'était légèrement maquillée. En plus, elle sentait bon le parfum. Voilà ce que j'avais oublié, le parfum ! Au moins, j'avais pensé au déodorant. Quoi que...

- En tout cas, tu es très jolie ! Et en plus, tu sens bon ! lui fis-je avec un gros sourire. Allez, la pluie s'est calmée. Autant en profiter avant de se reprendre une averse sur la tronche !

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Dim 17 Mar - 20:55

Long Way Back...



Iris entendit des pas dans les escaliers qui se rapprochaient et, lorsque Gwendolyn apparu dans mon champ de vision, elle manqua de tomber en dévalant les dernières marches.
Finalement, elle se retrouva devant la jeune fille, un sourire désolé aux lèvres:

- Excuse-moi du retard, t'attends pas depuis trop longtemps j'espère ?!

Iris secoua la tête négativement en souriant, lui faisant signe de ne pas s'inquiéter. Elle jeta un rapide coup d'oeil à la tenue de Gwen: Elle était très jolie. Au moment où elle allait lui faire remarquer, celle-ci ouvrit la bouche:

- En tout cas, tu es très jolie ! Et en plus, tu sens bon ! Allez, la pluie s'est calmée. Autant en profiter avant de se reprendre une averse sur la tronche !

Iris baissa la tête en souriant sous le compliment. Ce parfum était le préféré de sa petite soeur. Lorsqu'elle était plus petite, il lui arrivait d'aller trouver la nuit, alors qu'elle avait fait un cauchemar. Iris allait s'asseoir à la tête de son lit et lui caressait les cheveux doucement jusqu'à ce que Cher s'endorme. Et alors, quand elle devait aller se coucher, elle aspergeait un peu de son parfum, pour que sa soeur ait l'impression qu'elle soit encore là, près d'elle, même dans son subconscient. Ce qu'elle lui manquait...Elle ésperait que Cher se souvenait d'elle, se souvenait de ces bons souvenirs, se souvenait de ce parfum des nuits de peurs et de réconforts...

-Je te retourne le compliment ! Oui, allons-y !

Les jeunes filles se mirent en route dans la fraîcheur de cette fin d'hiver. La lune était déjà haute dans le ciel, et loin de la pollution, le scintillement des étoiles était éblouissant. Iris marchait la tête renversée, les yeux perdus dans le ciel et le sourire aux lèvres.
Finalement, elle baissa la tête et l'inclina pour s'adresser à son amie:

- Waouw, ça fait un bail que je suis pas sortie comme ça ! Ça va être vraiment sympa !

Avant d'arriver à Eternal Time, Iris sortait pas mal... Son père se fichait un peu qu'elle rentre tard, il avait prit ses distances avec elle depuis qu'elle avait découvert son pouvoir. D'accord, il fallait avouer qu'elle ne se souvenait pas bien de toute ses soirées, et pas seulement à cause d'un défaut de mémoire...Mais elle n'était pas du genre à faire des choses totalement irréfléchies en soirées. Elle en gardait toujours de bons souvenirs !

Elle marqua une pause avant de reprendre:

- Et sinon, tu viens d'où ?

La jeune fille aux cheveux roses pensa à Londres, au marché de Portobello et à ces petites maisons colorées, à l'odeur de l'herbe mouillée par la fine pluie, au petit jardin derrière sa maison, et à la vue qu'on a du premier étage du bus, et aux ballades sur Brick Lane, et aux gens pressés, aux gens heureux, aux gens aimables et aux gens ne regardant pas devant eux, ces gens, tous ces gens autour d'elle...Et aujourd'hui, quelqu'un était à côté d'elle, quelqu'un qui avait des souvenirs dans un endroit cher, quelqu'un de souriant, d'adorable, quelqu'un qu'elle voulait toujours apprendre à connaître.

Iris et Gwendolyn arrivèrent au niveau de la ville, et si ses souvenirs étaient bons, la Discothèque ne devait plus être très loin. Elle se rendit compte qu'elle avait hâte, vraiment hâte d'y être.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Mer 20 Mar - 21:06





V
ous ne pouvez pas savoir à quel point je me sentais bien ce soir-là. Je me sentais forte, je me pensais capable de révolutionner le monde et d'entraîner des millions de personnes à mes côtés. Eh oui moi, petite Gwendolyn que je suis, je me sentais réellement revivre. Je respirais à plein poumons, mon coeur battait, l'état d'Eternal était revenu à la normal. C'était comme une renaissance, le début d'une nouvelle vie, de nouveaux espoirs.

Iris baissa la tête sous le compliment que je lui avais adressé. Je cherchai à deviner ses traits de visage, car je ne savais pas si elle était affectée par le compliment ou alors que ça lui rappelait un bon souvenir. Les deux cas étaient possibles, peut-être même s'agissait-il des deux à la fois.
Elle se redressa et me dit:

-Je te retourne le compliment ! Oui, allons-y !

Un gros sourire aux lèvres, je lui fis un signe de tête en direction de la porte et nous sortîmes du hall.
Dehors, l'air était frais et humide, preuve que nous n'étions pas encore à la saison chaude et qu'il faisait un temps pluvieux. Je jetai un regard vers le ciel: quelques nuages gonflés d'eau étaient éparpillés dans la voûte et les étoiles et la lune étaient clairement visibles. La nuit étai tombée depuis quelques heures, même si les jours ne cessaient de se rallonger et les nuits de se raccourcir. Iris était comme moi, le regard plongé dans les cieux. Puis elle remarqua, un énorme sourire peint sur son visage:

- Waouw, ça fait un bail que je suis pas sortie comme ça ! Ça va être vraiment sympa !
- Tu rigoles, on va s'amuser comme des folles ! :D

Je ris.
Avant d'être arrivée à Eternal, il m'arrivait très peu de sortir. J'avais bien des amis - qui ne connaissaient pas l'existence de mon pouvoir - mais mes parents restaient en général assez réticents. Et puis sortir, ce n'était pas ce que je préférais. Quand je vivais chez moi, tout ce que j'aimais c'était me renfermer sur moi-même et jouer de la guitare encore et encore. Mais une fois que je fus arrivée à l'académie, je me suis bien vite rendue compte que ce n'était plus possible et ça dès le premier jour. Je pensais être seule dans la forêt, mais Scott est arrivé et j'ai constaté que j'avais pris plaisir à papoter de tout et de rien avec lui. Depuis, je me suis ouverte aux autres. J'ai osé me révéler telle que je le suis réellement. Je n'avais plus de raison d'avoir peur de mes différences puisque d'un côté, nous étions tous pareils à Eternal Time.

- Et sinon, tu viens d'où ? demanda-t-elle

Je souris. J'avais eu la chance de retourner deux fois chez moi depuis que j'étais arrivée ici. La première fois seule et sans prévenir personne pour annoncer à mes parents l'heureux évènement et retrouver un peu de calme. La deuxième, c'était avec Sebastian quand Lluvia venait de naître et que nous avions été submergés par tous ces évènements imprévisibles. Je fermai les yeux quelques instants pour revoir cette petite maison de campagne, dans un village de tout juste mille habitants. Tout le monde se connaissait, on se sentait bien dans ce village du sud de la France. J'aimais me souvenir du chant des cigales en été, des joies de l'hiver quand la neige se décidait rarement à tomber, les après-midis de printemps passés à découvrir les nouvelles fleurs naissantes dans le jardin ainsi que d'être émerveiller quand le vent soufflait et balayait les feuilles jaunes, oranges voire rouges des arbres aux alentours. Avant d'être arrivée à Eternal, je me disais que comme je contrôlais mon pouvoir, je pourrais poursuivre ma vie comme si de rien n'était dans mon pays d'origine. Mais désormais, je n'osais pas m'imaginer ma vie sans cette académie. Elle m'avait apporté des mauvaises choses, mais principalement des bonnes et des souvenirs que je n'oublierai jamais.

- Je viens d'un petit village dans le Sud de la France. Et toi ?

Les lumières de la ville s'approchaient de nous. Bientôt, la route fut bordée de maisons et de petits immeubles. L'artère principale se divisait en crescendo en petites rues. Les architectes de Forest Hill avaient eu la bonne idée de construire la discothèque dans les alentours de la ville et non dans le centre, pour déranger le moins de personnes possible. Et au moins comme ça, ça rapprochait l'académie de la discothèque.
D'ailleurs, on semblait pressée d'y arriver. Les insignes lumineuses se firent voir à quelques pas de nous. Plus on s'en approchait, plus un gros sourire s'étendait sur mes lèvres. On allait pouvoir s'éclater comme pas possible ! Quand on arriva devant la bâtisse, on entendait déjà la musique battre son plein malgré les murs for bien insonorisés. J'adressai un sourire impatient à Iris et ouvris la porte. Il y avait un guichet avec un homme qui fumait un cigare derrière la vitre. Son visage tirait un rictus maussade, il était mal rasé et affalé sur sa chaise. Il ne donnait pas envie d'entrer dans la discothèque, mais bon. Je lui donnai l'argent nécessaire et lui confiai mon manteau qu'il accrocha dans le dressing dans son dos. Quand il se fut occupé d'Iris, je me tournai vers elle:

- Alors, prête pour une soirée de ouf ?



Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Jeu 28 Mar - 20:35

Long Way Back...


Iris répondit distraitement qu'elle venait de Londres, mais les lumières de la villes se rapprochaient à mesure qu'elle s'avançait dans la nuit noire et son sourire s'élargissait à chaque pas. Les habitations se faisaient de plus en plus nombreuses, et la lueur des néons fit son apparition dans la pénombre. La discothèque. D'ici, on entendait la pulsation de la musique. Gwen s'approcha de la porte, me sourit, excitée, et la poussa.


L'entrée était baignée d'un lumière froide et peu avenante, tandis que l'homme assis au guichet nous regardait entrer d'un air blasé, soufflant la fumée de son cigare sur la vitre un rictus étrange aux lèvres. Gwendolyn paya son entrée, et il grogna le prix d'une voix rauque avant de prendre le manteau d'Iris. La jeune fille s'éloigna en sautillant, suivant Gwen vers la grande salle.

La piste de danse était pleine, une odeur d'alcool et de sueur régnait dans l'air, les lumières étaient aveuglantes et la musique faisait battre le coeur de la jeune fille à un rythme élevé. L'ambiance classique d'une discothèque. Iris se fixa le bar pour repère puis se tourna vers son amie, criant pour couvrir le son:

"Viens, je te paye un verre et on va danser !"

C'était bête, mais il était vrai qu'il était plus facile de se mettre dans l'ambiance avec un peu d'alcool dans le sang. Iris n'était pas une grande consommatrice d'alcool, loin de là, mais il lui arrivait de se faire plaisir à certaines occasions. Une soirée en discothèque était typiquement ce genre d'occasions.

Le jeune fille joua des coudes pour arriver jusqu'à l'endroit où les boissons étaient servies, s'affala sur le bar et commanda deux cocktails avant de se retourner pour regarder les gens danser sur la piste. Elle sourit une énième fois à Gwen avant de se retourner pour récupérer les deux verres qui venaient d'être servis. La jeune fille commença par siroter sa boisson. Fraîche et goûteuse. Iris savait bien qu'elle ne tenait pas vraiment l'alcool et qu'il finirait par faire son effet. M'enfin bon, elle ne comptait pas se priver ce soir. Oublier, et partir un peu plus loin que le quotidien, un peu plus loin que les tracas qui l'oppressait. Un peu plus loin que la vie, un peu plus loin que la mort, un peu plus loin que tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était.


Les énormes enceintes crachotèrent un son avant de reprendre, et Iris sourit en commençant à taper du pied au son de la musique. De cette musique.

"J'adore cette chanson, on va danser ?"

Elle, levant son verre au dessus de la foule, se fit une place sur la piste et fit signe à Gwen de la rejoindre. D'habitude, elle était d'un naturel timide, et mettait un petit moment avant de se lâcher complètement, mais aujourd'hui, elle avait l'impression que le monde lui appartenait, et peu lui importait le regard des gens sur elle. Tout son corps vibrait, elle lançait des regards rieurs un peu aux hasard autour d'elle, croisant ceux des autres danseurs parfois. La jeune fille leva les yeux, en regardant les spots lumineux qui l'éblouissaient. Elle sourit encore un peu plus si c'était possible. Elle but les dernières gorgées de son verre, et soudain, lorsque le liquide doucereux lui brûlait agréablement la gorge, elle se sentait bient. Pleine, juste. A sa place. Et elle savait que cet instant était unique, et rare, et qu'importe la suite, qu'importe le reste, ce souvenir resterait gravé dans sa mémoire, et cette nuit serait celle d'un nouveau départ et d'un long retour.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Sam 13 Avr - 15:46





I
ris m'apprit qu'elle venait d'Angleterre, et plus précisément de Londres. A l'instant où elle avait prononcé ces mots, mes yeux s'étaient mis à scintiller. Londres ?! J'avais toujours rêvé d'y aller. En fait, j'ai toujours adoré voyagé mais malheureusement, mes parents n'avaient pas énormément les moyens et on se contentait de quelques petits week-end au bord de la Méditerranée en France. Mais si mon salaire me le permettra, j'adorerais aller faire un tour du monde. Des amis à mes parents avaient déjà fait un truc dans le genre et ils en étaient revenus enchantés. Mais ça demandait beaucoup d'argent et de temps et surtout il fallait tout bien préparé à l'avance pour ne pas avoir affaire à de trop gros imprévus. Mais qui sait, si un jour je deviendrai une chanteuse connue, peut-être que j'arriverai à faire le tour du monde simplement lors de tournées mondiales ?

Remplies de motivation pour une soirée de fou, Iris et moi entrâmes dans la discothèque. La piste de danse était pleine de personnes qui se trémoussaient et une odeur d'alcool flottait dans l'air. Tout ça me fit monter une tonne d'adrénaline dans le sang et je sentais d'avance que cette soirée allait être mémorable. Mon amie se tourna vers moi, lança un regard vers le bar et hurla pour se faire entendre par-dessus les basses de la musique:

"Viens, je te paye un verre et on va danser !"

Je lui adressai un sourire et on se dirigea vers le bar. On dut se battre pour réussir à l'atteindre, car la salle était vraiment pleine. Pourtant, on était en pleine semaine ! Une idée me traversa alors l'esprit: aurions-nous vraiment l'esprit d'aller en cours le lendemain ? Arriver bourrées en classe n'était pas forcément le bon plan. Autant sécher ! Une fois arrivée au bar, Iris commanda deux cocktails et m'adressa un sourire auquel je répondis. Tous ces gens qui se mouvaient dans tous les sens, ça me donnait tellement envie de faire comme eux ! Pour une fois, l'ambiance était au rendez-vous. Car la dernière fois que j'étais venue avec Max, c'était moi et rien que moi qui avait embrasé la salle avec une de mes chansons !
Les boissons servies, je remerciai Iris d'un signe de tête avant de prendre mon verre. Dos au bar, je commençai à boire ma boisson en observant la foule. Apparemment, il n'y avait aucun joli garçon solitaire à aller draguer. Quoi qu'il y avait quand même quelques groupes de quelques personnes masculines uniquement. Oui, car je ne tenais pas à m'attirer les foudres d'une demoiselle en essayant de draguer son copain.
Le cocktail était vraiment bon. L'alcool alluma un brasier agréable dans le fond de ma gorge et je bus peut-être un peu trop vite parce que je me sentis flotter quelques secondes. Je ne tenais pas bien l'alcool et je le savais plus que bien, car ça m'avait déjà joué des tours et pas que des bons. Mais ce soir-là, j'étais décidée à faire attention. Eh puis cette fois-ci, Iris serait aussi là pour me résonner si je viendrais à faire des énormes conneries. A moins qu'elle soit elle aussi totalement dépassée par l'alcool.

Pourtant, je rejetai toutes ces arrières pensées comme si elles n'avaient jamais existé. Je ne voulais pas savoir, je ne voulais me soucier de rien, ne rien regretter de cette soirée quitte à ce qu'elle devienne notre petit secret entre Iris et moi.
Une nouvelle musique débuta, et Iris paraissait la connaître et l'apprécier. Souriante, elle se tourna vers moi:

"J'adore cette chanson, on va danser ?"
- J'te suis !

On leva bien haut notre verre pour éviter de nous faire bousculer et de renverser son contenu sur nos habits. Se serait pas cool si on puerait l'alcool à peine que la soirée venait de commencer. On parvint à se frayer une place parmi les personnes mouvantes et on se mit à danser en reprenant régulièrement des gorgées de notre boisson. Je me sentais décoller. J'avais sauté sur un nuage et je m'envolais loin de tout. Cette soirée nous appartenait rien qu'à nous deux. Nous avions besoin d'oublier. Et pour rien au monde je ne regretterai tout ce que je ferai ce soir-là parce que c'était pour moi que je le faisais.
Une fois mon verre terminé, je lançai le récipient plastique dans la foule derrière nous. Peut-être que quelqu'un l'avait reçu dans la tronche mais je n'entendis rien.
J'étais trop loin de la réalité et trop bien pour recevoir une seule onde négative. Et j'avais envie d'en reprendre encore. Encore et encore, sans jamais m'arrêter et jusqu'au bout de la nuit. Avait-on inventé l'alcool pour ça ? Pour qu'on se sente mieux dans notre peau et que l'on rejette nos soucis ? Ca ne m'étonnerait même pas. L'homme avait trop peur de ses problèmes, et il était capable de tout pour les renier au plus profond de sois.

Sans trop savoir pourquoi, j'éclatai d'un rire cristallin et ampli de joie. Puis j'hurlai un "whoooooooou!" sur la musique et commençai à agiter mes cheveux sur le rythme du son. Une personne qui dansait vers moi me donna un coup de coude mal intentionné et il se tourna vers moi. Je lus sur ses lèvres qu'il m'adressait un "désolé" et je lui répondis d'un sourire en coin charmeur. D'ailleurs, je crus comprendre à son propre sourire que je lui plaisais. Homme châtain aux yeux noisette, il devait avoir la vingtaine d'années et il était vêtu d'un simple polo gris aux manches retroussées et d'un jeans. Le pauvre, avec la chaleur qu'il faisait dans la discothèque, il devait vraiment mourir de chaud.

- Viens j'te paye un verre, fit-il avec un clin d'oeil
- Volontiers ! Mais à condition que tu en prennes un troisième pour ma pote.

Fronçant les sourcils, il se pencha sur le côté pour regarder derrière moi et découvrir qu'en effet, je n'étais pas seule. Son regard alla de mon amie à moi et de moi à mon amie. Il gardait une mine incrédule et mon esprit trouva deux explications: petit 1, il pensait qu'on était bi, petit 2, ça lui faisait chier de payer un verre pour une deuxième fille. Enchantée, je posai une main sur son épaule et dit:

- T'en fais pas, on est pas bi.

Son soupire fut si fort que je l'entendis par-dessus la musique et il leva les yeux au ciel. Alors je compris que c'était le petit 2.
Cependant, il sembla pris d'un élan de générosité et nous accompagna au bar. Je me retournai distraitement pour adresser un sourire de vainqueur à Iris tandis que le bel inconnu commandait trois nouveaux cocktails.

[Sorry, me semble que c'est un peu pourri tout du long mais faut que je me remette dans le bain des rps. XD]



Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Sam 27 Avr - 21:53


Long Way Back...
"Remember how we used to party up all night"


Alors que la tête d'Iris lui semblait de plus en plus légère, qu'elle avait comme l'impression de voler, elle aperçut Gwen parler avec un homme. Un grand gaillard aux cheveux châtains, qui faisait un peu trop "propre sur lui" pour Iris, et qui devait surtout mourir de chaud avec le polo gris qu'il abhorrait. La jeune fille blonde avait elle conscience du sourire charmeur qui était venu se former sur ses lèvres ? Peut être pas. Toujours était-il qu'il n'était pas étonnant qu'il l'ai remarqué. Elle était lumineuse, resplendissante. Iris eut l'impression que le jeune homme lui jeta un rapide coup d’œil et que Gwendolyn avait prononcé quelque chose comme "On n'est pas bi"...Mais avec le son des basses qui lui hurlait dans les oreilles, elle s'était peut être trompée. L'homme, qui avait l'air jusque là confiant, semblait maintenant hésitant, un peu contrit.

Puis, Gwendolyn lui sourit distraitement avant de se retourner pour suivre l'inconnu. La jeune fille aux cheveux roses pencha la tête, lui adressant un sourire interrogateur avant de la suivre.
Ce n'est que lorsqu'elle arriva au bar qu'elle comprit que l'homme souhaitait leur payer un verre...même s'il semblait plutôt s'intéresser à la lycéenne. Qu'importe, Iris prendrait cette boisson comme une victoire sur ce petit orgueilleux qui rechignait à lui payer un verre. Elle sourit doucement. L'alcool commençait à faire son effet: C'était typiquement le genre de gamineries qu'elle pouvait penser avec quelques grammes dans le sang. Mais cela tenait plus qu'à ça...
L'homme...il semblait étrange...Iris avait du mal à comprendre ce qu'il se passait à l'intérieur d'elle, c'était une sensation qu'elle n'avait pas souvent. Comme si une ombre planait sur le tableau. Il la mettait mal à l'aise, c'était plus qu'une intuition. C'était quelque chose de concret. Et qui disait concret chez Iris disait mensonge...
La jeune fille secoua la tête et prit le verre que lui tendait le barman. C'était sûrement n'importe quoi. Cet homme pouvait se montrer orgueilleux, il n'était sûrement ni un menteur, ni encore moins dangereux pour les deux amies. Son pouvoir n'allait pas lui gâcher une autre soirée, mais il était vrai qu'au contact de l'alcool, celui-ci avait tendance à s'exacerber...Ou bien au contraire à être moins tangible, si bien qu'Iris ne savait jamais vraiment sur quel pied danser.

Enfin, elle ne laisserait sûrement pas ce pouvoir, ce fardeau lui gâcher sa soirée! Iris se retourna vers la bar: Derrière, un charmant barman la regardait, souriant. Iris lui rendit son sourire, amusée. Celui-ci préparait les boissons des clients en lançant des coups d'oeils à la jeune fille, ce qui lui laissait tout le loisir de le détailler tandis que Gwendolyn était avec celui qui avait payé le verre qu'Iris était en train de finir: Un grand gaillard brun aux cheveux en pagaille, aux yeux noisettes, portant un tshirt noir et un tablier noir noué à la taille par dessus son jean...Il avait l'air jeune et était plutôt séduisant. Finalement, ce petit jeu continua quelques minutes avant que le jeune homme ne vienne vers elle, remplisse un verre et lui fasse glisser sur le comptoir:

"Cadeau de la maison..." Fit il d'une voix douce.
"Dans ce cas..." Murmura Iris avant de prendre la boisson dans ses mains.

Elle but une petite gorgée et reposa le verre.

"Dis...Tu la connais? C'est ton amie? " avait articulé d'une voix soucieuse en désignant Gwendolyn du menton.

Iris regarda dans la direction de la jeune fille en hochant la tête:

"Oui, on est venues ensemble...pourquoi ?"
"Parce que...ce gars...il est pas très net...il vient souvent ici, je crois qu'il à quelques ennuis avec la justice...Juste...Faites gaffe!"

La jeune fille au cheveux roses hocha la tête en fronçant les sourcils, mais ne retint pas vraiment la remarque du jeune homme: Elles étaient assez grandes pour s'occuper d'elles...non?


Code © Nowadays



[HRPG: Bon je suis désolée, c'est en retard et tout crado vu que j'ai pas pu mettre le code css et les couleurs sur mon portable! Je change ça dès que possible!]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Mer 15 Mai - 20:15





A
utant le dire, sous l'emprise de l'alcool et sous ma promesse d'éloigner loin de moi tous mes problèmes ce soir, j'étais complètement obnubilée par le charme du garçon qui nous avait offert notre verre à moi et à Iris. Il portait un sourire charmeur, même carnassier, et j'étais trop saoule pour en déduire qu'il cachait quelque chose de louche. Nous enchaînions sourire sur sourire, regard sur regard, échangions parfois quelques mots, puis des petits rires. Je jetai de temps en temps un coup d'oeil pour Iris, car nous étions avant tout venues ensemble et je ne voulais pas qu'elle s'ennuie seule dans son coin. Mais apparemment, elle semblait avoir attiré le regard du barman et ce dernier lançait souvent des coups d'oeil en direction de... Du beau gosse juste devant moi. Oui, car je ne connaissais même pas son prénom.

- Ho fait, c'est quoi ton p'tit nom ? hurlai-je par-dessus la musique
- Damien. Et toi ?

La petite minette blondinette que j'étais aurait-elle la présence d'esprit de révéler son prénom à un bel inconnu ? En temps normal, peut-être pas. Mais puisqu'elle était déjà bien bourrée, bien sûr que oui !

- Appelle-moi Gwen !

Mais oui Gwenou. Tu t'en mordras les doigts, et tu apprendras à tourner sept fois la langue dans ta bouche avant de parler, même quand t'es bourrée.
Damien et moi terminâmes nos verres, puis il me tendit la main pour m'inviter à aller danser. Je lui offris mon plus beau sourire et le suivit, toute heureuse d'avoir trouvé un beau garçon pour occuper ma soirée. Je laissai Iris avec son nouvel ami et je commençai à danser avec Damien. Lui aussi semblait à fond dans la fête, mais paraissait totalement lucide. Si j'aurais eu un peu moins d'alcool dans le sang, j'aurais peut-être senti ce sentiment d'insécurité qui flottait autour de lui. J'aurais mieux fait de ne pas croiser son regard, de faire comme s'il ne m'avait jamais bousculé. Mais c'était bien trop tard.
Damien se pencha vers moi.

- Ca te dit, on va prendre l'air ?
- Oui bien sûr ! Mais faut que j'aille prévenir ma pote avant.
- Tu veux vraiment la traîner partout avec toi comme ton ptit chien ?!

A ce moment-là aussi, j'aurais dû remarqué sa voix qui haussait d'un ton, visiblement agacé. Mais non, je n'avais rien vu, et je me contentai de lui répondre le plus clairement possible.

- Non, bien sûr que non. Je vais juste lui dire que je sors pour pas qu'elle s'inquiète si elle me trouve plus.

Je lui souris, lui fis signe de m'attendre là, avant de me retourner dans demander mon reste. Je rejoignis Iris au bar, je me penchai vers elle, un large sourire peint sur mes lèvres.

- Si tu me cherches, je suis dehors avec Damien. On fait pas long, t'inquiète.

Puis je me retournai sans lui donner le temps de m'offrir une réponse et rejoignit le jeune homme.

- C'est bon ?
- Nikel ! On y va !

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Sam 25 Mai - 10:12


Long Way Back...
"Remember how we used to party up all night"
Iris finissait son verre lorsque Gwen arriva pour la prévenir qu'elle sortait. Celle-ci hocha la tête en souriant: La jeune fille était contenté que Gwen passe une bonne soirée et qu'elle soit en compagnie de cet homme qu'elle semblait apprécier. Si son esprit n'avait pas été si ocuppé par la musique, le beau barman en face d'elle et surtout par l'alcool, elle se serait inquietée: Mais les conseils du serveur étaient entrés dans une oreille pour sortir par l'autre. Gwen pouvait parler avec un garçon sans qu'il représente une danger pour elle, et puis elle était majeure, Iris ne voulait pas gâcher sa soirée alors qu'elle était largement capable de s'occuper d'elle même. Tiens, elle était majeure? Iris n'en savait rien, elle ne lui avait pas posé la question. Si elle ne les avait pas, elle les faisait largement. Oui, elle devait avoir plus de 18 ans..

La jeune fille aux cheveux roses, elle, savourait son répit: La sensation oppressante qui la tenaillait quelques minutes plus tôt s'était envolée. Encore un effet de l'alcool: à jeun, elle aurait fait le rapprochement avec le départ de Damien, et aurait facilement trouvé la source de son malaise. Mais cette idée ne lui avait même pas effleurée l'esprit et Iris continuait tranquillement sa soirée.
D'ailleurs, pour le moment, celle-ci se passait à meveille. Elle avait bu sûrement trop, mais le charmant brun du comptoir, qui avait pas mal de travail, revenait toujours à elle, leur permettant de poursuivre leurs conversations par dessus le bruit de la musique. Ils étaient partis sur des débats musicaux et Iris tenait de retenir la masse de titres qu'il lui avait conseillé. La jeune fille voulait le faire sortir de son bar quelques minutes, le temps d'une chanson, et celle qui arrivait lui donnait le parfait prétexte pour lui faire oublier son travail. Après moult supplications de la part de la jeune fille et d'autres encore de la part du jeune homme pour que ses collègues le couvre si leur patron arrivait, il finit par rejoindre Iris que la piste de danse sous le regard noir des autres à qui il laissait une masse de travail pendant ces deux minutes trente.

La musique était énergique et ils ne se quittaient pas des yeux, éclatant de rire à certains moments et le sourire aux lèvres la plupart du temps. Ils finirent la chanson éjectés de la piste, affalés sur dix tabourets, épuisés mais toujours en souriant, n'ayant pas assez de souffle pour échanger un mot. Lui retourna en vitesse derrière le bar, s'assurant que le boss n'était pas venue, et Iris se réinstalla au comptoir, demandant un énième verre. Elle ne savait plus très bien à combien elle en était, mais elle sentait ses jambes faiblir un peu. D'un autre côté, elle n'avait aucune envie de se restreindre ce soir.
Une demie heure avait du passer, et Iris n'avait absolument pas pensé à Gwen qui devait encore être avec Damien. Son nouvel ami, lui, semblait se souvenir d'elle:

" Au fait, elle a disparue ta pote?

-Qui ça? Ah non, elle est venue le voir tout à l'heure pour me dire qu'elle allait prendre l'air avec ce type, là...
-Depuis combien de temps?
-Bah je sais pas, une demie heure, trois quart d'heure peut être...
-Tu sais je plaisantais pas quand je disais de faire gaffe avec lui...
-Oh, mais t'inquiètes pas vas, elle a pas 8 ans! Si ça peut te faire plaisir je vais voir où elle est, mais t'en fais pas, on est suffisamment grandes pour se gérer!"

Sur ce, elle se retourna et partit en direction de la sortie, dans le but de trouver Gwen, juste la voir quelque part histoire de s'assurer que tout allait bien, même si Iris n'en doutait pas le moins du monde.
Pourtant, au fur et à mesure qu'elle s'éloignait de la discothèque, elle commençait à être nerveuse. Gwen n'était pas aux alentours: Où avait-elle bien pu passer. Elle croyait se souvenir que son amie lui avait dit qu'ils ne seraient pas longs: 45 minutes, on pouvait considérer ça comme long?

"Gweeeen? Gwendolyn, t'es là?"

Le cœur d'Iris battait plus vite que la normale: Il fallait qu'elle se calme, tout allait bien et Gwendolyn allait revenir. C'était normal qu'elle ai ou partir y peu loin un peu longtemps avec un beau garçon, elle n'y resterait pas indéfiniment...
Iris reprit le chemin de la discothèque, se rassurant comme elle pouvait en appelant le nom de son amie dans le silence du soir brisé par le rythme des basses de la discothèque où elle revenait.


Code © Nowadays


Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Jeu 30 Mai - 14:07




D
es fois c'est comme ça, on se dit qu'on aurait mieux fait rester au lit le matin-même. Des fois on se dit que l'on n'aurait pas du vivre certaines journées de nos vies, parce qu'elles sont trop mauvaises, trop tristes, trop nocives. Ce qui nous reste en souvenir, c'est toujours les moments les plus marquants. Et les moments de tristesse ou de peur, sont ceux que l'on garde le plus longtemps. On se remémore tout, on se souvient du moindre détail. Parfois c'est de notre faute, alors on se sent coupable. Parfois c'est de la faute des autres, alors on a le sentiment de les détester. C'est comme ça. Et cette soirée, je m'en souviendrai encore longtemps, pour sûr...

C'était toute souriante que je prenais Damien par la main pour l'amener vers la sortie. J'étais d'une euphorie inquiétante, et lui paraissait s'en réjouir d'un air malsain sur son visage que je ne savais décrire. J'avais trop bu, assez pour que je ne puisse plus discerner le bien du mal. Et pour moi, Damien avait tout l'attitude du garçon le plus gentil de la terre. Malheureusement, tout ça n'était qu'une façade et ça n'était pas le cas... Du tout. Toute personne censée aurait su voir ce regard pervers, ce sourire sadique qui s'étendait sur ses lèvres. Que j'étais naïve ! L'alcool ne me poussait décidément qu'à faire des conneries.
Je poussai la porte d'une sortie de secours et nous nous retrouvâmes dans une petite ruelle sombre. Cette porte c'était un peu celle qu'on nommerait de "l'entrée des artistes" et on se retrouvait par conséquent dans un endroit pas très fameux... A cause de l'humidité de la pluie, il faisait frais dehors et un frisson me fit frémir et j'attrapai la chaire de poule sur mes bras nus. Mais mon visage était saisi de bouffées de chaleur et je n'avais en aucun cas la sensation d'avoir froid. Damien passa ses mains sur mes bras pour les frictionner et murmura:

- Viens, je veux te montrer quelque chose.

Ma main glissa dans la sienne et je lui souris. Nous nous enfonçâmes dans des dédales de petites ruelles sombres. Le garçon aurait pu dire "viens dans ma voiture, j'ai des bonbons et un petit lapin à te montrer" que j'y aurais mordu à l'hameçon. Maintenant que j'y repense, j'ai vraiment envie de m'énerver contre moi-même d'avoir été si puérile. Ran, et puis pourquoi l'alcool avait toujours l'effet de me faire faire des conneries hein ?! C'est pas possible ça..!
Tout se passait bien, on parlait de tout et de rien. Cela faisait quelques longues minutes que l'on marchait, et je commençais à m'impatienter.

- Dis, c'est encore loin ? m'enquis-je

Damien sourit, jeta un regard dans notre dos, puis face à nous. Comme s'il cherchait quelqu'un. Mais il n'y avait personne, les rues étaient désertes. Et justement, c'était ça le problème... Il n'y avait pas un chat. Alors le jeune homme me saisit par les épaules et me plaqua avec force contre le mur le plus proche. Je laissai échapper un ptit "hééé mais ça va pas t'es cinglé ou quoi ?!" et un sourire sadique s'étendit sur son visage. On aurait dit un lion qui s'apprêtait à bondir sur une gazelle tant son expression était devenue inquiétante tout à coup. Il approcha sa tête de la mienne, me crachant son haleine fétide en plein sur moi. J'eus un geste de recul et tournai la tête pour ne pas avoir à le regarder.

- Mais ça va pas ?!
- Écoute ma jolie, on va faire un deal d'accord ?
- Lâche-moi !

Alors il sortit un couteau de nulle part et le coinça sous ma gorge. La fraîcheur de la lame me fit frissonner. C'était pas un couteau comme les autres... C'était un gros poignard bien, très bien aiguisé. Je déglutis avec peine, sentant mon coeur battre à mille à l'heure dans ma poitrine. Alors une question se posa:
Ma fin était-elle arrivée ?
C'est pas possible enfin ! J'avais échappé à des situations plus critiques que ça ! J'allais pas me faire égorger par ce petit con... Si ?
La lame se balada sur mes clavicules, mon cou, descendit un peu dans mon décolleté sans trop insister. Mais si je ne coopérais pas, je n'osais pas penser à ce qui m'arriverait...

- Alors, cocaïne, ecstasy, peut-être de la beuh ? Tu veux bien m'acheter quelques trucs nan ? Sinon je peux aussi te faire voir autre chose, hm ?

Je ne le regardais toujours pas, mais mon coeur battait si fort que ma respiration était devenue haletante comme si j'avais couru le cent mètres. Damien, lui, prenait un malin plaisir à me titiller le cou et le décolleté avec son couteau. Je devais trouver un moyen de m'échapper, vite, ou sinon...
Alors, je réagis au quart de tour. Je redressai vivement la tête, et le poignard m'entailla légèrement la peau: mais mes veines gonflées par l'adrénaline ne ressentirent rien. Je pris le contrôle de sa main, l'arrêtant dans ses mouvements. Puis je lui fis faire un geste brusque qui lui fit lâcher son arme des mains et, dans un instant de surprise, j'eus le temps de me libérer des ses bras. Je ne réfléchis plus et je commençai à courir.

- Mutante ! T'es une sorcière ! Reviens ici petite salope !

Le coeur au bout des lèvres, je l'entendis se lancer à ma poursuite. Jamais je n'aurais cru que courir avec des talons serait si difficile. Je manquais de trébucher au moins une dizaine de fois sur une poignée de mètres. Une fois, ça finit par arriver et je m'écrasai sur les genoux en grimaçant. Paniquée, je me retournai. Damien n'était pas très loin, mais j'eus le temps d'enlever mes talons. Je me relevai, regardai une nouvelle fois derrière moi. Il était juste là. Je n'attendis plus, et lui lançai une chaussure dessus, puis la deuxième avant de reprendre la fuite. Je n'aimais pas forcément le sport, mais j'avais toujours été douée quand on devait courir vite. Surtout qu'avec tout ce que j'avais couru ces derniers temps, je m'étais encore endurcie dans cette matière.
A force de courir, de tourner à gauche, puis à droite et encore à gauche, je finis par le semer et à me perdre. Je ne connaissais pas ce quartier, mais tout ce que je voulais, c'était retrouver la discothèque pour me fondre dans la masse. Car à partir de là, je pouvais tomber sur lui à tout moment et c'était d'autant plus stressant.

Épuisée par ma course folle, je me cachai derrière un container pour reprendre mon souffle. Mon adrénaline retomba lentement et bientôt, je sentis ma petite blessure au cou me picoter. Je passai ma main dessus pour essuyer le sang, puis serrai mes bras contre mon ventre pour calmer le poing que j'avais à cause de ma respiration irrégulière.
J'étais terrorisée au moindre son que j'entendais. J'avais peur que Damien me retrouve et qu'il me fasse la peau... Puis soudain, j'entendis une voix connue hurler mon prénom. Elle continuait d'appeler, encore et encore. Je bondis sur mes jambes et courus dans la direction de la voix le plus vite que je pus. Je me retrouvai une dizaine de secondes plus tard près de la discothèque et Iris était là. Profondément heureuse de la retrouver, je bondis dans ses bras et la serrai fort contre moi. J'avais une égratignure dans le cou, mal aux genoux et j'étais pieds nus et décoiffée. Me voilà dans un bel état..!

- Ho Iris ! murmurai-je la voix tordue par des sanglots qui me serraient la gorge

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Sam 1 Juin - 20:20


Long Way Back...
"Remember how we used to party up all night"


Alors qu'elle se résignait à attendre sagement le retour de son amie dans la boîte de nuit, tentant de combattre son inquiétude, Iris entendit des pas rapides derrière elle, un souffle saccadé qui arrivait dans sa direction. La jeune fille se retourna vivement et découvrit Gwendolyn qui courait vers elle: Avant qu'elle n'ait eu le temps de détailler ses pieds nus, l'estafilade qui lui barrait la gorge ou ses cheveux qui folâtraient dans tous les sens, Gwnedolyn se jetait dans ses bras alors qu'Iris resserrait son étreinte, en fermant les yeux, tentant de se persuader que ce n'était pas vrai.

"Gwe...Gwendolyn...qu'est ce qui se passe, qu'est ce qui est arrivé ? Je..."

Mais ses paroles se perdirent dans les sanglots de son amie qui tremblait dans ses bras. Iris se raccrochait à Gwen comme à une bouée de sauvetage, tentant à la fois de la rassurer et de se rassurer elle même. En quelques secondes, elle avait vu tous ses beaux espoirs tranquilles, toute son assurance quant à la sécurité de son amie s'effondrer.
Elle ne comprenait pas la situation, elle ne comprenait pas comment...comment quoi? Elle ne savait rien, si ce n'est qu'elle aurait mieux fait d'écouter le barman qui l'avait mise en garde. Car c'était de sa faute. C'était forcément de sa faute. Ce type...Iris n'avait pas le courage de poser des questions à Gwendolyn. Elle était incapable de prononcer une parole et se contentait de caresser ses cheveux blonds affectueusement.

"T'inquiètes pas Gwen...tout va bien, t'es en sécurité maintenant..."

Elle ne savait pas vraiment si c'était vrai, car elle ne savait rien de ce qui s'était passé, mais elle fut vite fixée: au moment où elle prononçait ces paroles, un sentiment de vide la prit au cœur tandis que sa tête semblait comprimé dans un étau. Son pouvoir ne lui permettait pas de se mentir à elle même, ni de mentir aux autres. Même lorsqu'elle ne savait pas que ses paroles étaient fausses.
L'endroit n'était donc pas sûr. Les paroles du jeune homme avec qui elle avait parlé toute la soirée lui revinrent en mémoire: "Cet homme...il est dangereux" "Je plaisantais pas quand j'avais de faire gaffe". Iris se serait donnée des gifles. Comment avait-elle pu être si inconsciente ? Même prévenue, dès qu'elle avait un peu d'alcool dans le sang, elle se croyait au dessus des conseils des autres. Elle qui pouvait se montrer si méfiante, elle qui mieux que personne savait détecter le danger, elle avait laissé son amie courir au devant de gros ennuis par négligence. Et en restant là, elle continuait.

"Viens, rentrons dans la discothèque, ce sera plus sûr... On va trouver une solution."

Iris attendait une autre sensation caractéristique de son pouvoir, mais elle n'arriva pas. Après tout, elle ne pouvait pas prédire l'avenir.
La jeune fille desserra doucement son étreinte, laissa un bras sur l'épaule de Gwendolyn et la dirigea lentement vers l'entrée. Elle tremblait toujours.
De retour sur la piste de danse, Iris chercha les toilettes du regard avant de s'y diriger avec la lycéenne, où elle pourrait se remettre de ses émotions et où elles pourraient parler calmement.
Elles arrivaient devant la porte lorsque, de la porte des commodités pour homme sortit, un seau et une serpillière à la main sentant le vomi à 8 kilomètres à la ronde,le barman, celui là même qui l'avait mise en garde quelques minutes plus tôt.
Il se stoppa net en voyant l'état de Gwendolyn et ouvrit de grands yeux avant de soupirer:

"Oh merde. Putain de merde. C'est lui, hein ? J'en étais sûr. Je le savais. "

Il se tourna vers la blondinette:

"Il t'a fait le coup, c'est ça? La drogue, tout ça. T'es pas la première à qui ça arrive. Je le savais, je le savais. C'était pas faute de t'avoir prévenu. Fit-il à l'intention d'Iris. Bordel, j'y crois pas, je te l'ai dit pourtant, je te l'ai dit...
La jeune fille au cheveux roses était perplexe. Apparemment, le serveur était au courant des techniques utilisée par cet homme, ce Damien. Il savait sûrement ce qu'avait subit Gwen. Son ventre se tordit tandis qu'elle se rendait compte qu'elle aurait été la seule à pouvoir éviter cette situation.
-Oui, je sais. J'aurais mieux fait de t'écouter, j'aurais peut être pu éviter ça. Je m'en veux déjà assez. Mais...
-Vous pouvez pas rester là.
-Quoi?
-Il va arriver.
-Qui ça. L'autre propre sur lui ? Il va la suivre jusqu'ici?
-Il est dangereux ce type, vraiment. Il va pas tarder à rappliquer, vous pouvez pas rester ici.
Iris émit un petit rire.
-Tu veux qu'on aille où au juste ? Si on s'en va on va se croiser à la sortie ! Qu'est ce qu'il veut, ce mec ?
-Il veut vous vendre des trucs. A la manière forte.
Son cœur fit un bond dans sa poitrine.
-Oh.
-Ouais...comme tu dis...Vous êtes dans de beaux draps. Bon. Venez, je vais vous planquer dans la réserve. Vite, avant qu'il n'arrive. Il y a un lavabo, elle pourra se remettre en état. Je vous fais sortir quand la voie est libre. Je sais pas combien de temps ça va prendre, il a l'habitude de zoner dans le coin."

Et sur ces paroles, il emmena les jeunes filles à travers les danseurs jusqu'à une petite porte près du bar. Il les fit entrer dans une grande pièce, illuminée au néon blanc, ou des cartons et des bouteilles s'entassaient un peu partout. Les lumières semblaient défectueuses, s'éteignant puis se rallumant. Effectivement, au fond de la salle était placé un petit lavabo blanc aux tuyaux apparents, dont l'eau fuyait goutte à goutte. ce son rythmait l'atmosphère froide et impersonnelle qui régnait dans ce lieu.

"Bon. Voilà votre château pour la fin de la soirée, fit il dans un petit sourire contrit. Vous inquiétez pas, je gère la situation."

Et sur ce, il referma la porte derrière lui, laissant Gwendolyn et Iris seules. Cette dernière se laissa glisser contre le mur glacé de la réserve, avant d'encercler son amie d'un bras protecteur.

"Je suis désolée Gwen. Je suis désolée. J'aurais...j'aurais peut être pu éviter le pire. J'ai été stupide. Un peu saoule aussi. Pas qu'un peu en fait. Mais il avait raison..."

Iris marcha à quatre pattes jusqu'à une petite tour de packs de bières , déchira le film plastique et en arracha deux du paquet avant de revenir près de la lycéenne et de lui proposer la boisson.

"Tiens...Il s'est passé quoi au juste ? Enfin...si ça te dérange pas d'en parler..."

Code © Nowadays


Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Lun 17 Juin - 22:58



J
e ne tins pas une seconde plus. Je laissai toutes mes émotions éclater d'un seul coup. Les tremblements, les pleurs, les larmes s'étaient mises à ruisseler sur mes joues en même pas deux secondes. J'étais à bout de force, au bout de ma vie, j'avais tellement eu peur. J'avais besoin de réconfort, j'avais besoin de croire que Damien ne nous retrouverait jamais et qu'Iris était assez courageuse pour le faire dégager, ou je sais pas quoi d'autre. Mais non, dans mon profond intérieur, je savais que mon amie était sans doute aussi terrifiée que moi...

"Gwe...Gwendolyn...qu'est ce qui se passe, qu'est ce qui est arrivé ? Je..."

Je tentai de prononcer un mot, mais j'étais encore trop sous le choc et juste quelques gémissements sortirent de ma bouche. J'avais perdu le contrôle de mes membres, j'étais incapable de desserrer Iris et j'étais aussi tremblante qu'une feuille sous un vent d'hiver. Je sentais ses doigts caresser mes cheveux dans des gestes réconfortants mais j'étais comme dans un état de transe. Ma vue était brouillée par les larmes, mon nez bouché par mes pleurs, mon ouïe n'entendait rien d'autre que les battements fous de mon coeur.

"T'inquiètes pas Gwen...tout va bien, t'es en sécurité maintenant..."

Comme une petite enfant naïve, je me sentis reprendre lentement contrôle de moi sous ses paroles. Je restai apeurée et collée à Iris, mais mes sanglots cessaient lentement et mes tremblements ralentissaient. Ouais, en sécurité. Tout allait bien. Tout allait bien se passer, Iris était là... Là...

"Viens, rentrons dans la discothèque, ce sera plus sûr... On va trouver une solution."

Elle se desserra doucement de moi, gardant un bras par-dessus mes épaules pour continuer de témoigner de sa présence près de moi. Je tremblais toujours, et j'avais froid. Retourner dans la discothèque me réchaufferait et Damien aurait d'autant moins de chances de me retrouver. En plus, maintenant, si il me voyait avec Iris, il la saurait dans le coup et il essaierait de la corrompre elle aussi...
Iris me conduit vers l'arrière de la piste de danse pour m'amener dans les toilettes. Mais un garçon en sorti, et ce garçon était le barman de tout à l'heure qui semblait faire de l'oeil à mon amie. Mais maintenant, il ne paraissait plus autant s'y intéresser mais se préoccupait plutôt de mon cas de fille-terrorisée-qui-a-failli-se-faire-violer-et droguer.

"Oh merde. Putain de merde. C'est lui, hein ? J'en étais sûr. Je le savais. "

J'avais presque honte de moi. Je sentais la culpabilité remonter dans mon esprit. Si j'aurais moins bu, si je me serais moins laissée emporter comme un petit chien, j'en serais pas là. Le barman se tourna vers moi, mais je baissai les yeux. J'avais encore tellement peur que je n'osais pas regarder un inconnu dans les yeux de peur de recroiser ceux de Damien... Un frisson me remonta dans mon dos.

"Il t'a fait le coup, c'est ça? La drogue, tout ça. T'es pas la première à qui ça arrive. Je le savais, je le savais. C'était pas faute de t'avoir prévenu.  Bordel, j'y crois pas, je te l'ai dit pourtant, je te l'ai dit...

Je n'étais pas certaine de tout comprendre, mais pour toute réponse, j'hochai la tête. S'en suivit un discours entre lui et Iris. Je n'écoutai pas tout, me contentant d'en comprendre des parcelles. Mais une phrase ressortit d'entre toutes.

-Il est dangereux ce type, vraiment. Il va pas tarder à rappliquer, vous pouvez pas rester ici.

Un nouveau frisson me secoua et alors que mes tremblements s'étaient arrêtés, ils reprirent. Les larmes remontèrent à mes yeux mais je luttai pour ne pas craquer à nouveau. Le barman allait nous aider, forcément. Il pouvait pas nous laisser ici dans cet état, avec une fille complètement sous le choc non ?
Ils poursuivirent leur discussion, puis Iris me tira à travers les danseurs dans le sillon que se créait le barman. Il nous amena dans une salle annexe éclairée au néon blanc. Il y avait de nombreuses étagères avec des bouteilles d'alcool, et j'en déduis que ça devait être la réserve. Il y avait un lavabo au fond de la pièce et je savais que je risquerais de m'en servir un peu plus tard pour me refaire une beauté. Le barman s'en alla. *Il est gentil..* fut la première chose à laquelle je pensai dans mon esprit de petit enfant que j'étais devenu il y a déjà quelques minutes. Je me laissai glisser contre un mur et Iris me rejoignit, passant un bras protecteur sur mes épaules. Je me serrai tout proche d'elle, sursautant au moindre bruit suspect - et autant dire qu'il y en avait beaucoup dans cette vieille réserve...

"Je suis désolée Gwen. Je suis désolée. J'aurais...j'aurais peut être pu éviter le pire. J'ai été stupide. Un peu saoule aussi. Pas qu'un peu en fait. Mais il avait raison..."

Je frissonnai. Elle était au courant pour Damien ? Qu'il faisait plein de choses pas bien ? Elle attrapa un pack de bières et en sortit deux bouteilles, m'en tendit une que j'attrapai d'un geste lent.

"Tiens...Il s'est passé quoi au juste ? Enfin...si ça te dérange pas d'en parler..."

Non, ça ne me dérangeait pas. J'avais juste besoin de boire un petit peu... Ouais, c'était la meilleure des solutions. Je décapsulai ma bière et en but quelques larges gorgées. Enfin, pour ne pas dire les trois-quarts de la bouteille en fait...
Je ne devais vraiment plus ressembler à grand chose avec mes yeux rougis de larme, mon maquillage qui avait coulé, mes cheveux décoiffés, j'avais une blessure dans le cou, j'étais pieds nus, et maintenant avec une bière à la main. Hmm, ouais, très féminin tout ça.
Je me tournai enfin vers mon amie, lui parlant d'un regard distant et d'une voix peu sûre d'elle.

- C'est aussi un peu de ma faute, j'aurais dû faire plus attention. Te fais pas trop de soucis pour ça... Ça va... Passer...

Son visage souriant d'un air sardonique apparut dans mon esprit en l'espace d'un clin d'oeil. Je frémis. Chht.. T'es safe Gwen, calme-toi... Je terminai ma bière d'une traite.

- On est allé dehors, on a beaucoup parlé et il me disait qu'il voulait aller me montrer quelque chose et que c'était pas très loin... En fait il m'a fait tourner un sacré moment dans ces rues... Sombres... Elles se ressemblaient toutes, je sais pas comment j'ai fait pour retrouver mon chemin... Et pi tout d'un coup il s'est arrêté... Il m'a plaqué contre un mur et... Il a sorti.. Un couteau... Il me l'a mis sous le cou, m'a demandé si je... Si je voulais... De la drogue... Et qu'il hésit-hésiterait pas à me violer s'il... S'il en aurait besoin et... et j'ai réussi à m'en tirer et...

Les images encore vives refirent surface et sous la peur, je balançai ma bouteille vide au fond de la pièce. Elle éclata en mille tessons de verres, mais c'était tout juste si je m'étais rendue compte de ce que j'avais fait. Je ramenai mes genoux contre ma poitrine et les entourai de mes bras, posant mon front contre mes jambes. Je me refermais sur moi-même, j'essayais de me concentrer et de faire fuir les images malsaines comme tirées d'un cauchemars. J'enfonçais mes ongles dans les paumes de mes mains sans ressentir de douleur et je me mordais les lèvres. Mais que j'étais conne aussi ! Pourquoi j'avais bu, pourquoi j'avais pas réfléchi ?!

[/color]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Ven 5 Juil - 21:14


Long Way Back...
"Remember how we used to party up all night"


- C'est aussi un peu de ma faute, j'aurais dû faire plus attention. Te fais pas trop de soucis pour ça... Ça va... Passer...

Iris se rapprocha de Gwendolyn, passa un bras autour de son épaule et le frotta dans un geste réconfortant. De son autre main, elle avala de large gorgée de bière. La boisson n'était pas très fraîche, mais le doux picotement dans la gorge qu'elle lui procurait la détendit un peu.

- On est allé dehors, on a beaucoup parlé et il me disait qu'il voulait aller me montrer quelque chose et que c'était pas très loin... En fait il m'a fait tourner un sacré moment dans ces rues... Sombres... Elles se ressemblaient toutes, je sais pas comment j'ai fait pour retrouver mon chemin... Et pi tout d'un coup il s'est arrêté... Il m'a plaqué contre un mur et... Il a sorti.. Un couteau... Il me l'a mis sous le cou, m'a demandé si je... Si je voulais... De la drogue... Et qu'il hésit-hésiterait pas à me violer s'il... S'il en aurait besoin et... et j'ai réussi à m'en tirer et...

Un bruit violent sortit la jeune fille de sa léthargie. Elle regarda autour d'elle avant de poser les yeux sur son amie. Sa bouteille s'était brisée contre le mur opposé et au sol, répandant une multitude de tesson verts autour d'elle.
Iris alla se placer devant Gwendolyn, tentant de capter son regard. D'une voix douce, une main sur celle de son amie, elle tenta de la rassurer, bien qu'il était difficile de prendre du recul si vite sur une situation si marquante:

"Gwen, tu es en sécurité maintenant. C'est pas de ta faute. C'est de la faute de personne, si ce n'est de ce malade mental. Mais il est loin maintenant, il ne peut plus rien te faire. T'as réussi Gwen, tu t'en es sortie. T'as évité le pire. Tu le sais ça ? T'en fais pas. T'en fais plus..."


Puis, elle attrapa deux autres bouteilles de bières: Était-ce vraiment une bonne idée de continuer à boire après ce qui c'était passé ? Probablement pas, mais au point où elles en étaient, c'était sûrement la seule chose qui pourrait les détendre un peu.
Au moment où la tension commençait à retomber, alors qu'Iris s'évertuait à changer les idées de Gwen par des blagues dignes de carambars et d'autres histoires dans le but de lui arracher un sourire, on entendit des coups frénétiques à la porte.
Iris se leva sur des jambes chancelantes et entrouvrit la porte, méfiante. Ses épaules se décrispèrent lorsque la jeune fille vit le barman qui les avait cachées.

"Plus aucun bruit. Il vient d'entrer. Je me débarrasse de lui, mais en attendant faites vous discrètes. Et si vous pouvez, évitez de me vider mon stock de bières."

L'étudiante hocha la tête avant de se retourner vers Gwen, en espérant que ses efforts pour lui faire oublier ce malade n'aient pas été anéanties par l'intervention du jeune homme.
Elle allait revenir se poster vers elle lorsqu'elle entendit une voix grave, pressante non loin derrière la porte:

"Elles sont où ?"

Lorsqu'Iris se tourna vers son amie, elle lut dans son regard qu'il s'agissait de la voix de Damien.

"C'est bon...ça va aller." chuchota -t-elle, avant d'être coupée par cette voix glaçante:

"Une jolie petite blonde. Elle est ici? Il doit y avoir sa pote aussi, une aux cheveux roses. Je suis sûr qu'elles sont passées par là...
-Tu te trompes, Damien, je les aies pas revues par ici.
-Allez, me raconte pas de conneries Vince..."

La voix du barman se fit plus ferme:

"Je te dis qu'elles sont pas là Damien. T'es pas censé être là, t'as déjà eu trop d'emmerdes...Fous leur la paix !
-C'est bon Vincent...faut bien que je fasse marcher mon bizness.
-Va -t-en Damien.
-Tout doux Vince, je fais rien de mal.
-Damien, dégage ou j'appelle la police."

Iris ferma les yeux fort, fort, comme pour se protéger de cette voix qui la figeait. Elle ne pouvait en entendre plus. La jeune fille s'approcha de Gwen, l'encercla de ses bras, et tenta de réguler son souffle. Finalement, au bout d'un petit quart d'heure où Iris et Gwendolyn étaient restées prostrés, les membres tendus, la porte de la réserve s'ouvrit, lentement. "Vince". Le barman. D'un air blasé, se voulant un peu rassurant, il lança:

"Allez, c'est bon. Il est parti, vous pouvez vous détendre..."

Il se stoppa en voyant l'air fatigué, apeuré des jeunes filles:

"Bon...Si vous m'attendez ici, j'ai bientôt fini mon service. Je peux vous raccompagner si vous préférez."

Iris hocha vivement la tête sans réfléchir, comme une enfant qui craint le monstre sous son lit à qui on propose d'aller dormir avec ses parents.

"Ok..." fit-il dans un sourire indulgent.

Lorsqu'il partit à nouveau, l'étudiante souffla et sentit ses muscles lâcher. Elle vida une autre bouteille de bière et partit d'un grand rire nerveux. Elle ne pouvait plus s'arrêter, comme si toutes les tensions de la soirée s'étaient évanouit lorsque la porte avait claquée, comme une libération. Sous l'effet de l'alcool, elle se leva de ses jambes instables et dans une danse maladroite, ses éclats de rire emplissant joyeusement la pièce, elle commença à tourner sur elle même, ivre de soulagement. Elle tendit la main à Gwendolyn pour l'accompagner dans sa douce hystérie: La soirée n'était pas finie, et malgré tout, elles pouvaient encore s'amuser, encore profiter.

Code © Nowadays

Revenir en haut Aller en bas


avatar
ϟ Gwendolyn
ADMIN
« Life sucks. »

• Inscription : 06/11/2010
• Messages : 2926

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Mar 23 Juil - 15:40

A
présent, je regrettais amèrement mes gestes. J'aurais dû réfléchir, j'aurais dû être plus prudente, je n'aurais pas dû boire autant... Le visage de Lluvia traversa mon esprit et je frissonnai. Mon dieu... Vu comme je prends bien soin de moi, qu'est-ce que se sera quand je devrai m'occuper d'un bébé...
Iris, qui remarqua bien rapidement ma détresse, s'assit en face de moi. Elle me caressait la main en tentant de croiser mon regard, mais je n'osais plus regarder personne. J'avais presque honte de moi.

- Gwen, tu es en sécurité maintenant. C'est pas de ta faute. C'est de la faute de personne, si ce n'est de ce malade mental. Mais il est loin maintenant, il ne peut plus rien te faire. T'as réussi Gwen, tu t'en es sortie. T'as évité le pire. Tu le sais ça ? T'en fais pas. T'en fais plus...

Je sais que ça lui fait aussi de la peine de me voir comme ça. Qu'elle doit aussi se sentir coupable, qu'elle fait tout son possible pour me rassurer. Alors je finis par relever la tête et lui adresser un faible sourire bien que mon esprit demeurait torturé par d'horribles images dont j'aimerais bien me débarrasser...
Iris alla chercher deux autres bières. J'hésitai à l'ouvrir, connaissant déjà mon état. Mais je me dis que ça ne pourrait pas me faire de mal, à part m'embrouiller les idées et me détendre. Alors je l'ouvris et je savourai ce moment. Mon amie me racontait des tonnes de blagues dignes de Carambar, et comme mon esprit n'était plus très ordonné, je ne pouvais pas m'empêcher d'éclater de rire même s'il n'y avait rien de drôle.
Soudain, on frappa à la porte. Mon corps encore à cran sursauta et mon coeur recommença à battre. Iris se leva, s'approcha de la porte et l'entrouvrit. C'était le barman qui nous avait cachées. A sa mine, je compris qu'il ne nous annonçait rien de bon.

- Plus aucun bruit. Il vient d'entrer. Je me débarrasse de lui, mais en attendant faites vous discrètes. Et si vous pouvez, évitez de me vider mon stock de bières.

*Ho mon dieu ...* Je frissonnai. Je me remis en boule en me mordant les lèvres pour chasser les larmes qui menaçaient de ressortir méchamment. Iris revenait vers moi, et tout à coup, une voix grave se fit entendre derrière la porte.

- Elles sont où ?

Je redressai la tête droite, les yeux écarquillés prêts à lâcher de nouvelles larmes. Mes genoux serrés contre ma poitrine, je les étreignis encore plus fort. Je ne bougeais plus, j'osais tout juste respirer. Ces trois mots suffirent à faire ressortir toutes ces mauvaises images terrifiantes. Une larme solitaire roula sur mes joues tandis qu'Iris revenait vers moi.

- C'est bon...ça va aller.

Pourtant... J'étais persuadée du contraire. Je savais qu'elle faisait tout son possible pour me rassurer, mais là je ne pouvais pas sourire juste pour lui faire plaisir. J'en étais incapable, j'étais tétanisée par la peur qu'il me retrouve... S'en suivit un dialogue entre les deux hommes.

- Une jolie petite blonde. Elle est ici? Il doit y avoir sa pote aussi, une aux cheveux roses. Je suis sûr qu'elles sont passées par là...
- Tu te trompes, Damien, je les aies pas revues par ici.
- Allez, me raconte pas de conneries Vince...
- Je te dis qu'elles sont pas là Damien. T'es pas censé être là, t'as déjà eu trop d'emmerdes...Fous leur la paix !
- C'est bon Vincent...faut bien que je fasse marcher mon bizness.
- Va-t-en Damien.
- Tout doux Vince, je fais rien de mal.
- Damien, dégage ou j'appelle la police.

Puis, plus rien. Iris se serra contre moi et me prit dans ses bras, tentant de réguler mon souffle affolé. Nous restâmes ainsi longtemps. Ca me parut être une éternité. Les membres tendus, j'étais prête à bondir sur la porte voire même à balancer ma bouteille de bière sur le premier qui l'ouvrirait.
Elle s'ouvrit. Lentement. Affolée je posai ma main sur la bouteille, prête à la balancer à la gueule de l'inconnu. Mais je me détendis quand je découvris le prénommé Vincent. Sur le coup, j'ai eu envie de lui sauter au cou et de lui faire un gros gros câlin tant j'étais heureuse de le voir, et non... L'autre.

- Allez, c'est bon. Il est parti, vous pouvez vous détendre... Voyant notre air terrifié, il poursuivit: Bon...Si vous m'attendez ici, j'ai bientôt fini mon service. Je peux vous raccompagner si vous préférez.

Iris hocha vivement la tête et je l'imitai. Vincent sourit et se retira.
Alors mon amie attrapa sa bière et se mit à danser sur des pas ivres et maladroits. Elle me tendit la main pour la rejoindre dans son euphorie. Je terminai ma boisson d'une traite avant d'attraper sa main et de me joindre à elle. Nous avions tellement stressé, nous avions tellement eu peur que nous avions atrocement besoin de nous détendre, de nous amuser et de profiter de la soirée qui n'était pas encore finie. Nous avions toutes les deux besoin de nous changer les idées et le moment semblait juste parfait.
Nous enchaînions les bières sans les compter, sans surveiller le stock de Vince que nous étions en train de vider. Je n'ai jamais bien supporté l'alcool, et au bout de deux bières et demie, je me sentais déjà perdre pied. J'oubliais tout, toute cette satanée soirée qui avait si mal commencée. Ca faisait énormément de bien de se lâcher et de se détendre. Et puis l'alcool me conférait une joie que je n'avais plus ressentie depuis bien longtemps.
Après avoir dansé, nous étions complètement épuisées et bourrées. Alors on se couchait par terre, on parlait, on riait. On disait des choses sans queue ni tête qui n'avaient aucun rapport entre elles. On rigolait de nos esprits trop embrouillées pour avoir une seule pensée claire.

C'est alors que la porte s'ouvrit. Je me redressai, restant assise en tendant les jambes devant moi. C'était Vincent. Il parut s'affaisser en découvrant l'état de la pièce. Il y avait des bouteilles de bière partout. Il croisa ses bras sur son torse et nous fixa d'un regard noire. Pour toute réponse, je lui souris avant d'éclater d'un rire gras en me recouchant sur le sol. Qu'est-ce qu'il me faisait rire celui là avec ces mimiques !

- Génial, pesta-t-il. Puis il continua sur un ton un peu plus amical Allez espèces d'alcooliques, je vous ramène à la maison.
- Déjà ? j'hoquetai. Mais la fête est pas finie !

Visiblement agacé par mon comportement, il entra dans la salle et nous aida à nous relever. Il nous poussa vers la sortie, ferma la porte dans son dos. Il y avait encore du monde dans la discothèque. Oui car il ne devait pas être très tard. En fait, je n'avais aucune notion de l'heure... Nous traversâmes la piste de danse et nous sortîmes par "l'entrée des artistes" comme l'appela brièvement Vince. Arrivés dehors, je jetai un regard vers le ciel. En tout cas, il faisait encore nuit. Pas un seul rayon de soleil. J'haussai les épaules et laissai échapper un "Bo." Le barman sortit ses clés de sa poche et ouvrit sa voiture. Il nous ouvrit les portes arrières et nous aida à y rentrer sans nous taper la tête. Car personnellement, je n'étais vraiment plus très bien dans ma tête. Il prit place au siège conducteur, mit le contact et fit:

- Évitez de vomir sur les sièges se serait cool. Quelle destination ?

Je mis quelques instants à écouter et traiter la question dans ma tête. Il fronça les sourcils et avant qu'il ne la repose, je le pris de vitesse.

- Et-Eternal Time. Ouais.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Iris Levy
MODO
Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

• Inscription : 27/01/2013
• Messages : 388

Carte d'Identité
Plus sur toi:
MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   Mer 24 Juil - 14:12

Lorsque Gwendolyn la rejoint, Iris se sentit libérée d'un étau qui l'avait oppressée trop lourdement ces dernières heures. La musique de la discothèque était bien assez forte pour permettre aux jeunes filles de danser dessus, pas vraiment en rythme mais après tout, qu'importait: chaque fois qu'elle secouait la tête, un flot de pensées noires s'en échappait . Bon dieu, l'alcool n'était vraiment bon à rien si ce n'était à un oubli passager et une euphorie sous laquelle les ténèbres étaient prêts à ressurgir. Mais en cet instant, elle s'en contrefichait. Son sourire s'élargissait à chaque pas, elles s'étourdissaient de bières. Oh, et après tout, qu'importait...Enfin, elles passaient un bon moment: un vrai bon moment, entier, une allégresse libre, alors que toute crainte était ôtée.
Longtemps, pendant une heure peut être elles dansèrent d'un pas léger et maladroit de jeunes animaux incapables encore de tenir avec assurance sur leurs pattes.
Puis, épuisées, elles s'affalèrent dans la réserve, devenu leur abri, leur cocon, leur paradis. Iris s'allongea le sourire au lèvres, poussant un petit cri au contact du sol glacé puis éclatant de rire. Les jeunes filles ne pouvaient plus arrêter de s'esclaffer : à chaque mouvement, elles riaient de plus belle et Iris se roulait à moitié par terre. Ivre. Ivre de soulagement, ivre de joie, ivre de vivre un peu plus fort chaque instant.
Le sol était jonché de bouteilles, ce qui arracha un autre gloussement aux jeunes saoules qui pensaient à la tête de Vincent lorsqu'il reviendrait.
Impossible d'aligner une parole cohérente, mais quel aurait été l'intérêt? Un babillement inconscient était bien plus amusant.
La porte s'ouvrit. Iris, qui pour la première fois depuis le début de la soirée n'avait pas frémit à l'ouverture de cette porte, élargit son sourire:

"Vince! Ça fait plaisir de te voir!"

Celui ci n'avait pourtant pas l'air de trop plaisanter quand il leur dit que la fête était finie.
Gwendolyn émit une plainte que l'étudiante approuva par des "Oh oui" plaintifs. Honnêtement? Leur soirée dans le "carré VIP" commençait a devenir franchement poilante.
Bon. Elles durent se résigner à rejoindre la voiture du barman qui les aida à l'atteindre puis à s'installer à l'arrière.
Lorsqu'il leur demanda leur destination, Iris, dont la tête s'était posée contre la vitre fraîche, ne répondait plus de rien. La question lui avait à peine effleurée les oreilles: Gwen répondit qu'elles allaient à l'Académie et Iris déposa sa tête sur l'épaule de son amie. Maintenant, elle était fatiguée. Elle se demanda ce qu'il pensait du fait qu'elles soient mutantes, avant de se rendre compte qu'elle n'en avait rien à faire.

"Gwen, dit la jeune fille d'une voix ensommeillée, sur le ton de la plaisanterie, la prochaine fois que tu fais ton jogging, évite de parler aux gens louches, ça t'évitera une soirée éprouvante."

Elle éclata de rire. Bien sur ce n'avait pas été facile, bien sûr l'expérience avait été traumatisante, plus dure pour Gwen que pour elle d'ailleurs, mais elle était heureuse de l'avoir rencontrée. De perdre pied et de reprendre contact avec le monde. De rire à nouveau au moins autant qu'elle avait pleuré. Chaque image était gravée. Chaque image, qui s'étiole rait sûrement au fil du temps, elle savait que l'alcool ne parviendrait pas à la lui faire oublier complètement. Vincent ne disait rien, mais dans le rétroviseur, Iris captait un bout de sourire moqueur, empreint d'une certaine affection. Le paysage devenait de plus en plus familier lorsque la voiture du barman freina brusquement sur le gravier: Ils tourna jusqu'au parking, ébranlant un peu l'estomac d'Iris, qui tint le choc tout de même. Lorsque le véhicule s'arrêta totalement, Iris en sauta, se cognant la tête au passage, courut malhabile jusqu'à la portière et l'ouvrir avec une petite pirouette en marmonnant "Milady".
Vincent les regarda faire leur petit manège un air mi-affligé mi-amusé sur le visage. Il sortit de la voiture.

"Bon, je vous laisse là? Vous allez réussir à grimper les quelques marches jusqu'à votre chambre?"

Iris acquiesça vivement et, sautillant, alla jusqu'au barman pour lui plaquer un baiser sur la joue.

"Merci Vince, murmura -t-elle. T'es vraiment un chic type."

Celui ci lui sourit et l'étudiant pense que, dans un autre contexte, si la soirée avait suivi son cours normal, peut être qu'elle aurait eu l'occasion de mieux faire la connaissance de leur sauveur. Elle se promit de revenir le voir lorsqu'elle serait dans un état moins pitoyable: après tout, il en restait qu'il avait de très bon goûts musicaux.
Il agita la main en signe d'au revoir et elle s'éloignèrent vers le bâtiment. Aucun d'elle ne pouvait s'empêcher de glousser en s'intimant de se taire: Elles ne voulaient pas croiser un surveillant. Par chance, elles n'en trouvèrent aucun. Elles montèrent les escaliers, manquant de s'écraser à chaque marche, et lorsqu'enfin elles arrivèrent à l'étage de Gwendolyn, Iris se tourna vers elle et la serra dans ses bras.

"Promis, demain, quand j'aurais ma gueule de bois, je penserai fort à toi. Allez, dors bien." Chuchota -t-elle un sourire dans la voix avant de monter le dernier étage à pas de loups. Elle fit un dernier signe de la main à son amie avant de disparaître dans le couloir de sa chambre. Elle était loin, et le chemin pour y arriver lui sembla interminable. Ce qu'elle avait envie de retrouver son lit. Lorsqu'elle posa la main sur la poignée de la porte, Iris pensa que ça avait été un long chemin du retour. Mais elle avait été contente de le partager avec Gwendolyn.
A long way back, a long night back.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Long Way Back... (part II)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Long Way Back... (part II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Time ♪ :: ~ FOREST HILL :: •• Extras :: •• Discothèque-